Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !

Vos titres préférés pour 2016

Bonjour à tous,

Je vous propose de rééditer l'exercice de constituer un portefeuille de chouchous et de rejets en 2016. Dans le but de rendre l'exercice plus intéressant, j'établirais les deux règles suivantes :

1. Un seul titre par participant
2. Le participant doit fournir les raisons de son choix pour que celui-ci soit admissible

L'argumentaire en faveur du titre doit avoir au moins un paragraphe (disons minimum 5 lignes) ou être un lien vers une page web contenant la thèse d'investissement (pas besoin d'en être l'auteur).

Comme par les années passées, un vote sera fait pour départager les chouchous des rejets le 3 et 4 janvier. Le prix de clôture du 4 janvier sera utilisé.

Au plaisir de vous lire,
«13

Réponses

  • 90 Réponses trié par Votes Date
  • Encore de façon pas originale du tout, j'y vais pour Constellation Software (CSU)

    L'entreprise a un rendement sur le capital très élevé.
    La nature de ses affaires lui procure la capacité d'augmenter ses prix année après année tout en ayant une excellente rétention de sa clientèle.
    Le PDG est un remarquable gestionnaire de capital.
    L'entreprise n'est pas tuable vu la forte diversification de sa clientèle et le grand nombre de marchés verticaux dans laquelle elle oeuvre.

    Vous pouvez consulter ici la présentation de Carl Simard à la Chaine Argent en mai 2013: https://www.youtube.com/watch?v=To4t_d7xq-U

  • MTY
    Stanley Ma est un très bon allocateur d'argent avec une grande participation dans son entreprise.
    J'ai hâte de voir la croissance aux usa en 2016.
    http://montrealgazette.com/business/francois-rochon-in-praise-of-capital-allocation-virtuosos-part-2?__lsa=8687-80dc
  • Autocanada

    La thèse d'investissement de l'institutionnel la plus importante qui est investie dans le titre (Invesco Canada).

    La société n’est peut-être pas flamboyante, mais elle constitue quand
    même le concessionnaire le plus important au Canada. Elle vend des
    véhicules neufs et usagés, fournit des services d’entretien ainsi que de
    réparation et offre du financement et de l’assurance.

    Au cours des cinq dernières années, l’entreprise a doublé ses revenus. Grâce à près de

    50 concessionnaires et près de 20 marques différentes, la société a pour
    objectif de doubler encore une fois ses revenus au cours des cinq à
    sept prochaines années*.

    Son action a fluctué grandement pendant les deux dernières années,
    atteignant un sommet tout juste au-dessus de 90 $ en juin 2014 avant de
    chuter sous la barre des 40 $ au début de l’année. Les investisseurs
    étaient inquiets de la forte présence de la compagnie dans l’Ouest
    canadien et de la chute des prix de l’énergie.

    Lorsque l’action a fléchi, nous avons ravivé nos recherches sur la
    société et une nouvelle thèse positive a commencé à émerger. Voici
    quelques éléments de celle-ci :

    Barrières à l’entrée

    Dans ce secteur, le fabricant de l’équipement d’origine (original
    equipment manufactuers ou « OEM ») doit approuver tout nouvel arrivant.
    Par exemple, si vous voulez vendre des autos de marque Chrysler,
    Chrysler doit vous approuver à titre de vendeur. Pour pouvoir ensuite
    détenir plus qu’un concessionnaire, il est essentiel de démontrer de
    solides antécédents de succès. En effet, il ne suffit pas d’avoir accès à
    du capital de départ pour pouvoir acheter des concessionnaires.

    Échelle

    Il peut être difficile pour les petits opérateurs de faire croître
    leur entreprise. Toutefois, AutoCanada, en tant que seul détaillant coté
    en Bourse au Canada, a accès à du capital pour financer des
    acquisitions. Cela permet à la société de tirer profit de la
    fragmentation de l’industrie. En effet, il existe bon nombre de
    détaillants plus âgés qui détiennent un ou deux concessionnaires, ce qui
    donne l’occasion à AutoCanada d’acheter des concessionnaires plus
    petits partout au Canada appartenant à des propriétaires qui prennent
    leur retraite.

