Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Présentation Bruno Généreux

Bonjour,

Je suis inscrit sur la forum depuis septembre 2012, mais je n'ai jamais participé aux discutions. 
Je m'appelle Bruno Généreux, je viens d'avoir 24 ans et j'investis de façon sérieuse depuis 2008. J'ai récemment complété un BAA en comptabilité et en finance et je suis aussi candidat CFA. Durant mes études, j'ai travaillé à temps plein comme analyste pour la lettre financière en ligne gourou.tv qui fait surtout de l'analyse technique et un peu de fondamental, mais je déteste l'analyse technique et j'ai aussi travaillé pendant plus d'un an à la Banque de Montréal. Je fais présentement un stage comme analyste financier dans une firme de gestion de portefeuilles. 

Mon passage chez Décision-Plus alors que j'avais 20 ans a fait renforcé en moi mes convictions anti-spéculation. Je gère mon portefeuille personnel d'une manière peu orthodoxe, mon portefeuille compte une trentaine de titres, de l'emprunt sur marge et une part importante de l'actif total est concentrée sur quelques titres, par exemple, j'ai 20% de mon actif total qui est investis dans Berkshire Hathaway. Il est aussi très rare que je vend un complètement un placement, en fait c'est arrivé deux fois depuis 2010 (je n'ai pas de CELI ou de REER). Avoir beaucoup de titres comporte des désavantages, car on connais moins bien certaines entreprises que d'autres ce qui n'est pas nécessairement rationnel, mais psychologiquement, je vais plus m'intéressé à une entreprise si je suis déjà actionnaire. Je vais peut-être gagner en maturité psychologique dans les prochaines années...

Au plaisir de discuter avec vous dans le futur,

Bruno Généreux

«1

Réponses

  • 32 Réponses trié par Votes Date
  • Bienvenue sur le forum, et au plaisir!
  • Bienvenu Bruno

    Question pour toi? Pourquoi mets-tu de l'argent dans ton 30e titre s'il est moins bon que le premier?
  • @GroupePetroria

    Warren Buffett a déjà dit que quelqu'un qui détenait 50 titres ne serait sans doute incapable de les numérotés de 1 à 50 en ordre de préférence, c'est la même chose pour moi présentement avec un marché qui est relativement bien évalué. Dans un marché déprimé ce serait autres choses et je posséderais sans doutes moins de titres, comme c'était le cas en 2011.

    Je ne compte pas ajouter de nouveaux titres à moins d'avoir une grosse opportunité (fat pitch) pour laquelle je pourrais vendre certains titres. Sinon, je ne pense pas vendre aucun de mes titres pour éviter d'être imposé, à moins que j'aie une raison fondamentale de vendre.

    Certains investisseurs ont très bien réussi en ayant un portefeuille assez diversifié comme Walter J. Schloss et il pouvait possédé beaucoup plus que 30 titres.
  • Bienvenu Bruno

    Question pour toi? Pourquoi mets-tu de l'argent dans ton 30e titre s'il est moins bon que le premier?

    Peut être pour ne pas faire comme plusieur ont fait avec FTP. ;)
  • Et pourquoi pas de CELI, je peux comprendre d'éviter le REER si tes revenus sont encore faibles, mais le CELI pourrait être intéressant, non?
  • Comme tu viens juste de sortir du placard :P, on pourrait avoir un aperçu de ton porfeuille, du style des questions qui avaient été posées récemment, tes trois plus grosses et trois petites positions? Soir bien à l'aise, tu n'es pas obligé de répondre, c'est de la curiosité!
  • August 2013 modifié Vote Up0Vote Down
    Bienvenue Bruno ! J'espere que tu contribueras aussi aux echanges dans ce groupe vraiment unique d'investisseurs. Grace a ce forum, j'ai aussi eu la chance de rencontrer hier 2 grands investisseurs passionnes et connaisseurs (Marc et PO). Nous sommes tous redevable a Phil qui rend tout cela possible. MERCI PHIL ;)
  • August 2013 modifié Vote Up0Vote Down
    Et merci à toi Snowball qui a gentiment payé notre lunch! On t'en doit une.

    En passant, petite parenthèse: le brunch-bourse de Québec était très bien en fin de semaine! Je pense qu'il va falloir en faire un événement récurrent sur une base trimestrielle comme à Montréal! :) reste plus qu'à augmenter le nombre de participants!
  • iSmile a dit :


    Peut être pour ne pas faire comme plusieur ont fait avec FTP. ;)

    Le problème n'a pas été de mettre autant dans FTP ( il est tout de même passe de 11$ a 52$) mais de l'avoir laissé la lorsque l'histoire changeait et que les risques se concrétisaient.
  • Top 5
    Berkshire Hathaway
    CNR
    Dollarama
    Coca-Cola
    ExxonMobil

    3 plus petites positions
    Micheal Kors
    C.H. Robinson Worldwide
    MTY Foods
  • Je suis bien au fait de la fiscalité des placements. 

