Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





L'Avantage Compétitif Durable (ACD)

Un entrepreneur boursier est à l'affut d'entreprises performantes sur le long terme. La caractéristique de ces entreprises est souvent de posséder un Avantage Compétitif Durable (ACD : Acronyme pour la simplicité des discussions). Cette discussion soulève les éléments suivants : 
- Nature de l'Avantage Compétitif Durable
- Présence d'un ou plusieurs avantages compétitifs dans une compagnie
- Acroissement, persistance ou disparition de l'ACD dans la société
- Création de nouveaux ACD avec les nouveaux business models, de nouveaux secteurs, de nouvelles tendantces
- Illusion d'un ACD pour de multiples raisons : dynamisme du secteur, management, opportunité temporaire,...

Réponses

  • 27 Réponses trié par Votes Date
  • MTY Food Group (Bien évidemment :)
    Pour moi MTY à l'ACD suivant :
    - Consolidateur de sociétés dans un secteur fragmenté
    - Présence d'un business modèle demandant peu de Capex
    - Economies d'échelle dupliquables derrière les bannières
    - Expertise dans l'animation et le soutient des franchisés
    - Talent de rénovation des bannières et des recettes

    Cet ACD est complété par un management : 
    - Peu gourmand en rémunération (PS : je ne suis pas Eric Lefebvre :smile:)
    - Discipliné dans ces acquisitions
    - Impliqué dans le capital

    Pour moi l'ACD de MTY se renforce avec l'augmentation des ventes qui permet des achats groupés plus importants et des remises auprès des fournisseurs et qui permett de proposer à termes des produits moins chers.

    L'ACD réside tout simplement dans la stratégie et l'execution sur le terrain du management. Cela est il duplicable? Vu les performances de certains concurrents (Recipe,...), je pense que la discipline d'execution est l'atout maitre de cet ACD. Le choix de développer un projet en interne ou de racheter une société à un certain prix au vu de la rentabilité explique pour moi le succès de cette compagnie sur le long terme.

  • La barrière à l'entrée est un autre point majeur pour évaluer un Avantage Compétitif Durable.  Le CP et le CN est un bel exemple.  Je ne vois pas un compétiteur potentiel développer un jour un réseau de chemin de fer comparable à celui du CN et le CP car c'est tout simplement impossible et je vois difficilement un moyen de transport plus économique pour transport de gros volumes de marchandises.

    Barrière à l'entrée n'égale pas nécessairement potentiel important de croissance à long terme.

  • Oui tout à fait, la barrière à l'entrée est exogène si elle concerne le secteur comme la position géographique d'une concession d'un aéroport ou le monopole donné par l'Etat à une entreprise sur xxx années. L'historique d'accumulation du capital est endogène à une entreprise et est surement plus durable. Après vu le cout du financement actuel et la taille des IPOs, tout est possible quand on voit Aramco, ou (feu) Ant Financial... 

    Je pense que l'accumulation de plusieurs avantages compétitifs dans certaines compagnie est plus rare et explique souvent le succès de celles ci :smile:
    Facebook ou Google sont pour moi le parfait exemple.
    Ils ont réussi à devenir la référence des réseaux sociaux (Network Effect) et en plus à consolider leur secteur pour créer un univers d'applications, un écosystème à part entière.

  • Le podcast avec Pat Dorsey que j’ai mentionné ici: http://forum.entrepreneurboursier.com/discussion/comment/25984/#Comment_25984 faisait une belle synthèse du sujet.
  • @jfmorissette super, +++ merci +++
    Oui, c'est super intéressant. Je vous conseille aussi de regarder cette vidéo de Morningstar :


  • Montjoie a dit :
    MTY Food Group (Bien évidemment :)
    Pour moi MTY à l'ACD suivant :
    - Consolidateur de sociétés dans un secteur fragmenté
    - Présence d'un business modèle demandant peu de Capex
    - Economies d'échelle dupliquables derrière les bannières
    - Expertise dans l'animation et le soutient des franchisés
    - Talent de rénovation des bannières et des recettes

    Cet ACD est complété par un management : 
    - Peu gourmand en rémunération (PS : je ne suis pas Eric Lefebvre :smile:)
    - Discipliné dans ces acquisitions
    - Impliqué dans le capital

    Pour moi l'ACD de MTY se renforce avec l'augmentation des ventes qui permet des achats groupés plus importants et des remises auprès des fournisseurs et qui permett de proposer à termes des produits moins chers.

