Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





Liberté 45

C'est le nouveau livre de Pierre-Yves McSween.  C'est une lecture obligée pour tous ceux qui sont dans la vingtaine. Il détail la recette pour être à l'aise dans la vie.  Pas nécessairement pour être très riche mais pour avoir une liberté d'action, une liberté de vie ou l'aspect financier n'est plus un enjeu.  

C'est exactement la recette que j'ai suivi depuis 20 ans.  Être riche en actif, pas en revenu.  Comprendre les impacts de la fiscalité et en faire son allié. 

Bref je recommande fortement son livre.  C'est un très beau cadeau à faire à un jeune de moins de 30 ans.  Et une lecture intéressante pour tous. 

Réponses

  • 21 Réponses trié par Votes Date
  • Il y a aussi celui de l'aueur du blog Jeune retraiét qui est sorti. Je n'ai lu aucun des deux mais c'est certain que ce sera sur ma liste de lecture éventuelle. Pour ceux qui ne connaissent pas, il y a le site les libraires.ca pour commander en ligne chez le libraires indépendants du québec. https://www.leslibraires.ca/livres/la-retraite-avant-40-ans-comment-jean-sebastien-pilotte-9782761955652.html
  • Le livre de McSween est 24,99$ sur le site que tu mentionnes et il est 16,99$ chez Costco...
  • @Patofthepig

    Tu es le «Poster-Child» vivant des concepts de ce livre! 

  • Certaines réserves ou critiques par rapport au livre?
  • Patofthepig a dit :
    Le livre de McSween est 24,99$ sur le site que tu mentionnes et il est 16,99$ chez Costco...
    Costco a toujours des meilleurs prix sur les livres que les autres libraires/vendeurs. Le livre est 24,95$ sur leslibraires.ca, même prix que amazon et renaud-bray. C'était une suggestion pour ceux qui veulent commander en ligne tout en encourageant local plutot que des géants comme renaud-bray ou amazon. ;) Si vous avez accès à un costco, tnat mieux. J'y achete beaucoup de livre aussi les quelques fois par an ou j'y vais, mais le reste du temps je fais affaire en ligne.
  • 13 oct modifié Vote Up0Vote Down
    Patofthepig a dit :
    C'est le nouveau livre de Pierre-Yves McSween.  C'est une lecture obligée pour tous ceux qui sont dans la vingtaine. Il détail la recette pour être à l'aise dans la vie.  Pas nécessairement pour être très riche mais pour avoir une liberté d'action, une liberté de vie ou l'aspect financier n'est plus un enjeu.  

    C'est exactement la recette que j'ai suivi depuis 20 ans.  Être riche en actif, pas en revenu.  Comprendre les impacts de la fiscalité et en faire son allié. 

    Bref je recommande fortement son livre.  C'est un très beau cadeau à faire à un jeune de moins de 30 ans.  Et une lecture intéressante pour tous. 
    Tous a fait d’accord, je me suis reconnu dans ce livre, Je me dit, si seulement mes deux enfants qui débute la vingtaine pouvait lire ce livre, je vais le laisser traîner sur le coin de la table. Contrairement au plan VEI de McSween je me trouve chanceux, je n’ai pas du me privé pour y arriver, j’ai pu voyager, j’ai pu m’acheter des voitures sans avoir des minounes,... Sans le savoir, je fesais de l’optimisation fiscale avant même de connaître ce que c’était. Mes enfants ne savent même pas tous le patrimoine que j’ai accumulé et c’est aussi bien ainsi. Seul chose, je suis riche en actif mais comme j’ai beaucoup d’immobilier c’est presque impossible pour moi d’être pauvre en revenu. Bref très bon livre ! 
  • J'imagine que ce n'était qu'une question de temps avant que n'apparaisse des versions québécoises de la littérature du mouvement FIRE.

    Je ne suis pas très familier avec ce mouvement mais je sais que plusieurs sur ce forum ont des connaissances sur le sujet. Je comprend qu'il faut débuter jeune, avoir un mode de vie économe et optimiser fiscalement ses finances. Je m'interroge par contre sur les taux de rendements nécessaires au niveau de ses placements. 

