Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Test de QI

Comme j'ai l'impression que la moyenne des intervenants ici à une intelligence supérieur à la moyenne, j'ai trouvé ce site:

http://www.mon-qi.com/tests-de-qi.php

Je sais pas à quel point c'est fiable ou pas mais leur prétention est qu'avec les résultats de ces 9 tests ca donne une bonne idée. J'ai trouvé ca interessant faire cet exercice.

Peut-être que Partenaire 24 aurait des commentaires pertinents à faire sur ce genre de test.

Réponses

  • 15 Réponses trié par Votes Date
  • Hello Patofthepig,

    Une anecdote sur le sujet : un test de ce type m'a été imposé par un grand groupe français après mon diplôme. Je prétendais à un poste, et j'ai donc passé ce fameux test. J'ai été refusé pour le poste avec la raison suivante : résultat trop élevé pour le poste en question. Je devais donc prendre un autre poste... qui ne m'intéressait pas du tout. Je suis donc à jamais dégoûté par ce test.

    En fait, pour ce qui concerne l'investissement, je crois que Buffett a raison : si on a plus d'un certain QI, autant donner le reste à quelqu'un d'autre... Cela ne sert strictement à rien pour la réussite dans ce domaine là.

  • Je suis d'accord avec toi pour dire que l'intelligence n'est pas la caractéristique la plus importante pour réeussir dans l'investissement.  Le jugement et la passion pour ce que l'on fait passe avant. 

    Mais faut pas non plus se leurrer, ca prend un minimum d'intelligence pour réeussir.  Pas besoin d'être un génie, mais la compréhension du monde et des sociétés ( autant dans le sens social qu'organisationnel) est facilité par une certaine dose d'intelligence. 

    Et Buffett peut bien dire ca, mais lui et Charlie Munger sont d'une vivacité intellectuelle hors du commun.  Watsa, Graham, Fisher, ils sont tous d'une intelligence supérieur. Tes resultats vont aussi dans ce sens là. D'ailleurs, trouve moi un investisseur exceptionnel qui n'est pas d'intelligence supérieur?  Je suis convaincu qu'il y a une grande correllation entre le QI et les resultats d'investissement.  Et d'ailleurs entre le QI et la réussite peut importe le domaine.

    Tiens, je viens de trouver la citation exacte de Buffett:

    “If you have more than 120 or 130 I.Q. points, you can afford to give the rest away. You don’t need extraordinary intelligence to succeed as an investor.” - Warren Buffett, 2008 Berkshire Hathaway shareholders meeting.

    Avec un QI de 120 ca situe quand même au 90e percentile et avec 130 ca donne un 97e percentile.  Donc ce que Buffett dit c'est pour réeussir on à pas besoin d'être dans les 3% plus intelligent.  Quand même, tu conviendra que ca prend un minimum de capacité intellectuelle.

    N'empêche que l'intelligence est un sujet passionnant. J'ai trouvé que faire ces tests était un exercice amusant et que ca pourrait interesser d'autres personnes ici. 

     

     

  • Je conviens volontiers de la pertinence de toutes tes remarques bien entendu :-).
  • Effectivement Buffet est un génie avec une mémoire photographique qui lit ultra rapidement et se souvient de tout, il peut bien dire ça pour encourager le monde sans le penser une seconde (qu'on peut arriver à faire comme lui sans une grande intelligence, mais cela ferait prétentieux).

    Il faut toujours prendre avec de gros grain de sel ce genre de citation.
  • Il est vrai que Buffett est très doué. Toutefois, les investissements qu'il a fait depuis qu'il est chez Berkshire n'ont jamais relevé du domaine de l'hypermysticisme... et preque n'importe quelle personne sachant lire un bilan aurait pu faire les mêmes.

    Pour moi, c'est vraiment son comportement face aux fluctuations du marché qui a fait la différence et sa capacité à attendre des opportunités "évidentes" pour se positionner massivement sur des entreprises simples, de qualité, et décotées à contre-courant du marché. Pour le coup, même un type au QI moyen peut y arriver. Cela ne l'empêche pas d'avoir un intellect très au-dessus de la moyenne, bien entendu.

