Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Comment vous investissez pour vos enfants?

Bonjour, j'ai un petit de 18 mois et je veux y bâtir un portefeuille avec l'argent qu'on reçoit du gouvernement et autres.

J'ai lu là discussion sur le REEE et je n'étais pas fan de ce véhicule financier avant et après lecture je ne le suis toujours pas.

Donc je me demande que faites vous pour vos enfants?

À ma conaissance un CELI il pourra en ouvrir un à 18 ans.

Je ne suis pas certain mais je crois qu'à 14 ou 16 ans on peu y ouvrir un compte en banque et avec permission parentale il peu commencer dans la bourse (ou nous pour/avec lui).

Mais que faire en attendant?

Pour le moment j'investis son argent à mon nom hors compte enregistré. 

Avant trop d'argent s'accumule, est ce le meilleur moyen?

Que faite vous?

Quels sont nos options?

Merci


Réponses

  • 28 Réponses trié par Votes Date
  • Qu'est-ce que tu n'aimes pas avec le REEE?
  • 17 Mar modifié Vote Up0Vote Down
    Bonjour,

    Il faudrait aussi savoir quand vous voulez léguer de l'argent. Je pense que ca peut changer les plans si vous désirez que les retraits aient lieue au début de la vie adulte de vos enfants ou à votre décès à vous.

    Mais perso je ne vois pas de meilleur véhicule que le REEE... je ne peux pas penser à un scénario de succession où l'impôt peut être amoindrie de meilleur façon.

    Personnellement, j'investie dans le REEE, mon argent et les cadeaux vont là. J'investie dans des ETFs à faible coût et j'enregistre les titres pour le réinvestissement des dividendes et je dort tranquille.
  • francois a dit :

    Qu'est-ce que tu n'aimes pas avec le REEE?

    Je citerais mes raisons mais cela va dévier les résultats que je souhaite obtenir de ce post.

    J'aimerais voir les autres options qui sont disponibles.

    Si la majorité pointe vers le REEE, on va discuter mes raisons.


    jmelanson a dit :

    Bonjour,


    Il faudrait aussi savoir quand vous voulez léguer de l'argent. Je pense que ca peut changer les plans si vous désirez que les retraits aient lieue au début de la vie adulte de vos enfants ou à votre décès à vous.

    Mais perso je ne vois pas de meilleur véhicule que le REEE... je ne peux pas penser à un scénario de succession où l'impôt peut être amoindrie de meilleur façon.

    Personnellement, j'investie dans le REEE, mon argent et les cadeaux vont là. J'investie dans des ETFs à faible coût et j'enregistre les titres pour le réinvestissement des dividendes et je dort tranquille.

    L'argent serait à léguer a un moment opportun de la vie de mon/mes enfants. Pas nécessairement pour les études. Personnellement je trouve les études ne coûtent pas cher au Québec. 

    Peut-être lors de l'achat d'une maison, voiture ou juste léguer le portefeuille pur qu'il continue à l'investir.

    Le plan est pas encore couler dans le béton.

    Je cherche simplement le meilleur moyen de faire croître de l'argent pour mon fils sans qu'il sois limiter dans son utilisation dans le futur.
  • Vous n'avez pas lu beaucoup sur le REEE alors. Il peut faire ce qu'il veut avec l'argent (pas juste pour les études), vous pouvez même le reprendre (en partie). Il pourrait très bien retirer le REEE progressivement et le mettre dans son CELI, assumant que le CELI existera dans le futur.

    Vous me semblez plus concerné par l'accessibilité à l'argent que l'impact fiscal, je pense que ca devrait être le contraire.
  • J'irai dans le même sens que jmelanson, REEE, j'ai convaincu mes deux enfants d'investir leur argent de travaux d'été dans un REEE, je leurs ai fait suivre leurs rendements et subventions du même coup sa leurs à initiés à l'épargne , mon plus vieux étais vraiment content d'avoir tous cette argent pour pouvoir s'acheter sa premier auto et je pense que c'est ce qu'il l'incite à prendre Administration à l'Université ... et ne vous faites pas de plan coulé dans le béton il penve changer.
  • REEE aussi sans hésitation. Je ne crois pas qu'on peut battre un compte avec subvention qui croit à l'abri de l'impôt et qui sera imposé dans les mains de l'enfant au moment du retrait (subvention et gain, pas le capital investi on s'entend).

    Je viens tout juste d'avoir un enfant et je pense ouvrir un REEE chez Questrade pour investir dans des ETF sans frais à l'achat.