    L'ACD réside tout simplement dans la stratégie et l'execution sur le terrain du management. Cela est il duplicable? Vu les performances de certains concurrents (Recipe,...), je pense que la discipline d'execution est l'atout maitre de cet ACD. Le choix de développer un projet en interne ou de racheter une société à un certain prix au vu de la rentabilité explique pour moi le succès de cette compagnie sur le long terme.

    Premièrement, je tiens à dire que je ne dis absolument pas que MTY est une mauvaise entreprise, AU CONTRAIRE. Par contre, je ne pense pas que MTY possède des avantages comparatifs très forts.

    J'ai quand même beaucoup lu sur Pat Dorsey et même fait plusieurs présentations sur ses livres et recherches.

    Management is not a moat! MTY possède une très belle équipe de direction, mais ce n'est pas un moat en soi. Dorsey présente ça comme l'exception à la régle : 
    • A tiny minority of managers can create enormous value via astute capital allocation even if they don’t start with great horses
    Intangible assets : Je ne pense pas que MTY possède vraiment une marque spectaculaire où les gens sont prêts à payer le gros prix pour aller manger-là. Mais, je peux certainement me tromper là-dessus.

    Switching cost: Ne s'applique pas vraiment.

    Network effect: Pas vraiment pour ce genre de business. 

    Cost advantage: Il y a en peut-être un avec le regroupement de bannière, ou peut-être même à leur usine de production, mais encore là, je peux me tromper, mais je pense que c'est marginal. 

    Faut également faire attention lorsqu'une entreprise commence à investir à l'extérieur de son moat. MTY est très fort dans les foires commerciales, mais on se demandait si ça allait foncitonner lorsqu'ils se sont mis à achetés des restaurants un peu plus traditionnels (Scores, Bâton Rouge, etc.). Je ne dis pas que c'est ce que MTY a fait, mais à surveiller.

    CN et CP, qui sont pris en exemple ici, ont certainement un plus gros moat. Construire un nouveau chemin de fer demanderait possiblement l'accord des gouvernements, mais je ne suis pas certain que c'est la priorité d'accorder la construction de nouveaux chemins de fer sur le territoire en ce moment (ni dans le futur d'ailleurs!)
  • Hello @ffournier, je pense exactement le contraire. Je pense modestement qu'il manque dans la liste l'élément suivant :
    - la consolidation d'un secteur fragmenté
    C'est un moat stratégique à exercer dans l'exercice de l'art comme Constellation Software avec un management qui drive une équipe de M&A ayant des ressources en interne conséquente et via un réseau de boutiques externes et qui transmet cette stratégie en formant le management en devenir comme Berkshire.

  • novembre 2020 modifié Vote Up1Vote Down
    Montjoie a dit :
    Hello @ffournier, je pense exactement le contraire. Je pense modestement qu'il manque dans la liste l'élément suivant :
    - la consolidation d'un secteur fragmenté
    C'est un moat stratégique à exercer dans l'exercice de l'art comme Constellation Software avec un management qui drive une équipe de M&A ayant des ressources en interne conséquente et via un réseau de boutiques externes et qui transmet cette stratégie en formant le management en devenir comme Berkshire.

    Dans toutes mes lectures, je n'ai jamais vue la consolidation d'un secteur fragmenté comme étant un avantage comparatif.. mais évidemment, je n'ai pas tout lu ce qu'il y a d'écrit à ce sujet! 

    Et le problème avec ça, s'il s'agit d'un moat, c'est qu'il n'est pas super fort comme moat. 
    Prenons exemple, Patient Home Monitoring (fait mal encore d'y penser), eux, voulaient consolider le marché des soins à domicile. Le management était clairement plus faible que celui de MTY, et donc, le résultat n'a pas été convaincant.

