Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Investir dans des gestionnaires de capital

J'ai une question pour vous. Une partie de mon portefeuille d'actions est investi dans les titres de très bons gestionnaires, dans mon cas il s'agit de Berkshire Hathaway, Brookfield Asset Management et Markel. Je vois/voyais cela comme une façon de déléguer une partie de mon capital à d'autres gestionnaires que moi. En même temps, d'une certaine façon, investir en bourse, c'est aussi cela, quelque soit le titre, on laisse les autres faire profiter notre argent. Mais dans ces cas particuliers, je trouve que c'est encore plus vrai et j'ai grandement confiance en la direction de ces entreprises et pour moi c'est une façon de réduire le risque associé à mon stockpicking. Y en a-t-il parmi vous qui faites de même? Pourquoi?

En même temps, de plus en plus souvent, lorsque je vois des opportunités d'investissement, il me semble que je ne veux pas vendre mes autres choix, et si je n'ai pas de nouveau capital à investir, je suis tenté d'aller vendre mes participations dans ces gestionnaires pour l'investir par moi-même. Je suis confiant du rendement que peuvent probablement me fournir ces gestionnaires, or des fois je vois des opportunités ou je voudrais mettre plus et qui serait à mon avis meilleur que mon argent qui travaille passivement via ces investissement en gestionnaires de grand talent. Mais je peux me tromper, on se trompe, et c'est normal, et alors je me demanderai pourquoi je n'ai pas sagement laissé une partie de mon capitale croître plus passivement...je me dis parfois aussi que je leur confierai ce capital lorsque j'aurai vraiment moins de temps pour m'occuper de dénicher des opportunités, mais ça pourrait être vrai pour bien d'autres actions, pas juste ce style là....Trouvez-vous qu'une telle approche a du sens? Je sais qu'il n'y a pas nécessairement de bonnes ou de mauvaises réponses, mais je suis curieux de connaître vos avis.

Réponses

  • 10 Réponses trié par Votes Date
  • JF, ton questionnement me semble très à propos et ...pas évident à répondre. Il est probable que les investisseurs individuels ont implicitement la croyance de pouvoir faire un meilleur rendement eux même (!?)  ou d'avoir un portefeuille plus personnalisé. Juste mes 2 cents
  • Pour ma part, je ne fais pas de distinction comme tu le fais entre les holdings et les compagnies opérantes. Je m'efforce à estimer du mieux que je peux la valeur intrinsèque de chacune des entreprises que je suis et je détermine ma pondération en fonction de ma marge de sécurité.
  • February 2014 modifié Vote Up0Vote Down
    Au final PO, tu résumés assez bien la situation. Est-ce que je dois faire une distinction, ou pas vraiment, c'est un peu la question que je me pose...je le faisais avant, et j'aurais tendance à moins le faire aujourd'hui...humilité versus prétention?
  • À un moment donné en 2006-2007, je me suis posé la même question. Ensuite, j’ai divisé mon portefeuille en deux et je me suis donné 5 ans pour voir si je réussis mieux que les
    gestionnaires chevronnés. Je dirais qu’il y a des avantages et des désavantages.
    Parmi les avantages : on peut investir dans de petites entreprises que les autres n’ont pas nécessairement sur leur radar; il nous sera beaucoup plus  facile à liquider une position sans être obligé à faire des déclarations et donner des comptes rendus aux clients. Parmi les désavantages : il nous faut beaucoup de temps pour analyser les compagnies dans lesquelles on investit et des fois il n’est pas trop évident à se former une idée d’une entreprise de grande taille avec des opérations complexes un peu partout dans le monde ou avec des actives qui ne sont pas trop faciles à comprendre. Pour moi, la conclusion a été qu’il est préférable de se fier à soi-même.
    Par contre, je suis du même avis que Pierre-Olivier : si j’estime qu’un conglomérat comme Berkshire Hathaway est sous-évalué j’embarque sans hésitation. 

  • D'accord avec investisseur_int,le gros avantage d'un petit investisseur est de ne pas être soumis à la loi des grands nombre et de pouvoir investir dans de petites capitalisation qui n'intéresse pas les gros fonds mutuels ou les grands investisseurs et leur milliards.

       
  • February 2014 modifié Vote Up0Vote Down
    philrancourt a dit :

    D'accord avec investisseur_int,le gros avantage d'un petit investisseur est de ne pas être soumis à la loi des grands nombre et de pouvoir investir dans de petites capitalisation qui n'intéresse pas les gros fonds mutuels ou les grands investisseurs et leur milliards.


       



    Ça tombe sous le sens en effet.
    Un autre avantage est de dicter soi-même les règles à suivre et de ne pas avoir de compte à rendre à quiconque. Pour autant que l'on soit discipliné dans son approche, c'est réconfortant de reconnaître rapidement une erreur et de pouvoir la corriger sans avoir à consulter tout le monde et son père.
  • jfmorissette a dit :

    humilité versus prétention?

    Je ne sais pas si c'est la bonne question à se poser.
    Il y a d'excellents gestionnaires de Hedge Funds qui détiennent présentement une importante position dans Berkshire Hathaway par exemple.
    Est-ce qu'ils achètent des actions parce qu'ils considèrent que Buffett est meilleur qu'eux? Je ne crois pas.
    Je pense qu'ils regardent simplement le cours auquel l'action se transige vs leur estimé de la valeur intrinsèque et ils en déduisent que la marge de sécurité est extrêmement élevée pour une prise de risque assez faible.
    Il y a même des gestionnaires comme Mecham qui sont allé sur marge pour acheter du Berkshire...
  • Mohnish Pabrai disait justement qu'il utilisait Berkshire Hathawy comme proxy pour sa position cash dans son fonds.  Son raisonnement est que s'il n'a pas suffisamment d'idées pour investir, au lieu de rester cash il laisse le meilleur gestionnaire de tous les temps gérer sa portion cash à sa place.  C'est défendable, mais à mon avis il serait erronné de ne pas considérer l'évaluation avant d'investir, peu importa la qualité du gestionnaire.
  • Merci pour vos réflexions. Je crois qu'il faut mettre en compétition ce genre de holding par rapport à tous nos titres sans discrimination positive ou négative finalement. Il est évident également qu'il faut toujours considérer l'évaluation d'un titre, quel qu'il soit. Bien que, à évaluation égale, il est peut-être tentant d'acheter ce genre de titre compte tenu du risque assez faible. Je poursuis ma réflexion.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.