Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Ce type est à surveiller

David Desjardins est un investisseur qui est encore très jeune, mais il a le mérite d'avoir paru au moins deux fois dans des entrevues du G&M en plus d'avoir fait des stages d'étudiant dans la recherche. Pour son portefeuille personnel, il semble avoir une approche ''deep-value''. Il sera probablement intéressant à suivre dans le futur.




Réponses

  • 5 Réponses trié par Votes Date
  • J'ai lu quelques articles.  C'est pas mauvais mais je trouve que le fait que les stocks qu'il trouve sont souvent très déficitaires fait un peu mal et m'enlève le goût de les considérer.
    Si au moins il y en avait 1 avec un profit à 0 et un net cash..
  • C'est aussi un "contrarian" et cela peut l'amener dans des situations embarrassantes comme celle de titrer sur Seeking Alpha (17 mars 2017) qu'il ne toucherait pas à Dollorama, même avec une pole de 10 pieds. La suite de l'histoire est que DOL a une fois de plus livré des résultats époustouflants (+20% depuis). David faisait état, entre autres, de manque de catalyseurs (catalyst) pour justifier le prix de l'action. Le timing était mauvais puisque la compagnie avait plein de catalyseurs à signaler: l'ouverture de 300 plus de magasins que prévus, l'acceptation des cartes de crédit, le relèvement de ses prévisions pour l'année, la bonne réception des marchandises de 3.50 et 4$, etc. On apprend aussi que l'option Dollarcity tient et que l'absence de nourritures périssables la démarque de ses concurrents américains. Le kid devra aussi apprendre à composer avec la critique étant donné qu'il n'a pas répondu aux commentaires rattachés à son article. D'autant que le titre frisait l'arrogance. Le gars va apprendre et merci Bruno pour le profil, son style valeur explique mieux son malaise avec le prix de DOL. C'est toujours le même dilemme d'évaluation avec les titres de croissances de qualité.
  • Un style d'investissement comme Benjamin Graham (100% valeur).

    Il achète des compagnies dont la valeur au livre est beaucoup plus grande que la capitalisation boursière.  Des mégots de cigarette dont il reste qu'une bouffée comme Buffett et Munger le disent.

    Mais il est pas mal axé sur le secteur des ressources et je pense que le grand danger dans ce genre d'investissement est de tomber dans des values traps.

    Pas vraiment mon genre d'investissement.

  • Lorsqu'on est jeune, on a peut-être tendance à être un peu arrogant, mais on devient plus sage en vieillissant...

    Sa stratégie peut possiblement encore bien fonctionner dans le futur, mais je me demande s'il va toujours y avoir autant de très petites capitalisations dans lesquels il est surtout actif.
  • J'ai discuté avec lui.  Il essai de créer des liens avec des fonds d'investissements pour mettre de la pression sur ces small cap et ainsi faire changer la direction.  Je trouve que c'est très brillant mais que c'est énormément de travail et sans énorme chance de succès à court ou moyen terme.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.