Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

Correction immobilière au Canada

Je sais que quelques-uns d'entre vous sont investis dans Home Capital Group, et peut-être aussi quelques banques canadiennes.  Loin de moi l'idée d'être prophète de malheur, mais quand le CEO de la plus grosse banque du Canada commence à faire des mises en garde et essaye de tempérer maladroitement les attentes des investisseurs en parlant de "ancillary impacts", il y a des questions à se poser.  Comment vos titres réagiraient-ils à une correction de 25% du marché immobilier au Canada ? 

http://m.theglobeandmail.com/report-on-business/economy/housing/rbc-bmo-warn-on-housing/article2297346/?service=mobile

 Je n'ai pas la réponse, c'est pourquoi je reste loin de ce secteur.

Réponses

  • 29 Réponses trié par Votes Date
  • Même chose il moi empcod
  • Pour être très bref, je pense que l'élément déclencheur d'une correction immobilière au Canada serait ou bien une baisse significative de l'emploi, ou bien une hausse des taux d'intérêts. Dans les 2 cas, je ne les vois pas se présenter à court terme mais je reconnais d'emblée que le problème sera éventuellement bien réel...
  • Personnellement je m'attend a une correction dans les prochaines années. La valeur des maisons a augmenté BEAUCOUP plus vite que les salaires dans la dernière décennie, et d'après ce que j'en sais, l'immobilier a suivit l'inflation en moyenne d'un point de vu historique. A un certain point ca doit redescendre (dès que la classe moyenne ne peut plus se payer les maisons, ça n'a pas le choix que de descendre, et les gens vont se rendre compte que l'hypothèque d'une maison de 300k ce n'est pas la même chose si les taux d'intérêts sont 3-4% plus haut). 

    Je ne sais pas ce qui sera l'élément déclencheur, mais en attendant je suis en apartement, et nous n'allons achetez que quand ce sera significativement plus bas que maintenant.
  • Personnellement je m'attend a une correction dans les prochaines années. La valeur des maisons a augmenté BEAUCOUP plus vite que les salaires dans la dernière décennie, et d'après ce que j'en sais, l'immobilier a suivit l'inflation en moyenne d'un point de vu historique. A un certain point ca doit redescendre (dès que la classe moyenne ne peut plus se payer les maisons, ça n'a pas le choix que de descendre, et les gens vont se rendre compte que l'hypothèque d'une maison de 300k ce n'est pas la même chose si les taux d'intérêts sont 3-4% plus haut). 

    Je ne sais pas ce qui sera l'élément déclencheur, mais en attendant je suis en apartement, et nous n'allons achetez que quand ce sera significativement plus bas que maintenant.




    Très bon commentaire.

    Moi aussi je reste à loyer en attendant. Non pas que je n'ai pas les moyens ou le désir de devenir propriétaire mais je crois qu'attendre quelques années sera fort bénéfique pour nous.

  • Personnellement, je crois que le marché est trop élevé à Toronto et Vancouver sans hésitation! Après, c'est moins sûr..peu importe, je viens d'acheter plutôt que de rester en loyer, mais c'est vraiment par souci d'une qualité de vie différente, je recherchais plus grand, avec pour objectif de fonder une famille à moyen terme. Devant une belle opportunité dans le quartier où je recherchais, j'ai pris la décision de foncer, pas que pour des raisons financières. Acheter ou louer, ce n'est pas qu'une question d'argent! Et si le marché stabilise dans les prochaines années, les taxes municipales vont stabilisées aussi, et je ne vais pas m'en plaindre. Je n'ai pas acheté pour spéculer et espérer revendre à court terme!
  • janvier 2012 modifié Vote Up0Vote Down
    Dans l'éternel débat sur l'immobilier, je trouve qu'il y a un peu de confusion entre "ralentissement" et "krach".  Un ralentissement n'est pas du tout la même chose qu'un krach. Les banquiers cités dans l'article ne semblent pas accorder une haute probabilité au scénario du krach. 

    Bank of Montreal CEO Bill Downe agreed, but said he didn’t think a hard crash in real estate prices similar to what happened in the United States will happen in Canada. But the Canadian market will likely drift downward from its high levels in recent years.


    Mr. Nixon (RBC) said he isn’t worried of a drastic collapse in prices like the one seen in the United States in recent years.

    “Notwithstanding the fact that yet there is a concern about consumer credit levels [in Canada], I think it’s also very important to constantly reiterate the structural differences between markets in Canada and markets in the places like the United States,” Mr. Nixon said.


