Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





Que faire avec la portion cash?

Bonjour, je me demandais ce qu’il y aurait à faire avec la portion cash de mon reer et mon celi? Je ne veux pas acheter car je trouve les fonds indiciels sont trop chers pour l’instant puis de toute façon on m’a dit que je dois toujours garder du comptant.

Je suis avec BNCD et je me demandais si je pouvais mettre mon argent dans quelque chose qui génère un certain rendement, aussi minime qu’il soit, et qui est sécuritaire, puis quand la bourse baissera je pourrais redéployer l’argent vers XSP et XIU, par exemple? J’ai environ 20000$ en argent mais j’aimerais les laisser dans mon compte à courtage.

En somme je me demandais si vous les investisseurs, faisiez fructifier votre encaisse d’une quelconque façon? 

 Merci beaucoup!



Réponses

  • 22 Réponses trié par Votes Date
  • 30 aoû modifié Vote Up0Vote Down
    Avec BNCD, cherches NBC100 ( COMPTE SURINTERET ALTAMIRA BNI ). Ça rapporte 1% d'intérêts. 
    Je crois que c'est NBC105 pour US mais je ne suis plus certain. 
  • Super merci! C’est exactement ce que je cherchais!
  • Par contre c’est 0.25%
  • Jai un ami qui met ca dans une action privilégiée dont le prix ne fluctue pas beaucoup avec une date de rachat.
  • Colle a dit :
    Par contre c’est 0.25%
    Ah oups, dsl.
    C'était 1% avant le covid. J'ai pas utilisé ça depuis Mars. 
  • Bonjour à tous,
    Comme Colle, j’ai du mal a garder des liquidités qui ne rapportent rien. Est ce qu’un VCNS ou un VCIP, ZCON, qui n’ont perdu 'que' grosso modo 10 % lors de la chute de mars, seraient de bons choix , et surtout seraient ils assez liquides au moment ou les marchés baisseraient ?
    Sans baisse ils permettraient de quand même travailler un peu mieux que 0.
    Qu’en pensez vous ? 
    Bonne journée
    Francois
  • https://www.lesaffaires.com/blogues/yannick-clerouin/le-grand-malaise-avec-l-argent/600365

    Article écrit en 2018 par Yannick Clérouin qui travaille maintenant pour Médici. 
  • Je ne sais pas si c'est le but du fil mais ont pourrait aussi questionner le rationnel de garder une position cash en permanence....

    Je peux comprendre des raisons techniques pour avoir une portion cash de façon temporaire (arrivé soudaine d'argent, début à la Bourse, vente récente d'un titre et pas encore d'idée pour réinvestir, manque de temps pour étudier des titres, etc.) 

    J'ai plus de difficultés à comprendre le fait d'ériger ça en principe de gestion de portefeuille.

    Attendre que le marché baisse, c'est bien beau mais encore faut-il avoir le courage d'investir à contre-courant quand ça arrive (le discours dans les médias va être très négatifs et peu de gens vont te dire que c'est un bon moment pour acheter...)

    Et si tu as eu le courage d'investir, ta position en cash n'existera plus... Comment réconcilier cela avec l'idée qu'il faut toujours avoir une position en cash ? 

      
  • Je ne comprend pas la logique qui me permettrait de détenir des titres et en même temps d'avoir du cash sous prétexte qu'il n'y a plus d'occasions d'achats. S'il n'y a pas d'autres titres abordables que ceux que j'ai en portefeuille, pourquoi ne pas ajouter aux titres qu'on possède déjà? S'il ne valent plus le coût de les acheter, pourquoi les garder en portefeuille?
  • Pourquoi avoir des liquidités? À mon sens, seulement si j'ai besoin de cet argent à court terme (5 ans et moins). Et, à ce moment-là, le rendement  est secondaire. Ce sont des avoirs prévus pour du court terme, comme un compte d'épargne. Le but n'est donc pas de faire fructifier cet argent.
    Sinon, moi non plus je ne vois aucune logique à en détenir. Et si vous considérez que vos titres convoités sont trop chers, et que vous préférez attendre, cela signifie que vous vous attendez à des rendements négatifs de ces titres, et que, si vous avez raison,  vos liquidités, même à 0% de rendement, vont être rentable.
    Mais comment déterminer qu'un titre est cher ? Actuellement, il y a tellement de liquidités sur le marché, et des taux de rendement à 0% sur les revenus fixes, que les valorisations des actions sont d'autant augmentées. Pour combien de temps ? 1 mois ? 6 mois ? 5 ans ? Et attendre son prix, avec des liquidités qui dorment à 0%, pendant que le marché monte, de 5, de 10, de 20%, ne serait-ce pas mieux d'investir dans nos meilleures idées, même si elles semblent chers, selon notre évaluation ?  Surtout pour de l'investissement à long terme. Il me semble que c'est du stress d'attendre son prix,  avec de la liquidité qui dort et les marchés qui montent. 
    Ne vaut-il pas mieux acheter une belle compagnie, même si un peu trop cher ?
  • Les principes de répartition des investissements entre actions, obligations et encaissé date de l’époque où les taux d’intérêt étaient à 8%. Avec les taux d’aujourd’hui les études ayant démontré ces répartitions idéales ne sont plus réaliste. Si on présume que la bourse rapporte 10%, la « prime » à payer pour avoir de l’encaisse était de 2%. Aujourd’hui elle est de 9%.

