Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

Facebook (FB)

135

Réponses

  • Très intéressant et je suis tout à fait d’accord 
  • Une menace pour facebook ?

    https://www.wired.com/story/apple-safari-privacy-wwdc/

    the company's latest desktop and mobile operating systems contain a more subtle, yet more radical, innovation. The newest version of Apple's Safari browser will push back hard against the ad-tracking methods and device fingerprinting techniques that marketers and data brokers use to monitor web users as they browse. Starting with Facebook.

    ....

    Though the new privacy mechanisms will potentially hinder all sorts of tracking, Apple specifically called out Facebook's massive ad network—which is known for employing an array of user tracking strategies, like its ubiquitous "Like" buttons. In one of the slides depicting an example of how Intelligent Tracking Prevention 2.0 will work, Apple's Federighi showed a Safari page open to Facebook with a popup notification reading "Do you want to allow 'facebook.com' to use cookies and website data while browsing 'blabbermouth.net'? This will allow 'facebook.com' to track your activity."
  • 19 jun modifié Vote Up0Vote Down
    Voici ce que j'avais posté en septembre 2017 sur le forum dans la section ''quelles sont les compétences nécessaires pour être un investisseur autonome'':



    ''Sujet très intéressant qui m'incite à raconter une de mes mauvaises expériences en bourse: L'IPO de Facebook. La raison principale pour laquelle j'avais investi dans FB est que cette entreprise avait un net avantage sur la concurrence pour le produit qu'elle offrait. J'avais le sentiment profond qu'elle pavait le chemin et avait un net avantage avec, en 2012, près d'un milliard d'utilisateurs. J'ai acheté dès la première journée et si certains se rappellent ce fut le fiasco car nos ordres d'achats ont disparus suite à des problèmes avec NASDAQ qui a complètement perdu le contrôle suite à une trop grosse demande...  Je ne savais plus combien d'actions javais acheté ni le prix... Finalement mes ordre sont passés dans une fourchette de $38 à près de $45. Les jours et mois qui ont suivi, l'action s'est écrasée jusqu'à $18 car tout ce qui s'écrivait sur la compagnie Facebook était négatif... La compagnie n'était pas en mesure de monétiser les utilisateurs de téléphones intelligents... elle manquait donc le bateau de la nouvelle technologie... ensuite, les initiés pouvaient vendre leurs action. On a vu Cheryl Sandberg directrice des opérations vendre ses actions lorsque le prix était déprimé ce qui semait l'inquiétude... La majorité des analystes ''bashaient'' FB ce qui créait un climat d'incertitude...  J'ai racheté des actions pour avoir un coût moyen autour de $28 car je croyais fermement au potentiel de FB et avec sa domination dans son créneau. Lorsque l'action a dépassé ce seuil, près d'un an plus tard j'ai tout vendu ayant peur de tout perdre puisque tout ce qui se disait était encore très négatif malgré de très bons résultats financiers... Suite à la vente de mes actions dont j'avais une grosse position, celle-ci n'a jamais cessé de monter et FB domine toujours son marché et il y a maintenant 2 milliards d'utilisateurs... La leçon à tirer de cette mauvaise expérience: si on a un sentiment rationnel favorable face à une compagnie, vaut mieux s'écouter plutôt qu'écouter ou lire les autres!''



    J'espère juste que ma mauvaise expérience pourra servir à d'autres lecteurs et lectrices car je considère avoir agi stupidement en laissant tomber mes convictions au détriment du sentiment qui circulait au niveau médiatique sur FB. Il faut rester calme même dans la tempête, ne pas céder à la pression et respecter notre plan de match. C'est, je crois, quelques pistes pour être un bon investisseur.

  • philrancourt a dit :
    Une menace pour facebook ?

    https://www.wired.com/story/apple-safari-privacy-wwdc/

    the company's latest desktop and mobile operating systems contain a more subtle, yet more radical, innovation. The newest version of Apple's Safari browser will push back hard against the ad-tracking methods and device fingerprinting techniques that marketers and data brokers use to monitor web users as they browse. Starting with Facebook.

    ....

    Though the new privacy mechanisms will potentially hinder all sorts of tracking, Apple specifically called out Facebook's massive ad network—which is known for employing an array of user tracking strategies, like its ubiquitous "Like" buttons. In one of the slides depicting an example of how Intelligent Tracking Prevention 2.0 will work, Apple's Federighi showed a Safari page open to Facebook with a popup notification reading "Do you want to allow 'facebook.com' to use cookies and website data while browsing 'blabbermouth.net'? This will allow 'facebook.com' to track your activity."
    Selon ce site : https://www.statista.com/statistics/544400/market-share-of-internet-browsers-desktop/

    Safari a 5.48% des parts de marché sur un browser desktop vs Chrome à 66.93%. Je ne penserais donc pas que c'est une menace là-dessus. Faudrait voir la position de Google là-dessus, mais je ne serais pas trop inquiet puisqu'eux aussi ont tout avantage à avoir le plus de data possible sur les usagers.

