Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

Objectifs financiers - plan de match

J'apprécierais savoir quels sont les principaux paramètres du plan financier des membres du forum. Peut-être que cela pourrait en inspirer d'autres :)

Est-ce que vous avez élaboré des objectifs financiers spécifiques que vous visez à atteindre à long terme (ex. % de rendement annuel, x $ à 65 ans ou autres... ) ? 

Si oui, ce serait intéressant si des membres pouvaient partager quelques aspects généraux ou priorités. 

Merci 






«1

Réponses

  • 40 Réponses trié par Votes Date
  • mars 2018 modifié Vote Up1Vote Down
    Pour ma part, mon objectif non quantifiable est d’être heureux, d’aimer ce que fait et que j’aie suffisamment d’argent pour ne me priver de rien tout en vivant modestement.

    En termes quantitatifs, je souhaite obtenir un rendement à long terme (5ans ou plus) supérieur au marché. Ma définition du marché est le rendement total incluant dividende de 50% de l’indice S&P500 ramené en dollars canadien et de 50% de l’indice S&P TSX.
  • Pour ma part, mon objectif non quantifiable est d’être heureux, d’aimer ce que fait et que j’aie suffisamment d’argent pour ne me priver de rien tout en vivant modestement.

    En termes quantitatifs, je souhaite obtenir un rendement à long terme (5ans ou plus) supérieur au marché. Ma définition du marché est le rendement total incluant dividende de 50% de l’indice S&P500 ramené en dollars canadien et de 50% de l’indice S&P TSX.
    Pourquoi 50% du S&P TSX alors que le Canada ne compte que pour 3% de la capitalisation boursière mondiale ?
  • Pour ma part, mon objectif non quantifiable est d’être heureux, d’aimer ce que fait et que j’aie suffisamment d’argent pour ne me priver de rien tout en vivant modestement.

    En termes quantitatifs, je souhaite obtenir un rendement à long terme (5ans ou plus) supérieur au marché. Ma définition du marché est le rendement total incluant dividende de 50% de l’indice S&P500 ramené en dollars canadien et de 50% de l’indice S&P TSX.
    Pourquoi 50% du S&P TSX alors que le Canada ne compte que pour 3% de la capitalisation boursière mondiale ?
    Cela correspond approximativement à ma pondération en titres canadiens.

  • Pour le moment, je veux juste m'améliorer en analyse financière et battre l'inflation ;) 

    À long terme, j'aimerais faire assez de rendement pour compenser pour le ''Gender pay gap''. J'aimerais que mes rendement finissent par surpasser mon salaire net, ou au moins ma capacité d'épargne. 

    Je veux aussi avoir plusieurs sources de revenus pour me permettre de ne pas avoir à compter sur un employeur, même si je pense travailler jusqu'à 70 ans.

  • avril 2018 modifié Vote Up0Vote Down
    Si nous avons planifié nos besoins financiers nous devrions avoir une bonne idée de combien de capital nous devrons disposer pour la retraite. 

    Est-ce que vous avez un minimum de rendement espéré en % annuel pour atteindre votre objectif d'ici la retraite ?

    Merci



  • Si nous avons planifié nos besoins financiers nous devrions avoir une bonne idée de combien de capital nous devrons disposer pour la retraite. 

    Est-ce que vous avez un minimum de rendement espéré en % annuel pour atteindre votre objectif d'ici la retraite ?

    Merci



    Je dois avouer que je n'ai pas d'objectifs vraiment clairs. J'ai un mode de vie somme toute frugale, quoique les économies que je fais à des endroits où bien des gens dépensent me permettent en fait de dépenser pour d'autres choses qui correspondent mieux à mes intérêts. J'épargne quand même plus que la moyenne (pas nécessairement que les gens ici, et pas à un niveau d'un Mr Money Mustache). J'obtiens de rendements corrects, et ensuite je me dis qu'on verra bien où ça me mène. Retraite plus jeune, ou alors niveau de vie plus élevé à la retraite, ou sécurité financière, ou capacité de faire de la philantropie, je ne sais trop. Le plan se précisera peut-être selon justement mes réussites en épargne et en croissance de mon capital. Mais ma réflexion n'est pas quantifiée du tout, à tout le moins pour le moment (à 34 ans dans mon cas donc).
  • avril 2018 modifié Vote Up0Vote Down
    Vos commentaires sont intéressants et amènent à d'autres réflexions. Pour ma part je vise d'avoir une vision à long terme pour mes placements mais je n'aime pas trop l'idée de comparer les rendements de mon portefeuille avec le marché canadien qui est beaucoup lié aux ressources. Je n'ai pas de position dans le pétrole, le gaz ou les mines et je ne prévois pas en avoir.