    Donc, demain matin, on remplace toute l'équipe de direction de MTY par une équipe moins forte, il est possible que la compagnie n'aille pas super bien dans les prochaines années. 

    Exemple d'une compagnie avec un fort moat. Microsoft a eu Steve Balmer comme CEO pendant des années, et a survécu, malgré disons des décisions douteuses.
  • Super point, quel a été le problème avec Steve Balmer ou avec Patient Home Monitoring?
  • Montjoie a dit :
    Super point, quel a été le problème avec Steve Balmer ou avec Patient Home Monitoring?
    Pat Dorsey aime souvent dire que Balmer s'est promené avec une torche dans les couloirs de Microsoft et a essentiellement brûlé du cash! Selon moi, sa plus grosse gaffe aura été de sous-estimer le marché du mobile (en fait, j'ajouterais même d'avoir sous-estimé le brand Apple pré-iPhone). Je te dirais que ce n'est pas normal que Microsoft ne soit pas du tout dans le marché du mobile (vous allez me dire qu'ils ont essayé avec Windows Phone, mais bon). C'est quoi présentment, 30%-70% iOS vs Android? Il me semble qu'il y aurait de la place pour un 3e joueur.

    Pour Patient Home Monitoring (premièrement, je tiens à dire que je ne compare PAS DU TOUT PHM à MTY). Grosso modo, c'est ça, un financier de Wall Street qui avait vu une opportunité dans un marché fragmenté, a voulu en profiter, mais ça n'a pas fonctionné. Ça fait longtemps, mais possiblement, pas de cash flow positif, de la dilution en masse (soutenue en disant que c'était pour des acquisitions), genre de trucs qu'il faut que tu te fasses prendre une fois dans ta vie pour pas refaire la même erreur! Mais, ce problème-là n'est pas arrivé avec MTY, comme tu l'as dit, ce sont des opérateurs hors pairs, mais selon moi, ce n'est pas un moat (ou bien un moat très faible si l'en est un).
  • novembre 2020 modifié Vote Up0Vote Down
    Tu soulèves un bon point ffournier. J'ai toujours considéré que l'avantage de MTY était d'être excellent opérateur et excellent en acquisitions. Couche-Tard aussi. Mais c'est vrai que c'est pas mal dépendant de l'équipe de gestion en place. Je suppose que c'est en partie intégré dans la culture aussi, par les peocessus et l'expression d'une vision.
  • Sophie a dit :
    Tu soulèves un bon point ffournier. J'ai toujours considéré que l'avantage de MTY était d'être excellent opérateur et excellent en acquisitions. Couche-Tard aussi. Mais c'est vrai que c'est pas mal dépendant de l'équipe de gestion en place. Je suppose que c'est en partie intégré dans la culture aussi, par les peocessus et l'expression d'une vision.
    Faut quand même relativisé là, une bonne équipe de direction est un avantage, mais selon les études de Dorsey, ce n'est pas un "moat" en bonne et due forme.

    Pour Alimentation Couche-Tard, il y a une nuance à faire et j'y reviendrai. 

    Deux points qui font en sorte que je ne considère pas que Couche-Tard a un grand "moat" dans le sens de Dorsey. 

    - Premièrement, un post sur deux sur ce forum sur le thread de Couche-Tard est relié à la voiture électrique et comment cette nouvelle industrie est soit une menace (pour les pessimistes) ou une opportunité (pour les optimistes). En bourse, on le sait, les pessimistes ont l'air de génies, les optimistes font de l'argent!

    - Deuxièment, il y a encore pas si longtemps, le management voulait garder ses actions multivotantes afin de s'assurer du contrôle des activités de l'entreprise... De dire alors que l'équipe de direction est importante devient un euphémisme dans ce cas!


    Là où je pense que Couche-Tard est en train de se développer un "moat" (un vrai!), c'est dans le branding (l'image de marque). On le sait, c'est CircleK qui va devenir la marque mondiale de Couche-Tard (sauf au Qc). Sans dire que les gens vont aller payer plus chers leur essence dans un CircleK vs une autre marque, je pense par exemple, qu'un Nord-Américain en voyage en Europe ou Asie, pourrait choisir un CircleK versus une autre marque simplement par la confiance créée par la marque. (Vous êtes à Hong Kong par exemple, vous n'avez pas peur de vous faire cloner votre carte de crédit dans un CircleK vs un dépanneur du coin à côté.).

