Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

Question sur la marque Danier

Hello,

Cher amis, connaissez-vous la marque de vêtements et accessoires Danier ?

Je suis en train d'analyser la société et aimerais savoir :

- Si vous la connaissez ?

- Si oui, quelle perception avez-vous de leurs articles (qualité, prix, popularité, évolution de ces facteurs sur les dernières années, etc...) ?

Une fois cet élément manquant recueilli, je ne manquerai pas de partager avec vous mon analyse et les conclusions de celle-ci.

Réponses

  • 16 Réponses trié par Votes Date
  • Personnellement je connais personne qui achète là, mais la cie me semblait intéressante. Je l'avais regardée en 2009 et j'aimais pas les pertes. Nate de oddball à fait un bon article sur eux récemment.

    http://www.oddballstocks.com/2012/02/branding-this-canadian-leather-retailer.html
  • Je n'ai jamais même entendu ce nom, ils font quoi?!
  • Vêtements et accessoires en cuir. La marque se veut bonne auprès de sa clientèle. J'ai lu des bons feedbacks d'une dizaine de personnes sur le net. Malheureusement, comme je ne vis pas au Canada, je ne peux pas aller visiter les boutiques facilement (ce que j'ai tendance à faire avec les retaillers). Je voulais voir si je peux éviter de me payer un billet exprès pour ça, si jamais quelqu'un connait :-).

    Il me semble avoir fait une bonne analyse financière, mais j'essaie de faire un peu de "scuttlebutt" aussi.

  • février 2012 modifié Vote Up0Vote Down
    Je ne dois pas être la clientèle cible!

    Tu vis à quel endroit? J'ai l'impression que la plupart des intervenants de ce forum sont Québécois, mais j'imagine qu'on a aussi des visiteurs d'ailleurs?
  • Actuellement en Allemagne; je bouge pas mal pour mes clients. Je suis russe à l'origine, donc très loin du Québec :-).
  • Il y a un magasin pres de chez moi, mais je ne suis jamais allé car je ne suis pas tres "cuir".
  • février 2012 modifié Vote Up0Vote Down
    Cuirs Danier est un titre bien connu des investisseurs valeurs canadiens.

    Le problème, c'est que Danier est considéré comme un titre valeur depuis les années 90, ce qui en fait probablement davantage une value trap aux yeux du marché.

    Le gestionnaire canadien "deep-value" Irwin Michael aime bien ce titre :


    Michael a acheté le titre à 10$ en 2003, le titre est présentement à 11$... Ça accrédite la thèse de la value trap sauf que... sauf que le management semble gérer un peu mieux le capital depuis 2 ans. Il y a eu un gros rachat d'action en 2010. 

    Voici l'opinion de Michael en septembre dernier :

    At its current price of $10.50 per share, DL shares are currently trading at just 0.8x tangible book value.  With $6.13/share in cash and no debt, we believe the market is effectively attributing just $4.37 per share for Danier’s operations. Given that the company has just earned $1.57 per share and demonstrated significant year-over-year growth in earnings (23%), we believe the shares are extremely undervalued at current levels. 

    Difficile de lire le paragraphe précédent sans être tenté d'acheter...

      
  • février 2012 modifié Vote Up0Vote Down
    Ce qui me pousse à vouloir investiguer, c'est tout ça :EV/EBITDA < 1.5;Prix / Cash Flow avant taxes : 5.4x;32.3m CAD de Cash sans dette (60% de la capitalisation);22.4% de réduction du nombre d'actions et extension de l'autorisation de rachat d'action à 5% de la capitalisation boursière pour 2011-2012;Le retour sur capitaux ajusté par rapport au cash est élevé (EBT/Capitaux propres moins cash : 32%);Le CEO a l'air bon et possède environ 26% des actions. Il agit dans l'intérêt des actionnaires du moins.

    Pour moi, c'est peu de riques de perte permanente en capital à long terme, à condition que les ventes puissent continuer suffisamment pour payer la location des magasins. Ca a l'air d'être le cas, mais ça mérite une petite visite pour en avoir le coeur net, à mon humble avis. La culture de l'entreprise et l'attitude des vendeurs sont les points différenciants dans un business aussi spécialisé que celui de Danier.

    Danier a aussi réduit ses coûts en modifiant sa stratégie de sourcing (prestataires asiatiques). Les coûts des opérations ont été réduits de 2,5 millions par an par rapport à 2009 ! Danier depuis 2010 n'a plus rien à voir avec le Danier du passé a priori, car les marges brutes sont passées de 41 à plus de 52%.