  • Je te recommande le REEE individuel ou familial, si tu as l'intention d'agrandir ta famille.
    Ne tombe surtout pas dans le panneau du REEE collectif.

  • Reee familial dans mon cas pour les mêmes raisons mentionnées par @jmelanson et autres comparses. À moins de vouloir utiliser une marge pour faire fructifier l'argent pour tes enfants, je ne vois vraiment pas pourquoi on utiliserait un autre régime.
    Encore là, je ne vois pas trop pourquoi s'embêter à épargner sur marge pour ses enfants alors que le gouvernement te donne déjà 30% sur ton 2500$ annuel.
  • 17 Mar modifié Vote Up0Vote Down
    REEE aussi - meme si j'admets ne pas etre 100% certain des implications au retrait puisque mes deux enfants sont tres jeunes...

    Je fais un "pret sans interets" qui grandit a l'abri des impots a mes enfants a la hauteur de $2500 par an & par enfant (pour maximiser le 20% du federal) pendant 14.4 ans (contribution gouvernementale max de $7200 par enfant au federal). 

    A la sortie des fonds pour l'universite, je planifie de recuperer tout mon capital ($2500*14.4) sans aucun impact fiscal pour moi, alors que toutes les contributions du gouvernement ($250*14.4 au federal - chanceux les qubecois pour un match en plus!!) ainsi que les gains en capital & dividendes seront imposes a mes enfants, qui en premiere annee d'universite ne seront pas a un taux d'imposition eleve on s'entend!

    C'est tout juste en haut???  Ca me semble en effet dure a battre!


    J'ai mis ma contribution 2017 il y a deux jours dans Couche Tard a $58 - en esperant qu'il y aura encore de l'essence dans ce monde dans 18 ans! : ) 
  • Ça s'appelle l'unanimité ça.
  • @jonathan peut-être tu devrais "hedge" ton ATD.B avec du TSLA :)

    Le meilleur scenario: tes enfants ont mis de l'argent de côté et son capable de contribuer à leurs études en travaillant. Les subventions et le revenu gagné leurs sont versé et ils déposent ca dans leur CELI pour continuer leurs habitudes d'épargne.

    Le pire scénario: tes enfants veulent aller à La Voix et n'en ont que dalle d'un diplôme professionnel: ils veulent chanter pour vivre. Tu dois rembourser les subventions, mais tu peux tout virer les revenus gagnés dans ton REER et les cotisations à ton CELI. 


  • Mon point de vue est très différent. J’ai deux filles,
    chacune ont terminé un diplôme universitaire et travaillent dans leur domaine.
    Sans être aussi strict que Warren Buffet avec ses enfants, elles n’ont jamais
    reçu d’argent de leurs parents. J’ai même collecté les retours TPS et crédit
    Solidarité de ma plus jeune. Pour moi, c’est logique car c’est nous qui payait l'essentiel de ses dépenses.



    Jeunes, elles ont eu de l’argent de poche. À l'adolescence, quand leurs désirs de consommation ont augmenté, elles ont commencé à travailler pour payer leurs dépenses
    personnelles, car l'argent de poche que nous leur donnions n'augmentait pas. Elles ont ainsi appris à connaître la valeur de l’argent.



    Quant à nous, leurs parents, tant qu’elles ont été aux
    études (c'était l'entente), on a payé beaucoup de choses : logé, nourri, vêtu, avec
    appartement à l’extérieur pour les stages, auto fournie si nécessaire, et études payées bien
    sûr. Ma plus jeune vient de sortir de l’université à 25 ans, avec une maîtrise
    et aucune dette.



    Ainsi, il me semble qu’elles peuvent être d’autant plus
    fières de leur compte de banque. C’est de l’argent qu’elles ont elles-mêmes gagné.
    Quand ma plus jeune s’est acheté son auto, neuve, je l’ai accompagné  dans sa démarche d’achat mais pas endossé :
    c’est sur son propre crédit qu’elle a passé au financement et c’est sa propre
    dette qu’elle a contractée. Je lui ai simplement montré comment se structurer
    un budget et comment gérer cet endettement  (c’est pas parce qu’elle est comptable qu’elle
    est pour autant une experte en finances personnelles).



    Ma plus vieille s’est acheté un duplex avec son conjoint sans un sou des
    parents.



    Par contre, quand papa et maman vont quitter cette terre,
    elles auront sûrement de quoi assurer leurs vieux jours. L’héritage viendra …
    quand nous n’en aurons plus besoin.