    Bernard Mooney donne un bon exemple de politique de placement dans son dernier livre (2012). Il fait mention d'un rendement minimum visé de 10 % après les frais. Est-ce votre base de référence ?
  • Mon plan se résume à ceci :

    Atteindre la liberté financière le plus tôt possible, avec un mode de vie peu dépensier mais sans toutefois vivre comme un moine bouddhiste. Cet objectif fut atteint pour ma part l'an dernier à 39 ans.

    Je peux maintenir mon niveau de vie actuel avec un rendement de 4% après inflation (soit environ 6.5% avant inflation).  Sachant que mon rendement annualisé des 10 dernières années tourne autoure de 20%, je ne m'inquiète pas trop.

    Si je fais plus de rendement que prévu, j'augmente mon niveau de vie. Si je me rends compte que je n'atteint pas ce minimum de rendement, j'ai toujours le choix de recommencer à travailler (temps plein ou partiel) pour rétablir la viabilité de mon plan.  Si cela se produit plus tard dans ma vie et que je ne suis plus employable, je pourrai toujours gruger mon capital (en ce moment mon plan ne touche pas au capital, je vis seulement sur mes rendements après inflation).

    Voilà je pense que ça fait le tour.
  • avril 2018 modifié Vote Up0Vote Down
    Très intéressant EmCod. Notamment ton point du rendement espéré de 6,5 %. C'est plus réaliste que quelqu'un qui est investisseur à temps plein qui doit/prévoit obtenir un rendement de 20 % par année... et qui ne dispose pas d'un fonds de pension comme sécurité. 

    D'autres idées ?
  • Mon plan était de réussir avec le rendement de mes placements à prendre ma retraite plus rapidement. Mon dilemme est le suivant: étant donné que je suis cadre pour une compagnie public et ayant un très bon fond de pension, j'ai de la difficulté à laisser tombe mon fond de pension même si mes revenu de placement serait suffisant pour maintenir mon rytme de vie que j'ai présentement et si je prend ma retraite plus tôt je perd la partie que l'employeur a versé dans mon fond de pension et qui représente le 2/3...
  • Difficile dilemme Rick! C'est une des raisons pourquoi je n'aime pas les postes gouvernementaux, être enchaîné à son fond de pension. J'imagine que la décision sera influencée par le nombre d'années qu'il te resterais à travailler pour toucher la pension. 

    Snowball, ta question sur le rendement et le montant de capital nécessaire pour la retraite est intéressante, mais ça suppose qu'on adhère au concept classique de retraite. Dans mon cas je n'adhère plus tellement à la ''retraite'' classique, ce qui change un peu le calcul. Mes investissements sont faits surtout pour la sécurité financière et la liberté (et le plaisir de rencontrer de bons investisseurs comme vous ;) ). Ultimement je financerai aussi ma retraite si je travaille moins longtemps que prévu et si les paiements RRQ ne suffisent pas.

    Je vise un certain niveau d'indépendance financière le plus rapidement possible, mais je pense aussi travailler jusqu'à 60-70 ans, mais pas nécessairement à temps plein dans un emploi classique. Peut-être à contrat ou comme entrepreneur à certains moments de ma vie. 

    Je ne crois pas que j'aurai des enfants, mais si j'en avais je ne voudrais probablement pas les envoyer à la garderie. Je pensais que mes investissement serviraient en partie à financer mes années de congé avec les enfants, mais j'ai par la suite découvert que les allocations familiales représentaient des centaines de dollars par mois et non un petit 50$ comme ce que je m'étais imaginée !! Ce n'est jamais assez pour compenser tout le salaire perdu et surtout les promotions perdues et l'impact que ça a sur toute la carrière, mais c'est assez pour préserver une bonne partie de mon bas de laine.