    Je suis à la retraite je devrais avoir 60% en obligation à 2%...Si un année je fais 15% avec mes actions je peux faire zéro pendant 6 ans et je suis gagnant...Et s’il y a un crash? J’attends que ça remonte comme j’ai fait en 1987, 2000 et 2008 et même en mars 2020. Il suffit que je ne sois pas en position d’être obligé de vendre au plus bas.

    Lors du début de la Covid j’ai vendu 6% de mes actions pour m’assurer d’avoir des liquidités pour mes dépenses de subsistance au cas où la baisse se poursuivrait sur une ou deux ans. Pas pour racheter des actions au creux du marché. Là je suis revenu à 100% investi.
  • iSmile a dit :
    Je ne comprend pas la logique qui me permettrait de détenir des titres et en même temps d'avoir du cash sous prétexte qu'il n'y a plus d'occasions d'achats. S'il n'y a pas d'autres titres abordables que ceux que j'ai en portefeuille, pourquoi ne pas ajouter aux titres qu'on possède déjà? S'il ne valent plus le coût de les acheter, pourquoi les garder en portefeuille?
    La détention de cash ne doit pas être une stratégie mais plutôt la résultante de la discipline qui est appliquée dans l'exécution de la stratégie. Si un titre est trop cher, on ne l'achete pas et il reste du cash. Après ça, ce n'est qu'une question de temps avant qu'une occasion se présente. 

    On parle rarement de l'importance d'avoir la bonne pondération dans un titre. Certains titres peuvent mériter de représenter 8% du portefeuille alors que pour d'autres entreprises, la bonne pondération est de 3% et en détenir 5% emmene un niveau de risque additionnel. En ce sens, ajouter aux titres déjà en portefeuille pour déployer le cash n'est pas necessairement une bonne idée.
  • J'ai écouté les balados de l'entrepreneur boursier. J'aime bien l'idée d'être pleinement investi et d'avoir la marge disponible pour saisir les opportunités... c'est d'ailleurs ce que j'ai fait en mars.

    Avoir une portion cash implique du market timing... timing que je n'ai pas.
  • bernard a dit :

    Ne vaut-il pas mieux acheter une belle compagnie, même si un peu trop cher ?
    Effectivement, et le titre qu'on pensait payer un peu cher peut parfois (avec un recul de 2 à 3 ans) se révéler ne pas avoir été si cher que ça...

    Prenons un exemple d'un investisseur qui aurait une certaine portion de son portefeuille en cash au 7 février 2018 car il ne trouve pas d'opportunités intéressantes.*

    Voici ce dans quoi il aurait pu investir:



    Bien sûr, je fais un peu du cherry picking avec cette liste mais vous noterez qu'il n'y a rien d'extravagant dans la sélection de titres (et qu'il y a zéro titres technos...)

    Il y a des milliers de titres sur les marchés boursiers, c'est bien peu probable qu'il y ait des moments ou il n'y a absolument rien d'intéressant au point que ça nécessite de conserver du cash. On va blâmer le niveau des marchés (perpétuellement élevé à entendre certaines personnes) mais on devrait plutôt regarder du côté de nos oeillères comme investisseur. De notre vision trop à court terme et de notre sous-estimation des qualités de certaines entreprises.  

    *Toute ressemblance avec une chronique parue à cette date est purement fortuite
  • philrancourt a dit :


    *Toute ressemblance avec une chronique parue à cette date est purement fortuite
    Je n'ai pas suivi...de quelle chronique parle-t-on?
  • louis1000er a dit :
    https://www.lesaffaires.com/blogues/yannick-clerouin/le-grand-malaise-avec-l-argent/600365

    Article écrit en 2018 par Yannick Clérouin qui travaille maintenant pour Médici. 
    Celle-ci.

    Pareillement, l’argent que j'ai dans mon compte de courtage est toujours investi dans des entreprises, à l’exception des cas temporaires mentionnés par Phil.
    Evidemment, tu dois avoir prévu un coussin pour les imprévus, mais dans ce cas, cet argent (ou la marge personnelle) est ailleurs que dans le compte courtage.

  • eddyc a dit :
    iSmile a dit :
    Je ne comprend pas la logique qui me permettrait de détenir des titres et en même temps d'avoir du cash sous prétexte qu'il n'y a plus d'occasions d'achats. S'il n'y a pas d'autres titres abordables que ceux que j'ai en portefeuille, pourquoi ne pas ajouter aux titres qu'on possède déjà? S'il ne valent plus le coût de les acheter, pourquoi les garder en portefeuille?
    La détention de cash ne doit pas être une stratégie mais plutôt la résultante de la discipline qui est appliquée dans l'exécution de la stratégie. Si un titre est trop cher, on ne l'achete pas et il reste du cash. Après ça, ce n'est qu'une question de temps avant qu'une occasion se présente. 