  • Oui mais lui arrive à lire et à se rappeler de pratiquement de tous les rapports de toute les compagnies en bourse et arrive à voir sur le coups leur fluctuations dans la décennie.

    ça aide beaucoup à trouver les décotées et faire sembler après coup la chose évidente aux autres.

    A t-on des exemples de milliardaires de la bourse avec un intellect moyen ? Des millionnaires oui, mais des milliardaires à la Buffet ? (évidemment d'un côté avec des millions de personnes qui s'essaye à s'enrichir avec la bourse, le hasard devrait finir par faire que oui.)
  • Je pense que Buffett a banni la notion d'observation de fluctuations de son procédé d'investissement et que c'est l'une des clés principales de son succès.

    Comme tu le dis, il étudie un max d'entreprises et est capable de les acheter lorsqu'elles sont raisonnablement valorisées par le marché. Je pense qu'il s'arrête là et que ça suffit amplement. Il vaut mieux lire des rapports et des journaux plutôt que regarder des fluctuations. Les journaux nous disent régulièrement que telle ou telle valeur a été massacrée et je pense que cela suffit amplement si tu l'as déjà étudiée. Cela m'est arrivé pas plus tard qu'il y a quelques semaines d'être interpellé par un tel évènement et de prendre position sans autre considération sur deux entreprises que j'ai bien étudié dans le passé.

    Je n'ai pas évalué le degré d'intellect de tous les milliardaires pour répondre à ta question. Ce qui est en revanche certain, c'est qu'ils ont au moins une certaine intelligence financière. Je ne pense donc pas qu'il y ait de milliardaire en bourse qui ait "bêtement gagné au loto".

  • Avec les millions de personnes qui essaient j'imagine qu'un pourrait calculé la probabilité de choisir des titres aux hasards et de devenir milliardaires.

    Le problème c'est que:
    1) Il faut être chanceux sur plus d'une décennie.
    2) après le premier million, je voix mal l'investisseur ne pas se penser bon et essayer de battre le marché (donc ne pas fonctionner du tous comme le hasard).

    Alors j'aurais tendance à penser comme toi, après plus de 10-15 ans à faire plus de 10% annuel composé au dessus du marché on peut avec plus de doute raisonnable éliminer la pure chance (même si elle est encore nécessaire en partie)
  • LStPierre a dit :


    Alors j'aurais tendance à penser comme toi, après plus de 10-15 ans à faire plus de 10% annuel composé au dessus du marché on peut avec plus de doute raisonnable éliminer la pure chance (même si elle est encore nécessaire en partie)

    Ca fait 11 ans que j'investi, alors il me manque encore 4 ans avant d'éliminer le facteur chance :)
  • Patofthepig a dit :

    LStPierre a dit :


    Alors j'aurais tendance à penser comme toi, après plus de 10-15 ans à faire plus de 10% annuel composé au dessus du marché on peut avec plus de doute raisonnable éliminer la pure chance (même si elle est encore nécessaire en partie)

    Ca fait 11 ans que j'investi, alors il me manque encore 4 ans avant d'éliminer le facteur chance :)
    T'es rendu à combien de milliards???
  • July 2012 modifié Vote Up0Vote Down
    Ca s'en vient, j'ai bon espoir d'y arriver un jour.  Le secret c'est juste de vivre très très longtemps. Ce que je voulais dire c'est qu'il me manque juste 4 ans pour en arrivé à 15 ans avec des rendements de plus de 10% composé annuel, comme ça selon ce qu'avance LStPierre, je pourrait penser que c'est pas juste de la chance.
  • Je parlais de 10% composé annuel de plus que le marché, faire 10% c'est environ la moyenne historique du marché, le hasard ou un fond indiciel devrait i arriver.
  • J'avais compris, depuis 11 ans le s&p500 a pas fait 1% annuel composé.
  • Dans la même veine:

    Votre pire ennemi en Bourse, c'est vous

    Faut-il être plus intelligent que la moyenne pour faire de l'argent en Bourse? Il suffit de l'être suffisamment pour vouloir y investir. Après cela, votre pire ennemi, c'est probablement votre tempérament.

