Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

50 ans de Buffett chez Berkshire Hathaway

Buffett est à rédiger son 50e rapport annuel de Berkshire Hathaway et il prépare un numéro spécial : il nous présentera sa vison pour les 50 prochaines années. Et nous aurons droit à tout un extra : Charlie, qu n'a jamais écrit dans le rapport, fait de même. Ils font l'exercice chacun de leur côté sans se consulter. j'ai hâte de voir ça!

http://blogs.wsj.com/moneybeat/2014/12/12/warren-buffett-looks-ahead-to-berkshires-next-50-years/?mod=yahoo_hs

Mario

Réponses

  • 27 Réponses trié par Votes Date
  • December 2014 modifié Vote Up0Vote Down
    Ce sera en quelque sorte leur testaments!  De la bonne lecture en perspective.
  • J'ai hâte de lire ca!!


  • Le rapport est publié demain 8h00. Je me sens comme un enfant la veille de Noël. En plus les compagnies d'assurances telles que Markel et Fairfax ont eu une bonne année. Ça promet pour BRK.
  • February 2015 modifié Vote Up0Vote Down
    Même les meilleurs font une petite erreur de temps à autre ;)

    We sold Tesco shares throughout the year and are now out of the position. (The company, we should
    mention, has hired new management, and we wish them well.) Our after-tax loss from this investment was $444
    million, about 1/5 of 1% of Berkshire’s net worth. In the past 50 years, we have only once realized an investment
    loss that at the time of sale cost us 2% of our net worth. Twice, we experienced 1% losses. All three of these losses
    occurred in the 1974-1975 period, when we sold stocks that were very cheap in order to buy others we believed to
    be even cheaper.

    et j'ai bien aimé ce rappel aux investisseurs qui pensent que les marchés seront toujours à la hausse comme ces dernières années : 

    Investors, of course, can, by their own behavior, make stock ownership highly risky. And many do. Active
    trading, attempts to “time” market movements, inadequate diversification, the payment of high and unnecessary fees
    to managers and advisors, and the use of borrowed money can destroy the decent returns that a life-long owner of
    equities would otherwise enjoy. Indeed, borrowed money has no place in the investor’s tool kit: Anything can
    happen anytime in markets. And no advisor, economist, or TV commentator – and definitely not Charlie nor I – can
    tell you when chaos will occur. Market forecasters will fill your ear but will never fill your wallet.
  • Un rappel de la pression de l'impérative institutionnelle sur les gestionnaires :

    "A CEO with capital employed in a declining operation seldom elects to massively redeploy that capital into
    unrelated activities. A move of that kind would usually require that long-time associates be fired and mistakes be
    admitted."
  • Quelques points qui ont retenu mon attention :

    I’ve asked Todd and Ted to each take on one as Chairman, in which role they will function in the very
    limited way that I do with our larger subsidiaries. This arrangement will save me a minor amount of work
    and, more important, make the two of them even better investors than they already are (which is to say
    among the best).


    Du Buffett à son meilleur. Quelles autre compagnie penserait à offrir ce genre de formation à ses gestionnaires de portefeuilles?

    Le GECKO qui n'a pas d'agent et qui ne demande jamais d'augmentation de salaire!

    Berkshire Hathaway Energy ne verse pas de dividende. C'est certainement unique comme compagnie d'électricité. Ça diminue les besoins d'emprunt donc les coûts d'intérêts. Plusieurs milliards immobilisés qui ne rapporte rien à court terme. Encore une fois Buffett va à l'encontre des idées reçues et gère pour le long terme.

    Il dit que payé 2x la valeur au livre est trop chère pour les actions de BRK. Il recommande d'acheter un peu en haut du seuil fixé pour les rachats, 1,2x la valeur au livre. Présentement l'action est à 1,5x la valeur aux livres de 146 186$ par actions (P.46).
    Un prix d'achat à 1,25x serait de 182 607 $ pour l'action A et 121,73$ pour l'action B. Basé sur cette information et les résultats correctes sans plus, le titre devrait baisser demain.