    Quant aux REEE, pour moi, peut-être à tort, je m’en suis
    toujours tenu loin. Je n'aime pas les contraintes. Oui peut-être un gros
    retour d’impôt au départ, mais en retour, quelles sont les clauses ? Je préfère ne pas me
    sentir attaché, et être le patron de mon argent. REER et CELI me suffisent.




  • bernard a dit :



    Quant aux REEE, pour moi, peut-être à tort, je m’en suis
    toujours tenu loin. Je n'aime pas les contraintes. Oui peut-être un gros
    retour d’impôt au départ, mais en retour, quelles sont les clauses ? Je préfère ne pas me
    sentir attaché, et être le patron de mon argent. REER et CELI me suffisent.



    Bonjour Bernard,

    Il semble ici qu'il y ait une contradiction dans votre commentaire. Vous mentionnez que vous évitez le REEE parce que vous n'aimez pas les contraintes. Le REER n'est-il pas un régime tout aussi contraignant, sinon plus que le REEE? Également, vous auriez pu traiter exactement de la même façon avec vos filles tout en investissant dans le REEE. Ce n'était pas mutuellement exclusif.


  • La grosse contrainte du reee est que ça coute très cher si l'enfant ne se rend pas aux études post-secondaire. Beaucoup d'élèves décrochent. Même dans les meilleures familles. Même dans les familles où les 2 parents ont des études post-secondaire et croient beaucoup à l'éducation.
  • Sam a dit :

    La grosse contrainte du reee est que ça coute très cher si l'enfant ne se rend pas aux études post-secondaire. Beaucoup d'élèves décrochent. Même dans les meilleures familles. Même dans les familles où les 2 parents ont des études post-secondaire et croient beaucoup à l'éducation.

    Si pas d'étude: Tu dois rembourser les subventions gouvernementales. C'est tout:


    Toutefois, certains régimes collectifs peuvent imposés des contraintes supplémentaires, informez-vous.

  • @bernard

    Vous ne pouvez pas déduire de votre déclaration d'impôt les cotisations aux REEE: ce n'est donc pas un moyen de retarder l'impôt comme le REER (outre les gains produit par les placements, bien sûr)
  • 18 Mar modifié Vote Up0Vote Down

    Ca ne coûte pas cher si les enfants ne vont pas aux études. Il faut alors rembourser les subventions comme le dit @mistert et vous pouvez retirer l'argent des cotisations pour en faire ce que vous voulez. Le partie du gain doit être déclaré comme revenu ou roulé vers votre REER.

    Votre argent a donc le temps de fructifier avec pas mal les mêmes véhicule financiers (outre les options) que les autres comptes, tout ça à l'abris de l'impôt, avec un prêt levier sans intérêt (subventions) qui peut éventuellement devenir carrément une bourse d'étude.
  • polangevin a dit :

    bernard a dit :



    ll semble ici qu'il y ait une contradiction dans votre commentaire. Vous mentionnez que vous évitez le REEE parce que vous n'aimez pas les contraintes. Le REER n'est-il pas un régime tout aussi contraignant, sinon plus que le REEE? Également, vous auriez pu traiter exactement de la même façon avec vos filles tout en investissant dans le REEE. Ce n'était pas mutuellement exclusif.

    Merci Pierre Olivier. Je confonds toujours REEE avec les REEE collectifs. Les REEE individuels ont-ils été mis en marché en même temps que les collectifs ? si oui, c'est une opportunité que j'ai manqué.



  • Merci Pierre Olivier. Je confonds toujours REEE avec les REEE collectifs. Les individuels ont-ils été mis en marché en mëme temps que les collectifs ? Si oui, c'est une opportunité que j'ai manqué. 
  • bernard a dit :

    Merci Pierre Olivier. Je confonds toujours REEE avec les REEE collectifs. Les individuels ont-ils été mis en marché en mëme temps que les collectifs ? Si oui, c'est une opportunité que j'ai manqué. 

    Je n'ai pas pa réponse à votre question, je crois que lorsque le régime fut créé, il était impossible d'avoir un REEE autogéré mais ça a changé depuis. Quelqu'un peut-il confirmer? La gestion administrative des REEE est vraiment importante avec les deux subventions gouvernementales et généralement, les comptes de REEE ne sont pas les plus garnis... cela fait en sorte que les courtiers n'aiment pas les offrir.