    Bref, pour moi l'investissement sert plutôt à diminuer certains risques financiers et à financer des pauses de vies plus réparties dans le temps qu'une retraite classique. Une autre utilité est de diminuer les montants d'assurances requis. Je n'ai pas encore de maison, mais si c'était le cas je ne prendrait pas d'assurance hypothécaire. Si jamais j'avais des enfants et que j'étais arrivée à un bon montant de capital avant leur naissance, je ne prendrais pas non plus d'assurance-vie supplémentaire.

    Le montant que j'ai calculé pour atteindre une indépendance financière satisfaisante correspond à mes dépenses annuelles frugales /4%. Donc ça donne un montant de ''dépannage'' sans luxe. Quand j'atteindrai ce montant, je n'arrêterai pas de travailler. Je pourrais cependant prendre davantage de vacances ou travailler sur des projets plus risqués.

  • Je vise un rendement de 7,5%, avec une inflation de 3%, soit 4,5% au-dessus de l'inflation. Cela implique un portefeuille investit à 100% en actions. Cela, c'est pour la planification long terme. Dans le court terme, mon objectif est de battre mes indices de référence.

    Aimer mon travail, et cultiver mes liens familiaux, sont les deux principaux morceaux de mon plan de match. Côté travail, c'est d'autant plus facile que je travaille comme professionnel autonome, depuis maintenant 38 ans. Bien des gens de mon âge sont à la retraite. Je ne les envie pas. Bien que je pourrais le faire, je n'en vois pas la pertinence d'autant plus que dans ma profession, je suis au sommet de ma compétence. Aussi, travailler me garde l'esprit ouvert. C'est bien sûr possible, mais plus difficile, à la retraite.

    Actuellement, je travaille à temps partiel, soit 3 jours l'été et plus près de 4 jours l'hiver. Ce rythme est parfait pour moi. J'aimerais travailler encore bien au-delà de 70 ans.
  • avril 2018 modifié Vote Up0Vote Down
    Je vise à battre le rendement du Sp500 en $ Cdn. Sinon pourquoi pas acheter simplement l'indice. J'aime pas l'idée de me comparer au TSX malgré que je détiens présentement beaucoup plus d'investissement Cdn. Car notre indice est pas représentative des entreprises que je détiens. En plus mes entreprises de croissances font quasi tous une bonne partie de leur revenus aux États-Unis. C'est plus honnête d'utiliser le Sp500.

    Mon objectif financier général est d'êre le plus riche possible car avoir de l'argent c'est une liberté incroyable. Dans un monde de rêve se serait que avec un rendement de 1% je puisse dépenser 1000$/jour. De cette façon je pourrai être en voyage avec les membres de ma famille à l'année longue sans diminuer mon capital. C'est donc dire 36,5M. net d'impôt. 

    Pour l'instant ma recette est de me gâter davantage lorsque mon portefeuille me le permet. Comme exemple le prix d'une nuit à Qc me coûte le prix de 2 nuits il y a 3 ans. On améliore la vue de la chambre, on mange du Filet Mignon au lieu de se faire livrer du St-Hub. Mais le poulet m'a manqué, je vais devoir compenser ça cette semaine :)

    Je me souviens jeune de vouloir avoir 100$ et ensuite 1000$. Quand je suis arrivé à 100K des années plus tard ça m'a impressionné. Et au final ça devient des mathématiques car c'est le rendement qui compte peu importe le montant.
  • @bernard

    J’aime beaucoup ta façon de voir ton travail autonome à temps partiel.J’ai décidé il y a quelques années lorsque ma première fille aînée de faire ce choix. Je travail habituellement à temps partiel l’été trois jours semaine et quatre à cinq jours semaine le reste de l’année. Ça fait maintenant huit ans que je suis comme ça j’ai maintenant 37 ans et trois enfants. Avec mon grand bientôt au secondaire, je prévois que ma portion économie soit beaucoup moins grande mais mon portefeuille actuel pourras me le permettre puisque mes rendements seront probablement suffisant pour atteindre mon objectif d’indépendance financière vers 50-55 .

    À ce moment je ne sais pas ce que je vais faire, je vais peut-être continuer comme ça ou me lancer dans des projets non financiers comme Une école de karaté ou autre chose.

