Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Partage d'analyses

Voitures électriques et hybrides

1234568»

Réponses

  • https://www.lapresse.ca/environnement/politique-verte/201901/07/01-5210236-le-canada-rate-sa-cible-sur-la-vente-de-voitures-electriques.php

    Moins de 100 000 véhicules électriques sur un total de 23 millions de véhicules immatriculés actuellement au Canada...


  • Nouvelle version de la LEAF de Nissan avec battery de 62kWh:

    https://newsroom.nissan-global.com/releases/190109-00-e?lang=en-US&rss

  • Liberty a dit :
    Nouvelle version de la LEAF de Nissan avec battery de 62kWh:

    https://newsroom.nissan-global.com/releases/190109-00-e?lang=en-US&rss

    Ouep ce sera une voiture importante à l'échelle mondiale. Parce que Nissan sont plus motivés que d'autres à en vendre. Et ça viendra ajouter de la compétition et jouer sur les prix.

    @philrancourt

    Les chiffres sont encore petits, mais le nombre de voitures électriques croit rapidement, autant au Canada que dans le monde. Au Québec on est autour de 70% de croissance annuelle, ça finit par faire son petit bout de chemin ça.
  • @jfmorissette ; ça fait 1.4 millions de EV dans 5 ans. Soit environ 5% du parc automobile. Et il faut maintenir le taux de 70% de croissance. C'est facile d'avoir un gros taux de croissance que le nombre de base est très bas.

    Ce que je retiens de l'article, c'est que l'on visait 500 000 véhicules pour 2018 et qu'on a atteint seulement 20% de la cible. Je trouve que ça confirme mon opinion que les gens qui s'intéressent aux EV ont tendance à surestimer la vitesse à laquelle ils vont s'implanter.

    Perso, je suis très en faveur de l'électrification des transports et je crois que les voitures électriques seront dominantes un jour. Mais du point de vue d'un investisseur rationnel, je crois que ça peut causer des erreurs de surestimer la vitesse de la progression des voitures électriques.  
  • L'article est un peu bizarre parce que le Canada n'a jamais vraiment fixé d'objectifs et pris de mesures sur l'électrification des transports. De plus, cela date d'une époque où la révolution n'avait pas vraiment commencé.

    Cela dit, c'est clair que tout cela sera long, parce que le cycle de remplacement des autos actuelles est probablement de 10-15 ans, donc même si demain matin toutes les voitures vendues étaient électriques, il y en aurait encore pour 15 ans. Et on est plutôt à 2-3% des ventes dans les pays développés actuellement. Et là on parle de la voiture, il ne faut pas oublier que s'électrifieront aussi les motos, les vélos, les camions, les bateaux, etc. Tout cela a débuté et n'est pas prêt de s'arrêter, mais à notre échelle ça peut sembler long.

    Enfin, j'arriverai avec une perspective différence. Je trouve que le commun des mortels n'est pas vraiment au courant que cette électrification massive des transports a déjà débuté, qu'il y a de plus en plus de modèles, que des bornes poussent partout, que différentes technologiques et modèles d'affaires naissent et meurent régulièrement, que plusieurs pays ou villes de par le monde ont des objectifs ambitieux, que les Chinois sont super-motivés, etc. Donc, de ce point de vue, je pense que bien des gens se réveilleront un jour sans s'être rendu compte que tout cela est déjà bien plus gros et va bien plus vite qu'ils se l'imaginaient, parce qu'ils ne s'étaient jamais informés ou croyaient que c'était marginal. Je ne dis pas le contrainte de toi, je le regarde juste autrement! 
  • Je crois que l'adoption sera très non-lineaire. Une fois qu'un certain nombre de modèles (en ce moment il n'y a pas beaucoup de varieté et des segments complets du marché sont ignorés) seront disponibles et que les prix seront en bas d'un certain niveau, la demande pourrait augmenter assez rapidement. Surtout si ca arrive dans une periode ou le petrole est plus cher qu'en ce moment.
  • J'avais anticipé un taux d'adoption des VE bien plus rapide, bien content en tant qu'actionnaire de Couche-tard. 

    Mais en tant que propriétaire d'une Leaf 2013 que j'ai acheté cette été, la faible adoption est vraiment dû à des préjugés bien ancré dans la tête de la plupart des gens.  Dans mon cas, en 2e voiture, la Leaf se paye toute seul  avec ce que je sauve en carburant et entretient sur ma mini-van.   Même mieux, j'ai calculé que sur 4 ans, cette deuxième auto de donne un rendement en % annuellement intéressant (selon le kilométrage que je ferai) sur mon argent investi pour l'acheter.  Donc pour moi ça me revient moins chère d'avoir 2 véhicules (un à essence et un électrique) qu'un seul à essence.

    Le seul hic, c'est que cette rentabilité intéressante est seulement possible avec un VE usagé.  Les VE neufs sont encore chère, mais les prix baisseront et la le point de bascule va se faire pour beaucoup plus de gens.  