    Revenus récurrents

    Un élément clé de notre thèse sur la société est le revenu récurrent
    provenant de l’entretien et de la réparation. Pour chaque automobile
    vendue, la société continue de recevoir un revenu pour une période
    d’environ de trois à cinq ans – soit la durée de vie de la garantie du
    véhicule. L’entretien des véhicules constitue un secteur à marge brute
    élevée.

    Équipe de direction

    Le fondateur de la société détient 10 % de l’entreprise, possède 40
    ans d’expérience dans le secteur et nos recherches indiquent que sa
    relation avec les OEM et les concessionnaires individuels est très
    solide. Ces relations constituent une partie importante du succès en
    matière d’expansion de la compagnie, puisque les OEM ont tendance à
    établir des partenariats avec des sociétés expérimentées et AutoCanada
    vient immédiatement à l’esprit des petits concessionnaires qui désirent
    vendre leur entreprise.

    En définitive, ces quatre éléments ont permis à la société de générer
    des flux de trésorerie importants et d’avoir obtenu un rendement sur le
    capital investi moyen de 17 % au cours des cinq dernières années.
    Nous avons notre propre opinion sur AutoCanada et cela nous a permis
    d’acheter son action avec un haut niveau de confiance au cours d’une
    période de crainte sur le marché. Nos recherches approfondies font en
    sorte que nous croyons au potentiel de croissance à long terme de
    l’entreprise.


  • Mon choix pour 2016:  Home Capital Group, (HCG)

    Au cours de vendredi dernier (27,22$), je crois qu'on a une excellente marge de sécurité et ca laisse place à un rendement potentiel très interessant.



  • De mon côté, je me dois d'être cohérent avec moi-même et d'y aller avec Home Capital Group qui a beaucoup baissé en 2015 mais qui demeure néanmoins dans le top 5 de mon portefeuille.

    BPA : J'y vais avec une prédiction relativement conservatrice de 4,15$ en 2015 et 4,50$ en 2016. Ça donne 8,5% de croissance soit le bas de la fourchette de leur objectif.

    C/B : Je vise 8x fin 2016 pour un titre à 36$ (+32 % de rendement par rapport au 27$ actuel)

    Portefeuille de prêts :
    image

    Ratio LTV (loan to value) :

    image

    Catalyseurs potentiels :

    - Un retour de la croissance en 2016
    - L'histoire des courtiers suspendus est pas mal derrière nous
    - Une augmentation du dividende
    - Les mauvais prêts demeurent bas. La très vaste majorité de son portefeuille est en Ontario (85%). Une économie qui n'est pas relié au pétrole mais plutôt à l'économie US qui se porte de mieux en mieux.
    - La société continue de se transformer en petite banque avec l'acquisition de la charte de CFF bank.
  • Je vais réitérer ma confiance pour une deuxième année de suite avec Walt Disney. 

    Mickey, Minie Mouse, Donald Duck, Blanche-Neige, Elsa et Anna (Frozen), Aladdin, Lion King... Woody, Buzz LightYear, Nemo, Lightning McQueen, Wall-E, The Incredibles... Spider-Man, Iron-Man, The Hulk, Captain America, Thor, X-Men, Fantastic Four... Darth Vador, Luke Skywalker, Princess Leia, Han Solo, Chewbacca, R2D2, C3PO, BB-8, c'est le temps des Fêtes, faites le tour de vos familles et demander aux petits et grands, s'ils connaissent au moins un de ces personnages, les probabilités sont très fortes qu'ils en connaissent au moins un, sinon plusieurs !! Ces personnages, ces univers, ne sont plus seulement dans les films, mais sont présents dans les parcs d'attraction Disney (un parc à Shanghai ouvre cette année), dans les croisières Disney, les séries télévisés (que ce soit sur la chaîne ABC (propriété de Disney), ou encore Netflix (Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage qui s'en vient)), les jeux vidéos (contrat avec Electronic Arts, deuxième plus gros éditeur de jeux au monde)... tous les jouets, 80% des revenus de Star Wars, par exemple, jusqu'à maintenant viennent des produits dérivés et non des films comme tels ! Comme economic moat, c'est difficile à battre. 