    Par contre, Brand est probablement le "moat" le plus faible, car si tu ne fais rien avec ce brand, bien ça ne sert à rien. 
  • Pour Couche-Tard la culture s'exprime entre autre par l'organigramme. Ce que les grosses compagnies appellent le siège social s'appelle le centre de service. Il n'y a pas de décision opérationnelles qui se prennent dans les bureau administratifs. Cela donne de la flexibilité pour que chaque région gère en fonction de sa clientèle. Le jour où cet élément changeras se sera la fin de ma participation dans la compagnie. Pour bien comprendre comment ça fonctionne il faut lire le livre de Alain Bouchard. Berkshire Hathaway a une structure semblable pour d'autres raisons. Il y a West Jet que je connais avec une façon de faire semblable et si vous en connaissez d'autres j'aimerais le savoir.
  • MarioP a dit :
    Pour bien comprendre comment ça fonctionne il faut lire le livre de Alain Bouchard. 
    Ce livre est excellent!
  • L'ACD de Couche Tard est interessant. Vu l historique de la societe, on peut penser que la valorisation integre un risque de remise en cause de son ACD. Organiquement 30 a 40% de ses ventes sont menacees sur le long terme. Cependant l electrique peut compenser ceci. La concurrence avec des eparkings d enseignes de restauration, des drives de restaurant, de supermarches et des parkings, de bureau de domicile de centre ville rendra cependant la concurrence plus intense.Geographiquement, cela va surement pousser l entreprise a racheter des emplacements de type epicerie en centre ville et peut etre d evoluer vers le rachat de petits supermarches.
    L ACD de Couche Tard est il menace? Si ils continuent leur politique d acquisitions, le succes sera d apres moi toujours au rendez vous mais avec une evolution du mix produit plus oriente vers la praticite, l impulsion d achat en centre ville et le repos et l accueil du conducteur de vehicule dans les stations service. On pourrait imaginer des plateformes de 2 - 3 corners et des services, de la food d impulsion et des services pour les conducteurs.
    Je pense que le marche des depanneurs est encore tres fragmente a l international et que des petites chaines de supermarches pourraient etre integrees a la strategie d acquisition pour augmenter les volumes d achat. 
    La pression des ventes organiques sur une categorie de produit meme importante va pousser l entreprise a proteger son ACD vers de nouveaux formats de vente, de nouvelles categories de produits compatibles par capilarite a l existant. Cela me fait penser a l evolution des produits proposes par Apple suite a la domination de Microsoft sur les OS. 
  • https://sabercapitalmgt.com/end-of-mean-reversion/

    J'ADORE les Sabre Notes du gestionnaire de portefeuille John Huber (Saber Capital). 

    À lire et relire et relire et relire....

    Power Law Distribution: « Applied to the market, this means most of the value created comes from a small minority of companies»

    Je crois que l'investisseur qui est capable de s'approprier et de comprendre parfaitement le contenu de ce texte devrait être en très bonne position pour choisir les compagnies gagnantes des 10 prochaines années et surtout, éviter les perdantes. 

    John Huber explique le moat de plusieurs entreprises suivies sur ce forum et pourquoi leur moat devient si grand une fois qu'une certaine taille est atteinte (tipping point) :

    - Copart
    - Costco
    - Google
    - Facebook
    - Zoom
    - Paypal
    - Twilio (nouvelle entreprise à mettre sur le radar pour moi)
    - Stripe (private)

    Je ne maîtrise pas encore totalement les concepts mis de l'avant dans cet article mais je vais lire et relire jusqu'à ce soit graver dans mon cerveau. 

    Bonne lecture! 

  • Merci Louis pour le partage, c'est enrichissant, à lire et à relire pour assimiler.