    Well,
    Berkshire, by design, had methodological advantages to supplement its better
    opportunities. It never had the equivalent of a “department of acquisitions”
    under pressure to buy.

    Ça me fait penser aux lettre financières et au Cramer de ce monde qui doivent toujours présenter des recommandations d'achats. Moi je ne change pas une compagnie dans mon portefeuille chaque mois!

  • http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-03-25/3g-capital-berkshire-to-buy-kraft-foods-merge-it-with-heinz

    Grosse nouvelle ce matin, Berkshire avait annoncé qu'ils seraient appelés à faire plus de deals avec 3G
  • Je trouve étrange que Berkshire avait vendu presque toutes leurs actions de Kraft, pour participer au rachat de la compagnie au complet peu après. Les synergies avec Heinz sont intéressantes, et 3G va se taper la job de rationaliser et faire le sale boulot...

    Pour Kraft, dur à suivre, séparation de Mondelez, puis fusion avec Kraft, ça bouge vite dans ces grosses boites là!
  • Il y a surtout des avocats et des banquiers qui ont de la suite dans les idées...


  • Pour le annual meeting du 100 ans de Coca Cola

  • J'ai déjà été un actionnaire de KO et un consommateur assidu de leurs produits, mais aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Les ventes de Coca-Cola sont en baisse ces dernières années même avec toute la croissance du niveau de vie dans plusieurs régions du monde et leurs nouveaux produits comme Vitaminwater. Ça va tellement mal qu'ils vendent maintenant du lait.


    Il faut croire que comme moi, plusieurs d'occidentaux ont changé leurs habitudes pour aller vers des breuvages plus santé, dans mon cas ce fut le jus de légummes. Je regarde autours de moi et je ne connais personne qui consomme des boissons gazeuses sur une base régulière comme c'était le cas auparavant. Un peu comme pour la cigarette, ce sont surtout les pauvres qui consomment ces produits. Je ne sais pas à quel rythme la consommation de Coke va chuter dans le futur, mais contrairement à la cigarette, ils ne pourront pas couper dans le marketing et augmenter énormément leurs prix pour gonfler leurs marges et ainsi compenser pour la baisse des ventes.

    Warren Buffett doit bien comprendre que l'action de Coca-Cola est très bien évaluée et que les possibilités de croissance interne durable à long terme sont inexistantes. Mais en même temps vendre en partie ou en totalité les actions de KO que BRK possède leur coûterait une fortune en commissions, escompte et impôts. Je crois qu'éventuellement, ils devraient se résigner à les essaimer si c'est possible. 

    Quand je regarde le Big 4 du portefeuille de BRK, je trouve qu'il y a au moins trois entreprises qui auront des défis énormes au cours des prochaines années soit Amex, Coke et IBM. Leurs moats ne sont plus aussi large qu'avant; selon moi c'est probablement reflété dans la valeur en bourse d'Amex et d'IBM, mais pas encore pour Coke.


  • Je ne suis pas vraiment d'accord avec toi.  Coke a un réseau de distribution innégalable.  Ils peuvent acquérir plein de compagnies "santé" et multiplier leurs ventes par 1000 juste avec leur réseau de distribution.



  • Je suis d'accord avec Bruno. Il est vrai qu'il y a une full d'autres avenus de croissance mais elles sont marginales depuis 15 ans déjà. Coca-Cola essait toujours de vendre des breuvages premium 
    -coke dans une bouteille de vitre 
    -eau Evian à 3$ la bouteille, 
    -eau dasani (de l'eau du robinet) à 2$ la bouteille vs eska/naya/marque maison/nestle à 4$/24 bouteilles
    -vitaminwater à 2.5$ la bouteille vs 1$ la compétition
    -leur énergie drink NOS est seulement en 4e position
    -eau de coco à 4$ pour une petite bouteille et 7$ pour une grande bouteille alors qu'on peut trouver des produits similaires pour 1 ou 2$.