    Pour moi l’indépendance financière et d’avoir environ un montant de capital 3M avec un rendement entre 5 et 10 pour cent puisque je suis le seul revenu de la famille je pense que ce montant sera suffisant lorsque les enfants seront partis de la maison.
  • Mon plan se résume à ceci :

    Atteindre la liberté financière le plus tôt possible, avec un mode de vie peu dépensier mais sans toutefois vivre comme un moine bouddhiste. Cet objectif fut atteint pour ma part l'an dernier à 39 ans.

    Je peux maintenir mon niveau de vie actuel avec un rendement de 4% après inflation (soit environ 6.5% avant inflation).  Sachant que mon rendement annualisé des 10 dernières années tourne autoure de 20%, je ne m'inquiète pas trop.

    Si je fais plus de rendement que prévu, j'augmente mon niveau de vie. Si je me rends compte que je n'atteint pas ce minimum de rendement, j'ai toujours le choix de recommencer à travailler (temps plein ou partiel) pour rétablir la viabilité de mon plan.  Si cela se produit plus tard dans ma vie et que je ne suis plus employable, je pourrai toujours gruger mon capital (en ce moment mon plan ne touche pas au capital, je vis seulement sur mes rendements après inflation).

    Voilà je pense que ça fait le tour.
    Mon plan ressemble beaucoup à celui de EmpCod.  J'ai arrêté de travailler pour un salaire à l'âge de 46 ans (il y a 5 ans) à la suite de la vente de mon entreprise et ensuite de turbulences dans ma vie professionnelle.  J'ai décidé à ce moment là de devancer un peu le plan initial et de tenter de vivre de mes placements.Jusqu'à maintenant ça fonctionne... Mais je me garde aussi l'option de retourner au travail s'il le faut (préférablement à titre de travailleur autonome).
  • J'aimerais bien pouvoir faire 10% par année en moyenne dans les 10 prochaines années. C'est sûr que ça va dépendre en partie de la performance générale des marchés. Si le marché est plus près de son rendement historique pour les actions (7%) que dans les dernières années, je vais devoir "performer" avec mes choix.

    Je vise à continuer à m'améliorer comme investisseur. Je veux concentrer mon étude des prochaines années dans les compagnies de l'économie numérique (logiciels, plateforme SaaS, e-commerce) qui vont sûrement connaître une plus forte croissance que des secteurs plus traditionnels.

    Je n'ai pas d'âge en vue pour la retraite. Je veux continuer à travailler tant que je serai en santé mais à condition d'aimer mon travail et d'y trouver un sens. Le plus grand avantage pour moi de l'aisance financière est la liberté de faire ce que j'aime. Aucun problème à être un employé salarié à condition de croire en la mission de mon employeur.

      
  • avril 2018 modifié Vote Up1Vote Down
    Merci de partager vos idées... 

    J'en suis à une étape où le rendement espéré annuel ne devrait pas être le point central. C'est plus important d'avoir du temps de qualité, côtoyer mes proches et mes amis et continuer d'apprendre... mais je dois avouer que le % demeure très important à mes yeux pour composer le capital et que j'aime bien optimiser mon rendement. 

    Enfin, chacun a son contexte. Le rendement nécessaire pour subvenir aux besoins de ma famille ne me met pas trop de pression. Je devrai faire mieux que moins de 1 % par année. J'ai confiance que je pourrai même faire plus que 1 % ...avec un peu de chance.

    Depuis un certains temps j'ai commencé aussi à penser davantage en mode portefeuille. J'analyse autant chacune de mes compagnies mais je réfléchis encore plus à la solidité de l'ensemble de mon portefeuille. Par exemple, en plus de détenir des sociétés avec des bilans sains et qui respecte mes critères, je m'assure qu'une seule entreprise ou un secteur ne puisse trop affecter mon avenir. 




  • Je devrai faire mieux que moins de 1 % par année.


    Ton capital doit être fort appréciable, félicitations pour cet accomplissement! Ça donne le goût de se fixer des objectifs encore plus élevés :)
    C'est plus important d'avoir du temps de qualité, côtoyer mes proches et mes amis et continuer d'apprendre... 
    C'est aussi ma façon de voir les choses. À un moment donné l'argent ne remplace pas le temps qui passe.  J'aime mieux profiter de mon temps quand j'ai la santé et que je suis entouré des personnes que j'aime.  Pas quand je serai dans ma chaise berçante et que les enfants n'auront plus besoin de nous!  