  • @louis1000er ; Vraiment intéressant!
    En fin de texte il y avait un lien vers un texte de cet été à propos des Compagnies Technos vs Non Technos.  Vraiment intéressant aussi!
    https://sabercapitalmgt.com/stock-pickers-market/

    Ça rejoint un peu la discussion que j'avais avec mon associée cette semaine, comme quoi ce qui est ''software'' et ''paiements'' est très ''scalable'' donc il y a un potentiel supplémentaire.
  • Pour ceux qui ont aimé les textes de John Huber, j'avais posté un entrevue avec lui dans les podcast à écouter, n'hésiter pas à le consulter.
  • La reproduction de l'objet ou du service dans l'ACD est un point interessant. Dans le cas de Couche Tard ou de Boyd, le format est identique. On pourrait le comparer a du numerique. L  adaptabilite et la singularite du produit service peut devenir un ACD mais la complexite de la mise en place et les couts supplementaires engendres peuvent etre un obstacle a la rentabilite. Un produit numerique proposant une complexite infinie est gage de succes potentiellement selon moi.
  • @Sophie @jfmorissette

    On dirait que Howard Marks (Oaktree/Brookfield) a écrit un memo de 18 pages pour me faire comprendre ce que vous essayez de me dire:

    https://www.oaktreecapital.com/docs/default-source/memos/something-of-value.pdf

    C'est exactement le genre de truc que j'ai besoin de lire pour ajouter une nouvelle corde à mon arc d'investisseur. 

    « In the past, bargains could be available for the picking, based on readily observable data and basic analysis. Today it seems foolish to think that such things could be found with any level of frequency. If something about a company can be easily read in an annual report, or readily discovered by a mathematically competent analyst or a computer, it stands to reason that, in most cases, this should already be appreciated by the marketplace and thus incorporated in the prices of the company’s securities. That’s the essence of the Efficient Market Hypothesis. Thus, in the world we live in today, investing on the basis of rote formulas and readily available fundamental, quantitative metrics should not be particularly profitable. (This is not necessarily true during market downturns and panics, when selling pressure can cause prices to decouple from fundamentals.) It also stands to reason that in a time when readily discernable quantitative data is unlikely to produce high-profit opportunities:

     

    - If something carries a low valuation, there’s probably a good reason

    - And successful investing has to be more about superior judgments concerning (a) qualitative, non-computable factors and (b) how things are likely to unfold in the future. 
»

     

    2021 commence très bien côté apprentissage et lectures de qualité  :)



  • 14 jan modifié Vote Up0Vote Down
    J’ai bien aimé cette lettre et en plus l’annexe, la transcription d’une conversation avec son fils, m’a bien fait rire. Oubliez les noms inscrits, transportez vous à l’Amère à boire et vous pourriez entendre la même conversation entre moi et Phil  ;)

    Ce paragraphe est le plus important pour m’aider à comprendre des bouts qui me manquaient pour évaluer la valeur de certaine compagnies 

    • As developing and scaling new products is much easier in the digital world (often requiring little more than engineers and code), it’s never been more possible for companies to develop completely new avenues of growth, further extending their runways (Amazon’s AWS and Square’s Cash App are two notable examples). This gives real value to intangibles such as exceptional management, engineering talent and strategic positioning with customers.

      Je dois ajuster la façon dont j'évalue une entreprise pour tenir compte de possibilités futurs en plus du marché actuel de la compagnie. Je ne sais pas comment j'arriverai à ça mais c'est le défi.
  • MarioP a dit :
    J’ai bien aimé cette lettre et en plus l’annexe, la transcription d’une conversation avec son fils, m’a bien fait rire. Oubliez les noms inscrits, transportez vous à l’Amère à boire et vous pourriez entendre la même conversation entre moi et Phil  ;)

    Lol ! Oui, en effet. Je pense que je m'entendrais bien avec ce Andrew Marks en matière d'investissement.

    C'est vraiment une remarquable synthèse de la part d'Howard Marks de tout le débat "valeur vs croissance". Un débat que j'ai toujours trouvé un peu confus... D'abord, parce qu'il y autant de définitions de l'investissement valeur qu'il y a d'investisseurs valeur... Aussi parce que plusieurs affirment que ce n'est pas un vrai débat, car la croissance peut être vue comme une composante de la valeur. Bref, "toute est dans toute" comme dirait Raoul Duguay...