    Impossible de parler de Disney sans ESPN et les désabonnements au câble TV traditionnel. À mon avis, le sport en direct est la seule chose que nous allons continuer d'écouter en direct, écouter le Superbowl le lendemain, c'est plate, et éventuellement ça semble évident qu'ESPN va offrir un service de streaming avec abonnement pour compenser les pertes des abonnés. Bob Iger a notamment parlé il y a pas longtemps du User Expérience sur le nouvel AppleTV et je ne serais pas surpris qu'il y ait des discussions présentement pour amener le sports live sur cette plateforme. Il qualifie ESPN de mature company with limited growth.

    C'est évident que la compagnie est énorme (175 milliards), pas nécessairement une aubaine, mais à mon avis, la qualité est là et le sera pour encore longtemps. 

    Voilà.


  • Mediagrif (MDF)

    J’aime les technos, l’année dernière j’avais misé sur CGI, en espérant une acquisition qui n’est pas venue.

    En 2016, c’est pour Mediagrif que j’espère une acquisition (je conserve mes actions de CGI bien sûr).

    Le titre est en baisse depuis deux ans. Claude Roy le CEO, dit publiquement qu’il veut faire des acquisitions, mais qu’il prendra le temps qu’il faut pour dénicher les bonnes occasions. Je crois que plusieurs investisseurs perdent patience et délaissent peu à peu le titre.

    Pendant ce temps, on augmente les rachats d’actions et les initiés continuent d’accumuler, Claude Roy possède 23% des parts en circulation.

    Un billet de Philippe Leblanc qui date un peu, mais depuis la situation s’est améliorée et le cours a baissé :

    http://www.lesaffaires.com/blogues/philippe-leblanc/pourquoi-les-inities-achetent-ils-chez-mediagrif/572864/2

    p.s. C’est un wild guess, la prochaine acquisition ne pourrait être que dans 5 ans, et le titre pourrait être décevant en 2016, mais je lui ai tout de même fait une petite place dans mon portefeuille.
  • December 2015 modifié Vote Up0Vote Down
    Davidstea (DTEA)

    Davidstea est particulièrement bien positionné sur le marché du thé, a une excellente réputation et offre un service à la clientèle hors pair. Le marché du thé croît de 8% par année dans le monde.

    C'est une entreprise avec une stratégie de croissance que je qualifierais agressive. Les ventes comparables augmentent de 6% par an. Ils auront environ 188 magasins à la fin de l'année (31 janvier), soit environ 40 de plus qu'à pareille date l'année dernière. Le bilan est solide puisqu'il ne présente aucune dette et détient encore 48M$ cash pour continuer la croissance. DTEA prévoit continuer sa croissance jusqu'à 550 magasins en Amérique du Nord. L'ouverture de nouveaux magasins entraînent des charges non-récurrentes, je prévois donc une amélioration des résultats par rapport aux frais d'administrations dans les prochaines années (environ 280-300k$ pour construire un magasin).

    Le prix du titre a considérablement baissé depuis l'IPO et il est aujourd'hui disponible à environ 13,25$. Si la croissance s'arrêtait ici, nous achèterions le titre à un peu plus de 26 de P/E. Je pense qu'on commence à parler d'un bon prix. 

    Les résultats du temps des fêtes vont sortir éventuellement en février-mars, la "guidance" était plutôt conservatrice de 70-72M$ de vente alors que je vois plutôt 76-78M$ en extrapolant les chiffres de l'an dernier. Si les chiffres sont au rendez-vous, je vois beaucoup de "upside potential" pour le titre à court-terme. Si les chiffres ne se matérialisent pas, cela sera très probablement à cause de la faiblesse de la devise CAD. L'exposition à la devise diminuera au fur et à mesure de l'expansion aux US.

    Davidstea a commencé à se positionner avec des compagnies aériennes et des chaînes d'hôtels afin d'offrir les produits aux clients, je vois d'un très bon oeil ces partenariats.

    Par rapport au prix actuel, j'ai confiance qu'en 2016 et dans les années suivantes, DTEA offrira un rendement au delà des espérances.

    Voici un lien pour d'autres analyses sur DTEA :



  • Knight Therapeutics - GUD.TO
    A specialty pharmaceutical company, engages in developing, acquiring, in-licensing, out-licensing, marketing, and distributing pharmaceutical products in Canada and internationally.

