Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





Entreprises qui vont profiter des changements liés au COVID-19

Wellington a dit

Dans vos analyses, de quelle façon tenez vous compte des changements de comportements et d'habitudes de consommation qui affecteront possiblement les entreprises au sortir de la crise?
  • Est-ce que les gens continueront d'être réticent à utiliser l'argent liquide? Positif pour Mastercard et Visa
  • Est-ce que les travailleurs et employeurs garderont l'habitude du télétravail? Positif pour les Microsoft, Zoom, Slack. Négatif pour Cominar.
  • Est-ce que les voyages à l'étranger diminueront? Positif pour les restaurants, rénovation domiciliaire. Négatif pour l'aviation, croisiéristes, hôtellerie. 


«13

Réponses

  • 75 Réponses trié par Votes Date
  • 20 mar modifié Vote Up2Vote Down
    Sujet très intéressant, je pense aussi que les habitudes des gens changeront de manière permanente après cette crise.

    Gagnants :

     - Commerce Électronique (Amazon, ebay, shopify)
     - Géants techno (Microsoft, Google)
     - Paiement électronique (Visa, Mastercard, Paypal)
     - Fournisseurs internet (Vidéotron, Bell, Rogers)
     - Distributeurs du commerce en ligne (Fedex, USPS)
     - Casino en ligne (The Stars Group)

    Gagnants (court terme) :

     - Divertissement à domicile (Electronic Arts, Activision Blizzard, Netflix)
     - Supermarchés (Métro, Loblaws, Empire, Costco)
     - Compagnies pharmaceutiques (Sanofy)

    Perdants (court terme) :

     - Aviation (Air Canada, Westjet)
     - Compagnies pétrolières (Canadian natural ressource, Suncor)
     - Chaine de restaurants (MTY foods, Restaurant Brands, Mcdonalds)
     - Compagnies de croisière (Carnival corp)
     - Casino
     - Cirques
     - Centres touristiques

    Perdants :

     - Cinéma (Cinéplex)
     - Centre commerciaux et location d'espace de bureau (REIT comme Cominar)
     - Petits commerce au détail (Reitman)
  • 30 mar modifié Vote Up2Vote Down
    Et le télétravail à temps plein versus le télétravail à temps partiel avec une présence au bureau 2 ou 3 jours par semaine c’est aussi différent. 
  • jespere que tu es plutot la fourmi
  • Après quelques conference call de compagnies e-commerce, le pattern qui semble se dégager est une chute importante de la business entre le 10 et le 30 mars suivi d'une explosion des affaires au mois d'avril.

    C'est assez logique en rétrospective...  En mars, on absorbait le choc soudain et brutal de la pandémie. Il fallait réorganiser sa vie en télétravail, écouter les nouvelles, dévaliser les épiceries et faire des stocks (selon certains). Les achats non-essentiels en ligne n'étaient pas vraiment la priorité. Le ceo d'Etsy appel ça le "CNN effect" ou la paralysie de la consommation au coeur d'une crise.

    En avril, la vie normale a repris (un peu) ses droits et les gens se sont demandé comment consommer quand tout les magasins physiques sont fermés. La solution fut le commerce en ligne. Tobias Lütke (Shopify) et Dan Schulman (Paypal) on tout deux affirmé que la consommation en ligne est à un niveau qu'ils avaient prévu pour dans quelques années. Schulman parle de 2-3 ans et Toby a affirmé 2030 (!) dans une entrevue avant de reculer un peu sur cette affirmation dans le cc.

    Ça explique pas mal l'explosion des titres.

    Pour ceux qui sont éberlués par la hausse de Shopify, vous pouvez aller consulter les graphiques boursiers de Etsy, Square, PayPal et Twilio. Heureusement pour ces titres, leur siège social n'est pas au Canada et ils ne seront donc pas victime d'une malédiction bancaire.