    On parle rarement de l'importance d'avoir la bonne pondération dans un titre. Certains titres peuvent mériter de représenter 8% du portefeuille alors que pour d'autres entreprises, la bonne pondération est de 3% et en détenir 5% emmene un niveau de risque additionnel. En ce sens, ajouter aux titres déjà en portefeuille pour déployer le cash n'est pas necessairement une bonne idée.

     Si j'ai 20% en cash du fait que je ne trouve pas d'idée,  je ne vois pas en quoi le fait de répartir ce 20% entre mes 20 positions en leur ajoutant chacune 1% augmenterait mon risque de façon appréciable.
  • Salut iSmile, 

    Si on prend ton exemple, avoir 4% ou 5% dans un titre peut donner l'impression que ca ne change pas grand chose. C'est le cumul de ces extras de 1% qui font une différence et qui emmene un risque additionnel. Dans les faits, si la bonne pondération est de 4%, en avoir 5% signifie que tu as 25% de plus que la bonne pondération dans chacun des titres. Sur un portefeuille de 1M$, ça veut dire qu'au lieu d'avoir 40k$ dans chacun des titres tu vas en avoir 50k$. Le total de ces extras de 10k$ fait en sorte que tu as 200k$ de plus que les bonnes pondérations pour l'ensemble des titres, un montant que j'estime significatif.

    J'ai mentionné que ce n'est pas necessairement une bonne idée. Tu mentionnes ne pas penser que ca augmente le risque de façon appréciable. Est-ce que ca augmente le risque un peu, beaucoup, de façon appréciable ou autre? J'imagine que les opinions peuvent différer.  
  • SamSam
    3 sep modifié Vote Up0Vote Down
    @eddyc As-tu un exemple concret pour dire qu'un titre pourrait être un excellent investissement pour 3% du portefeuille, mais pourrait être très risqué à 5%?

    J'ai de la difficulté à imager concrètement ton commentaire. Peut-être qu'avec un titre, un secteur en particulier, on pourrait mieux comprendre ton raisonnement et faire avancer la discussion.

    Après tout, ça arrive souvent qu'un titre qui représentait 3% du portefeuille au moment de l'achat surperforme et vient qu'à représenter 5% du portefeuille. Je ne vois pas ainsi une raison de vendre le titre pour autant.
  • 3 sep modifié Vote Up0Vote Down
    Sam a dit :
    @eddyc As-tu un exemple concret pour dire qu'un titre pourrait être un excellent investissement pour 3% du portefeuille, mais pourrait être très risqué à 5%?

    J'ai de la difficulté à imager concrètement ton commentaire. Peut-être qu'avec un titre, un secteur en particulier, on pourrait mieux comprendre ton raisonnement et faire avancer la discussion.

    Après tout, ça arrive souvent qu'un titre qui représentait 3% du portefeuille au moment de l'achat surperforme et vient qu'à représenter 5% du portefeuille. Je ne vois pas ainsi une raison de vendre le titre pour autant.

    Salut Sam, j'imagine que tu ne voulais pas me mettre des mots dans la bouche mais je n'ai pas mentionné que de passer de 3% à 5% fait en sorte que ca devient très risqué. Je me répete, mais c'est le cumul de ces extras qui fait une différence. 
  • Si investir était une science exacte et qu'on pouvait déterminer avec précision la bonne pondération pour un titre, alors je serais d'accord que faire passer la pondération un cran plus haut augmenterait le risque. Mais ce n'est pas une science exacte.

    Cependant, je peux comprendre que si on a une politique d'investissement établissant le nombre de titre, disons à un minimum de 10 ou une pondération à un maximum de 10%, alors oui la position cash se défend.
  • L’utilité d’avoir du cash disponible est quand a moi très importante surtout en ce moment si on pense que le marché est possiblement sur un top et qu’une possible 2 ieme vague de covid va ramener le marché au niveau début mars , soit une baisse sérieuse… 

    Mon approche n’a rien de scientifique sauf que depuis la reprise tous les portefeuilles remontent et tout a l’air relativement facile , il n’est qu’a voir les groupes facebook qui se sont crées , plein de nouveaux boursicoteurs posent des questions trés elementaires sur comment placer 2000$ ou sont fiers de dire que ce mois ci ils ont reçu leurs premiers dividendes (minuscules) , de plus beaucoup offrent des cours sur comment trader , il ne manque plus que les conseils des chauffeurs de taxi… 

    La dernière baisse s’est deroulée sur un mois si je regarde le XIU, dans mon cas c’est sortie massive les 2-3 premiers jours (ce que je n’ai malheureusement pas fait la dernière fois) , dans ce but je transfère le plus possible d’actions vers un nombre limité de ETF qui sont toujours rapidement négociables , le market maker étant la pour ça… Pour le rachat je verrais ensuite quand la volatilité baissera… Tous les secteurs y ont passés dans la moulinette y compris mon secteur favori les mines d’or , en d’autres mots je ne vois aucun avantage a conserver des positions quand une baisse débute. 

    Ok , je peux manquer une hausse potentielle , mais je commence a penser que le jeu n’en vaut probablement pas la chandelle….

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.