Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Investir ailleurs qu'à la bourse

Je me demande si vous investissez dans d'autres véhicules que la bourse, et dans ce cas, quel est votre répartition?

Je pense au-delà des obligations, il y a aussi sociétés privés, l'immobilier résidentiel, locatif, commercial, terrains, stationnements, terres à bois, projets d'efficacité énergétique, et tout autre auxquels je ne pense pas.

Quel rendement visez-vous pour ces différents projets?

Bref, curieux de vous entendre!

Réponses

  • 16 Réponses trié par Votes Date
  • Non, et pourquoi investir ailleurs?  Y'a de tout ce que tu énumères en bourse et en plus tu as de la liquidité.  Tu peux revendre facilement ce qui est pas le cas avec des investissements privés.
  • Personnellement je ne suis pas fermé aux autres investissements mais ce doit être très rentable (genre 30% annuel) et si possible financé par la banque sans garantie personnelle. Ce qui fait que présentement, je n'ai que la bourse! :)
  • D'accord avec toi, je ne suis fermé à rien, mais c'est vrai que pour l'instant, je n'ai que la bourse aussi. Sinon, pour moi, tout projet d'efficacité énergétique sur ma maison vaut la peine d'être étudié et mis en place évidemment.
  • 1 immeuble de 6 logements depuis 10 ans.

    Taux hypothécaire variable: moyenne sur 10 ans 2.5%.
    Versement généreux en capital pour réduire mon terme.
    Je peux me servir de mes revenus de locations pour rénover ma maison 
    ou remplir mon celi avec le RX-V de Snowball ou le CSV de PO.
    Dans ces cas, ma marge de crédit hypothécaire prend le relai 
    et s'occupe des dépenses de l'immeuble, incluant l'hypothèque.
    Je n'exagère pas avec ce bonbon.
    Je prévoie être libre d'hypothèque d'ici 5 ans.







  • DF1 a dit :

    1 immeuble de 6 logements depuis 10 ans.


    Taux hypothécaire variable: moyenne sur 10 ans 2.5%.
    Versement généreux en capital pour réduire mon terme.
    Je peux me servir de mes revenus de locations pour rénover ma maison 
    ou remplir mon celi avec le RX-V de Snowball ou le CSV de PO.
    Dans ces cas, ma marge de crédit hypothécaire prend le relai 
    et s'occupe des dépenses de l'immeuble, incluant l'hypothèque.
    Je n'exagère pas avec ce bonbon.
    Je prévoie être libre d'hypothèque d'ici 5 ans.


    Pas mal ! Pas de problèmes d'entretiens ou de locataires ?
  • March 2014 modifié Vote Up0Vote Down
    Plus jeune j'ai longtemps pensé j'aurai des logements.... Au final ca demande beaucoup travail en plus du risque d'avoir un locataire dsastreux. Depuis j'ai ''dompté'' la bourse...je trouve difficile battre cette avenue d'investissement. La cause première c'est le rendement procuré à mon capital dans l'immobilier qui me freine.

    Je trouve par contre intéressant qu'un jeune s'achète un immeuble à revenu et l'habite.

    Et c'est intéressant d'avoir un revenu régulier autre qu'un salaire.
  • Oui au début, ça été très dur
    J'ai eu le choix de vendre ou affronter les problèmes.

    Maintenant j'ai des locataires honnêtes et responsables.
    J'ai à coeur leur confort et intervient très rapidement en cas de problèmes.



  • March 2014 modifié Vote Up1Vote Down
    DF1 a dit :

    1 immeuble de 6 logements depuis 10 ans.


    Taux hypothécaire variable: moyenne sur 10 ans 2.5%.
    Versement généreux en capital pour réduire mon terme.
    Je peux me servir de mes revenus de locations pour rénover ma maison 
    ou remplir mon celi avec le RX-V de Snowball ou le CSV de PO.
    Dans ces cas, ma marge de crédit hypothécaire prend le relai 
    et s'occupe des dépenses de l'immeuble, incluant l'hypothèque.
    Je n'exagère pas avec ce bonbon.
    Je prévoie être libre d'hypothèque d'ici 5 ans.