    On peut discourir sur l'or, le pétrole, l'immobilier ou les banques américaines. Les mêmes thèses d'investissement sur ces titres sont ressassés depuis Mathusalem... Ou l'on peut s'intéresser à une thèse nouvelle (et peut-être moins confortable) sur le commerce en ligne mais qui représente néanmoins l'une des grandes opportunités de notre génération.  

  • 15 mai modifié Vote Up2Vote Down
    À mon avis, il faut plus voir Shopify comme un windows  version2020(windows, office, excel etc......)  Ils s'occupent de tous les outils pour vendre en ligne: site, infolettre, logiciel de retour, paiement, boutique amazon...

    Un bon exemple est Simons... Ils ont payé 200 millions pour avoir un centre de distribution et il risque de faire faillite... Tandis que des sites comme Kylie Jenner et Gym Shark ont tout donné à shopify. Jenner a vendu 51 % de sa boutique pour 500 millions sans jamais avoir d'infrastructure...
  • JonJon
    13 oct modifié Vote Up2Vote Down
    Salut @jfmorissette.  Il serait interessant de commencer un fil sur "Live Nation" (LYV).

    Pre-COVID, ce titre avait un "moat" puissant puisque la nouvelle generation aimait les divertissements, la musique, etc.  TicketMaster a un presque monopole sur les tickets, et peut charger des gros frais d'administration! C'etait un 'toll boot' (autoroute payante - sans alternative vraiment).

    COVID change la donne drastiquement pour cette compagnie!  On peut debattre si les gens vont attendre en ligne dehors des restos pour leur 'take out', surtout avec l'hiver qui approche.  Cependant et malheureusement, on est certainement tres loin des shows de Metallica avec 50,000 personnes en sueur qui trash dance au parc Jean-Drapeau!!

    C'est au niveau des compagnies aeriennes / croisieres ou l'incertitude due au "black swan" COVID qui a tout change.  Quelle est la qualite du bilan de LYV pour passer au travers?  Pour combien de temps?   J'ai pas regarde...

    Ma femme aime les concerts et j'ai vu des Gurus qui l'ont ajoute en mars dans le creux, ca a donc pique mon interet.  Mais mes billets de Pearl Jam n'ont toujours pas ete cancelles, et leur tournee pas re-schedulee.  Il y a peut-etre une opportunite... mais si on trouve MTY risque, c'est autre niveau ici!  Je passe mon tour pour le moment, quitte a revister plus tard quand il y aura plus de clarite, acceptant que le prix sera plus haut dans ce scenario.
  • Bon sujet,
    Effectivement, je crois que ce que nous vivons aura des effets sur les comportements moyens long termes des gens et des organisations. 

    Si tu es « forcé » d’utiliser un service dont tu connaissais moins et que tu vois le bénéfice (temps ou argent ou autre), c’est très possible que tu adhères à ces services. Vous en avez nommé plusieurs mais je pense particulièrement au télétravail (outil, impact estate?) et le commerce électronique.


    Phil, tu parles de livraison de nourriture, je suis abonné à Lufa (fermes urbaines) et on a reçu un courriel disant qu’ils avaient une augmentation très considérables de leur commande. 

    Pour les écoles, je me souviens d’avoir analysé un concurrent à Moodle il y a de cela plusieurs années et c’était fait par Blackbaud (BLKB). Je viens de voir qu’ils font beaucoup plus que des LMS - Learning Management Systems.
    y aura t’il plus de cours en ligne suite à la crise, comment les écoles s’y prendront ?

  • Dans les gagnants long terme

    -les consolidateurs qui profiteront des joueurs faibles de leur industrie (atd.b)
    -toutes les compagnies qui ont beaucoup d’encaisse pour profiter des actifs qui se vendent à rabais


    Les compagnies pharmaceutiques que les gouvernements vont vouloir favoriser parce qu’on voudra se préparer à la prochaine pandémie. Surtout les compagnies faisant de la recherche sur les anti-viraux. 
  • Jeff a dit :
    Sujet très intéressant, je pense aussi que les habitudes des gens changeront de manière permanente après cette crise.

