Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

High Liner Foods (hlf)

Phil parlait dans le post de Loyalist des consolidateurs dans des industries pas trop compliquées...un titre que j'ai en portefeuille est High Liner Foods et ils viennent d'annoncer une autre acquisition aux USA...une belle business et encore beaucoup de consolidation à faire...

Réponses

  • 19 Réponses trié par Votes Date
  • décembre 2013 modifié Vote Up0Vote Down

    Bonjour, je suis étonné du peu d’enthousiasme envers High Liner (HLF) de la part des membres du forum. Tout comme timevalue, je suis actionnaire et ce depuis plusieurs années. J’estime que HLF pourrait être d’ici deux ans mon premier ten bagger depuis la bulle de 2000. Oui, le titre a effectué une hausse spectaculaire ces dernières années. Seulement depuis le message de timevalue, c’est une hausse de plus de 30%.


    Cependant, lorsque l’on creuse un peu voici ce que l’on trouve :
    HLF contrôlerait moins de 10% du marché nord-américain du fruit de mer surgelé. Potentiel énorme de consolidation future.
    Objectif d’un EBITDA de 150M$ dans deux ans (hausse de 50% par rapport à l’an dernier). Avec une marge d’environ 42%, on arrive a 4.15$ de profits potentiels par action. Cela donne un forward P/E de 11,6.
    Environ 4,30$ de free cash flow par action pour les derniers 12 mois. Cela donne un ratio cours/free cash flow de 11x au prix actuel.


    Oui il y a quelques éléments négatifs. Par exemple : la dette importante, le dividende qui pourrait être moindre afin d’accélérer les acquisitions ou encore quelques ventes d'insiders ces dernières semaines. Cepedant, la compagnie semble très sérieuse en ce qui a trait au remboursement de cette dette et le fait que trois actionnaires se partagent 60% des actions me réconforte.


    En résumé, High Liner est un très beau succès canadien qui est encore méconnu. Avec un peu de patience, un peu de chance et une autre acquisition, le titre pourrait encore procurer un très bon rendement pour les deux prochaines années.


    Voici certaines sources d’info pour vos recherches :


    http://www.seafoodbusiness.com/articledetail.aspx?id=4294994446
    http://www.highlinerfoods.com/site/media/Highlinerfoods/2012%20Annual%20Report%20Interactive.pdf
    http://business.financialpost.com/2013/12/04/navigating-rough-waters-high-liners-ceo-discusses-the-companys-moves-to-solidify-its-future-prosperity/

    http://www.highlinerfoods.com/site/media/Highlinerfoods/HLF%202013%20Q3%202013.pdf

    Ceci est mon premier message sur le forum, mais je vous surveille depuis le tout premier jour. J’aimerais remercier les membres, car ce forum est une très belle source d’information et d’idées. Je vais tenter d’y apporter mon grain de sel plus souvent.


















  • Bienvenue François
  • Ce qui me rend tout de suite mal-a-l'aise avec cette compagnie est toutes les restrictions sur la peche qui s'en vienne et la surpeche auquel les gens deviennent de plus en plus conscient. Donc, n'a-t-il pas un plafond d'exploitation de la matiere premiere? Ensuite, avec les changements climatiques et les bancs de poissons... et les zones de peche? Et si les poissons devaient se deplacer hors les zones canadiennes? Suis-je hors champs avec mes questions?
  • Ce qui me rend tout de suite mal-a-l'aise avec cette compagnie est toutes les restrictions sur la peche qui s'en vienne et la surpeche auquel les gens deviennent de plus en plus conscient. Donc, n'a-t-il pas un plafond d'exploitation de la matiere premiere? Ensuite, avec les changements climatiques et les bancs de poissons... et les zones de peche? Et si les poissons devaient se deplacer hors les zones canadiennes? Suis-je hors champs avec mes questions?

    j'ai pas ete lire mais il me semble que highliner utilises des fruits de mer d'élevage non?
  • Pierreyves :

    Oui en effet la ressource première et la réglementation fluctuent au fil des ans. Ce sont deux facteurs de risque. HLF est passé très proche de la faillite à la fin des années 90 (crise de la morue). Cependant, le modèle d’affaires de la compagnie à complètement changé depuis cette époque. Le poisson provient maintenant de plus de vingt pays différents et HLF n’est plus impliqué dans la pêche.