    Bref, ma question : Est-ce qu'il y a un taux de rendement minimal préconisé par la littérature FIRE ? Est-ce que le taux historique de rendement des actions (7%) combiné à un mode de vie économe fait la job ? 
  • MarioP avait bien expliqué sa stratégie de décaissement sur le podcast qui faisait plein de sens.  Il visait 10% de rendement en moyenne mais décaisse un montant moindre et avoir montant en réserve voire piger dans la marge lors d'une mauvaise année. L'autre côté de l'équation est le montant dépensé par année mais cela varie selon les conditions de vie de tous et chacun. 

  • Ouais... j'avoue que ma question n'était pas très précise... Je parlais du taux de rendement nécessaire lors de la période d'accumulation entre 25 et 45 ans et non de celle de "la liberté financière".

    C'est vrai que la réponse est aussi dépendante du montant que tu peux économiser annuellement pendant cette période et du niveau de dépenses que tu prévois après 45 ans.  


  • Bref, ma question : Est-ce qu'il y a un taux de rendement minimal préconisé par la littérature FIRE ? Est-ce que le taux historique de rendement des actions (7%) combiné à un mode de vie économe fait la job ? 
    Je ne suis pas un spécialiste de la littérature FIRE.  Liberté 45 consacre un chapitre pour présenter quelques cas de retraité précoces.  

    Les caractéristiques communes sont qu’ils n’ont pour la plupart pas d’enfants, ne sont pas propriétaires, ont économisé à l’extrême et ne se présente pas comme étant des gens pas comme un investisseur à succès bien qu’ils ont investis dans des fonds indiciels.  Également, les gens présentés dans le livre disent avoir moins que 1 millions en actif net.
  • Vous savez quoi, je pense que ce serait un sujet de podcast intéressant pour @Dan74

    Je verrais même une table ronde sur le sujet avec des intervenants comme @Patofthepig
     @Liberty @EmpCod

    Ou une entrevue avec des blogueurs du domaine, ou PY McSween lui-même :)

  • Driveshoe a dit :
    Je ne suis pas un spécialiste de la littérature FIRE.  Liberté 45 consacre un chapitre pour présenter quelques cas de retraité précoces.  

    Les caractéristiques communes sont qu’ils n’ont pour la plupart pas d’enfants, ne sont pas propriétaires, ont économisé à l’extrême et ne se présente pas comme étant des gens pas comme un investisseur à succès bien qu’ils ont investis dans des fonds indiciels.  Également, les gens présentés dans le livre disent avoir moins que 1 millions en actif net.
    Et c'est là ou je trouve que les gens sur ce forum ne sont pas des "poster boy" pour cette approche...

    Bien sûr, il a fallu économiser sur nos salaires dans la vingtaine pour avoir du capital à investir mais après un certain nombre d'années, le succès boursier devient un facteur beaucoup plus important que les dollars mis de côté sur chaque paie.

    J'ai relu il n'y a pas si longtemps le livre "L'investisseur" de Michel Bell (un courtier de Québec, le livre date de 1999). Il mentionnait qu'un des principaux avantages d'obtenir de bons rendements était que ça évitait de placer un focus démesuré sur la notion d'économie. J'étais bien d'accord avec lui.
  • C'est vrai que le rendement dépasse vite la capacité d'économiser. C'est mon cas cette année, même si ça fait seulement quelques années que j'investi en bourse et que je dépense très peu.

    Dernièrent j'ai lu ou entendu : "money is everything when you don't have it, and nothing when you have it.". Dans le sens que quand tu en as assez ça ne t'obsède vraiment plus. 
  • Je persiste à croire que ce n’est pas banal obtenir des rendements supérieurs et que pour la majorité des gens, s’inculquer une discipline de frugalité (pas de privation), ou plutôt de se bâtir une discipline d’épargne systématique est plus accessible et important. Évidement l’investir va de pair, mais je pense que ça vient ensuite. On serait mieux servi comme société si les gens ne visaient pas nécessairement à être immensément riche mais juste à être un peu moins dépendant de la prochaine paye et un peu moins superficiels dans leurs dépenses.
  • jfmorissette a dit :
    Je persiste à croire que ce n’est pas banal obtenir des rendements supérieurs et que pour la majorité des gens, s’inculquer une discipline de frugalité (pas de privation), ou plutôt de se bâtir une discipline d’épargne systématique est plus accessible et important. Évidement l’investir va de pair, mais je pense que ça vient ensuite. On serait mieux servi comme société si les gens ne visaient pas nécessairement à être immensément riche mais juste à être un peu moins dépendant de la prochaine paye et un peu moins superficiels dans leurs dépenses.
    Je me relis et c'est un peu l'esprit du livre dont je viens de parler: http://forum.entrepreneurboursier.com/discussion/comment/26626/#Comment_26626


  • Pour répondre à la question de jfmorissette, j’avais une critique par rapport au livre, ou plutôt un aspect que j’aurais trouvé pertinent qui soit abordé plus en détail dans le livre : l’importance du taux de rendement sur les placements.