    Gagnants :

     - Commerce Électronique (Amazon, ebay, shopify)
     - Géants techno (Microsoft, Google)
     - Paiement électronique (Visa, Mastercard, Paypal)
     - Fournisseurs internet (Vidéotron, Bell, Rogers)
     - Distributeurs du commerce en ligne (Fedex, USPS)
     - Casino en ligne (The Stars Group)

    Gagnants (court terme) :

     - Divertissement à domicile (Electronic Arts, Activision Blizzard, Netflix)
     - Supermarchés (Métro, Loblaws, Empire, Costco)
     - Compagnies pharmaceutiques (Sanofy)

    Perdants (court terme) :

     - Aviation (Air Canada, Westjet)
     - Compagnies pétrolières (Canadian natural ressource, Suncor)
     - Chaine de restaurants (MTY foods, Restaurant Brands, Mcdonalds)
     - Compagnies de croisière (Carnival corp)
     - Casino
     - Cirques
     - Centres touristiques

    Perdants :

     - Cinéma (Cinéplex)
     - Centre commerciaux et location d'espace de bureau (REIT comme Cominar)
     - Petits commerce au détail (Reitman)
    Je crois que les restaurant offrant le service à l'auto et le take-out (Mcdo, etc) seront moins impacté par les changements d'habitude que les restaurants avec place assise ou le pire impact, les resto de centre d'achat (MTY)...
  • Je suis d'accord avec l'analyse de Jeff sauf sur le long terme. Tout dépend de la faculté à établir un vaccin et des anti viraux actuels. Si c'est le cas, l'analyse devient fausse. Il ne faut pas investir en pensant que la situation actuelle va perdurer. La prochaine crise sera surement de nature différente (Crise de la dette, défaut d'un Etat, Guerre, Crise systémique, Crise politique, Crise des Ressources, Crise Ecologique,...) 
  • 25 mar modifié Vote Up1Vote Down
    Un secteur qui risque de profiter de la crise à moyen terme : la construction d'infrastructures. Tous les gouvernements des pays industrialisés vont mettre en place des programmes d'infrastructures pour relancer l'économie.

    À surveiller : les firmes d'ingénierie dont SNC Lavalin qui était déjà bas avant la crise

    Brookfield infrastructure (BPI)

    Caterpillar (CAT) qui est un fournisseurs important de machinerie pour tous les projets

    Pendant que j'y pense ça serait un beau secteur pour déployer l'encaisse de BRK
  • La banque d’investissement américaine MKM Partner a créé il y a quelques semaines un indice « stay at home index »
    regroupant des entreprises  dont l’activité, profitera de l’épidémie.

    Composition de l'indice « stay at home index »

    Activision Blizzard
    Netflix
    Tencent Music
    Zynga
    Facebook
    Match
    Yelp
    Zillow
    Nexstar Media
    New York Times
    Sirius XM
    Boingo Wireless
    Purple Innovation
    Sonos
    Amazon
    Blue Apron
    Alibaba
    eBay
    GrubHub
    JD.com
    Shutterstock
    Peloton
    Sturm Ruger & Co.
    Campbell Soup
    Central Garden & Pet Co.
    Clorox
    Okta
    Alarm.com
    Citrix Systems
    Atlassian
    Slack
    Zoom
    Diamond Eagle

  • Il y a une différence selon moi entre les compagnies qui vont profiter à court terme de la crise comme les épiceries ou les fabricants d'armes (!?!) et celles qui vont profiter à plus long terme des tendances (outil de télétravail, commerce électronique).

    La 2e catégorie est pas mal plus intéressante. 
  • Le modèle canadien de la Gestion de l'offre risque de prendre de la force dans plusieurs pays pour tous les secteurs essentiels.

    Imaginez-vous si on serait dépendant des autres pays pour pouvoir se nourrir adéquatement. Le Buy Québec va prendre toute son importance.