    Pour finir, voici un commentaire un peu comique que j'ai reçu aujourd'hui pour un de mes blogues sur home capital group :

    désire avoir plus d'information sur votre programme de pret hypothécaire, car
    j'ai de la difficulté à avoir un pret, pouvez-vous m'aider. Merci de votre
    attention. BONNE HEUREUSE ANNEE 2012. à vous tous . Bien à vous Ginette
    Huot.


  • Je crois quelle a vraiment besoin d'aide !!
  • Propose Home Trust à Mme Ginette, ça va être profitable à tous! ;-)
  • Ne me faite pas accroire que vous ne lisez pas entre les lignes.  Pensez-vous sincèrement que les CEO des banques auraient avantage à ne pas maquiller un peu la réalité avec des phrases mielleuse du genre "atterissage en douceur" ou "rien à voir avec les USA".  Ils font leur argent grâce à la hausse de l'immobilier, pourquoi effrayer le marché au risque de tuer la poule aux oeufs d'or...

    C'est comme de croire un vendeur de voiture usagé qui vous assure que l'ancien propriétaire était un curé qui s'en servait pour aller à la messe...

    Je vous rappelle qu'aux USA le CEO de GE affirmait que le dividende était safe 1 mois avant qu'il soit coupé...

  • janvier 2012 modifié Vote Up0Vote Down

    Parlant d'emploi et de bas taux d'intérêts, voici un reportage récent qui démontre que la bulle commence à se dégonfler dans l'ouest, malgré un marché de l'emploi florissant :

    http://www.globaltvedmonton.com/video/housing+sales+forecast/video.html?v=2186090052#stories

    Promis j'arrête d'essayer de vous convaincre après :-)

  • EmpCod, j'aimerais bien voir ton video mais: «Error, page not found»...
  • bizarre je viens de cliquer dessus et ca fonctionne...
  • Oui ça fonctionne là! Le reportage parle plus d'un ralentissement que d'une bulle qui explose.
  • Article interessant dans The Economist la dessus.

  • Hard crash ou pas je ne sais pas.  Ce que je sais est que les gens au Canada ont une hypothèque plus élevée en proportion que les américains en 2008 (qui peuvent déduire leurs intérêts).  Ce n'est pas soutenable, une augmentation des taux (improbable à court terms) ou une déterioration de l'emploi et ce ne sera pas jojo.  Ce sont des risques faibles à court terme je crois.

    Donc deux choses doivent arriver soit que 1- les revenus augmentent pour réduire le niveau d'endettement vs la capacité de payer, ou 2- les prix diminuent et on se rammenne plus prèes des multiples historiques (hypothèque/salaire).

  • Je lis beaucoup sur le sujet, un excellent blogue, qui malheureusement est quasiment mort depuis que l'auteur est employé par MHanson, est 
    http://www.theeconomicanalyst.com/
    Un autre blog intéressant est celui du fameux Garth Turner. www.greaterfool.ca

    Je suis de leur avis que ca va baisser, un 15% suivi d'une longue descente tranquille. Et Montréal est loin d'être épargné avec nos salaires plus bas et nos taxes plus élevées.

    Je loue et j'attends, de toute façon avec mon travail je pourrais me retrouver n'importe où dans le monde sans long préavis.
  • Je vais être contrarian dans cette discussion, je ne crois pas qu'il y aura une correction immobilière au Canada. Je crois qu'au pire le marché va stagner pendant plusieurs années. Les faibles taux d'intérêts vont continuer de soutenir le marché pendant au moins deux ans. Par la suite, une reprise économique devrait faire en sorte que les vendeurs motivés par la hausse des taux d'intérêts rencontrent de nouveaux acheteurs.

    Montréal, qui vient au 10e rang des villes les plus chères, ne devrait pas subir de baisse marquée car il n'y a plus de terrains disponibles pour la construction sans s'éloigner considérablement de la ville. Par conséquent, les prix demeureront plus élevés. Par ailleurs, la moins bonne économie québécoise est déjà reflétée car si le Québec était l'équivalent de l'Ontario ou de l'Alberta, alors on pourrait s'attendre à ce que Montréal soit dans les cinq plus chères du pays.

  • Je suis un peu daccord avec toi pour Montreal.  On va stagner je crois.  Mais pour Vancouver je suis pas daccord...
  • Vancouver est un cas spécial. Il y a une forte injection d'argent des immigrants qui viennent de l'Asie dans l'immobilier, ce qui contribue à maintenir les prix plus élevés. Alors j'ose mieux ne pas me prononcer.