    McSween le mentionne avec des mots, mais je crois qu’il aurait pu en faire une meilleure démonstration avec des exemples chiffrés. Par exemple, il parle beaucoup du fait que lorsqu’on dépense un dollar à 20 ans (au lieu de l’investir), on renonce en fait à 7$ à 60 ans. Ceci est basé sur un taux de rendement de 5% pendant 40 ans.

    Je crois qu’il aurait été pertinent aussi de mettre l’emphase sur le fait que si tu obtiens plutôt un taux de rendement de 9% au lieu de 5%, c’est 31$ que tu auras à 60 ans au lieu de « seulement » 7 !  Il aurait pu faire des exemples, où l’on verrait que si tu places 10,000$ par année, pendant 40 ans à 5% d’intérêt, tu obtiendras grosso modo la même chose (+/- 1,3M$) que si tu place seulement 3500$ par année, pendant 40 ans à 9% d’intérêt !

    J’imagine que la majorité des gens sur ce forum sont capable de calculer eux-mêmes ce genre de chose, mais dans un livre qui s’adresse au grand public, je crois que ça aurait été pertinent de mettre l’emphase sur ce point.

    Lorsque l’on comprend bien la « magie » des intérêts composés, on va certainement mettre des efforts non seulement à générer des liquidités à investir, mais aussi de s’assurer que ces liquidités vont rapporter un taux de rendement satisfaisant…

  • philrancourt a dit :
    Ouais... j'avoue que ma question n'était pas très précise... Je parlais du taux de rendement nécessaire lors de la période d'accumulation entre 25 et 45 ans et non de celle de "la liberté financière".

    C'est vrai que la réponse est aussi dépendante du montant que tu peux économiser annuellement pendant cette période et du niveau de dépenses que tu prévois après 45 ans.  
    La plupart des gens utilise la moyenne de 7% de rendement pour faire leur projections et un taux de retrait de 3,5% ou 4%. Donc avec 7% de rendement, moins l'inflation (2-3%), moins les retraits (3.4-4%), le capital se maintient ou croit légerement.
    Driveshoe a dit :


    Bref, ma question : Est-ce qu'il y a un taux de rendement minimal préconisé par la littérature FIRE ? Est-ce que le taux historique de rendement des actions (7%) combiné à un mode de vie économe fait la job ? 
    Je ne suis pas un spécialiste de la littérature FIRE.  Liberté 45 consacre un chapitre pour présenter quelques cas de retraité précoces.  

    Les caractéristiques communes sont qu’ils n’ont pour la plupart pas d’enfants, ne sont pas propriétaires, ont économisé à l’extrême et ne se présente pas comme étant des gens pas comme un investisseur à succès bien qu’ils ont investis dans des fonds indiciels.  Également, les gens présentés dans le livre disent avoir moins que 1 millions en actif net.
    Il y a plusieurs blogues sur le sujet et il y en a qui ont des enfants, qui sont propriétaires, etc. Si la personne n'a pas un gros train de vie et qu'elle n'a pas de dette, elle n'a pas besoin d'un million avant de prendre sa "retraite". La personne a besoin d'accumuler 25 fois ses dépenses annuelles si elle retire 4% par an ou sinon environ 29 fois ses dépenses annuelles si elle suit la règle du 3,5% de retrait. Donc, 1 millions correspond à un train de vie de 40 000$ net (a 4%) ou 35 000$ (à 3,5%) net. Si elle vit en dessous de ça, elle n'a pas besoin d'avoir 1milllion. Surtout si elle a des enfants car les allocations combleront une partie des besoins financiers. ;)