    La mondialisation et la consolidation de bien essentiels va reculer. 
  • On est dépendants pour les fruits et légumes, mais terriblement chanceux que ça commence en mars. Pour ceux qui ne connaissent pas le jardinage : on fait les semis de tomates, piments, concombres dans la maison fin mars, les autres légumes plus tard et beaucoup sont plantés en graine dehors en juin. Personnellement j’ai commandé des graines par internet à un semancier local spécialisé dans les variétés du patrimoine et les climats froids. Je vous invite à faire de même si vous avez un minimum de connaissance en jardinage. Laitue, épinards, bette à cardes poussent bien sur un balcon, épinards poussent au froid au printemps et a l’automne.
  • Ne croyez-vous pas qu'il peut aussi y avoir un effet où les gens seront écoeurés du télé-travail et ne seront pas si emballés que cela par les possibilités que ça offre?
  • Dans un certain sens je peux comprendre l’opinion émise par Coyne ici: https://www.theglobeandmail.com/opinion/article-this-changes-everything-unless-it-doesnt/

    Connaissant la nature humaine, peut-être que ça ne changera rien. Ou à tout le moins n’aura pas un impact si notable à long terme.
  • La meilleur preuve qu'il n'y aura pas de changements drastiques : les wet markets sont réouvert à Huwan!

    Mononcle, la fable a été écrite en 1668. Faut croire que ce problème sera difficile à régler

    La pandémie fait ressortir certains problèmes: 

    Du fil "Décroissance"
    MarioP
     a dit :

    Malheureusement la société a un gros problème à ce niveau. Par exemple au Québec savez vous qu'un commis qui place les bouteilles dans les étagères à la SAQ est payé plus qu'une éducatrice en garderie ou qu'une préposé aux bénéficiaire dans une maison de personnes âgées?
    Si vous avez écouté le point de presse d'aujourd'hui (samedi) ce problème nous a pété dans la face. Legault avait les larmes aux yeux. La CAQ avait déjà dans son programme de construire des maisons des aînés, une partie des programmes de relance y sera surement consacré.

    Un autre problème mis en évidence est la dépendance internationale créée par la mondialisation. Si la chine est paralysée l'économie mondiale est dans le trouble. Comme Trump avait déjà commencé à s'attaquer à cette situation attendez-vous à voir cela au premier plan des prochaines élections américaines et j'ai bien hâte de voir ce que pourront dire les démocrates à ce sujet. Eux ils devraient parler de la gestion pourri de la crise faite par Trump. 

    Mais ce dont je suis le plus certain c'est que ma blonde ne mettra jamais les pieds sur un bateau de croisière déjà qu'elle n'aimais pas beaucoup ça ;0)


  • MarioP a dit :
    Le volume de vente des commerçants a-t-il un impact? 
    Oui pour Shopify payments (service optionnel selon ma compréhension), Shopify shipping (impression de labels et transport avec des 3rd parties), le nouveau service de warehouse et manutention style Amazon à venir. 

    Il y a aussi Shopify Capital qui a mon avis est impacté indirectement par le volume de vente : la croissance des entreprises-clientes leur emmene des besoins en fond de roulement et capex, ils pourraient choisir Shopify Capital plutôt qu'une banque. 
  • 25 aoû modifié Vote Up1Vote Down
    Il y a du vrai dans le retour du balancier post confinement je crois. J'ai été impressionné Jeudi passé par la restauration qui offre le service aux tables à Granby. C'était ''Plein'' presque partout sur la Principale. C'était plus vigoureux que les dernières semaines et spécialement le stationnement de la Casa Grecque qui débordait. Pour un jeudi c'était extraordinaire. 