    Si j'avais un 2$ à mettre sur un endroits au Canada qui pourrait être affecté par une baisse immobilière, je viserais la banlieue "éloignée" de Toronto, plus chère que Montréal soit dit en passant. Combien de %, c'est dur à évaluer par contre.

  • Je ne suis pas d'accord avec tout ce que tu dis. On verra bien dans quelques temps.

    Selon moi downtown Toronto (condos achetés par des speckers) et Vancouver vont planter. Déjà Vancouver ne recoit quasiment plus d'argent des immigrants, parce que ca plante là bas (en Chine).

    Et Montréal va faire comme le reste, ça l'a été prouvé que le manque de terrain n'a pas de correlation avec les baisses. New York a bien baissé pareil, même si ca l'a repris plus vite qu'ailleurs.
  • BeachBoy, pourquoi es-tu si convaincu que ça va «planter». Un simple ralentissement ou une stagnation de l'immobilier sur plusieurs années ne pourrait-il pas être un scénario plus juste compte tenu qu'il n'y a pas d'élément déclencheur à court terme? Rappelons-nous que l'immobilier américain avait pété à la suite de hausses de taux d'intérêts au cours des années précédent l'éclatement. Or, en ce moment, personne ne parle de hausse de taux d'intérêts et le gouvernement continue avec ses avertissements tout en augmentant toujours un peu des mesures contraignantes en ce qui a trait à l'octroi de nouvelles hypothèques assurées par la SCHL...
  • je n'ai pas pris le temps de répondre plus précisément. Je dois au moins corriger que je ne crois pas voir une baisse abrupte et rapide comme aux USA.

    Par contre, je ne crois absolument pas à théorie du "soft landing" ou les prix stagnent jusqu'à ce que les revenus remontent, nous somme 1- trop loin de cette norme et 2- ce n'est jamais arrivé dans l'histoire.

    Je crois qu'il reste encore une bonne année dans certains secteurs (on voit encore les bidding wars pour les McMansion sur 18 pieds de large en Ontario, mais on ne voit plus les asiatiques acheter des shack à 1.5Mil à Vancouver)à cause de la folie.

    Pour un look non-biaisé des données, vous pouvez lire ceci: http://www.theeconomicanalyst.com//content/where-we-stand

    On voit que Vancouver ne regarde pas bien, Toronto roule encore à cause de l'engouement.

    ==========

    Il n'y aura pas de hausse d'intérets pour tout de suite, par cotnre dans 5 ans, ca pourrait faire mal aux gens qui renouvellent. Aussi les boomers qui vont vendre pour avoir des liquidités vont mettre de la pression à la baisse. Mais tout ça c'est à moyen terme.

    ==========

    À court terme, le 30 ans risque de partir, le 5% risque de monter, les cash back risquent de disparaitre et les "self-reported" income. Donc l'accès à la propriété sera plus difficile pour les nouveaux acheteurs (peu d'influence sur ceux qui changent de maison), Baisse à 25 ans veut dire moins de "maximum" pour acheter et on sait que les nouveaux acheteurs vont à la banque et finissent par acheter la maison la plus chère que la banque (en fait la SCHL) peut leur hypothéquer.
  • BeachBoy, pourquoi es-tu si convaincu que ça va «planter». Un simple ralentissement ou une stagnation de l'immobilier sur plusieurs années ne pourrait-il pas être un scénario plus juste compte tenu qu'il n'y a pas d'élément déclencheur à court terme? Rappelons-nous que l'immobilier américain avait pété à la suite de hausses de taux d'intérêts au cours des années précédent l'éclatement. Or, en ce moment, personne ne parle de hausse de taux d'intérêts et le gouvernement continue avec ses avertissements tout en augmentant toujours un peu des mesures contraignantes en ce qui a trait à l'octroi de nouvelles hypothèques assurées par la SCHL...
    Je te conseil de lire les 10-15 articles les plus recents sur ce site, ou bien au moins:


    Quand les gens vivent au dela de leurs moyens et ont trop de dettes, le risque ne peut pas disaparaitre. Ca va refaire surface d'une maniere ou d'une autre a moins que tout d'un coup les salaires double au pays ou bien que les taux d'interets ne retournent jamais a la norme historique.
  • Si effectivement les hypotheques cessaient d'être assurées, ca pourrait ouvrir la porte à Home Capital Group comme cible potentielle de takeover...
  • Personnellement je pense que le Canada essaie d'imposer ces lois pour lutter contre les problèmes du marché immobilier et le taux de chômage, par exemple concernant le crédit immobilier j'ai vu sur http://reussiraucanada.fr/les-bases-du-pret-immobilier-au-canada/ une différence de correction immobilière entre 2014 et 2015.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.