    CSV? PO dans Caracara Silver, ça m'étonnerait lol.
  • J'ai des fonds mutuels a cause de la compagnie (obligé), j'ai des ETF pour mes placements et j'ai de l'immobilier.

    Quand j'ai des $ je les met dans l'immobilier. Je suis co-propriétaire d'un 6 logements sur le plateau et on regarde éventuellement pour acheter autre chose.

    aucun meilleur rendement que l'immobilier, surtout qu'on a acheté début années '90.
  • iSmile c'est bien CSU, merci de le préciser.
  • BeachBoy
    Un immeuble me suffit, je préfère exploiter au maximun, mais prudemment, les avantages la marge de crédit hypothécaire.
    Présentement on retrouve plus "deal" sur le marché boursier que sur le marché immobilier.
  • L'immobilier peut s'avérer un placement très intéressant, l'immobilier est une classe d'actif qui a certains des attributs qu'on retrouve dans les actions et certains attributs qu'on retrouve dans les obligations. C'est aussi un placement qui protège généralement bien contre l'inflation.

    Aujourd'hui, les immeubles à logements se vendent à des taux de capitalisation de 4 à 6%, il faut donc être prêt à prendre un levier important pour réussir des rendements intéressants. Il y a 25 ans, les taux de capitalisation, pouvaient être de 10 à 14%.

    Depuis les années 80, les taux d'intérêts sont en baisse, ce qui contribue à faire augmenter les multiples d'évaluation des immeubles et qui par le fait même fait diminuer l'espérance de rendement des acheteurs.
    D'ailleurs certains des coûts liés à l'exploitation d'un immeuble ont augmenter beaucoup plus rapidement que l'inflation au cours des dernières années comme les taxes municipales et les assurances (aussi en raison de la faiblesse des taux). Les bas taux d'intérêt facilitent l'accès à la propriété et ont pour effet de diminuer la qualité des locataires.

    Les bas taux d'intérêts sont cependant très favorable à ceux qui ont achetés il y a longtemps, car ils peuvent refinancer au maximum la valeur de leurs immeubles à leur valeur marchande (gonflé par la faiblesse des taux). Ainsi, ils peuvent soutirer toute cette plus-value sans avoir à vendre et à être imposer sur le gain en capital et la récupération de l'amortissement.

    Ceux qui s'intéressent à l'immobilier devrait seulement s'intéresser au rendement provenant des revenus de location, car le cycle de l'augmentation de valeur des immeubles est chose du passé. À cause de tous ces facteurs, c'est beaucoup plus difficile de trouver de bons placements immobiliers actuellement que ce ne l'était dans le passé. Il peut y avoir des opportunités intéressantes ailleurs que dans l'immobilier résidentiel, dans le commercial, l'industriel par exemple; mais pour cela, il faut généralement disposer d'une fortune importante.

    Si j'étais plus riche et que j'avais plus de temps, je serais intéressé aux terres agricoles. Je trouve d'ailleurs très intéressant le modèle d'affaires de Pangea.
  • Les Agriculteurs de grande culture vivre généralement pas riche !
  • Automne a dit :

    Les Agriculteurs de grande culture vivre généralement pas riche !

    Générallement, ils empruntent plusieurs millions de $ pour avoir un revenu imposable de moins de 100 000$. ROA très faible. 
  • March 2014 modifié Vote Up0Vote Down
    Si je ferai que vivre de mes terres agricoles....j'investirai pas à la bourse faute d'avoir des $$$.

    Une Terre agricole c'est un peu comme un Titre à Dividende. Et ce dernier dépend de la météo local (rendement de production ) et de la météo mondial ( Prix du Marché).

    2013 je vendais du Mais 265$ / Tonnes
    2014 je vends du Mais 190$ / Tonnes.

    Pour le Même Foutu Travail.

    Pour ca j'ai jamais trippé FTP.
    Mais en agriculteur ca prends des terres quand tu produits des unité animales ou bien des receveurs.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.