Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

le déclin des centres d'achats

On voit de plus en plus de commentaires sur le fait que les ventes en lignes n'expliquent pas à elles seules le déclin des centres d'achats (mall)

Voici un article qui fait le tour des autres raisons qui expliquent le déclin des centres d'achats.


Il y a un point où je ne suis pas d'accord avec l'article c'est lorsqu'il compare le nombre de pied carré au Canada versus d'autre pays. L'auteur ne semble pas conscient que notre climat nordique nécessite plus d'endroits couverts que l'Australie et le Royaume uni.

Pour tirer profit de cet article comme investisseur, il reste à employer une technique chère à Charlie Munger, l'inversion. Il devrait être possible de trouver de bonne idée d'investissement dans les commerces qui rendent les centres d'achats désuets.

Le commerce en ligne, les Walmart,Costco et autre big box sont couverts. Comment profiter de la tendance à préférer la consommation d'expériences (genre voyages) à celle de bien physique? De la tendance que plusieurs jeunes ne veulent plus d'autos?

Réponses

  • 6 Réponses trié par Votes Date
  • Oui c'est en effet intéressant cette question. Je m'y suis penché un peu plus sérieusement sur le sujet depuis 1 an. 

  • Bel article MarioP. Bon point pour le climat froid! En fait la statistique mentionnée parle de Retail space, donc ça inclut autant les magasins indépendants que ceux dans les centres d'achats je crois, mais c'est vrai que s'ils comptent le corridor du centre d'achat dans le nombre de pieds carrés, ça augmente vraiment le nombre de pieds carrés par rapport à des pays plus chaud et moins neigeux qui peuvent avoir moins de centre d'achats et plus de rues commerciales ou de ''magasins en rangée''. Je trouvais aussi que c'était étrange de comparer un pays vaste à des pays à forte densité de population comme l'Angleterre ou l'Allemagne. La ville de Berlin compte autant d'habitants que le Québec en entier. Si on habitait tous à Montréal, on aurait sûrement besoin d'une quantité moins grande de magasins d'une même bannière. Deuxièmement, vu la grandeur du pays, le prix des terrains est beaucoup moins élevé ici, on a sûrement pu se permettre historiquement de bâtir des centres d'achat plus gros, surtout en région.

    L'article donne une très bonne piste de réponse en suggérant que le commerce en ligne n'est qu'une petite partie du problème des centres d'achats et que le changement des habitudes de consommation est peut être plus important que le commerce en ligne considéré isolément. C'est intéressant!

    Je spécule là, mais il y a peut être un lien à faire avec la hausse rapide des prix des maisons et des prix des loyers au cours des dernières années. Les milliéniaux consacrent probablement une plus grande partie de leurs revenus actuels au logement, ce qui limite les possibilités de consommation. La hausse des prix de l'immobilier porte à vivre dans plus petit en ville aussi, donc comment acheter beaucoup de biens quand on vit dans un espace plus réduit? Par contre certaines analyses disaient que comme les taux d'intérêt étaient bas, le paiement était de la même proportion que ce que la génération précédente a payé. Mais les taux montent, donc ceux qui viennent d'acheter à prix élevé vont payer plus cher lors de leur renouvellement. Il y a aussi une hausse du nombre de foyers composé d'une seule personne dans les pays industrialisés. Au Canada on doit être rendu à 30% des foyers environ, un record. Et ça coûte cher vivre seul!

    Il y a une tendance à abandonner l'automobile, oui, par contre le mode de vie sans aucune voiture est possible principalement à Montréal. En région ou même à Québec c'est assez difficile. On en limite peut être l'utilisation par contre? Moi même j'habite en région et je possède une voiture, mais fait la majorité de mes commissions à pied. 

    Le commerce local semble plus valorisé ou publicisé qu'auparavant aussi.

    C'est vrai que plusieurs milléniaux préfèrent les expériences aux biens, peut être parce que plus sensibilisés à l'environnement qu'auparavant? Ou c'est juste une question de goûts/priorités? On est assez occupés aussi, magasiner prend du temps et avoir des biens force à les entretenir, ce qui gruge aussi du temps. 

  • Pour la baisse d’objet acheté, il y a aussi tout ce qu’on fait avec notre téléphone. Plus besoin de : plusieurs téléphones avec fils, console et jeu vidéo, réveil-matin, appareil photo, lampe de poche, album photos, disques de musique, livres, cartes routières, gps, montre. Ça fait beaucoup de chose dont on a pu besoin.
  • C'est vrai MarioP! La vie est de plus en plus numérique, le téléphone intelligent et l'ordinateur ont remplacé bien des choses. Netflix et les autres sites internet ont remplacé les DVD aussi. On a bien fait d'investir dans Apple ;)
  • Voici un article sur la stratégie actuelle de Zara et H&M, essentiellement il s'agit de développer les ventes en ligne. Il y a aussi quelques stats intéressantes : ''Aux États-Unis, Amazon était en 2016 le premier vendeur en ligne de vêtements, et il détient même 11% du marché total de l'habillement (19% prévus en 2020), selon des données compilées par Bloomberg. En Europe, le chausseur allemand online Zalando a vu ses ventes bondir de 25% entre 2012 et 2015 et le site de mode britannique Asos de 34%, selon la Fondation E-commerce.''

  • Et bien, c'est rendu que les Boomers aussi tendent vers le minimalisme. 
    Moi aussi ça m'attire beaucoup de réduire mes possession, même si j'en ai déjà moins que quelqu'un avec une grande maison. C'était rendu que j'enviais les étudiants qui partent en appartement car ils n'ont rien. Les gens sont de plus en plus mobiles, avoir à déménager beaucoup de stock c'est un boulet. C'est pas bon signe pour le commerce de détail. Il va y avoir une tonne d'objets usagés en plus quand les Boomers vont vider leurs maisons.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.