    La cie, bébé Paladin, est en phase démarrage et est dirigée de main de maître par monsieur Gudman qui dirigeait Paladin. Monsieur Gudman est un allocateur de capital hors pair. Avec déjà quelques produits dans le colimateur, je crois que nous en avons pour plusieurs années avec une croissance se rapprochant de ce que Paladin nous a donné.
  • December 2015 modifié Vote Up0Vote Down
    Juste une petite mise au point Ismile, son nom n'est pas Gudman, mais Goodman.
  • eddyc a dit :

    Juste une petite mise au point Ismile, son nom n'est pas Gudman, mais Goodman.

    Oui merci pour la correction eddyc.
  • December 2015 modifié Vote Up0Vote Down
    Automotive Properties REIT
    http://www.automotivepropertiesreit.ca/investor-relations

    Ce REIT a été formé en 2015 par le groupe Dilawri qui est un compétiteur de AutoCanada (dont je suis aussi actionnaire). La raison d'être de ce REIT est de détenir l'immobilier de concessionnaires automobiles. Au départ, le groupe à mis dans le REIT 26 propriétés qui sont occupées par ses concessions automobiles. Le REIT pourra croître en achetant des propriétés hébergeant d'autres concessions qui seront achetées par la famille Dilawri ou encore par l'achat d'immobiliers utilisés par d'autres concessionnaires. Le groupe Dilawri a d'ailleurs anoncé deux acquisitions la semaine dernière.


    Présentement le titre se transige autour de 8$ et la distribution annuelle est de 0,80$ pour un rendement de 10%. Ce rendement est élevé dans le contexte actuel des taux d'intérêt même si le canada décide de suivre les USA dans une hausse des taux d'intérêts. Un retour à 8% de rendement procurerait un gain en capital de 25% en plus de la généreuse distribution.

    La distribution est-elle en danger de diminuer? Selon moi non. Comme le REIT a été créé en 2015, tous les baux de locations sont nouveaux. Ils ont une durée de 15 ans et comportent une clause de hausse annuelle de 1,5% par an, ce qui devrait même permettre une petite hausse des distribution pour les prochaines années.

    Tiré du site 
    Excellent Leasing Profile: The Dilawri Leases are structured as triple-net leases under which the tenant is responsible for all costs relating to repair and maintenance, realty taxes, property insurance, utilities and non-structural capital improvements. The Initial Properties are 100% occupied, with the Dilawri Group occupying approximately 87% of the REIT’s total GLA and subleasing the remainder to third parties. The initial lease terms range from 11 to 19 years and the Cash NOI weighted average lease term for the REIT’s entire portfolio is approximately 15 years. The Dilawri Leases also include a fixed annual basic rent escalator of 1.5% per annum (translating into approximately 2.4% AFFO growth per annum) during the initial term and any renewal term and a parent guarantee provided by Dilawri in support of its individual dealership’s obligations under their leases for the initial terms of the leases.

    L'échéance de la dette est à 6,3 années et porte intérêt à un taux moyen de 3,15%

    Pour moi ce titre devrait rapporter entre 10 et 35% pour la prochaine année avec un risque d'affaires très faible.
    C'est un titre à détenir dans un compte enregistré parce qu'il a un rendement élevé et que je compte encaisser le gain en capital si l'opportunité se présente.


  • Stantec  (STN) offre
    des services conseil en ingénierie. Elle emploie plus de 15 000 employés dans
    plus de 200 bureaux, principalement au Canada et aux États-Unis.
     

    Comme bien des entreprises ayant  leur siège social et une partie de leur chiffe
    d’affaires dans l’Ouest, Stantec a souffert de la chute des prix du pétrole. 
     



    C’est selon moi une occasion d’acquérir  une entreprise bien diversifiée, financièrement
     solide et  très bien gérée. 
     



    La croissance est organique et par acquisitions. C’est Stantec
    qui a acquis  Dessault dernièrement.
     



    Stantec se transige à 19 fois les profits de 2015 et 16 fois ceux de
    2016
  • J'hésitais entre Seritage (cas assez facile et approuvé par Buffett en personne) et Sears Holdings... Allons-y pour Sears Holdings : Notre estimation de la valeur nette d’actifs après la séparation de Seritage peut
    se résumer ainsi : valeur de l'immobilier + base
    de clients + KCD + Home Services - valeur estimée du cash-burn le temps
    que la transformation durera.