    Les gens devraient regarder plus attentivement l'option que leur 2e véhicule soit un VE usagé.  C'est très bon pour le portefeuille et pour l'environnement.  Et on finit par ne presque plus utilisé le véhicule à essence.  On se rencontre rapidement à quel point l'essence est une technologie du passé.
  • philrancourt a dit :


    Ce que je retiens de l'article, c'est que l'on visait 500 000 véhicules pour 2018 et qu'on a atteint seulement 20% de la cible. Je trouve que ça confirme mon opinion que les gens qui s'intéressent aux EV ont tendance à surestimer la vitesse à laquelle ils vont s'implanter.

    https://www.journaldemontreal.com/2019/01/09/le-canada-et-les-vehicules-electriques

    @Patofthepig

    Beau témoignage, merci de partager ton expérience.
  • Les chiffres sur les VE ne reflètent pas quant à moi le potentiel réel de cette technologie, il y a d'autres facteurs derrières la vitesse de déploiement, ne serait ce que parce qu'on est pas dans un marché optimal d'offre et demande. L'offre est nettement limitée et des listes d'attente de plusieurs mois s'appliquent à la quasi-totalité des modèles qui offrent une autonomie plus intéressantes. La donne vient cependant de changer particulièrement au Québec, puisque la suppression de la subvention ontarienne a ramené les constructeurs à rediriger des inventaires vers le Québec, la disponibilité est donc améliorée et les délais moins longs. Les chiffres de ventes 2019 pourront donner une indication.
    Mais il y d'autres facteurs qui freinent l'adoption des VE: à commencer par l'intérêt des concessionnaires, pour qui un acheteur de VE ne revient presque jamais après l'achat, l'entretien et le nombre de pièces d'un VE sont nettement plus limités que dans vehicules au carburant. Leur modèle d'affaires est passablement bousculé par les VE. Les Hybrides rechargeables perturbent moins ce modèle d'affaires puisque l'entretien demeure (fonction nb de mois/km comme véh. à essence). En plus de ce faible intérêt financier, il y a une méconnaissance (parfois mépris) des VE par les réseaux de concessionnaires (relevé aussi en europe).
    Je ne dis pas qu'on est à la veille d'un tournant à court terme, mais je pense qu'il y a objectivement des facteurs qui laissent entrevoir une poussée de la courbe d'adoption  plus rapide qu'on ne le pense :  
    - L'arrivée d'une nouvelle vague courant 2019 de VE avec une autonomie dans le range 350 - 450km, qui vont s'ajouter à la Bolt (GM) : Kona de Hyundai, Niro de Kia, Leaf Plus de Nissan et le modèle de base de Tesla 3.
    - Du côté des infra de recharge: point critique puisque ça doit suivre le volume des VE, faut pas oublier toutefois qu'un VE, c'est une voiture qui part avec un plein chaque matin quasiment (recharge nocture à domicile).
    - Du côté de la demande, certains clichés tombent : profils des acheteurs plus diversifiés et plus jeunes apparemment qu'on ne le pense, les motivations : environnementales oui certes, mais aussi économique (coût d'opération) et oui: le plaisir de conduite 'différent'. 
    - les ménages avec deux véhicules ou plus, l'introduction d'un VE lorsque vient le temps de remplacer est moins 'risqué' que pour ceux ayant un VE. Segmenter les besoins de mobilité et réduire la facture avec un VE pour ville.. 

  • Patofthepig a dit :
    J'avais anticipé un taux d'adoption des VE bien plus rapide, bien content en tant qu'actionnaire de Couche-tard. 

    Mais en tant que propriétaire d'une Leaf 2013 que j'ai acheté cette été, la faible adoption est vraiment dû à des préjugés bien ancré dans la tête de la plupart des gens.  Dans mon cas, en 2e voiture, la Leaf se paye toute seul  avec ce que je sauve en carburant et entretient sur ma mini-van.   Même mieux, j'ai calculé que sur 4 ans, cette deuxième auto de donne un rendement en % annuellement intéressant (selon le kilométrage que je ferai) sur mon argent investi pour l'acheter.  Donc pour moi ça me revient moins chère d'avoir 2 véhicules (un à essence et un électrique) qu'un seul à essence.

    Le seul hic, c'est que cette rentabilité intéressante est seulement possible avec un VE usagé.  Les VE neufs sont encore chère, mais les prix baisseront et la le point de bascule va se faire pour beaucoup plus de gens.  