    Évidemment, sur Mobile, la part de marché de Safari est plus grande, mais vu le nombre de téléchargements de Facebook sur l'AppStore, je pense que les gens utilisent plus l'Application que le browser sur leur téléphone. Apple contrôle déjà pas mal ce qui se passe dans une App sur l'AppStore, donc je ne pense pas que ça change de quoi là-dessus.
  • De façon plus large, je crois que certaines compagnies (Apple en tête) pourraient chercher à se positionner comme l'anti-Google/anti-Facebook en matière d'utilisation des données personnelles. Rien n'empêcherait un Mozilla (Firefox) ou même un Microsoft de pousser dans cette direction.

    L'utilisation et le développement de technologies pour bloquer les annonces et le tracking (ad blocker) pourraient aussi se répandre davantage à mesure que la population devient plus conscientisée sur ces enjeux.

    Ce sont des risques à considérer.
  • 11 jui modifié Vote Up1Vote Down
    Facebook continue de m'impressionner !

    Ma blonde vient de vendre son véhicule avec l'aide de MarketPlace sur FB. Je savais même pas que  ça existait et en plus c'est totalement gratuit. Ce fut plus efficace que KiJiJi et autohebdo qu'on paye des options pour rendre notre annonce plus visible.

  • En plus Facebook a ajouté les offres d’emploi pour les comptes commerciaux.  Le bureau de ma femme vient d’annoncer 2 postes ouverts sur Facebook!
  • 15 jui modifié Vote Up0Vote Down
    https://youtu.be/8VnFVs1I8Ik

    Facebook a 1000 $, un cagr de 38 % pour les 4 prochaines années ? Vous croyez cela plausible ? 
  • FB versus GOOG

    How Facebook Stacks Up Against Google https://seekingalpha.com/article/4187238?source=ansh $FB, $GOOG
  • 20 jui modifié Vote Up0Vote Down
    snowball a dit :
    Facebook a 1000 $, un cagr de 38 % pour les 4 prochaines années ? Vous croyez cela plausible ? 

    Je ne fais pas de prédictions, mais un des arguments principaux à l'effet que la croissance va ralentir est que le marché de la publicité est déjà saturé, avec le duopole GOOG+FB qui s'accapare plus de 60% des revenus publicitaires en ligne.  Je n'achète pas cet argument.

    Personnellement je pense qu'il faut ratisser plus large, car le marché publicitaire en ligne puise sa croissance à même le marché global de la publicité, à mesure que les annonceurs délaissent les médias traditionnels pour des moyens plus efficaces permis par le "targeted advertising" en ligne.  À ce chapitre, GOOG+FB n'occupent seulement que 25% du marché global.  Il y a donc place à bcp de croissance.




    Finalement, certains présentent le marché publicitaire comme étant statique.  Or le marché adressable de la publicité en ligne est lui-même en croissance.  On assite à une lente érosion du brick & mortar au profit de la vente directe en ligne.  Conséquemment, une partie des dépenses que les entreprises faisaient au chapitre du brick & mortar peuvent désormais être redirigées vers la publicité en ligne.

    En étant actionnaire de FB, on bénéficie de la croissance à trois niveaux :
    1) croissance du ARPU à mesure que FB améliore la qualité de ses algorithmes de targeting (Facebook) et la monétisation de ses plateformes naissantes (Instagram, WhatsApp)
    2) croissance dûe à la migration des dépenses de publicité traditionnelle vers la publicité en ligne
    3) croissance dûe à la réaffectation des budgets 'brick & mortar' vers la publicité en ligne.  Je suggère la lecture de l'article suivant qui m'a ouvert les yeux sur le concept de 'search cost' pour les entreprises, et le potentiel disrupteur de la publicité ciblée sur le monde du retail.  (https://oraclefromomaha.wordpress.com/2017/09/17/whats-the-true-tam-of-search/)  Je me permets un court extrait (emphasis added):

    If we correctly define the role of search engines, we can see that what they are really designed to address is actually something much broader – “search cost”. Search cost is the biggest component of what economists label as “friction cost” in an economy and it can exist and be addressed in many different forms. For example, before the invention of the Internet, the most widely used tool for addressing search cost was actually the physical location. Imagine you owned a 200,000 sq ft building in downtown Manhattan. If you used that space for storage, chances are you would be able to charge the same rent as a 200,000 sq ft warehouse situated in the suburbs; but if you turned it into a mall it would likely bring in many times the amount of rent that an equivalent mall can bring in outside the city. All of that excess rent is a form of marketing that brands and retailers pay to address “search cost”. In a purely online environment, the physical location is disintermediated and what companies would otherwise pay in excess rent in an offline setting would presumably get re-allocated in the form of Amazon commissions or Google keyword ads