    Un résumé plus détaillé de notre vision actualisée de Sears se trouve ici : http://linvestisseurfrancais.com/aparte-pessimisme-maximum-vol-2/ (dans l'échantillon librement consultable)
  • Je vais y aller avec Home Capital Group.

    Forward P/E : 6.2
    Se vend a 1.2 X book value
    Dividende: 3.2%
    Une direction qui a fait ses preuves
    Titre très shorté

    http://www.fool.ca/2015/12/30/home-capital-group-inc-why-i-am-a-confident-shareholder-going-in-to-2016/?source=c75yhocs0040001

    Les mauvaises nouvelles me semblent largement escomptés au prix actuel.
    Potentiel de hausse largement supérieur au potentiel de baisse.
  • @Eddyc, Philrancourt et mistert : Le but est de choisir des entreprises différentes. On vote par la suite. :p
  • Disons qu'il s'agit déjà d'une forme de vote....

    Compte tenu du nombre de suggestions (12) beaucoup plus bas que l'an passé, je pensais faire simplement un portefeuille avec les suggestions et oublier le vote.... Qu'en pensez-vous ?
  • Quelques membres actifs n'ont pas encore soumis une idée d'investissement. De plus, si on permettait aux participants de soumettre plus d'une idée (genre 3) on aurait une quarantaine de titre à voter. Ça serait intéressant comme ça non ?
  • January 2016 modifié Vote Up0Vote Down
    Quincaillerie Richelieu  67,50$

    Son évaluation n'est pas une aubaine , avec un bpa de 3$ cette année. Par contre Richelieu a réussi son entrée au sud de la frontière et son terrain de croissance là bas peut lui permettre de doubler à quelques reprises à long terme. C'est l'histoire de petites acquisitions jumelé à de la croissance organique et le Rachat d'actions. Petit bonus macro économique elle va bénéficier de ses ventes Us.

    http://plus.lapresse.ca/screens/4b7d-b29c-53441bb9-9360-65b4ac1c606a|_0.html --> copier le lien pour l'ouvrir.

    https://www.lesaffaires.com/dossier/les-pdg-de-l-annee-2015/l-acquereur-discipline/583815

    http://finance.yahoo.com/news/richelieu-hardware-ltd-announce-normal-214500572.html



  • 1 seul portefeuille me semble une bonne idée. Le fait de demander une explication a fait augmenter la qualité des titres tout en baissant la quantité. C'est la première année que je connais tous les titres proposés.
  • philrancourt a dit :

    Disons qu'il s'agit déjà d'une forme de vote....

    Compte tenu du nombre de suggestions (12) beaucoup plus bas que l'an passé, je pensais faire simplement un portefeuille avec les suggestions et oublier le vote.... Qu'en pensez-vous ?

    Bonne idée.
  • S'il n'est pas trop tard, j'aimerais recommander General Communication Inc. (GNCMA) pour une troisième année consécutive. J'ai eu le titre en portefeuille pendant 2ans (achat à 9 et vente à 15) mais j'ai liquidé pour renforcer Sears Holdings (SHLD) ! Comme vous le voyez, j'aime les situations putrides et abjectes ! Quoiqu'il en soit, il reste encore de l'upside chez GCI et les raisons pour lesquelles j'y ai investi sont celles-ci:

    1. GCI est une entreprise de télécommunication basée en Alaska. Dans cet état, il y a peu de joueurs dans ce domaine et GCI jouit d'une position oligopolistique intéressante.

    2. Le ratio EV/EBITDA est plutôt bas pour ce type d'entreprise. À l'époque (2012), celui-ci se situait à 5 et en 2015, on se retrouve à 6.7. Un ratio de 9 peut certainement s'appliquer à GCI. L'EBITDA a crû de 113% depuis 2007.

    3. Pas de dividendes, du bon vieux rachat d'actions comme je les aime ! Ronald Duncan est un des fondateurs de GCI et CEO depuis 1989. Je ne sais pas si ce gars-là est issue de la philosophie et de la façon de faire de John Malone mais lui et son équipe de direction m'inspirent confiance.