    « Il n'y a pas de corrélation entre le succès que vous avez dans vos placements et votre quotient intellectuel... Si vous possédez une intelligence dite normale, ce dont vous avez le plus besoin c'est d'un caractère qui contrôle les pulsions déclenchant chez d'autres personnes des situations de placement problématiques », disait Warren Buffett, l'un des meilleurs investisseurs de notre époque.

    Une étude publiée dans le Journal of Finance de décembre 2011 démontre d'ailleurs que les gens dits « intelligents » sont plus portés vers les marchés boursiers. Celle-ci repose sur les déclarations fiscales de 160 000 Finlandais et Finlandaises dont le niveau de quotient intellectuel a été mesuré lors de leur service militaire, obligatoire pour les uns et volontaire pour les autres. Le constat demeure, quel que soit le niveau de fortune, le revenu, l'âge ou la profession.

    La recette du succès

    La recherche montre également que les investisseurs à QI supérieur à la moyenne ont plus tendance à détenir des parts de fonds communs de placement ou un grand nombre d'actions. Tout cela est bon pour la diversification et l'on ne sera pas étonné d'apprendre que leurs portefeuilles affichent généralement un niveau de risque moindre et dégagent des ratios de Sharpe plus élevés (ce qui signifie qu'ils obtiennent de meilleurs résultats sans prendre plus de risque que le marché).

    Le quotient intellectuel conditionne aussi largement les comportements boursiers et du coup, le rendement du portefeuille, poursuivent les auteurs dans un second rapport publié dans le Journal of Financial Economics, en mai 2012.

    L'analyse plus fouillée des 20 années de données montre que les investisseurs finlandais à QI élevés sont moins sujets à prendre leurs profits sur leurs titres gagnants et n'hésitent pas à rempiler même quand le marché est à un sommet (ce qui correspond à l'approche « momentum »). Ils sont par contre plus prompts à prendre leurs pertes fiscales.

    L'on prête aussi aux investisseurs les plus « doués par la nature » un meilleur sens du minutage du marché, de meilleurs choix de titres, et pour couronner le tout, une meilleure exécution de leurs ordres boursiers, ce qui diminue leurs coûts. Cela contribue en bonne partie à la différence de deux points de pourcentage en rendement annuel obtenu historiquement par le groupe au QI supérieur.

    Le résultat sur les portefeuilles est amplifié avec le temps. Les Finlandais avec des quotients intellectuels plus bas investissant moins en Bourse, leurs épargnes profitent moins rapidement. Avec l'effet cumulatif important de sommes même petites placées régulièrement en Bourse durant 20 ans (magie des rendements composés), cela pourrait compter plus que la différence de salaire dans l'accumulation de richesse à terme, suggèrent les chercheurs.

    Éloge de la paresse

    Tout cela ressemble à la recette du succès boursier, à quelques nuances près. Il y a encore plus simple et rentable pour le commun des mortels que de chercher à minuter le marché et courir après les titres ou fonds les plus performants.

    Une étude récente du groupe Vanguard, le plus gros gestionnaire de fonds au monde, montre que l'approche passive consistant à investir et réinvestir dans un bon fonds est plus lucrative à long terme que de changer tous les ans pour un fonds affichant une performance supérieure à la moyenne les trois années précédentes. Une différence moyenne de près de trois points de pourcentage a été mesurée pour les différents scénarios simulés entre 2003 et 2013.

    On sait aussi comment l'investisseur qui cherche à « timer » le marché risque de se retrouver hors jeu quand la Bourse marque ses gains les plus substantiels. On compte généralement une dizaine de ces occurrences par année. Une bonne partie du rendement boursier en dépend. Acheter et conserver est tellement plus aisé.

    Comme le dit le gestionnaire de portefeuille George Soros, considéré comme un « génie » de la finance, « si l'investissement est amusant, si vous avez du plaisir, vous n'allez probablement pas faire de l'argent. Bien investir est ennuyeux ».

    http://affaires.lapresse.ca/finances-personnelles/place-du-marche/201411/25/01-4822332-votre-pire-ennemi-en-bourse-cest-vous.php

  • Dans notre cas, je crois que l'intelligence émotionnelle est plus importante :

    http://www.intelligence-emotionnelle.fr/blog/lintelligence-emotionnelle-2/definition/
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.