Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

Xérox (XRX), Capital One (COF) ou Tor Mineral international (TORM) ?

Ce petit exercice pourrait peut-être nous intéresser pour voir quels sont nos critères finaux pour le choix de nos titres :)  Lors de mon exercice de screen hebdomadaire, j'ai notamment relevé ces 3 titres très différents :

Voici quelques infos :
Xerox : Cours de 6,97$; B/V 0,8; C/B 7,5; ratio endettement de 1,5, ROE 10 %; taux de croissance prévue 4 %
Capital One : Cours de 56,83 $; b/v 0,9;c/b 6 x; ratio endettement 6.55; ROE 9 %; taux de croissance prévue de 9 %
Tor minéral : Cours de 11,12; b/v 0,8; c/b 9 x; endettement de 0,5; ROE 17 %; taux croissance de + de 15 % ?

L'évaluation de chacun des titres est entre 80 et 90 % de la book value et ils sont moins chers que leurs compétiteurs. Des P/e de moins de 9 x et des ROE de 9 à 17 %. Est-ce que la marge de sécurité de Xerox est plus attirante pour vous que le potentiel de croissance de COF ou TORM ?
Est-ce que votre profil d'investisseur vous ferait choisir l'une plutôt qu'une autre ?

Réponses

  • 20 Réponses trié par Votes Date
  • À mon avis,ce sont 3 entreprises qui ont un rendement sur le capital insuffisant donc j'aurais tendance à passer à autre chose immédiatement.
  • Intéressant ton commentaire PO car souvent le ROE n'est pas considéré en relation avec le prix payé pour l'action. Souvent, on voit que l'investisseur préfère un ROE de 42 % même si l'action se vend à 8 fois la book value !
  • Oui définitivement!!! L'entreprise qui génère une ROE de 42% sur plusieurs années a fort probblement des avantages concurrentiels importants et c'est ce genre de business que je veux posséder. Les entreprises qui ont un ROC aussi élevé que leur coût de capital ne m'intéressent pas. Elles sont condamnées à la médiocrité.
  • oui si on fait un lien avec Apple, le ROE est de 42 % mais la p/bv est de 4 donc le ROE sur le prix payé aujourd'hui (10 %) est comparable à 2 de ces titres. Les perspectives ne sont pas les mêmes ! Munger avait fait un commentaire lors d'une AGA de BRK que j'avais remarqué à ce moment car j'étais alors moi aussi un adepte de la forte croissance et des ROE de + de 20 %. Il avait dit "nous sommes acheteurs de cies même sans croissance, à croissance 0 à condition que le prix soit en conséquence".  La question suivante devient alors : Combien vaut une compagnie sans croissance  ?

  • décembre 2012 modifié Vote Up0Vote Down
    Croissance ou non, une compagnie vaut la somme de ses cashflows futurs actualisés. Mais il se trouve beaucoup plus de compagnies médiocres qui n'ont aucune croissance que de bonnes entreprises qui n'ont pas de croissance non plus... Le fat pitch se trouve où les avantages concurrentiels se trouvent et la meilleure façon de le voir rapidement est avec le ROC.
  • Merci JF, je n'aurais pas dis mieux! ;)

    Un petit lien vers une discussion sur Xérox pour ceux que çà intéresse : http://www.devenir-rentier.fr/viewtopic.php?id=3023


  • Décidément, j'ai une approche de placement très proche de Étienne ! Il y a seulement que le terme daubasse que je n'utilise pas :) pour le reste, nous avons une stratégie de placement semblable à ce qui me semble. Nous avons même Schloss tous les deux comme investisseur de référence ! 
  • Ça ferait une bonne question quiz à poser aux membres du forum: Quel est votre investisseur fétiche? Buffett, Graham, Schloss, Fisher, Munger, etc.

    Moi de tous les ouvrages que j'ai lu, je pense que c'est Fisher qui m'inspire le plus.
  • Jamais lu Fisher mais j'ai demandé son livre au père Noël
  • Buffett pour l'instant,mais je n'ai pas encore lu Lynch et Fisher, je sens qu'ils me plairont.
  • Jamais lu Fisher mais j'ai demandé son livre au père Noël
    Jte souhaite que le père noël déconne pas trop et qu'il t'offre Common Stocks Uncommon Profits!!