    Pour 2013, HLF a annoncé que 100% des produits péchés à l’état sauvage seront certifiés durables. (http://highlinersustainability.com/fr).

    En réponse à GroupePretoria, environ le quart provient d’élevage.




  • décembre 2013 modifié Vote Up0Vote Down
    François, peux tu nous parler des avantages concurrentiels de l'entreprise?
    Par ailleurs, bienvenue sur le forum. On peut dire que c'est un excellent premier commentaire!
  • J’estime que la marque avec le logo est certainement le plus gros avantage concurrentiel. Qui ne connaît pas le fameux Capitaine? J’imagine que cela fait une grosse différence lorsque vient le temps d’effectuer un achat dans le rayon des surgelés.

  • décembre 2013 modifié Vote Up0Vote Down
    n'y a-t-il pas une prise de conscience aussi sur les produits frais versus surgeler? Quel avantage concurrentiels ont-ils avec les super marches qui offrent des produits frais? Ont-ils des parts de marches ailleurs?
    Note personelle: je n'aime vraiment pas leur produit et je prefere avoir le poisson frais. 
  • J’estime que la marque avec le logo est certainement le plus gros avantage concurrentiel. Qui ne connaît pas le fameux Capitaine? J’imagine que cela fait une grosse différence lorsque vient le temps d’effectuer un achat dans le rayon des surgelés.

    Pour dire bien honnêtement, je ne partage pas ton avis sur la marque. Pour moi, le poisson surgelé est une simple commodité. Que ça vienne de High Liner, Clover Leaf ou peu importe, je me dis pas que High Liner c'est le meilleur. Je pensais plutôt qu'ils auraient des avantages structurels pour produire à plus faible coût.

  • Le ketchup Heinz aussi est une simple commodité, pourtant il y a un moat énorme.
  • Le ketchup Heinz aussi est une simple commodité, pourtant il y a un moat énorme.
    Je pensais ça jusqu'à il n'y a pas très longtemps quand McDonald a décidé qu'il n'y aurait plus de Ketchup Heinz dans ses restaurants.

    Mais admettons que Heinz a réellement ce moat énorme... est-ce qu'on s'entend que High Liner ce n'est pas Heinz?
  • décembre 2013 modifié Vote Up0Vote Down
    Ouep, mais le fait que McDo essais de s'affranchir du ketchup Heinz n'enlève rien à la marque, il s'agit d'un combat de marque. Et quand on a appris ça on a tous pensé que les frites serait moins bonnes chez McDo.
  • Que l’on aime ou non les produits d’une compagnie ne devrait pas influencer la prise de décision en ce qui a trait à la sélection d’un titre boursier. Je préfère m’en tenir aux chiffres.

    La question que l’on doit se poser est : « Quel est le marché pour ces produits? ». Dans le cas des fruits de mer surgelés on parlerait de plus de 12 milliards en amérique du nord seulement. Si l’on écarte ce titre à la bourse dû au simple fait que l’on préfère le frais au surgelé, on passe potentiellement à côté d’une occasion.

    En réponse aux parts de marchés autres que l’épicerie : oui environ les deux tiers de leurs revenus proviennent des écoles, hôpitaux, restaurants, etc.

    Le poisson surgélé est une simple commodité, mais une fois transformé en produits pour la vente (panure, assaisonnements, emballage, etc.) il semblerait que les consommateurs du marché au détail soient prêts à payer plus cher pour du high liner que pour les marques concurrentes. J’en arrive à cette conclusion en comparant les prix en épicerie avec des produits similaires vendus par d'autres compagnies.