    Les stocks ont été réduits et le caractère saisonnier du business aussi, grâce aux accessoires.

    Un tel business pourrait se vendre, sans croissance, à 7x le cash flow pre-tax de 10 millions (ou 8,5 fois les profits pour ceux qui aiment bien évaluer à la Graham), soit environ 70 millions plus le cash de 32 millions, soit 102 millions, soit le double d'aujourd'hui.

    Disons que la situation me semble asymétrique en termes de risque par rapport retour possible sur investissement, d'où ma question sur les magasins.

  • février 2012 modifié Vote Up0Vote Down

    J'ai aussi regardé DL a quelques reprises au cours des dernières années et je suis d'accord avec toi Philippe en ce qui concerne l'apparence de "value trap".

    En ce qui concerne les commerces de détail, un point important a considérer est la valeur actualisé des baux. Si la compagnie ne possède pas ses locaux (très souvent le cas) elle a un passif  (les baux) qui ne figure pas en tant que tel au bilan.

    En ce qui concerne DL, il n'y a pas de dettes au bilan mais la cie a quand même des engagements qui devraient ou  pourraient être considérer comme un passif.

    Quand aux boutiques, je dirais un gros "bof". Franchement, je ne comprends pas que DL soit encore rentable, je croyais vraiement qu'il aurait été rayé de la carte il y a quelques années déjà. Toutes les fois ou j'ai vu leur boutique, il n'y avait personnes comparativement aux autres boutiques de mêmes centre d'achat.

    J'imagine que la performance ne vient pas du Québec mais des autres provinces.

    Un dollars canadiens fort les avantages, cela est surement une des raisons de leur performance des dernières années. Advenant un recul du $Can vers les 85CUS ca changerait le portrait financier.

    DL, c'est le genre de cie qui va toujours se transiger à rabais jusqu'a ce qu'il ait un "catalyst". Il y a des investisseurs qui attendent depuis de nombreuses années cet élément déclencheur...

     

  • Merci pour ton commentaire eddyc. Très Intéressant.

    Pour les baux, je ne les considérerais pas comme un passif à la condition qu'ils puissent toujours être réglés par les opérations. C'est pour cela que j'insiste bien sur le fait que le business doit pouvoir rester vivant de manière certaine pour que l'analyse vale qqch. Sinon, ce sera un flop total, c'est sûr.

  • février 2012 modifié Vote Up0Vote Down
    Une belle trouvaille Sergio.
    J'ai déjà entendu ce nom, je sais qu'ils sont dans le cuir effectivement. Ce que je trouve intéressant, c'est la quantité de cash qu'ils ont et le fait qu'ils ont racheté des actions. Même s'ils n'ont absolument aucune croissance, s'il décident de racheter agressivement des actions, ça peut être un coup de circuit. Maintenant, il reste à connaitre la direction et à bien saisir leurs intentions. Est-ce qu'ils ont un plan de rachat d'actions autorisé? Qu'est-ce que la direction répond à la question: «Qu'allez-vous faire avec tout ce cash?».

    Définitivement un titre à creuser davantage. À 50M$ de capitalisation boursière, ça doit être assez facile de parler à la direction...

    EDIT: Ok je viens de lire l'ensemble des post et certaines de mes questions ont été répondues. Merci!
  • février 2012 modifié Vote Up0Vote Down
    "Même s'ils n'ont absolument aucune croissance, s'il décident de racheter agressivement des actions, ça peut être un coup de circuit. "

    C'est ca le catalyste le plus probable, a premiere vue. Si le CEO fait comme Henry Singleton et rachete toutes les actions qu'il peut tant que le prix est beaucoup en dessous de la valeur intrinseque, tout devrait bien aller dans le long terme. En fait, plus les actions restent basses longtemps, le mieux c'est avec cette strategie.
  • février 2012 modifié Vote Up0Vote Down

    Pour ceux qui demeure dans la région de Montréal et ne connaissez pas la cie. Et bien sachez que la cie a 8 magasins dans la région.

    Si vous n'avez jamais entendu parler de cette cie, ca vous donne une idée de la puissance de la marque.

     

     

  • Les plans pour le cash sont clairs (tu peux téléphoner à la compagnie et parler au président sans trop de soucis) : il y a un plan de rachat d'actions autorisé jusqu'en mai 2012 pour 5% de la capitalisation boursière.

     

  • La marque n'est pas très forte mais pas inconnue non plus.  C'est pas Coke mais c'est pas aklsjdfla non plus. :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.