    Bref, trois bassins de croissances imbriqués, pas une mauvaise place pour être investisseur.  Mr. Market nous offre le tout à un prix GARP, et sans tenir compte de l'optionalité des nouveaux services que FB va développer dans le futur (IGTV, FB matchmaking, etc).  FB à 1000$, pourquoi pas?
  • 21 jui modifié Vote Up0Vote Down
    @Empcod, Très bons points, merci pour cette réponse. J'ai déjà une position mais ça alimente mes réflexions à ce sujet. 

    Dans une autre perspective, j'ai une connaissance / expert web qui ne croit pas que le modèle de FB est soutenable. Il croit que c'est facile d'imaginer de nouveaux compétiteurs offrant les mêmes services gratuit. De plus il ne croit pas que FB réussira à monétiser Instagram et Whatsapp aux niveaux anticipés. À suivre 
  • 21 jui modifié Vote Up1Vote Down
    Il croit que c'est facile d'imaginer de nouveaux compétiteurs offrant les mêmes services gratuit. 

    Je ne suis pas certains de bien comprendre ce que tu veux exprimer. Parles-tu des services aux abonnées de FB ou des services aux annonceurs?

    Il est très facile de faire un nouveau Facebook pour les abonnées. Il y en a beaucoup. Ce qui est difficile c'est d'avoir autant d'abonnés et un historique de plusieurs années sur eux. Donc le moat est plus dans le service aux annonceurs. Et ce que beaucoup de gens ne comprennent pas c'est que la pub n'est pas diffusé seulement sur leurs sites. Par exemple la petite pub sur le forum est vendu par Google, ce qu'on peut voir par le logo de Ad Choices dans le coin de l'annonce.
  • MarioP a dit :
    Ce qui est difficile c'est d'avoir autant d'abonnés et un historique de plusieurs années sur eux. Donc le moat est plus dans le service aux annonceurs. 
    Exactement. J'ajouterais que la plupart des gens veulent consulter et participer à un ou deux réseaux sociaux.  Une fois que tu es sur Facebook, Instagram, Twitter, je ne pense pas qu'il te reste beaucoup de temps pour un 4e, 5e réseau social.  Également, quelle est la valeur d'un réseau social si aucun de tes amis ne s'y trouve? 

    Il y a quelques années j'ai un ami qui a quitté Facebook pour aller sur Google+.  Je ne l'ai jamais revu, je n'ai aucune nouvelle depuis :wink:
  • Je vous conseille ce balados on y parle des telco et des cie internet entre autre.  J’aime beaucoup la vision du value investing discutée .

    https://itunes.apple.com/ca/podcast/invest-like-the-best/id1154105909?l=fr&mt=2&i=1000416002785
  • MarioP a dit :
    Il croit que c'est facile d'imaginer de nouveaux compétiteurs offrant les mêmes services gratuit. 

    Je ne suis pas certains de bien comprendre ce que tu veux exprimer. Parles-tu des services aux abonnées de FB ou des services aux annonceurs?

    Il est très facile de faire un nouveau Facebook pour les abonnées. Il y en a beaucoup. Ce qui est difficile c'est d'avoir autant d'abonnés et un historique de plusieurs années sur eux. Donc le moat est plus dans le service aux annonceurs. Et ce que beaucoup de gens ne comprennent pas c'est que la pub n'est pas diffusé seulement sur leurs sites. Par exemple la petite pub sur le forum est vendu par Google, ce qu'on peut voir par le logo de Ad Choices dans le coin de l'annonce.
    Oui il croit que ce sera possible de reproduire le "modèle Facebook", incluant les annonceurs. Il est un entrepreneur à succès dans ce domaine ...mais cela semble difficile à croire.

    Moi je serais curieux de voir les niveaux d'information que FB offrent pour cibler ou des exemples de campagnes de pub.

    https://www.facebook.com/business/products/ads

    Est-ce que tu peux par exemple aller cibler les hommes de 45 à 50 ans avec x revenus dans le code postale G1h 7m9 ayant une maison à vendre  ? ! 


  • snowball a dit :

    Est-ce que tu peux par exemple aller cibler les hommes de 45 à 50 ans avec x revenus dans le code postale G1h 7m9 ayant une maison à vendre  ? ! 