    Il y a d'autres avantages fiscaux que je peux retirer sans avoir de CÉLI ou de REER. Si on paie plus d'intérêts à notre courtier que le montant total des gains en capital imposables et des revenus de dividendes, on réalise une perte autre qu'en capital qui est déductible de nos revenus totaux.

    Cette stratégie me permet de réduire mes impôts, mais elle peut m'amener à voir de la difficulté à vendre un titre en raison de son impact fiscal. 
  • J'ai déjà la chance de connaître personnellement un très grand investisseur. 
    J'admire la qualité des discussions sur ce forum.
  • Et peut-on savoir qui est ce très grand investisseur Bruno?
  • Il est membre de ce forum.
  • Je suis bien au fait de la fiscalité des placements. 


    Il y a d'autres avantages fiscaux que je peux retirer sans avoir de CÉLI ou de REER. Si on paie plus d'intérêts à notre courtier que le montant total des gains en capital imposables et des revenus de dividendes, on réalise une perte autre qu'en capital qui est déductible de nos revenus totaux.

    Cette stratégie me permet de réduire mes impôts, mais elle peut m'amener à voir de la difficulté à vendre un titre en raison de son impact fiscal. 
    C'est la premiere fois que je vois quelqu'un d'autre que moi qui utilise cette strategie.  J'en ai déjà parlé dans ce post, au fil de la discussion:

    http://forum.entrepreneurboursier.com/index.php?p=/discussion/326/leconomie-immobiliere-au-quebeccanada...-pour-les-annees-a-venir-vos-previsionss-/p1

    Si tu as des enfants (ou si tu en as un jours) c'est fou à quel point cette stratégie peu être rentable si tu abaisses suffisamment tes revenus avec les intérêts déductibles. 
  • Cette stratégie est valide au fédéral mais pas au Québec. Depuis 2004, les frais d’intérêts sont limités au revenus de placements déclarés pour l'année. Le solde non utilisé devient reportable. Et dans le jargon fiscal, il ne s'agit pas de perte autre qu'en capital mais plutot de frais de placements
  • rickdan a dit :

    Cette stratégie est valide au fédéral mais pas au Québec. Depuis 2004, les frais d’intérêts sont limités au revenus de placements déclarés pour l'année. Le solde non utilisé devient reportable. Et dans le jargon fiscal, il ne s'agit pas de perte autre qu'en capital mais plutot de frais de placements

    Je sais, quel tristesse ce fut lorsque Charest changea les règles du jeu au Québec.
  • Effectivement, les intérêts payés sont considérés comme des frais de placement. 

    Les pertes autres qu'en capital regroupent les frais de placement, les pertes en capital au titre de placement dans un petite entreprise, les pertes en capital sur les équipements de pêche et d'agriculture et les pertes d'exploitation d'entreprise agricole. On peut les déduire de notre revenu imposable contrairement aux pertes en capital.
  • C'est bien beau réduire son taux d'imposition, mais reste que faire fructifier une grosse boule de neige à l'abri de l'impôt dans un CELI, c'est intéressant, non?
  • À moins d'en avoir trop pour un CELI JF.
  • Au moins remplir son CELI non, baisser ses impôts, ce n'est qu'un report tant qu'on ne vend pas ses super-gagnants...comme le dit Bruno, ça influence beaucoup la décision de vente la stratégie sur marge avec déductions des frais d'intérêts. Je ne conteste pas la stratégie, mais je vois ça complémentaire. Quoique Pat semble avoir un succès énorme sans recours au CELI et en misant à fond sur la planification fiscale.
  • August 2013 modifié Vote Up0Vote Down

    Il est membre de ce forum.


    bon indice Bruno :)
  • Le problème avec la marge c'est que lorsque qu'éventuellement les taux d'intérêts vont augmenter, ce sera une stratégie qui deviendra de moins en moins profitable et ça va augmenter le risque de manière substantielle.

    Cela dit je crois qu'il serait très sain de revoir des taux d'intérêts plus élevés dans les prochaines années pour encourager l'épargne, réduire les déficits des fonds de pensions à prestations déterminées, aider les assureurs et les personnes âgées. Ça nous libérerait d'une économie basée sur la surconsommation et l'immobilier résidentiel.
  • Effectivement, les intérêts payés sont considérés comme des frais de placement. 


