Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





Entreprises qui vont profiter des changements liés au COVID-19

13»

Réponses

  • Très belle citation!
  • 15 mai modifié Vote Up2Vote Down
    À mon avis, il faut plus voir Shopify comme un windows  version2020(windows, office, excel etc......)  Ils s'occupent de tous les outils pour vendre en ligne: site, infolettre, logiciel de retour, paiement, boutique amazon...

    Un bon exemple est Simons... Ils ont payé 200 millions pour avoir un centre de distribution et il risque de faire faillite... Tandis que des sites comme Kylie Jenner et Gym Shark ont tout donné à shopify. Jenner a vendu 51 % de sa boutique pour 500 millions sans jamais avoir d'infrastructure...
  • Je pense que les gens ont encore un désir de magasiner en personne. Le commerce électronique a un avenir radieux, mais si je me fie sur mon expérience en allant au IKEA aujourd’hui, il reste un énorme appétit pour la vente aux détails pour certains types de produits. Et il y a peut-être un retour du balancier post-confinement. En tout cas, juste un constat que tout n’est pas noir et blanc.
  • 25 aoû modifié Vote Up1Vote Down
    Il y a du vrai dans le retour du balancier post confinement je crois. J'ai été impressionné Jeudi passé par la restauration qui offre le service aux tables à Granby. C'était ''Plein'' presque partout sur la Principale. C'était plus vigoureux que les dernières semaines et spécialement le stationnement de la Casa Grecque qui débordait. Pour un jeudi c'était extraordinaire. 

    Je sais pas si certains d'entre vous avez cette impression dans vos villes aussi.
  • À Saint-Sauveur dans les laurentides c'était pas mal achalandé le weekend dernier, mais je crois que la distanciation sur les terrasses donne une trompeuse impression que les terrasses sont pleines. Mais je crois aussi au balancier.
  • Quelqu'un a déjà creuser le dossier Live Nation (LYV)? Immense producteur de spectacles, un domaine assurément en difficulté avec la pandémie actuelle. Était-ce une bonne business pré-Covid? Des raisons que cela ne reviennent pas dans le futur? Je n'ai pas eu le temps de fouiller, mais il me semble que c'est un créneau dont on n'a jamais discuté par rapport à toute cette année rocambolesque qui a perturbé plusieurs industries, donc je lance un élément de discussion ici pour le fun.
  • @jfmorissette, Je n'ai pas encore analysé l'entreprise, mais elle est aboutit sur mon radar puisqu'un des gestionnaires que j'admire le plus a pris une position dans l'entreprise au Q1 2020 (Chuck Akre, Akre capital management). 

    Le marché semble très optimiste sur un revirement de situation rapide et sans embuches...
  • JonJon
    13 oct modifié Vote Up2Vote Down
    Salut @jfmorissette.  Il serait interessant de commencer un fil sur "Live Nation" (LYV).

    Pre-COVID, ce titre avait un "moat" puissant puisque la nouvelle generation aimait les divertissements, la musique, etc.  TicketMaster a un presque monopole sur les tickets, et peut charger des gros frais d'administration! C'etait un 'toll boot' (autoroute payante - sans alternative vraiment).

    COVID change la donne drastiquement pour cette compagnie!  On peut debattre si les gens vont attendre en ligne dehors des restos pour leur 'take out', surtout avec l'hiver qui approche.  Cependant et malheureusement, on est certainement tres loin des shows de Metallica avec 50,000 personnes en sueur qui trash dance au parc Jean-Drapeau!!

    C'est au niveau des compagnies aeriennes / croisieres ou l'incertitude due au "black swan" COVID qui a tout change.  Quelle est la qualite du bilan de LYV pour passer au travers?  Pour combien de temps?   J'ai pas regarde...

    Ma femme aime les concerts et j'ai vu des Gurus qui l'ont ajoute en mars dans le creux, ca a donc pique mon interet.  Mais mes billets de Pearl Jam n'ont toujours pas ete cancelles, et leur tournee pas re-schedulee.  Il y a peut-etre une opportunite... mais si on trouve MTY risque, c'est autre niveau ici!  Je passe mon tour pour le moment, quitte a revister plus tard quand il y aura plus de clarite, acceptant que le prix sera plus haut dans ce scenario.
  • Petite recherche rapide: j'ai trouve quelqu'un qui attaque un peu les points plus haut sur "Live Nation".  Je n'ai pas confirme les donnees...

