Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

Value trap ou coup de circuit potentiel?

Ma question fait suite à quelques échanges que j'ai eu sur le forum et ailleurs avec ceux qui investissent dans le «deep value».

Je me demande comment les investisseurs deep value font pour différencier le coup de circuit d'une value trap? Est-ce que vous cherchez à faire la différence ou vous achetez tout simplement en espérant que peut être un jour quelque chose arrive? Si vous cherchez à faire la différence, quels sont vos principaux critères? Le modèle d'affaires a-t-il une certaine importance dans tout ça? Cherchez vous des catalyseurs pour accompagner sa situation de faible évaluation?

Réponses

  • 6 Réponses trié par Votes Date
  • En voilà une excellente question.
    Dans la sphère deep value, il est absolument très compliqué de différencier une poubelle d'un vilain petit-canard...
    On peut simplement essayer d'adopter quelques garde-fous, en premier lieu duquel un bilan safe : très peu de dettes, bien capitalisée.
    Ensuite, la marge de sécurité la plus importante qu'il soit, notamment si l'entreprise ne fait aucun bénéfices et est un vrai "cigar butt".

    Ensuite, sur ce genre d'investissement, c'est la tendance globale de votre portefeuille qui est importante.
    Je veux dire par là qu'il faut nécessairement une bonne diversification (c'est ce qu'à toujours enseigné le maître).
    Les bon coups compensant au final les mauvais. Il faut donc raisonner en terme de panier de valeur et non sur des valeurs individuelles.
    C'est aussi ce que faisait Schloss avec un portefeuille très diversifié.

    L'idéal est de dénicher une valeur avec une petite cerise sur le gâteau, quelque chose qui n'est pas bien valorisé par le marché :
    - frais de R&D important sur plusieurs années...bien que cela ne veuille pas forcément dire qu'il y a de la valeur là dedans mais ce n'est pas grave car on a rien débourser pour cela.
    - participations mal valorisées
    - etc..

    Après pour que Mr Market se réveille un peu, il ne faut parfois pas grand chose, dans la mesure où il n'attend que tu mauvais de ce genre de sociétés! :
    - changement de management
    - retour aux bénéfices
    - haut de cycle d'une cyclique
    - retour à situation "normalisée" après un épisode exceptionnel (type amende pour fraude)
    - rétablissement d'un dividende après que celui-ci ait été coupé 2 ou 3 ans
    - cession d'actifs et retour de capital aux actionnaires...

    Mais parfois il ne se passe rien de chez rien, c'est vraiment usant...
    Un bon article sur le sujet.

    Les deux meilleurs sites que je connaissent sur le sujet du deep value :

     

  • Personnellement, je cherche un actif ou un profit caché ou temporairement diminué.  
    exemple: 

    JCTCF avait perdu une poursuite pour un coût de 1.4M de dollars ce qui réduisait leur profit de 1$ par action.  Le prix d'achat était en bas du book et à moins de 5 fois les profits avant la poursuite.

    LACO a un investissement dans un casino qui n'est pas affiché à sa valeur réel mais bien comme "investissement" à 10M au lieu de 100M en valeur estimée selon les profits des casinos dont il est propriétaire et la possiblité d'un 3ième casino.  On achetait en bas du cash.

    vous connaissez tous l'idée derrière AIG ou BAC...

    Voilà!
  • Je pense que l'approche portefeuille est la bonne dans ce type de démarche, mais je ne l'adopte pas car j'aime comprendre mes sociétés.
    Je recherche une création de valeur à long terme pour les actionnaires visible dans le bilan (en prenant en compte les actifs cachés, voire parfois immatériels) et pas forcément dans le compte de résultat donne souvent lieu à des situations très intéressantes. Dernières en date (dont plusieurs dont on a brièvement discuté sur ce forum) : Alexander & Baldwin, MPC et PSX (qui était de vrais mégots de cigares, même si un screener ne les aurait jamais détectées), également LACO cité par Groupe Pretoria, etc... Pour moi, ce sont les déchets que j'accepte volontiers puisqu'ils n'en sont qu'en apparence, et valent plus cher morts que vivants, du moins à mon sens.
    Autrement, il faut qu'un activiste vienne forcer la séparation ou la liquidation pour que je sois intéressé, ou alors que l'entreprise ait un management de confiance qui ne dilapidera pas la valeur de l'actionnaire.
  • Intéressant, ça alimente ma réflexion!
  • Je crois qu'il faut également faire la distinction entre deux types de sociétés :

    1°) Une vraie net-net bien pourrie qui perd de l'argent à tout va, qui a une direction médiocre, un secteur en crise, cyclique, etc;..et dans ce cas là la seule stratégie payante à terme est d'avoir un "portefeuille" de valeurs, sans trop se faire mal sur l'analyse de chaque société. On regarde que l'entreprises est solvable, n'a pas de dettes on achète sous le valeur d'actifs courant net de dettes. Les vrais cigares butt à la Graham.

    2°) Une entreprise cotant largement sous ses actifs pour une raison particulière et/ou qui a de réels actifs plus ou moins cachés. Cette entreprise peut ne pas être cher à cause d'un grave problème (BAC et AIG au hasard, McDo à un moment donnée,etc...) ou d'une situation capitalistique particulière (spin-off par exemple).


Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.