    Les pertes autres qu'en capital regroupent les frais de placement, les pertes en capital au titre de placement dans un petite entreprise, ...
    Mes intérets payés sur ma marge sont déductibles des mon revenu d'emploi seulement au fédéral et reportable contre les revenus de placement (intérêts, dividendes, gains en capital) au provinciale.  Pour mon cas ce serait particulièrment intéressant.

    Tu semble laisser supposer que les intérêts sur marges peuvent être considérés comme perte autres qu'en capital et déductibles des revenus d'emplois. La seul façon que je verra ca possible c'est si tu es un day trader ou en d'autres mots que ton activité d'invetissement soit considéré comme une entreprise.  J'aimerai avoir plus de détail à savoir comment tu peux en arriver à déduire des intérêts de prêts pour investissement de ton salaire autant au provinciale qu'au fédéral.
  • jfmorissette a dit :

    C'est bien beau réduire son taux d'imposition, mais reste que faire fructifier une grosse boule de neige à l'abri de l'impôt dans un CELI, c'est intéressant, non?

    Éventuellement, mais pour les montants actuelles (environ 25 000$ pour le céli) ca fait pas de différence.  C'est bien plus avantageux pour moi d'avoir des intérêts déductibles, en plus de profiter de l'effet de levier.
  • jfmorissette a dit :

    comme le dit Bruno, ça influence beaucoup la décision de vente la stratégie sur marge avec déductions des frais d'intérêts. Je ne conteste pas la stratégie, mais je vois ça complémentaire. Quoique Pat semble avoir un succès énorme sans recours au CELI et en misant à fond sur la planification fiscale.

    C'est vrai que les gains en capital finissent par avoir beaucoup d'importance dans la décision de vente.  Les réaliser tout d'un coup c'est pas possible pour moi.  Mon plan c'est de laisser courrir mes gains autant que possible jusqu'a ce que mes enfants soient plus vieux et que mon taux marginal d'impôts de toutes sortes baisse beaucoup par rapport à aujourd'hui.

    Et laisser courrir ses gains c'est comme profiter d'un levier grstuit grace à l'impôt pas payé sur les gains en capital. Ca permet d'être patient car pour vendre une entreprise que je connais à fond pour en racheter une avec 25% mois d'argent (l'impôt payé sur le gain) faut que le choix soit évident, et ca arrive pas souvent.  Et la patience en bourse, la patience de laisser courrir ses grands gagnants, je pense que c'est une des recettes importantes de l'enrichissement.  Au lieu de viser seulement des 25 ou 30-% de rendement ca permet de voir fleurir des 4, 5, 10 baggers dans son comptes.
  • August 2013 modifié Vote Up0Vote Down

    Le problème avec la marge c'est que lorsque qu'éventuellement les taux d'intérêts vont augmenter, ce sera une stratégie qui deviendra de moins en moins profitable et ça va augmenter le risque de manière substantielle.

    D'une certaine façon tu as raison, mais même avec des taux de 6-7% sur la marge je m'en suis tirer à bon compte par le passé, avec finalement encore plus de déduction.  Je dis pas si les taux seraient de 10% et plus, ca serait probablement ma limite pour abaisser mon utilisation du levier.

    En passant, bienvenu sur le forum Bruno.
  • Je veux dire que les frais de placement sont déductible de mon revenu total. Le concept de perte autre qu'en capital n'a pas rapport avec un revenu d'entreprise.
  • Je veux dire que les frais de placement sont déductible de mon revenu total. Le concept de perte autre qu'en capital n'a pas rapport avec un revenu d'entreprise.

    Quand tu dis de ton revenu total tu le déduis au fédéral seulement et non au provincial n'es-ce pas?

    Quand je parle de revenu d'entreprise, tu peux faire le choix fiscale que tes revenus de trading-investissement  soient considéré comme une "entreprise", comme un commercent en valeur mobilière.  Ca fait que les intérêts sont déductibles autant au provinciale qu'au fédéral directement de tes revenus, comme une dépense d'entreprise, par contre tes gains en capitaux sont du revenu d'entreprise et imposable à 100% au lieu de 50%, comme un revenu d'entreprise.

    C'est peut être pas très clair expliqué comme ca à la va vite sur un forum.
  • Au provincial, les frais de placement sont seulement déductible des revenus de placement et ils peuvent être reportés prospectivement.

    Au fédéral, je peux les déduire de mes revenus totaux.

    Tout ce qui touche mes placements, je les traite fiscalement comme étant des placements. Je sais que des gens peuvent faire le choix de les traiter comme des revenus d'entreprises. Mais encore là, je serais surpris de rencontrer un de ces traders qui a du succès. J'ai déjà été un milieu de travail rempli de ces traders et spéculateurs qui regardent des graphiques durant toute la journée et je ne pense pas qu'aucun d'entre était entrain de ''se mettre riche''.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.