    Leur 2 marques fortes sont en perte de vitesse car ce n'est que de l'eau et du sucre : boissons gazeuses et powerade. C'est d'autant plus domageable que le fait que le coke est en perte de vitesse, les épiciers n'ont plus besoins de vendre leurs produits à perte sur la front page pour attirer les consommateurs. Je n'ai jamais vu des prix aussi élevés que cette année dans la boisson gazeuse. Même dans le temps de Noêl, coke n'a plus de front pages alors que c'était automatique avant dans chaque banière. Depuis plusieurs années, leurs revenus sont en forte baisse et la tendance n'est pas sur le point de se retourner. 
  • Comme je suis un fan de Buffett, je suis toujours septique sur ce genre d'article. C'est comme si quelqu'un voulais montrer à Gretzky comment jouer au hockey.

    Donc selon l'auteur l'énergie renouvelable va détruire les «utility» traditionnelle. Si vous avez compris ça que faites-vous?

    Citation de l'article : « Your (i.e. bershire)regulated utilities own 4,366 MW of renewables while your unregulated renewable subsidiary owns 1,120 MW and is building 830 MW of solar. When your current projects are finished, MidAmerican will have spent $15 billion on renewables.» 

    Il semble investir à la bonne place...
  • @MarioP

    Je n'ai pas écrit ce commentaire pour sous-estimer Warren Buffett, c'était seulement, car l'auteur amenait un doute quant à la pérennité du modèle d'affaire des utilities. C'est aussi le cas selon moi d'autres industries dans lesquels Berkshire est actif comme le courtage immobilier et les concessionnaires automobiles. Mais se sont des activités microscopiques à comparé à la taille de BRK. 

  • Mon commentaires s'adresse à l'auteur du texte et non à toi. Les auteurs mettent ce genre de titre pour attirer les clics. Investir dans des entreprises en décroissance ne doit pas faire peur à Buffett : son empire est partie d'une compagnie de textile Nord-Américaine. 

    Je ne fais pas ce genre d'investissement mais si Buffett est capable d'estimer les cash-flow résiduels d'une entreprise, il peut les actualiser et mettre une valeur dessus. Il reste à comparer le prix demandé à la valeur obtenue.

    Comme il l'a fait avec le Berkshire original, il prend les cash-flow de l'entreprise en décroissance et les réinvestit dans les activités à fort potentiel de croissance. Les autres utilities versent la majeur partie de leur cash-flow en dividende et ce qui reste sert à maintenir les actifs dont la valeur décroit. Ça me semble un bon avantage concurrentiel.
  • @MarioP

    Sur ça je suis d'accord avec toi à 100%.
  • L'offre est déposée et acceptée pas le board de PCP. 235$ l'action, 21% de plus que le prix à la fermeture de vendredi.


  • MarioP a dit :

    L'offre est déposée et acceptée pas le board de PCP. 235$ l'action, 21% de plus que le prix à la fermeture de vendredi.



    Mario, j'imagine ta conjointe plus riche ce matin.....:)
  • :0) et en plus la compagnie reste dans la famille via BRK. À la valeur au livre PCP représente 10% de BRK.
  • Y avait-il des actionnaires de PCP sur ce forum?
  • Via Giverny seulement !
  • iSmile a dit :

    Y avait-il des actionnaires de PCP sur ce forum?

    Oui. J'en ai acheté après avoir lu ceci en juin dernier (j'ai eu de la chance dans mon timing)

    http://finance.yahoo.com/news/lou-simpson-adds-precision-castparts-190931136.html

    http://www.insidermonkey.com/blog/warren-buffett-and-prem-watsa-both-love-these-five-stocks-355556/2/

    De plus Francois Rochon en avait parlé dans la Gazette il y a un an:

    http://www.montrealgazette.com/business/François+Rochon+time+stock+attractively+priced+securities/10129064/story.html

    De plus, Morning Star indiquait que le titre était sous-évalué.


Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.