    Je sais pas si certains d'entre vous avez cette impression dans vos villes aussi.
  • JonJon
    14 oct modifié Vote Up1Vote Down
    Pour generaliser sur ce fil : un apprentissage d'errurs passees est que d'investir dans dans compagnies ou le "Temps" est un ennemi due la la dette qui arrive a maturite et/ou des cash flow negatifs est tres dangereux.  Le "Temps" est le meilleur allie des Compagnies en bonne position financiere; elle peuvent tirer avantage de leur competition plus faible, etc.

    Je pense que c'est encore plus important en crise COVID ou personne n'est certain de la duree. 

    "Live Nation" semble en bonne position de depart, mais se deteriore a chaque mois qu'il n'y a pas de concerts due a un cash flow d'operation negatif (selon l'article en hait - c'est a confirmer, j'ai pas regarde ses etats finaciers).  A l'inverse, "MTY" a commence en mauvaise position due au timing d'une grande acquisition pre-COVID.  Cependant, son Bilan s'ameliore a chacun des 2 trimestres depuis la crise due a ses Cash Flow positifs.  Pour les titres avec imapct COVID, le deuxieme cas semble plus prudent.

    "Trend is your friend", et "Time is the best ally of Compounders".
  • jfmorissette a dit :
    En tout cas le virage vers le commerce en ligne semble plaire plus aux consommateurs qu’à certains détaillants: https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2020-10-14/commerce-en-ligne/peu-rentable-mais-essentiel.php
    Je crois que c'est difficile pour la plupart car ils opèrent de front deux modèles somme toute assez différents : la vente avec un réseau d'emplacement physique et la vente en ligne. Ça requiert des expertises différentes chez les employés et c'est difficile d'être bon dans les deux (c'est déjà difficile d'être bon dans un seul de ces modèles). En plus, ils ne peuvent pas optimiser leurs opérations et leur structure de coûts ni pour un modèle ni pour l'autre...

    C'est pourquoi je préfère comme investisseur d'y aller avec des "pure play" du commerce électronique.
  • C'est un bon sujet Wellington qui mérite un fil à lui seul.

    J'ajouterais à ta liste les entreprises dans le commerce électronique. Cette crise risque de pousser encore plus de gens à acheter en ligne.

    Des entreprises comme GrubHub et Uber pour la livraison de restaurant pourrait aussi en profiter pour étendre leur clientèle.

    Et même GoodFood et Blue Apron pour la livraison d'ingrédient de recettes à domicile. Blue Apron était considéré comme mort avant la crise, aller voir son graphique des derniers jours, c'est assez fou ! 
  • Netflix, Amazon.

    Tout ce qui permet l'infrastructure d'internet d'une certaine façon.

    L'industrie des jeux vidéos? En gros, les modes de divertissement à domicile.
  • Je ne considère pas que ce soit positif pour les restaurants si les voyages à l'étranger et surtout inter-régionaux diminuent. On est obligé de manger au resto la majorité du temps quand on est en voyage.

    Je suis d'accord avec Coco pour McDo. Le titre est très impacté présentement, McDo a fermé les salles à manger et gardé le service au comptoir et à l'auto. Il faut savoir que le service à l'auto représentait déjà 70% (de mémoire) des ventes de McDo AVANT le Coronavirus et les livraisons augmentaient (facture plus élevée en livraison). La fermeture de la salle va peut-être même être profitable, moins d'entretien à faire. J'imagine que le nombre de ventes a diminué au service à l'auto par contre, vu la diminution des déplacements longue distance en voiture et le fait que les gens qui savent cuisiner et qui ne travaillent pas dans les services essentiels restent à la maison. Il faut dire aussi que la valeur à long terme de McDo est dans l'immobilier, la marque et les compétences en marketing et logistique. C'est une des entreprises où je vais sûrment augmenter ma position dans les semaines à venir. 
  • philrancourt a dit :
    Il amène d’excellents points et je suis d’accord que cela aura un impact sur nos comportements sociaux et économiques même après la crise. 
    Certains comportements et habitudes demeureront.
  • Je crois que, entre autre, l'épicerie en ligne connaîtra un essor.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.