    Voici la recette pour savoir ce que Facebook "connaît" sur toi.

    https://www.cnbc.com/2017/11/17/how-to-find-out-what-facebook-knows-about-me.html

    Peut-être que ton cas est trop précis, mais j'aurais tendance à dire que oui.
  • “Facebook's revenue grew a remarkable 42 percent year-over-year this quarter. But CFO David Wehner warned that metric would decelerate by high single-digit percentage per quarter over the coming quarters.”
  • C'est quand même loin de la catastrophe présumé par le marché after hours de -22% du titre.
  • Les résultats du Q2 sont quand même assez bon avec +30% de croissance des profits et +40% des revenus.

    Mais n'importe quelle compagnie qui fait +60% de revenus au Q1, +40 au Q2 et qui prévoit moins de +10 pour son Q3 et Q4 va stresser énormément les marchés ! L'écart est tellement grand entre +60 et +10 que les investisseurs vont se demander ce qui se passe et le multiple d'évaluation risque de contracter pour tenir compte de l'incertitude.
  • Des fois, ce n'est pas tant que les résultats ne sont pas bons que les attentes qui sont trop élevées 

    J'ai déjà écrit ici que le prix était justifié par une croissance de 26% annuelle pour les 5 prochaines années. J'ai également écrit que pour moi, ça me semblait exagéré un peu, mais qu'également je pouvais me tromper dans mes calculs. 

    Comparativement au trimestre comparable de l'année passée, la compagnie a généré moins de free cash flow, due à une hausse des CAPEX. Est-ce que cette hausse des CAPEX est temporaire ou permanente, difficile à dire pour l'instant, mais je crois que c'était beaucoup en lien avec le scandale. La position cash a également diminué comparativement au dernier trimestre (pas celui comparable, mais bien le dernier)

    Ayant tout ça pris en compte, bien j'arrive maintenant à 19-20% de croissance pour justifier le prix actuel (173.50$ 25 juillet 2018 - after hours). Un peu plus raisonnable. 

    Demain sera clairement intéressante, des fois, les mouvements after hours ne sont pas représentatifs.

    Pas de position, mais m'intéresse plus qu'avant. 
  • 26 jui modifié Vote Up0Vote Down
    Wehner also said the company expects margin compression, with operating margins trending toward "mid-30s on a percentage basis," compared with second-quarter operating margins of 44 percent. That tightening is the result of broadening markets, investments in news products — such as the recent introduction of the company's long-form video format, IGTV — and capital expenditures related to safety and security that total "billions of dollars," Wehner said. "We think that's the right thing to do for the business in terms of ensuring the community, safety and durability of the franchise," he said. "But they don't have obviously immediate translation into revenue dollars."

    Plusieurs analystes doivent ajuster les prévisions !
  • Ça va faire mal au Fond Barrage...Avec plus de 20% dans FB et Médici avec plus de 10%...
  • Rick a dit :
    Ça va faire mal au Fond Barrage...Avec plus de 20% dans FB et Médici avec plus de 10%...
    Pas tant que, ça car je crois que le titre avait quand même beaucoup progressé depuis leur acquisition.
  • Quand on regarde ça avec un 10-foot pole, les résultats sont loins d'être mauvais. Ralentissement temporaire de la croissance pour investir dans le futur.  Augmentation des dépenses due notamment à la sécurité et la réglementation accrue. 

    On parle d'un titre qui a fait +45% en 3 mois, les attentes étaient stratosphériques. Si le prix aftermarket se confirme, je serai à nouveau acheteur personnellement. Dans trois ans on aura l'air de génies.
  • J'ai besoin d'aide.

    Quand le monde parle de ralentissement de la croissance à un taux de « high single digit », de quoi parle-t-on? Parle-t-on bien de la croissance des revenus? Si oui, que compare-t-on? Ce « high single digit » sera-t-il le taux de hausse des revenus du troisième trimestre 2018 versus le deuxième trimestre 2017? Ou sera-t-il le taux de hausses des revenus du troisième trimestre 2018 versus le troisième trimestre 2017?

    Mêmes questions pour le trimestre qui suivra.
  • yulaol a dit :
    J'ai besoin d'aide.

    Quand le monde parle de ralentissement de la croissance à un taux de « high single digit », de quoi parle-t-on? Parle-t-on bien de la croissance des revenus? Si oui, que compare-t-on? Ce « high single digit » sera-t-il le taux de hausse des revenus du troisième trimestre 2018 versus le deuxième trimestre 2017? Ou sera-t-il le taux de hausses des revenus du troisième trimestre 2018 versus le troisième trimestre 2017?

    Mêmes questions pour le trimestre qui suivra.
    Ma compréhension est que plutôt que de croitre à 35% disons year over year, on verra environ du 25%.

    Je me trompe?
  • 26 jui modifié Vote Up0Vote Down
    C'est ce que j'ai compris aussi jfmorissette. Et franchement je trouve ça plus réaliste.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.