Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Comment battre le marché de nos jours ?

J'aimerais démarrer une discussion sur un point qui me fait réfléchir pas mal ces temps-ci.

Qu'est-ce que ça prend pour battre le marché en 2011 ?

Je me lance :

Les principes de Graham et Buffett sont toujours pertinents aujourd'hui, soit d'acheter des actions de sociétés dont la valeur au marché est une fraction de notre estimé de leur valeur intrinsèque.  Mais les principes se doivent d'être ajustés à la nouvelle réalité, même Buffett au cours de sa carrière a évolué, passant de chasseur de cigar butts vers des sociétés exceptionnelles ayant un moat significatif qu'on conserve le plus longtemps possible.

Je pense que deux tendances sont à l'oeuvre sur les marchés : l'efficience des marchés s'est accrue, ainsi que leur volatilité.  Ces deux tendances peuvent sembler contradictoires, mais je m'explique.

Avec l'arrivée de l'internet et des médias sociaux, les informations se transmettent à des vitesses folles.  La démocratisation de l'information et son accessibilité font que les actions intègrent très rapidement dans leur cours la nouvelle information.  Probablement beaucoup plus vite qu'à l'époque de Graham ou au début de la carrière de Buffett.

Donc, cette information rapidement disponible et accessible rend les marchés davantage efficients la plupart du temps.  En effet, vient un moment où une surcharge d'informations (parfois contradictoires) cause une hausse subite de la volatilité.  On constate ceci dans la fréquence et l'ampleur des crises qui se succèdent.  Face à une surcharge d'information, l'émotivité des investisseurs prend le dessus pendant de courtes périodes de temps.  Les investisseurs opportunistes doivent profiter de ces périodes d'incertitude pour faire des "swap" de position dans leur portefeuille qui améliorent le ratio risque-rendement.  C'est ainsi qu'il peut capturer cette volatilité et la transformer en rendement qui bat le marché.

Pour conclure, je pense que l'investisseur qui aura plus de succès sera celui qui restera 100% investi, mais pourra dans les périodes de haute volatilité garder la tête froide et agir rigoureusement pour accroitre le potentiel de rendement ou réduire le risque de son portefeuille lorsque Mr. Market lui en donne la chance.

Remarquez ici que je ne parle pas de timer le marché, que je définis par la possibilité de garder une proportion de cash dans notre portefeuille, et tenter de le déployer au moment opportun. À mon avis c'est beaucoup trop difficile de savoir quand entrer ou sortir, la marge d'erreur est trop grande et notre capacité comme simple investisseur de prévoir la situation macroéconomique demeure faible.

Qu'en pensez-vous ?  Avez-vous d'autres stratégies pour battre le marché de nos jours ?

Réponses

  • 7 Réponses trié par Votes Date
  • Il y a tellement de produits dérivés sur le marché que quelqu'un qui les comprends bien peut effectuer une combinaison de plusieurs produits et se hedger. Je ne parle pas d'utiliser les produits dérivés sur le day trading mais plutôt comme assurance face à une multitude de possibilité.
  • Sam a dit :

    Il y a tellement de produits dérivés sur le marché



    C'est un point intéressant que tu soulèves.  Il y a surement moyen de tirer profit de la volatilité en utilisant les options.  Par exemple, les options sur le VIX (Volatility Index) pourraient être des candidates.  Je ne m'y connais pas suffisamment pour m'aventurer là-dedans par contre, car le VIX est lui-même un index synthétique basé sur les fluctuations de prix d'autres instruments dérivés (ça commence à être compliqué à évaluer !)

    Voir : http://finance.yahoo.com/q/op?s=%5EVIX+Options

  • Sam
    September 2011 modifié Vote Up0Vote Down

    Un investisseur est devenu célèbre en achetant des put très out of the money puisque le prix d'un put est basé sur la loi normale alors que le marché n'obéit pas à une loi normale. Selon la loi normale, le marché devrait corrigé de 30% une fois tout les 10 000 ans or, il corrige de 30% une fois aux 10 ans.

    À chaque jour, il perdait quelques fractions de cennes par put mais lorsque le marché krash, il fait de l'argent comme de l'eau.

     

    Il y a également de l'argent à faire en shortant les betapros.

     

    Avant la crise des subprimes, certains sont devenus riches en s'achetant des Credit Deffault Swap ou en shortant les obligations de ces subprimes.

     

    Je suis certains qu'il y a un paquet d'autres façon de faire de l'argent avec les produits dérivés comme en combinant des actions avec des commodities

  • Salut EmpCod,

    Ta réflexion est intéressante mais je crois que c'est un mythe de croire qu'il y a plus de volatilité de nos jours que par le passé. J'ai lu quelques livres sur l'histoire de la Bourse entre 1850 et 1950 et les marchés étaient aussi volatils (sinon plus) que maintenant.

    C'est vrai que l'information est beaucoup plus accessible que par le passé, ça égalise les chances en théorie. En pratique, encore faut-il avoir le temps et le courage de passer plusieurs heures à faire de la recherche et à comprendre cette information. J'ai souvent l'impression que les investisseurs amateurs (je m'inclus là-dedans) autant que les professionnels ont une compréhension déficiente et superficielle des titres qu'ils ont en portefeuille.
  • philrancourt a dit :


     J'ai souvent l'impression que les investisseurs amateurs (je m'inclus là-dedans) autant que les professionnels ont une compréhension déficiente et superficielle des titres qu'ils ont en portefeuille.

    Très bon point!
    Plus j'étudie des compagnies, plus je me rends compte qu'il est très
    difficile à trouver les bonnes. Je lis les rapports annuels, j'étudie les
    bilans, je lis toute information apparaissant sur internet concernant mes
    compagnies, mais il me semble qu'il manque encore quelque petite chose pour
    connaitre vraiment les sociétés dans lesquelles j'investis. C'est pour cela que
    la marge de sécurité est si importante. Cette réflexion m’amène à un autre
    point. Êtes-vous de type daubasse( Graham et Schloes) ou plutôt croissance
    (Buffet et Munger)? Dans les deux cas quelle est votre marge de sécurité?
    Je pense que pour un investisseur amateur, détenir plus de 10-15 compagnies
    n'est pas trop pratique.
  • Je pense que je suis un mélange de Buffett et de Fisher (un mélange de pas mal moins bonne qualité il va s'en dire mais quand même...)

    Ma marge de sécurité je la calcule avec des prévisions pessimistes sur chacun de mes titres une fois que j'ai bien compris son modèle d'affaire. Si ma prévision pessimiste me fait quand m'amène à un rendement potentiel intéressant, j'ai un investissement intéressant...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.