Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

Home Capital Group (HCG)

La compagnie a présenté des résultats de très grande qualité pour son Q2. Profits en hausse de 34,5%, ROE de 28%, mauvais prêts à des niveaux très bas, hausse du dividende....

Michael Goldberg de Desjardins (un analyste que je respecte beaucoup) à une cible de 68$ (le titre est présentement à 45$)

HCG est bon exemple du fait que les marchés sont présentement déconnecté des fondamentaux...

Réponses

  • 22 Réponses trié par Votes Date
  • Oui, comme toujours, la crainte envers le marché immobilier n'aide pas mais le titre est trop vendu. Je viens d'ajouter à ma position à ce niveau. Le titre vaut au moins 60$ à mon avis.

    J'ignorais jusqu'à dernièrement que l'entreprise avait une entente de référencement avec la banque Royale du Canada en Ontario. Chaque fois qu'un client de la RBC n'est pas qualifié pour une hypothèque, il est référencé vers Home Capital Group...

    Également, l'entreprise s'amène tranquillement dans le sud ouest du Québec...
  • Bien d'accord avec ton 60$ PO.  Belle compagnie, bien gérée, j'en ai acheté à 45$.  Sans être un coup sûr c'est pas si pire
  • À long terme, je pense que c'est un coup sûr. À la limite une grande banque finira par l'acquérir au prix fort et ses concurrents sont beaucoup plus petits...
  • Gerald Soloway affirme dans les appel-conférences qu'il est prêt à vendre HCG à une banque. Elles n'ont qu'à lui donner son prix qui semble être 100$ l'action   B-)

    Plus sérieusement, Gerry dit souvent que les banques n'ont jamais vraiment démontré d'intérêt pour HCG et sa clientèle.
  • Alors dans ce cas ce n'est pas plus grave, la société est très rentable et je suis bien heureux de l'avoir en portefeuille qu'il y ait acquisition ou non...
  • Je ne suis pas le titre, mais un survol rapide des derniers états financiers indique un changement de stratégie de la direction qui augmente substantiellement sa part d'hypothèques non-assurées (par la SCHL j'imagine).

    L'immobilier canadien n'ayant pas corrigé comme ce fut le cas dans 99% des pays dans le monde, les niveaux de prix actuels me semblent inquiétants même si on finance l'achat avec 20% d'équité.  Personnellement je n'hypothéquerais rien à Vancouver en-dessous de 30% d'équité.

    À court terme cette stratégie peut donner des beaux résultats mais à long terme c'est une recette pour la catastrophe (e.g. USA 2008).  À surveiller. 
  • Les hypothèques non-assurées ont toujours été le pain et le beurre de HCG. En 2008-2009, ils ont fait un virage vers les hypothèques assurées pour réduire leur risque. Ils sont maintenant de retour à leur modèle d'affaire original.

    Il faut savoir qu'ils ne prêtent pas plus que 70% de la valeur d'une propriété. Il faut donc que le marché baisse de plus de 30% ET que l'emprunteur ne soit plus capable de rembourser pour qu'il y ait une perte.
  • Dans les états financiers j'ai lu rapidement qu'ils parlaient de 80% de prêt (donc 20% d'équité):

    Mortgage Lending
    This segment comprises single family residential lending and multi-unit residential lending as well as non-residential lending. The single-family residential portfolio includes the Company’s traditional or “Classic” mortgage loans and Accelerator mortgages. The Company’s traditional mortgage portfolio consists of mortgages with loan to value ratios of less than 80%, where the focus is on serving selected segments of the Canadian financial services marketplace that are not the focus of the major financial institutions.

    Mais tu sembles suivre la compagnie de près, je n'ai pas fait énormément de recherches.
  • Voici ce qu'il est écrit à la page 22 du dernier md&a :

    Mortgages in the traditional program have lower loan to value ratios than the insured Accelerator product. For the three months ended June 30, 2011, the average loan to value on origination of the traditional mortgage product was 70.9%, compared to 69.9% last quarter and 69.1% in the second quarter of 2010.  

    Donc, tu as raison, ils dépassent parfois le 70% mais ça me semble très marginal car la moyenne du loan-to-value à l'émission est de 70,9%.
  • Il faut faire la différence entre le programme Accelerator et le Traditional.
    C'est bien évident que les prêts assurés auront besoin d'un cashdown moins élevé...
  • Ça semble plus clair maintenant, la moyenne est 70% sans jamais dépasser 80% pour les prêts non-assurés.  Rien d'alarmant, mais je voulais quand même souligner que cette business a profité d'un environnement favorable ces dernières années, il faut toujours être vigilant pour les retournements.

    Je suis curieux des raisons qui poussent les banques traditionnelles à refuser des prêts non assurés à 70% loan-to-value ?  Si c'est bon pour HCG pourquoi ce ne le serait pas pour les banques ?
  • Les banques ne veulent pas sa casser la tête, elles ne veulent prendre aucun risque et se fier sur la SCHL pour garantir ses prêts. Home Capital Group est le plus gros joueur de son sous-secteur et ne fait qu'exploiter une niche dont les grandes banques ne veulent pas...