    Les REEE collectifs sont à éviter. Daniel Germain du journal Les Affaires a écrit deux bons articles à ce sujet il y a quelques mois. Il serait pertinent de les consulter, ils sont probablement disponibles sur lesaffaires.com


  • Je confirme qu'à une certaine époques (années 90) il n'y avait que les REEE collectifs sans les subventions. Malheureusement pour moi c'est à cette époque que ma fille était en âge pour le REEE. Je n'ai profité que 2 ou 3 ans du régime actuel.

    Toutefois comme je ne compte pas tout dépenser mon capital j'épargne toujours pour elle. En fin de compte le plus important c'est d'amasser un capital au nom des enfants et de le faire fructifier le mieux possible. Des fonds indiciels dans un REEE c'est à peu près Imbattable comme rendement. Sinon des actions qui paient peu de dividendes et qui composent bien question d'éviter l'impôt. Pour moi Berkshire a produit de très bon résultats.
  • Je confirme l'existence des REEE individuels ou familiaux (non-collectifs) depuis au moins 1997. J'ai ouvert en 1999 un REEE pour ma fille qui était agée de 9 mois à l'époque. Idem pour mon fils en 2001. Les deux régimes ont été ouverts via un courtier à escompte proposant des fonds communs de placement. Pour ma petite dernière, née en 2009, j'ai ouvert un compte autogéré la même année chez Disnat.

  • Maintenant, je serais curieux de connaître les raisons de MikeS de ne pas ouvrir de REEE pour les enfants.

  • Sako a dit :

    Maintenant, je serais curieux de connaître les raisons de MikeS de ne pas ouvrir de REEE pour les enfants.

    Je suis encore la t’inquiète. :)

    Avant tout, merci à tous d'avoir contribuer. Aussi je me demande comment aurait virer la conversation si j'aurais pas dit ma position sur le REEE. 

    Donc à ce que je lis, il semble qu'il y a aucune autre option pour nos enfants que le REEE. Je suis un peu décu et surpris.

    Mais d'un autre coté j'ai appris des choses.

    Je dois dire qu'après lecture je vois que mon opinion sur les REEE était grandement influencer par les REEE collectifs qui eux ont plusieurs conditions.

    Toutefois REEE individuel ou familial sont finalement plus beau que je les voyais.

    ----

    Ma crainte était la limitation de l'utilisation de ces fonds si jamais mes enfants n'allait pas à l'école.

    D'après vos commentaires et d'autres lectures si je comprends bien:

    - Dans le pire de cas (enfant va pas aux études):

    je peu retirer mon capital initial
    je rembourse les subventions 
    les intérêts de mon capital et celui des subventions je peu les prendre mais je vais devoir payer de l'impôt
    d'après ce que j'ai lu, l'impôt va être calculer à mon taux lors du retrait + 20%. (je suppose le 20% est pour compenser les intérêts générés par les subventions)

    Est-ce que quelqu’un peu confirmer ou corriger cela?

    ---

    Par la suite, je fais affaire avec TD Waterhouse et Tangerine. Selon vos expériences (j'ai pas verifier si ces banques les offres) mais quel banque offre des REEE ou je pourrais les géré moi même et investir dans des Fonds mutuels et ETF et evidemment des actions.

    Merci à tous.



  • La plupart des grandes banques vont offrir les comptes REEE auto-géré, devises US et CAN.
    Le 20% est une pénalité qui peut être éviter si vous avez de l'espace de contribution REER.

    Cherche REEE sur google, il y a une panoplie d'articles sur Les Affaires qui répondent déjà à tout ce qu'on a répondu ici! Juste éviter les liens "universitas" ;)
  • REEE c'est trop génial.  Tu obtiens immédiatement 30% en cadeau!  Rien d'autre n'est aussi généreux! 

    Je prévois utiliser l'argent des REEE pour bien d'autres choses que les études... entre autre pour acheter une voiture à ma fille. 

    Si quand elle finira ses études il restera un bon montant dans le reee... je vais utiliser mes cotisations inutilisées au REER pour amoindrir l'impôt à payer sur les intérêts. Il y a 4 ans de différence entre mes enfants, je pense retirer du REEE de la plus vieille pour cotiser dans celle de la plus jeune pour obtenir 2 fois les subventions à partir du même capital! 

    Et pour moi le REEE est de l'argent à moi pour payer des dépenses à elles. Ce n'est pas nécessairement de l'argent qui leur sera entièrement donné à elles.  Mais en mettant 2500$ par année dès la naissance, je prévois qu'il y aura plus de 60 000$ par enfant dans les REEE. 

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.