  • Je viens de créer le portefeuille : http://forum.entrepreneurboursier.com/portefeuille/chouchous.html

    On a 15 titres, pas mal le nombre optimal de titres à détenir selon la littérature. C'est une belle sélection, je serais capable de dormir avec un tel portefeuille (il faut dire que j'en détiens déjà 5 sur les 15)
  • polangevin a dit :

    Encore de façon pas originale du tout, j'y vais pour Constellation Software (CSU)


    L'entreprise a un rendement sur le capital très élevé.
    La nature de ses affaires lui procure la capacité d'augmenter ses prix année après année tout en ayant une excellente rétention de sa clientèle.
    Le PDG est un remarquable gestionnaire de capital.
    L'entreprise n'est pas tuable vu la forte diversification de sa clientèle et le grand nombre de marchés verticaux dans laquelle elle oeuvre.

    Vous pouvez consulter ici la présentation de Carl Simard à la Chaine Argent en mai 2013: https://www.youtube.com/watch?v=To4t_d7xq-U

    Il s'agit effectivement d'une compagnie extraordinaire, je trouve toutefois que le prix actuel anticipe
    un peu les bons résultats à venir (29X les profits de 2016).

    Mais bon, y-a pas quelqu'un qui a dit qu'il vaut mieux acheter une compagnie extraordinaire à un prix
    ordinaire que l'inverse ?
  • Je viens de m'amuser un peu avec Excel avec la sélection de titres pour cette année.

    Voici quelques statistiques plus ou moins intéressantes (noter que j'ai considéré que nous prenions l'action de GM et non le warrant pour simplifier un peu les trucs.) qui en ressortent:

    Il en coûterait près de 340 milliards de dollars canadiens pour acheter toutes ses compagnies. 71% de ce montant vient de Disney (241 MM CAD) et 92% si on ajoute GM (73 MM CAD). La troisième plus grosse compagnie est Constellation Software à 12 MM par la suite. La médiane (et non la moyenne) des capitalisations boursières est de 1.1 milliard environ. 

    3 secteurs ne sont pas représentés, soient Energy, Materials et Utilities (personne ne sera surpris de ça ici!)

    3 compagnies dans Communications représentent 70% de la capitalisation (je vais essayer de ne pas prendre une compagnie 240 fois plus grosse que la médiane l'an prochain (Disney))

    6 compagnies dans Consumer Discretionary pour 23%

    1 compagnie dans Techno our 3.60%

    1 dans Consumer Staple, 2 Financials, 1 Health Care, 1 Industrials pour moins de 1 % chaque.


    7 compagnies ont vu leur action finir avec des rendements négatifs (laggards) (sans tenir compte du div.)
    ACQ.TO, SHLD, MTY.TO, MDF.TO, DTEA, APR-UN.TO, HCG.TO
    contre 8 avec des rendements positifs (leaders) (sans tenir compte du div.)
    GUD.TO, RCH.TO, GDI.TO, CSU.TO, DIS, STN, GM*, GNCMA
    @philrancourt, est-ce que ça serait compliquer d'ajouter, un peu comme l'an passée avec rejets et super-rejets, un portefeuille pour les mêmes titres, mais classés comme ça, il serait peut-être intéressant de voir si les leaders vont continuer de superformer les laggards de l'an passée ou si les laggards vont rebondir.. je ne fais que lancer l'idée comme ça. Contrarian vs Momentum peut-être ! 

    Le dividend yield le plus élevé vient de APR-UN.TO à 9.75% (ce qui est normal vu la nature de l'entreprise) et ce portefeuille donne en moyenne 1.96% de dividendes (avec 5 titres sur 15 qui n'en donnent pas)

  • January 2016 modifié Vote Up0Vote Down
    Belle analyse ffournier !

    J'ajouterais à tes stats qu'il y a 3 titres qui n'étaient même pas en Bourse à pareil date l'an passé (GDI, David's Tea et Automotive REIT)

  • philrancourt a dit :

    jfmorissette a dit :
    L'action ou le warrant ?
    Désolé pour le retard, ok pour le warrant, c'est ce que je possède. Je pense que c'est la 3e année en ligne que je propose ce titre, mais il reste cheap et la compagnie va toujours bien et les problèmes sont derrières, 2016 sera peut-être la bonne!
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.