    Pourtant, je suis d'accord avec Howard Marks qu'il y a un vrai débat et une véritable différence de vision. Si on oublie quelques secondes les termes valeur et croissance, le "vrai" débat selon moi est entre l'approche quantitative et l'approche qualitative. Ou si vous aimez mieux : quand vous prenez une décision d'achat, est-ce les aspects quantitatifs ou les aspects qualitatifs qui pèsent le plus lourd dans votre décision ?

    C'est rare que ce soit 50-50. Pour ma part, je dirais que mes décisions sont 80% qualitatives 20% quantitatives. Pour un investisseur valeur traditionnel, c'est probablement l'inverse. Mais on peut aussi trouver des gens se disant des investisseurs valeurs, mais qui sont comme le type mentionné par Marks qui possédait Amazon il y a 15 ans... (parlait-il de Bill Miller?) D'où la confusion du débat valeur/croissance, c'est beaucoup plus clair quand on regarde ça sous l'angle quantitatif/qualitatif.

    Bref, je crois que je m'éloigne du sujet du fil sur les avantages compétitifs d'une entreprise... on pourrait certainement reprendre bien des éléments du texte de Marks sur le fil "être différent de la foule".
      
  • On peut revenir au analogie avec le hockey. Il n’y a pas un style d’investissement qui convient à tout le monde. Guy Lafleur, Bob Gainey et Larry Robinson avaient des style bien différents mais les trois étaient indispensables pour avoir la dynastie que le Ch a eu. Le style qui nous convient dépend de notre personalité et de nos « talents ». Il n’y a pas une façon unique d’obtenir des résultats satisfaisants en investissement.

    Pour me convaincre d’investir à la bourse j’ai dû trouver la réponse à la question « qu’est-ce qui empêche une action d’aller à zéro? ». La réponse qui m’a convaincu c’est : à un prix assez bas quelqu’un va acheter la compagnie au complet pour empocher les profits. Mon style d’investissement, qui évolue toujours depuis 35 ans de pratique est toujours basé sur cette prémisse. Et je ne dérogerai pas de cette pratique pas plus que Bob Gainey n’aurais pas eu de succès s’il avait tenter de jouer comme Guy Lafleur.  Je ne veux surtout pas déclencher un débat à ce sujet. Cvie omme je l’ai dit il y a plusieurs style d’investissements différents qui peuvent avoir du succès. Buffet et Gates sont les meilleurs amis du monde, deux des plus riches du monde et pourtant leur façon d’aborder le monde des affaires sont très différente.
  • Pour revenir sur le sujet de l’ACD c’est définitivement un aspect qualitatif qui me préoccupe. Hier j’ai fait des recherche sur Haivision, un titre sélectionné pour le concours du portefeuille 2021. Haivision fourni du matériel et du logiciel pour le streaming de contenu vidéo. La première question qui m’est venu c’est pourquoi j’achèterais leur produits plutôt que d’utiliser Zoom? Je ne dois pas être le seul à me poser cette question puisque la compagnie y répond sur son blog. Ce que j’ai compris de la réponse c’est beaucoup pour obtenir une qualité de transmission similaire à celui de la télévision. Pour moi il y a des chances non négligeables que Zoom et ces compétiteurs équivalent atteignent un niveau de qualité équivalente d’ici quelques années. Donc j’en conclus que Haivision n’a pas d’ACD face à Zoom qui est disponible à moins chère. c’est la fin de mon analyse et je n’ai pas regardé sérieusement les chiffres même si je me dis un investisseur valeur.