    Il y a plusieurs blogueurs qui le font et qui ont enfants : barbe riche (retraité et blog désactivé), Se payer en premier, Retraite 101, Les Ingénieux, Modest millionaire, Mr Money Mustache, etc.
  • Je ne sais pas si je peux apporter de la couleur, pas mal de choses ont été dites. J'ai un profil similaire à Manitou, l'immobilier en moins. Au départ, cette conscientisation sur l'importance d'épargner pour ensuite investir est saine. Je me rappelle ma vingtaine en deux temps, brûler de l'argent dans les loisirs, sorties, achats inutiles, auto sport, enfin, des gros coûts de renonciation comme dirait McSween. Je ne sais pas si je serais devenu le même épargnant à 25 ans si je n'avais pas autant dépensé ? C'est justement une gâterie, un voyage, qui m'avait ouvert les yeux que je pourrais le refaire si je changeais mon rythme de vie. Je croyais naïvement que les dividendes payerait mon prochain voyage sans savoir la quantité de capital requis. Il ne faut surtout pas véhiculer un message de privation, cela doit être de l'épargne saine car on doit aussi vivre et apprécier chaque phase de nos décennie en âge. Tu peux par exemple cotiser dans un REER et prendre une partie du retour pour te gâter. Je n'ai jamais voulu que l'importance d'investir ne vienne empoisonner le plaisir de vivre ma vie. En bref, l'aspect humain, don la qualité de vie n'est pas à dédaigner, il faut pas avoir des regrets de ne pas avoir fait des choses qu'on aurait du faire, il y a une question d'équilibre à respecter. McSween semble trouvé cela un sacrilège de s'acheter un char, mais en région tu n'as pas tant d'option. Je dois aussi avouer que l'entourage est important, avoir un ou une partenaire qui connait la valeur des choses et qui est modeste en dépenses aide à atteindre nos objectifs. J'ai toujours gardé en tête certains conseils, comme le poids de la dette et comment le fait de payer des intérêts à la banque ou les cartes de crédit sur une longue période nous appauvrissait. Un conseil qui avait aussi résonné à l'époque était celui de dégager un excédent de ton chèque de paye et de le voir comme un passeport pour la liberté, pas nécessairement de la retraite, mais peut être d'une sabbatique ou un congé autofinancé. Je vous jure que cela raisonne plus que la retraite quand tu as 20 ans. J'abonde comme vous aussi sur l'importance de comprendre l'optimisation fiscale de ses finances, bien que les sorties REER risquent de venir un jour me hanter. J'entends les voix de certains de mes collègues de travail: "pas besoin de cotiser, tu as un fond de pension, tu vas le redonner à l'impôt", et de rétorquer: "Quel est le meilleur choix selon vous, rester à maison ou bien se payer un voyage en Italie après avoir acquitté son impôt?".
  • Coco a dit :
    Il y a plusieurs blogues sur le sujet et il y en a qui ont des enfants, qui sont propriétaires, etc. Si la personne n'a pas un gros train de vie et qu'elle n'a pas de dette, elle n'a pas besoin d'un million avant de prendre sa "retraite". La personne a besoin d'accumuler 25 fois ses dépenses annuelles si elle retire 4% par an ou sinon environ 29 fois ses dépenses annuelles si elle suit la règle du 3,5% de retrait. Donc, 1 millions correspond à un train de vie de 40 000$ net (a 4%) ou 35 000$ (à 3,5%) net. Si elle vit en dessous de ça, elle n'a pas besoin d'avoir 1milllion. Surtout si elle a des enfants car les allocations combleront une partie des besoins financiers. ;)
    Perso je serai incapable de vivre avec le stress d'être dépendant d'un rendement de 7% chaque année pour aussi peu qu'un revenu de 40 000$.  Dans ma tête un rendement de 7% devrait représenter 2-3 X ton revenu de base en santé et sans imprévus.
  • Je crois aussi que ça dépend du genre de retraite recherché.

    Oui la retraite jeune, ça peut paraître attrayant mais à quel prix?
    Si le but est de pouvoir dire qu'on est à la retraite et qu'on subvient à nos besoins sans luxe, c'est fort possible. Si l'on compte dépenser autant ou presque qu'en étant actif sur le marché du travail c'est plus difficile.
     
    Il y a aussi des gens qui sont sur l'aide social dans la trentaine Est-ce qu'il sont déjà à la retraite?



     
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.