Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

Taux de change

Comment profiter de la fluctuation des taux de change ?

Depuis novembre 2007, en seulement 8 ans, le $cdn est passé de $1,10 à ,71 cents. Un gain de change sur papier de plus de 50%. Depuis l'an dernier, de 84 à 71 cents, c'est un gain sur papier de près de 20 %. Par contre, ce gain pourrait rapidement se transformer en perte dès que le dollar remontera. En janvier 2002, le $ était à 62 cents et 5 ans plus tard, à $1,10. On parle ici d'une perte de près de 50% en taux de change.

Ma réflexion est la suivante. Les fluctuations de taux de change sont des mouvements de rééquilibrage, une sorte de balancier permanent. Le corridor 62 cents à $1,10 est un corridor qui ne devrait pas s'élargir, ou en tout cas pas de beaucoup. la moyenne historique étant à 86 cents.

Pour ceux comme moi qui ont une portion US dans leur portefeuille, je suggère le modèle suivant. Lorsque le $ cdn s'approche de $1,10, la portion US de notre portefeuille devrait approcher le 100%. Lorsque le $ est près de 62 cents, notre portefeuille US devrait se situer près de 0. Et, autour de 86 cents, le portefeuille US pourrait se situer autour de 50%.

Ainsi, on transforme un risque de taux de change en gain réalisé. A ce stade-ci, à 71 cents, notre portefeuille US devrait se situer à hauteur de 20%.

Le défi étant bien sûr de trouver des titres cdn encore plus sous évalués que les titres US vendus.

Qu'en pensez-vous ?

Phil, si ce fil existe déjà, merci de me "copier collez"



Réponses

  • 18 Réponses trié par Votes Date
  • Il y a cette discussion reliée, mais j'aime bien ta façon de voir les choses, un rebalancement lors des extrêmes.

  • janvier 2016 modifié Vote Up0Vote Down
    Il ne faudrait pas oublier les frais de conversion qui sont très chers.
  • Quelqu'un ici transige des contrats de change ? J'ai voulu commencé avec Questrade mais l'opération s'annonce compliquée. De cette façon au moins pas besoin de faire le choix entre des titres américains et canadiens. Je pense que dans le contexte actuel cela pourrait-être une bonne solution. Je ne connais pas les montants minimums pour faire ce genre de transaction par contre, je n'ai pas poussée mes recherches.
  • J'ajouterais que la volatilité antérieure peut nous donner certaines indications, mais le passé n’est pas nécessairement garant du futur. Qui sait si le CAD ne restera pas au même niveau pendant encore plusieurs années? Qui aurait prédit la chute du baril de pétrole de 2014-15?


    Deuxièmement, il y a la fluctuation de la devise qui est visible et celle qui ne l'est pas, soit celle qui est liée au niveau corporatif qui demeure difficile à mesurer précisément. 

  • janvier 2016 modifié Vote Up0Vote Down
    Je ne sais pas si c'est pertinent, si ce n'est pas le cas, désolé. 

    Ce n'est pas s'exposé directement au dollar US, mais je m'étais sorti deux listes en décembre 2015. 

    La première est la liste de toutes les compagnies canadiennes (à la bourse de Toronto, non Vancouver) qui se transigent sur la bourse canadienne, mais qui reportent leurs résultats en dollars américains.
    Par exemple : Alimentation Couche-Tard ou encore Constellation Software.

    La deuxième liste est toutes les compagnies canadiennes, toujours à Toronto, qui reportent en CAD, mais qui font 50% de leurs revenus et plus aux États-Unis.
    Par exemple : Industries Lassonde, Stella Jones. 

    Je pense que c'est peut-être une façon de s'exposer au dollar américain, sans le faire directement.

    Ce n'est pas de l'information qui est compliquée à avoir, mais s'il y a des personnes qui sont intéressées à les avoir, faites-moi signe, on ne peut pas joindre de fichiers dans un post.

  • Bruno, pas certain de comprendre ton 2e paragraphe...tu parles de l'impact de la variation des devises sur les entreprises, dont l'ensemble des implications ne sont pas si évidentes à comprendre et auxquelles nous faisons donc face comme investisseur en plus de la variation directe de la devise?
  • @jfmorissette

    Effectivement, mon deuxième paragraphe était assez vague. Par variation directe, j'entends la variation de la devise d'un titre détenu dans une devise étrangère. Comme @ffournier l'expliquait, on peut s'exposer indirectement à une autre devise en investissant en CAD dans une entreprise qui tire la majeure partie de ses revenus à l'étranger. Mais j'irais plus loin. En parlant de ''pas mesurer directement'', je veux parler des effets des devises sur la rentabilité des entreprises et ça demeure difficile à quantifier. Par exemple, un manufacturier américain qui exporte la majorité de sa production pourrait voir une chute de ses revenus, car leurs produits seront plus dispendieux pour les étrangers. Un actionnaire canadien de cette entreprise aurait pu voir la valeur de son placement augmenté en CAD en raison de l'appréciation du USD, mais cette appréciation pourrait en partie contrebalancer une croissance plus faible de leurs bénéfices freinée par la force du USD (en supposant qu’ils n’importent pas une part importante de leurs intrants). Dans cet exemple, il est impossible de quantifier exactement l'effet de la variation des devises.




