Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Réponses

  • 9 Réponses trié par Votes Date
  • Je viens de finir le 2013. Je constate que les chouchous et rejets ont eu à peu près la même performance !!!

    Je vais ajouter les autres dans les prochains jours.
  • Le "position sizing" ou le montant consacré à un titre dans un portefeuille est un aspect que nous ne discutons pas souvent ensemble. Pourtant c'est souvent une décision capitale dans le rendement et la gestion du risque. J'oserais même avancer que c'est peut-être l'erreur la plus fréquente pour un investisseur débutant.

    Vous vous souvenez de la fois où vous avez rencontré un investisseur ayant un capital total de 22 k$ qui vous explique que son capital a triplé et que son portefeuille est composé à 70 % d'un titre fantastique X ?

    Dans un autre contexte un investisseur avec un portefeuille de 10 M$ pourrait être bien avisé de détenir 1 M$ de BRK.




  • Merci Phil, très bonne initiative je trouve. 

    Cela étant dit, l'exercice a évidemment ses limites, car il n'y a plus du tout de gestion active pour éliminer certaines titres comme le disait Mario. Mais je pense que ça permettra quand même d'avoir une perspective différente que la durée de 1 an avec laquelle on s'amuse habituellement.

    Le commentaire de snowball est très intéressant aussi. Le montant consacré aux titres ne ressort pas dans notre exercice. La gestion du risque est différente dans mon portefeuille réel où je vais mettre un 1-2% sur un Shopify pour débuter alors que ça constitue 1/6 de mon portefeuille chouchou.

    Pour ma part, le "position sizing" est quelque chose qui dépend encore trop du moment dans ma carrière d'investisseur où j'ai mes idées, dans le sens que j'ai bien plus d'argent maintenant et j'entre donc de façon plus pesante sur des titres que je pouvais le faire à une époque où il y avait peut-être de plus belles opportunités mais moins d'argent. Et il y a une certaine inertie dans mon portefeuille qui fait que je ne réalloue pas dynamiquement le poids de chaque titre, ayant le réflexe de simplement conserver de bons titres, sans trop réajuster la position relative. Cela dépend donc du montant initial investi (et ajout subséquent potentiel) et de la croissance.
  • snowball a dit :

    Dans un autre contexte un investisseur avec un portefeuille de 10 M$ pourrait être bien avisé de détenir 1 M$ de BRK.





    Il pourrait même monter à 2m et bien dormir


    ;)
  • 9 Jan modifié Vote Up0Vote Down
    Concernant le position sizing j’ai été longtemps comme toi J-F. Toutefois aujourd’hui j’ai tendance à rebalancer mon portefeuille plus régulièrement. J’ai une douzaine de titres qui représente 6-7% de mon portefeuille. Si un titre monte rapidement de 30% il représente alors 10 % de mon portefeuille. Une telle hausse est rarement dû à la seule performance de la compagnie. Je la considère un peu sous évaluée et je m’attends à une baisse de 15 à 20 %. Si je vends pas une partie de mes actions après la hausse je serai moins enclin à pouvoir en racheter lors de la baisse. Idéalement j’en vends 30% après la hausse et je rachète ces actions lorsque je considère que la surévaluation a disparu.

    Ce n’est pas infaillible mais avec un portefeuille assez stable comme le mien ça me donne l’impression de faire quelque chose ;))
  • 9 Jan modifié Vote Up0Vote Down
    MarioP a dit :

    snowball a dit :

    Dans un autre contexte un investisseur avec un portefeuille de 10 M$ pourrait être bien avisé de détenir 1 M$ de BRK.





    Il pourrait même monter à 2m et bien dormir


    ;)
    C'est exactement le point que je voulais mettre en évidence. Le montant et le % par titre est à mettre dans le contexte du contenu et de l'envergure du portefeuille. Dans une autre perspective ...si ton portefeuille vaut 10 M$ et est composé à 80-90 % de largecaps ta plus petite capitalisation qui compose 1 % de ton portefeuille ajoute un risque marginal. 
  • Les résultats pour 2014 :


    Pour l'exercice 2014, les rejets (+110%) écrasent clairement les chouchous (+48%). A noter que chacun des portefeuilles contient une compagnie qui a fait faillite !!!
  • Pour 2015, la logique est respectée avec les chouchous (+37%) et les rejets(-20%).

    On avait aussi une catégorie "super rejets" cette année là qui fait un étonnant +26% grâce à une banque russe, un cablo-distributeur de l'Alaska et un fabricant de machine qui fait de l'eau pétillante !!!

  • Pour 2016, on avait seulement un portefeuille chouchou qui fait présentement un bien modeste +8%


    General Communication, MTY et GM se démarquent. Sears, David's Tea et Home Capital Group coulent le portefeuille.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.