    Sinon la compagnie possède d’autres avantages : la présence d’usines des deux côtés de la frontière et un pouvoir d’achat  qui augmente au même rythme que leur croissance (+56% de volume de 2010 à 2012).

  • décembre 2013 modifié Vote Up0Vote Down
    Que s'est-il passé en 2012 pour qu'il y ait une importante baisse du BPA? Je vois qu'il y a eu une hausse importante des frais généraux et administratifs et des frais financiers. Pourquoi?
  • L'autre questionnement que j'ai concerne encore les coûts. Il me semble, François, compte tenu de la dette assez élevée que le ROE de 11 est assez modeste.

    D'autre part, avec un P/E ratio de 27 et un PEG de 4 ça me semble cher en titi.
  • Bonjour iSmile, pour l’année 2012, HLF a complété sa plus grosse acuisition (Icelandic -  230M$). Il y a eu aussi la fermeture d’une ou deux usines afin d’optimiser les capacités de production au maximum. Il y a donc eu de nombreuses charges (amortissement, intégration et réévaluation à la baisse de la valeur d’actifs).

    En excluant certaines charges comptables, on arrive plutôt à un ROE qui tourne au alentour de 17% pour 2012. 

    Concernant le P/E, je trouve complétement inutile ce ratio lors de l’analyse d’un compagnie en croissance (ou en décroisance). On devrait plutôt déterminer la croissance potentielle de l’entreprise afin de calculer un FP/E. Pour l’année fiscale 2014 de HLF, je calcule un FP/E d’environ 11,6. 

    Pour le PEG, je calcule un P/E ajusté de 18,3 et avec un taux de croissance des profits de 20% depuis quatre ans, cela donne un PEG de 0,915.

    HLF n’est pas l’aubaine du siècle en ce moment. Mais pour une compagnie qui se positionne comme un leader nord-américain dans son marché et qui est en grande croissance, les chiffres sont tout de même intéressants.  Et qui sait ce que réserve l’avenir? Le président mentionnait récemment que la compagnie s’intéresse aux marchés internationaux.

  • Consolidation dans l’industrie : Bumble Bee Tuna se fait acheter par Thai Union Group pour 1,5 milliards. Cela correspond  à environ 10x l’EBITDA. Il semblerait que le marché réagit face à cette transaction et HLF se retrouve aujourd’hui en légère hausse avec un ratio prix/EBITDA semblable. Bien que l’échéancier ait été reporté d’un an, HLF mentionne toujours que leur objectif EBITDA est de 150 millions pour fin 2016. En appliquant le même facteur, on obtient une forte hausse potentielle du titre. Reste à voir si la cible sera atteinte.
  • Bonjour,

    J'aimerais relancé la discussion sur HLF.

    La société a été touchée par un important rappel de produits en avril 2017 ce qui a atteint un volume de ventes de 2,5 millions.
    De plus, la tendance alimentaire fait en sorte que l'on privillégie la nourriture fraîche à la nourriture congelé.

    Je songe tout de même en ajouté à mon porte-feuille en raison de son prix le plus bas niveau depuis cinq ans.

    Les ventes ont augmenté de 12,9 millions de dollars par rapport à l’année dernière pour atteindre 245,3 millions de dollars et le bénéfice brut a augmenté de 5,5 millions de dollars pour atteindre 43,3 millions de dollars. High Liner dispose également d'un dividende trimestriel de 0,145 dollar par action, ce qui représente un rendement en dividendes intéressant de 7,7%.


  • DaveR, j'ai été actionnaire pendant de nombreuses années et, fort heureusement, j'ai débarqué du bateau au début de la tempête. La gestion a fait de mauvaises décisions dans les derniers cinq ans. Ne te laisse pas aveugler par le dividende. La compagnie a pour environ 480 millions en dette. Ca me semble un pari audacieux que d'investir dans le titre en moment. Le potentiel de rebond est là, mais le niveau de dette me semble insurmontable. J'aimerais bien connaitre ton raisonnement.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.