    En resume:
    - Brule $185M de cash par mois
    - Assez de Cash pour survivre confortablement jusqu'a l'ete 2021
    - S'attendent a une saison concerts exterieur robuste ete 2021 (dependence sur un vaccin?!)
    - La raison que le titre a mieux fait que les croisieres est que 86% des gens n'ont pas retourne leurs billets de concert.  La demande y est, c'est l'offre qui a artificiellement disparu. 

    https://www.fool.com/investing/2020/08/25/will-a-covid-19-vaccine-save-live-nation-entertain/
  • JonJon
    14 oct modifié Vote Up1Vote Down
    Pour generaliser sur ce fil : un apprentissage d'errurs passees est que d'investir dans dans compagnies ou le "Temps" est un ennemi due la la dette qui arrive a maturite et/ou des cash flow negatifs est tres dangereux.  Le "Temps" est le meilleur allie des Compagnies en bonne position financiere; elle peuvent tirer avantage de leur competition plus faible, etc.

    Je pense que c'est encore plus important en crise COVID ou personne n'est certain de la duree. 

    "Live Nation" semble en bonne position de depart, mais se deteriore a chaque mois qu'il n'y a pas de concerts due a un cash flow d'operation negatif (selon l'article en hait - c'est a confirmer, j'ai pas regarde ses etats finaciers).  A l'inverse, "MTY" a commence en mauvaise position due au timing d'une grande acquisition pre-COVID.  Cependant, son Bilan s'ameliore a chacun des 2 trimestres depuis la crise due a ses Cash Flow positifs.  Pour les titres avec imapct COVID, le deuxieme cas semble plus prudent.

    "Trend is your friend", et "Time is the best ally of Compounders".
  • En tout cas le virage vers le commerce en ligne semble plaire plus aux consommateurs qu’à certains détaillants: https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2020-10-14/commerce-en-ligne/peu-rentable-mais-essentiel.php
  • Je pense surtout à des entreprises qui souffrent du covid sans pour autant sombrer dans les difficultés financières et qui pourront rebondir.

    Nous trouverons ses entreprises par exemple dans le non essentiel, le loisir à l'exclusion bien entendu du "Stay at home".

    Chaine de restauration: Starbucks, McDonald, Restaurant Brands, Yum China, Noodles & Company, Chipotle Mexican Grill, ...

    Salles de Fitness: Planet Fitness, Town Sports International, Basic Fit, ...

    Loisir extérieur: SeaWorld Entertainment, Six Flags Entertainment, Camping World, Thor Industries, Polaris, ....

    Je pense que les secteurs du tourisme plus lointain et de l'hôtellerie mettront plus de temps pour retrouver leur rentabilité.

  • jfmorissette a dit :
    En tout cas le virage vers le commerce en ligne semble plaire plus aux consommateurs qu’à certains détaillants: https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2020-10-14/commerce-en-ligne/peu-rentable-mais-essentiel.php
    Je crois que c'est difficile pour la plupart car ils opèrent de front deux modèles somme toute assez différents : la vente avec un réseau d'emplacement physique et la vente en ligne. Ça requiert des expertises différentes chez les employés et c'est difficile d'être bon dans les deux (c'est déjà difficile d'être bon dans un seul de ces modèles). En plus, ils ne peuvent pas optimiser leurs opérations et leur structure de coûts ni pour un modèle ni pour l'autre...

    C'est pourquoi je préfère comme investisseur d'y aller avec des "pure play" du commerce électronique.
  • philrancourt a dit :

    C'est pourquoi je préfère comme investisseur d'y aller avec des "pure play" du commerce électronique.

    Je suis d’accord avec ton point sur les deux modèles d’affaire brick and mortar et en ligne, les systèmes de logistique ne sont pas pareils pour les deux modes de vente.
    Par exemple, pour les épiciers, ce sont des commis qui passent d’une rangée à l’autre pour faire la commandes pour les gens dans l’épicerie du coin. (Du moins c’est ce que j’ai vu dans deux bannières)
    versus un centre de distribution dans lequel il n’y a que des ventes en ligne où tu peux mieux optimiser, par contre ton « panier » vient de plus loin. 
    D’un autre côté, dans le cas d’un IGA, il faut compter le temps pour préparer la commande du grossiste au iga du coin et ensuite le temps pour placer les produits dans les étagères et ensuite le commis qui fait la commande... 


    pour ce qui est des pure play, par exemple Shopify a des clients qui opèrent sur les deux fronts et d’autres qui sont uniquement en ligne. 

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.