  • Merci Empcod, oui je suis bien heureux d’avoir multiplié mon capital par plus de 200 fois mais on dit qu’il y a deux types d’investisseurs. Ceux qui sont humble et ceux qui vont le devenir ... alors j’essai de garder le focus sur mon apprentissage continue. Mon objectif est de doubler mon capital en boursd’ici 2023-2025.

    Je prévois continuer d’investir la majorité de mon capital dans les larges capitalisations et une partie dans les petites.
  • wow snowball tu devrais partir un fond d'investissement.  
    Le John Snowball fund.
    Tu pourrais mettre un loup comme logo.

    (OK j'ai hate à la prochaine saison de GOT).
  • avril 2018 modifié Vote Up0Vote Down

    wow snowball tu devrais partir un fond d'investissement.  

    Le John Snowball fund.
    Tu pourrais mettre un loup comme logo.

    (OK j'ai hate à la prochaine saison de GOT).
    Il y a déjà plusieurs fonds privés de disponibles mais je n'en connais pas dont les gestionnaires sont basés à Québec. Est-ce que vous en connaissez ?

    Je ne vois pas vraiment d'avantages à créer un fonds d'investissement outre que pour la philantropie. Et encore, si la microcap dont je détiens quelques millions d'actions devient une largecap (!) j'aurais un peu de capital excédentaire pour aider.

    Concernant votre stratégie personnelle de portefeuille... Est-ce que vous avez d'autres objectifs chiffrés que le taux de rendement ?

    Merci
  • Dans la tendance de vouloir prendre sa retraite tôt...un plan de match à améliorer :

    https://business.financialpost.com/personal-finance/family-finance/all-the-frugality-in-the-world-wont-let-this-34-year-old-retire-at-45

    En terme chiffrable et oui cela dépendrait de x facteurs :).. avez-vous déjà déterminé le montant que vous avez besoin pour devenir retraité (si vous le souhaitez) ?


  • A partir de ce livre de Dany Provost, "Arrêtez de votre planifiez votre retraite, planifiez votre plaisir" j'ai commencé à avoir une vision claire de ma planification financière, que j'ai monté sur Excel, à partir des concepts de ce livre. Jusqu'à 100 ans. Depuis, les autres outils de planification financière me paraissent plutôt inintéressants.

    https://www.lesaffaires.com/mes-finances/retraite/les-pieges-de-la-planification-de-la-retraite/554495




  • snowball a dit :

    En terme chiffrable et oui cela dépendrait de x facteurs :).. avez-vous déjà déterminé le montant que vous avez besoin pour devenir retraité (si vous le souhaitez) ?


    La plupart des jeunes retraités visent un taux de retrait de 4% ou un encore plus sécuritaire de 3,5%. Ça correspond au rendement espéré en moyenne moins l'inflation pour que la personne ne vive que des intérêts et que le portefeuille soit "éternel".

    Donc, tu peux calculer en sachant ton total de dépenses annuelles. Ton total de dépenses annuelle doit égaler 3,5% ou 4% de ton portefeuille donc avec une règle de 3 tu connais la grosseur du porte feuille dont tu as besoin.

    Personnellement, j'utilise 3,5% et je n'inclus pas dans mon calcul ce que me donnera mon fonds de pension de mon emploi (puisque c'est difficile de savoir combien j'aurai et si je pourrai y toucher avant un âge avancé ) ni celui du RRQ ni les revenus d'autres prestation si je prends ma retraite jeune (ex. Allocation familiale si mes enfants sont encore jeunes, elles augmenteraient car mon revenu annuel diminuerait grandement). Dans mes dépenses, je n'inclus pas d'hypothèque car je devrais l'avoir soldée à ce moment. Donc je crois que mon calcul est assez conservateur. Nos dépenses sont relativement basses mais nous ne faisons pas particulièrement attention non plus donc en théorie, elles pourraient encore être diminué si besoin est. 

    Aussi je ne sais pas si j'arrêterai de travailler complètement une fois ce montant atteint ou si je travaillerai à temps partiel/contractuel pendant un certain nombre d'années par plaisir et pour garder une certaine compétence. Cela dépendra probablement de l'âge où j'atteint ce montant et des conditions d'emploi à ce moment dans mon domaine.