  • Pas certain il est pas toujours fiable ce vieux bonhomme sinon je l'aurai dans les boxing days.
  • De fisher il y a aussi Conservative investors sleep well avec Developing an investment philosophy que j'ai bien aimé.
  • POur revenir à la question de départ, les chiffres exposés de Tor Mineral m'apparaissait les plus intéressant, mais en voyant le nom, ça me fait fuir!
  • S'il faut choisir parmi les 3, je prends XRX. Le business est une cash mashine et les investisseurs ne comprennent pas bien la structure des dettes ni le biz modèle à mon avis (en fait, il font du crédit aux clients). Ainsi, le biz a en réalité très peu de dettes, et une capacité réelle à génerer du cash pour le retourner aux actionnaires sous forme de rachats d'actions.

    A propos de mon investisseur préféré, c'est Lampert, car il a une approche extrêmement simple et efficace à mon sens. J'aime beaucoup Charlie Munger aussi.

    Je pense qu'un investisseur moyen a très peu de chances de pouvoir reproduire le travail de Fisher car il faut être le meilleur analyste parmi les meilleurs pour prétendre pouvoir identifier un avantage concurrentiel et prétendre qu'il sera encore là très longtemps. Parmi les entreprises technologiques notamment (pourtant, j'ai travaillé dans le milieu...), il faut être visionnaire, et je n'ai clairement pas ce niveau. En revanche, il est vrai que les livres de Fisher sont géniaux. Je ne dis pas cela pour faire de la contradiction, mais plutôt pour éviter des désilusions : il vaut mieux prendre une approche qui marche pour un mec pas très doué (genre moi) plutôt que de se mesurer à une foule d'analystes qui n'ont aucune raison d'être plus bêtes que moi.

  • Pour ma part ce serait Serge Belinski, très pro, simple à comprendre, de belles idées, très conservateur, des convictions...;)

    Ben sinon c'est dur à dire, il y a ceux que l'on admire et ceux qui nous inspire pour nos portefeuilles..

    Je suis fan inconditionnel de Buffett/Munger mais système impossible à répliquer (assurances dégageant du float que je réinvestis..).

    J'admire la simplicité d'un Schloss voir d'un Greenblatt ou d'un Lynch dans un autre registre mais je ne suis pas monomaniaque et aspire à prendre du meilleur où qu'il se trouve : Berkowitz, Mason Hawkins, Martin Whitman, Bruce Flatt et son équipe chez Brookfield, Watsa...et aussi mes amis des daubasses qui font un boulot formidable (http://blog.daubasses.com/).

    Trop dur pour moi de faire un tri, j'essaie de faire, modestement, une synthèse de tous ceux là...

    J'aime beaucoup Greenwald et Montier  bien qu'ils ne soient pas gérants en direct...c'est peut être pour çà ! ;)
  • Un stock qui fait bien et qui produit aussi du dioxide de titane, c'est Tronox (TROX).

  • J'aime bien le prix de Xerox mais pas son faible taux de croissance et l'augmentation du nombre d'action en circulation au cours des années. Je remarque aussi au bilan que le total de l'achalandage et des intangibles assets (12 MM$) est presque l'équivalent de son équité. Si on effacait ces postes des actifs, l'équité serait de 0$. Comme quoi la perspective de la b/v est relative dans ce cas. Reste à évaluer le earning power et l'utilisation du capital.

    Un autre aspect qui a changé radicalement c'est le taux d'endettement, passé de 14 x en 2002 à 2.6 x en 2012. Ce titre s'échangeait à rien de moins qu'à un p/e de 80 x il y a 10 ans et est maintenant à 7,5 x. 

    Malgré cela et le fait que je suis loin d'être un expert en techno, je ne suis pas encore certain que cette cie est réellement une aubaine. J'aime être capable de bien évaluer la valeur de ce que j'achète et dans ce cas-ci, je ne suis pas certain.

    Selon vous, est-ce un value trap en déclin ou une aubaine ?


Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.