    Quelqu’un avec des connaissances techniques pointues dans le domaine pourrait plutôt conclure que Zoom ne pourra jamais offrir le même niveau de qualité et sécurité et conclure que cette compagnie a un ACD. Donc pour lui ça serait un bon investissement mais pas pour moi car je ne suis pas en mesure de comprendre l’ACD de la compagnie. 
  • MarioP a dit :
    Pour revenir sur le sujet de l’ACD c’est définitivement un aspect qualitatif qui me préoccupe. Hier j’ai fait des recherche sur Haivision, un titre sélectionné pour le concours du portefeuille 2021. Haivision fourni du matériel et du logiciel pour le streaming de contenu vidéo. La première question qui m’est venu c’est pourquoi j’achèterais leur produits plutôt que d’utiliser Zoom? Je ne dois pas être le seul à me poser cette question puisque la compagnie y répond sur son blog. Ce que j’ai compris de la réponse c’est beaucoup pour obtenir une qualité de transmission similaire à celui de la télévision. Pour moi il y a des chances non négligeables que Zoom et ces compétiteurs équivalent atteignent un niveau de qualité équivalente d’ici quelques années. Donc j’en conclus que Haivision n’a pas d’ACD face à Zoom qui est disponible à moins chère. c’est la fin de mon analyse et je n’ai pas regardé sérieusement les chiffres même si je me dis un investisseur valeur.

    Quelqu’un avec des connaissances techniques pointues dans le domaine pourrait plutôt conclure que Zoom ne pourra jamais offrir le même niveau de qualité et sécurité et conclure que cette compagnie a un ACD. Donc pour lui ça serait un bon investissement mais pas pour moi car je ne suis pas en mesure de comprendre l’ACD de la compagnie. 
    Merci @MarioP pour l'analyse.

    J'ai également décidé de ne pas y investir (même si je l'ai nommé pour un de mes choix du portefeuille 2021). Ce n'est pas dans mon cercle de compétence. Offre de produits/services très difficile à comprendre. J'ai été attiré par la compagnie pour quelques raisons: Insider ownership élevé, entreprise profitable depuis longtemps, très belle croissance des ventes et des profits, secteur prometteur, évaluation raisonnable, etc. Cependant, en faisant des recherches sommaires, j'ai moins aimé lorsque j'ai compris que c'était principalement une compagnie qui fournissait du hardware pour le streaming. C'est beaucoup moins «scalable» que si c'était du software. Mais anyways, j'ai de la difficulté à comprendre ce qu'ils font. Pour le moment, bien content de ne pas avoir investi, le titre est en rempli majeur depuis ma mention de l'entreprise pour mon portefeuille 2021.

    Je n'y connais absolument rien en technologie et ça ne m'intéresse pas du tout pour être honnête. Actuellement, je reconnais que c'est mon talon d'achille en tant qu'investisseur et que si je veux être en mesure d'identifier les entreprises dont parle John Huber dans sa dernière note ou Howard Marks dans son dernier memo, je dois me botter un peu le derrière pour m'y intéresser. Mais la réalité est que ça ne fait pas partie de mon cercle de compétence à l'heure actuelle. 
  • @louis1000er, vraiment intéressant la lettre d'Howard Marks.  Ça fait du bien de mettre des mots sur ce que je fais. Je vais peut-être arrêter de trouver que je devrais calculer plus.
    MarioP a dit :
    Le style qui nous convient dépend de notre personalité et de nos « talents ». Il n’y a pas une façon unique d’obtenir des résultats satisfaisants en investissement.
    Bien d'accord. Je fais mes analyses qualitatives parce que c'est ce que j'aime faire et j'ai l'impression que c'est comme ça que mon cerveau fonctionne : je suis analytique et créative. J'aime ça lire des statistiques disparates, faire des liens entre des concepts et imaginer le futur. Malgré que j'aie beaucoup d'études en Finance donc les habiletés mathématiques, je préfère passer le plus clair de mon temps à lire et réfléchir. Tant mieux si ce que je fais est bien adapté aux opportunités offertes à notre époque.

    J'ai bien aimé l'entrevue de Katherine Collins dans le podcast ''Invest like de Best''. (Qu'un membre du forum m'a envoyé il y a quelques années! merci!) Elle pense que la Théorie Financière s'est penchée sur les équations au début en disant que le reste était important mais qu'on y reviendrait plus tard (''toutes choses étant égales par ailleurs''), mais que ça a dérapé et qu'on s'est centré beaucoup trop sur les mathématiques. 
    https://podcasts.apple.com/jm/podcast/katherine-collins-impact-esg-investing-invest-like/id1154105909?i=1000435046765

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.