    J'ai amélioré ma position dans le titre à la suite de l'annonce de la réserve fédérale américaine de geler son taux directeurs jusqu'en 2013. Je pense que la banque du Canada ne touchera pas beaucoup au sien d'ici la mi 2013 et que cela redevient un contexte d'investissement favorable pour HCG.

    Et de toute façon, à l'évaluation actuelle que le titre a, il faut avouer que son potentiel baissier est quand même limité...
  • septembre 2011 modifié Vote Up0Vote Down
    Effectivement mais il ne faut pas parler trop vite, plusieurs entreprises ont l'habitude d'annoncer d'énormes plans de rachats d'actions mais n'en rachètent presque pas... Bref, je le croirai quand je le verrai... mais ça augure quand même bien! :)
  • Je suis le titre depuis 10 ans et HCG n'a jamais vraiment racheté ses actions de façon importante. Encore l'an dernier, ils n'ont racheté que 160 000 actions malgré un programme leur permettant d'en racheter 3 millions.
  • HCG livre la marchandise comme d'habitude :

    Adjusted basic and diluted earnings per share were $1.40 and $1.39 for the third quarter and $4.10 and $4.09 year to date. This represents an increase of 23.9 per cent and 23.0 per cent, respectively, from $1.13 adjusted basic and diluted earnings per share in the third quarter of 2010 and an increase of 25.4 per cent and 25.5 per cent, respectively, over the $3.27 and $3.26 adjusted basic and diluted earnings per share for nine months ended Sept. 30, 2010.

    Return on equity at 27.0 per cent remained robust in the quarter and continues well in excess of the company's minimum performance objective of 20 per cent.

    The credit quality of the loans portfolio remained solid in the quarter. Net non-performing loans ended the quarter at 0.32 per cent of the total loans portfolio at Sept. 30, 2011, compared with 0.26 per cent at Sept. 30, 2010, and 0.23 per cent at June 30, 2011.

    Home Trust's Tier 1 and total capital ratios remains very strong at 17.7 per cent and 21.0 per cent, respectively, at Sept. 30, 2011, and well above the company's minimum targets. Home Trust's asset-to-capital multiple was 14.0 at Sept. 30, 2011, compared with 13.5 at June 30, 2011, putting the company in a comfortable position to continue growing its assets, revenue and net income.

      
  • J'écoute le conférence call en ce moment.
    Comme toujours, c'est très clair et très positif!
  • L'analyse de Michael Goldberg de Desjardins : 


    Voici un passage intéressant discuté lors de l'appel-conférence :

    Stress tests—falling house prices. Like other deposit-taking institutions, Home recently conducted a series of stress tests on its loan portfolios for scenarios in which Canadian house prices dropped dramatically (30% over a two-year period). Management indicated that the outcome of this scenario would be to slow earnings growth or, at worst, produce a modest earnings reduction. Home’s historical losses on uninsured losses have been well below 10bps, more often in the 2–3bps range. It last faced a severe decline in house prices in the 1990s when prices fell by 25%. It managed through that storm.  
  • ouin, vous commencez à m'intéresser..

  • TORONTO (Dow Jones)-Despite the pickup in Canada's jobless rate, the
    housing market here will likely remain strong, the head of Toronto-based
    mortgage lender Home Capital Group Inc. (HCG.T) said.


    "The real estate market from coast to coast is really quite stable,"
    Home Capital Chief Executive Gerald Soloway said in an interview.


    The quality of the borrower "is much stronger than we've seen for some
    time," said Soloway. "We're seeing a pretty rosy picture."


    Canada's unemployment rate unexpectedly rose to 7.3% in October after
    the country shed 54,000 jobs, the biggest one-month job loss since March
    2009. Ontario, the country's industrial heartland, was the hardest hit,
    with the jobless rate rising to 8.1% last month from 7.6% in September.
    By contrast, in resource-rich Alberta, the jobless rate dipped to 5.1%
    from 5.4%.


    "I wouldn't be surprised to see a shift of people out of Ontario to
    the west over the next period of time because there's real demand for
    employees across all western provinces," said Soloway.


    He doesn't expect the housing market in Ontario to be seriously
    impacted. In downtown Toronto, where there has been "a little
    exuberance", housing prices are "staying pretty firm" in part because
    the financial services and medical industries and government are the
    major employers.


    Toronto-based Home Capital lends to entrepreneurs, new immigrants and
    people with poor credit or previous credit problems, who can't typically
    get money from regular mortgage sources, like banks. For 14 straight
    years, its return on equity has been more than 20% and, in nine of the
    14 years, ROE has been over 25%.


    Soloway said he's also seen some of the big banks tighten their lending standards "on the periphery."


    The country's real estate market will stabilize into 2012, with new
    home construction and resale homes moderating from their previous highs,
    Canada Mortgage and Housing Corp. said Friday.


    "We have heard in Canada for the last five years that the Canadian
    housing market is going to follow the U.S. market and go into a
    tailspin. For five full years, quarter by quarter, we hear that same
    story and we do not see any signs of the Canadian market behaving like
    the U.S. market," said Soloway. "We see a pretty stable market, and the
    ultimate degree of confidence is the people who buy the houses. They
    have real skin in the game and they're still buying properties."

Cette discussion a été fermée.