    Dans un monde ideal, j'aimerais bien être independant financièrement/retraité dans 6-7 ans environ (donc vers 37 ans) car ma situation d'emploi risque de changer à peu près à ce moment là (déménagement, changement d'employeur et diminution de salaire et des conditions d'emploi prévu environ à cette période).

    Mais bon, on verra ce que la vie m'apporte d'ici la car certaine situation peuvent rapidement changer le montant d'épargne annuelle et/ou le montant de dépenses annuelles. Et cela dépendra également si mes choix de placements sont bons et comment va la bourse d'ici là.
  • 5 fév modifié Vote Up0Vote Down
    Merci pour ton partage. 

    Le taux pourrait aussi être validé avec des outils et des hypothèses spécifiques car chaque personne a des besoins différents. Comme mentionné auparavant cet outils de Retraite Québec peut aider 

    https://www.rrq.gouv.qc.ca/fr/planification/simulr/Pages/renseignements-personnels.aspx

    Nous devons aussi avoir avoir une bonne stratégie de placement. Malheureusement l'actualité démontre encore ce matin qu'il existe plusieurs risques qui ne sont pas bien évalués par certains investisseurs.

    https://www.lapresse.ca/affaires/economie/services-financiers/201902/05/01-5213556-cryptomonnaies-des-millions-coinces-dans-les-limbes.php
  • Selon cet article, l'américain moyen aurait besoin de 1,7 M$ pour la retraite. 

    https://www.cnbc.com/2019/08/11/what-is-the-magic-retirement-number-try-1point7-million.html

    Est-ce que ce serait bien différent au Québec ? Probablement un sujet tabou ici
  • On voit passer bien des chiffres à ce sujet mais je ne pense pas qu'il existe un chiffre absolu... Ça dépend vraiment de ton niveau de vie à la retraite.

    J'ai lu récemment la règle du 25 fois les dépenses annuelles. Donc, si tu dépenses 1000$ par semaine (52k par an), il te faudrait 25 x 52k donc 1.3M

    J'imagine que le chiffre au Québec est peut-être plus bas qu'au USA en raison de nos programmes sociaux mais ça reste à calculer (moins d'impôt au USA)
  • philrancourt a dit :
    J'imagine que le chiffre au Québec est peut-être plus bas qu'au USA en raison de nos programmes sociaux mais ça reste à calculer (moins d'impôt au USA)
    Probablement beaucoup plus bas au Québec pour combler les besoins de base. Selon ce que j'ai vu en suivant les pages Facebook de certains Démocrates américains, le taux d'impôt des particuliers n'est pas si bas que ça, les assurances médicales sont vraiment chères même pour les gens en santé et les déductibles plutôt élevés si on veut payer des primes plus basses. On parle de dizaines de milliers de dollars par an pour les assurances médicales et le prix des médicaments est environ le double ou le triple des médicaments canadiens. (Bon pour mon investissement dans Costco qui apparemment fait de meilleurs prix sur les médicaments que les pharmacies traditionnelles américaines!) 

    C'est sans compter les autres choses pour lesquelles on ne paie pas, comme les Toll sur les autoroutes.

    Ici aussi en général ça prend quand même un bon montant pour la retraite, puisque la personne moyenne est un surconsommateur.
  • Tellement de facteurs rentrent en ligne de compte que chaque situation est différente. 
    À quel âge la retraite va-t-elle se prendre ? y a t-il des fonds de pension accumulés avec son employeur ? quel est l'état de son bilan ? l'actif est-il constitué principalement en REER, donc imposable, et susceptible de créer des coupures de PSV (à cause des retraits obligatoires du FEER) ? Y a t-il fractionnement possible avec le conjoint ? quel est son train de vie avant la retraite (il ne baissera pas, augmentera même à cause d'un surplus de temps en loisirs). Veut-on voyager ou simplement faire des marches dans son quartier ? Quel est son espérance de vie au moment de la retraite ? est-on malade ou en bonne santé, donc avec plusieurs années (et aujourd'hui même, décennies) devant soi.
    Bref, à mon sens, une seule manière de connaître son chiffre (qui évoluera d'année en année, telle une prévision qui se réajuste continuellement) . C'est de faire une solide planification financière. 

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.