    Un autre exemple est celui des multinationales américaines qui tirent une part importante de leurs revenus à l'extérieur des États-Unis. Lorsque le USD est fort, leurs revenus en devises étrangères valent moins de USD; donc un investisseur étranger gagnerait d'un côté, mais serait un peu perdant d'un autre (en partie seulement). C'est un peu le contraire de ce que @ffournier affirmait, dans ce cas, on profite directement de la force d'une devise étrangère, tout en étant indirectement désavantagé, mais dans une proportion moindre. Par exemple, si le USD était plus faible par rapport aux autres devises, les bénéfices d’Apple seraient plus élevés, mais les actionnaires étrangers de longue date n'auraient pas bénéficié d’un si gros gain de devise sur leur placement.

  • Comment profiter de la fluctuation des taux de change ?



    Les fluctuations des taux de change sont très difficiles à prévoir. Plus l'horizon de placement est long, moins on devrait s'en soucier.

    Un investisseur à long terme devrait avant tout se concentrer sur la qualité des entreprises.

    Francois Rochon en a parlé dans la Gazette du 2 novembre dernier:

    http://montrealgazette.com/business/francois-rochon-low-canadian-dollar-shouldnt-impede-investing-in-u-s-stocks?__lsa=0721-a9a2


  • François Rochon était pourtant le premier à dire à plusieurs reprises en 2009 qu'il était très avantageux d'acquérir des entreprises extraordinaires aux USA car le taux de change trop élevé par rapport à sa juste valeur.
  • François Rochon était pourtant le premier à dire à plusieurs reprises en 2009 qu'il était très avantageux d'acquérir des entreprises extraordinaires aux USA car le taux de change trop élevé par rapport à sa juste valeur.
    Il ne dit pas le contraire. C'est juste que cet avantage dû au taux de change a disparu. La différence c'est que tu les paies plus cher aujourd'hui.
  • François Rochon était pourtant le premier à dire à plusieurs reprises en 2009 qu'il était très avantageux d'acquérir des entreprises extraordinaires aux USA car le taux de change trop élevé par rapport à sa juste valeur.
    Il a toujours dit que le taux de change ne devrait pas être le premier critère. S'il est en notre faveur comme en 2009, c'est tant mieux. Y'a pas de contradiction là.

    Les deux phrases clé de l'article sont celles-ci:

    So I don’t believe that it is risky — in the long run — to hold U.S.
    stocks just because of the current level of the Canadian currency.

    So I believe investors should focus more on finding great companies — Canadian or U.S. — than trying to guess currency levels.


    Il existe plusieurs entreprises extraordinaires qui doublent leurs cours sur 5 ans.
    Pour l'investisseur à long terme, se priver de les acheter ou de les conserver à cause d'un taux de change défavorable est une mauvaise décision. Rochon est un investisseur à long terme.

    Pour un investisseur à court et moyen terme, l'effet du taux de change est une toute autre histoire.




  • janvier 2016 modifié Vote Up0Vote Down
    Bonjour tout le monde.

    Si je compare le graphique du titre de Suncor transigé au Canada avec celui transigé aux USA, voici ce que ça  donne. Est-ce l'effet du taux de change?


    http://www.flickr.com/photos/9094284@N03/23959954869/in/dateposted-public/

    image

  • Je pense que je devrai me pratiquer un peu plus à coller des images sur ce site. ;))
    Désolée pour l'inconvénient mais c'est mon premier message.
    Merci de votre indulgence.

    Par contre, si vous suivez le lien, la différence entre les deux bourses est évidente.

     

  • En passant pour ceux qui trouvent les frais de conversion élevés, je suggère la technique du Norbert's Gambit pour éviter d'enrichir son courtier :


  • janvier 2016 modifié Vote Up0Vote Down
    Sur 6 mois, avec la baisse de $CDN et la hausse de Suncor aujourd’hui:
    Je cherche à comprendre le mécanisme d’ajustement. .

    https://www.flickr.com/photos/9094284@N03/24264564711/in/dateposted-public/


  • 19 sep modifié Vote Up0Vote Down
    @EmpCod

    J’ai utilisé cette méthode cette semaine pour éviter de payer les frais de conversion de devises et j’ai pensé que de le redire pourrait permettre à certaines personnes d’y porter attention.

    Je paie généralement 2%, ici cela ne m’aura coûté que 5$ pour 10 000$. La méthode s’appelle Norbert Gambit. Le principe est d’acheter un ETF en USD (ou CAD) parfaitement corrélé à la devise. Vous pouvez ensuite le convertir afin qu’il puisse être vendu en une autre devise. Votre conversion sera ainsi faite en évitant les frais habituels. J’ai personnellement utilisé DLR.U.TO, j’ai demandé à mon courtier de le « journal » pour qu’il devienne DLR.TO pour ensuite le vendre en Canadien.

    Mon explication manque un peu de contenu, mais le principe est simple à comprendre. Je vous invite à faire quelques recherches google si jamais cela comblerait un besoin.

    Je remet le lien explicatif :

    https://norbertsgambit.com/
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.