Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Le beurre et l'argent du beurre

Si je comprends bien le discours économique actuel :

1. Obama doit relancer l'économie sans dépenser d'argent
2. Obama doit couper les dépenses du gouvernement (i.e. mettre des fonctionnaires dehors) tout en faisant baisser le taux de chômage
3. Et les consommateurs américains doivent consommer plus pour relancer l'économie tout en réduisant leur endettement personnel

Je crois que l'on est à la poursuite d'objectifs assez contradictoires. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Si l'on désire que les gens réduisent leur endettement, il va falloir accepter le ralentissement de la croissance économique qui vient avec...


 

Réponses

  • 6 Réponses trié par Votes Date
  • et pendant ce temps au Canada, on dépense, on s'endette, la SCHL accepte de prendre le risque a la place des banques pour des gens qui mettent des maisons en carton de 600 000$ avec zero cash down (les banques font des cashback).

    On regarde les USA de haut, mais on va suivre leur traces.
  • Personnellement, je ne crois pas à une répétition de 2008 mais je crois qu'on ne peut toujours demander à l'économie de carburer à plein régime. Il faut accepter des périodes de croissance plus lente...
  • D'accord avec Phil. La BDC sera très prudente à ne pas augmenter son taux directeur trop vite. L'immobilier tant qu'à moi est safe au moins jusqu'en 2013 au Canada.
  • Excellente réflexion Philippe, je n'ai rien à ajouter. C'est exactement la réflexion que je me passe depuis le début de cette crise. Le problème qui m'apparaît fondamental est le grand dogme économique qui vise une croissance à tout prix, pour toujours! Ça me paraît illusoire et dangereux, et je ne comprends pas ce besoin absolu de toujours produire plus et consommer plus. Et attention, c'est à ne pas confondre avec amélioration de la qualité de vie. En tout cas, je crois que les Américains et les Occidentaux en général doivent accepter que le monde change et qu'il ne faut plus viser la croissance économique du passé.

    Et malheureusement pour Obama, il est pris dans ce bourbier incroyable, avec une situation qui ne demande que du temps pour s'amenuiser, mais il est en politique et la présidentielle c'est en 2012. Et ça les Républicains le savent et ne veulent que sa peau, plutôt qu'ultimement le bien du peuple américain sans faire preuve de partisanerie. C'est triste tout ce qui se passe de ce côté. 
  • C'est la technologie qui produit de la croissance à long terme. A court terme, les marchés émergents avec leur cheap labor peuvent aider mais à long terme, ce sera uniquement la technologie qui améliorera la productivité et le PIB par habitant d'un pays.

     

    J'ai beau penser bien fort, je ne vois pas quel type de technologie pourrait révolutionner le monde économique à part peut-être la télépathie ce qui est loin d'être fait. C'est sûr qu'on peut augmenter la vitesse des avions de 5% ou la capacité d'un wagon de métro de 3% mais on est loin de la coupe au lèvres. Selon moi, les économies développées sont arrivées à un point où ils croisseront à une vitesse moyenne de 0,5% au cours des 200 prochaines années. C'est un nouvel environnement auquel nous devons tous nous habituer et arrêter de demander aux gouvernements de nous promettre une croissance de 4% d'ici la fin de leurs mandats. Quand ça dépasse 0,5%, c'est parce que c'est artificiellement gonflé par les dépenses publiques. Les USA font un déficit de plusieurs milliers de milliards et ne réussissent pas à créer de croissance. Il serait peut-être temps qu'ils arrêtent de rêver en couleur et acceptent l'évidence.

     

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.