    Les gens devraient regarder plus attentivement l'option que leur 2e véhicule soit un VE usagé.  C'est très bon pour le portefeuille et pour l'environnement.  Et on finit par ne presque plus utilisé le véhicule à essence.  On se rencontre rapidement à quel point l'essence est une technologie du passé.
    Allô,
    Ayant une famille qui s’agrandit, je vais m’acheter une Van. L’option d’un 2ème véhicule électrique  usagé pour les trajets sans tous les enfants m’a traversé l’esprit afin d’économiser sur les consommations d’essence, ... tu dis que ton véhicule se paye tout seul et que tu auras un rendement dans 4ans. Pourrais-tu partager les éléments que tu as pris en compte? Aussi, ton calcul tiens compte d’un prêt à l’achat ou d’un paiement cash? Merci d’avance.
  • J'ai payé cash.  Mais j'ai calculé comme si j'avais emprunté et que j'avais des paiements sur 5 ans.  Y'a un coût d'opportunité sur l'argent.  J'ai acheté une Leaf 2013 avec 49500km et avec une batterie en excellente état (soh de 97%).

    C'est dans le cas ou tu substitues l'utilisation de la Van avec le VÉ  que c'est le plus payant.  J'ai une Honda Odyssey 2005 qui consomme en moyenne 14l/100km combiné.  Donc à un prix de 1.30$/L c'est 18.2¢ du Km par rapport à environ 1,7¢ du Km en électricité avec la Leaf. J'ai pris 1.30$ du litre comme moyenne malgré que ce soit plus bas maintenant, c'était 1,50$ y'a pas si longtemps. C'est déjà une économie de 16.5¢ du Km. Et aussi y'a les économies de réparations et d'entretien   qui me font sauver au moins 15¢ du Km par rapport à ma mini-fourgonnette.  Pas de changement d'huile, de radiateur, de transmission, de bougie, de courroie, d'échappement, de démarreur et j'en passe...  Et les freins n'usent presque pas. 

    Donc j'en suis à 31.5¢ du Km d'économisé. Dans mon cas je ne fait pas beaucoup de Km puisqu'on ne travaille pas.  Je substitue 12 000Km par année.  En enlevant la 2e immatriculation et les assurances, je sauve 3250$ par année.  Ça vaut des paiements de 270$ par mois à 5%.  Donc ces paiements là permettent d'acheter une voiture d'un peu plus que 14 000$ gratuitement sur 5 ans.  J'évalue que dans 5 ans ma Leaf va au moins valoir 5000 à 7000$. Je l'ai payé avec les taxes 15900$

    En plus la vie de ma vieille mini-van est prolongée, ce qui m'évite de dépenser pour en racheter une plus récente plus tôt que nécessaire.  Et presque plus besoin de mettre de l'essence puisque je fais maintenant moins 5000 km annuellement avec la van. Et je te garantie que ton VÉ va devenir le premier véhicule et que la van va servir beaucoup moins. En plus tu sauves du temps allant moins souvent mettre de l'essence.
  • Merci pour ces précisions. C’est très intéressant.
  • Tu n'as vraiment aucune dépense d'entretien pour la Leaf? Juste les freins à changer aux 10 ans?

    Pas de tune up de batterie, de réparation de suspension, changer des fils qui se court-circuitent...? Tu passes de 15¢ par km d'entretien et réparation à moins de 1¢ par km?

    Si c'est le cas, ça vaut vraiment la peine d'avoir ce genre de voiture comme 2e véhicule. C'est certain qu'avec une famille de plus de 3 enfants, il faut un autre véhicule à essence puisque je ne crois pas qu'il existe encore d'alternative. On ne peut pas transporter une grosse famille dans une sous-compacte. Encore moins les bagages pour un déplacement qui s'échelonne sur plus d'une journée. 2¢ le km parcourus reste tout de même extraordinaire pour un véhicule acheté pour 15 000$.

    Personnellement, avec la famille qui s'agrandit une 3e fois, je songeais justement à utiliser la même stratégie que toi. Tu conforte mon choix, même que tu baisse mes attentes au niveau des coûts estimés.



  • Bien sur qu'il y a des dépenses d'entretien. Que ce soit la direction, la suspension, les accessoires, les vitres électriques, etc... Le 15¢/km d'économie par rapport à la van est la différence de coût entre la Van et la Leaf, et non les coûts d'entretient total de la Van.  Je pense que la Leaf va me revenir à la longue à 5¢ du Km en entretien, par rapport à 20¢ ou même plus pour ma vieille Van. Et non pas de tune up de la batterie.  La batterie va durer bien assez longtemps pour mes besoins.  C'est certain que quelqu'un qui compare avec une Honda Fit aura pas la même rentabilité que moi.

    J'ai 4 enfants alors à moins d'une Tesla X, y'a rien d'électrique pour nous transporter tous pour le moment. Je veux rien savoir des hybrides, tu double les systèmes alors y'a pas d'économie d'entretien, et peu au niveau du carburant. J'ai pas l'intention de dépenser 200 000$ pour la X que je voudrais, je trouve que c'est du gaspillage.  Alors vive la Leaf usagée!  De toute façon, avec seulement 5 ans, la Leaf est le véhicule le plus neuf que j'ai eu.

    Et pour les coûts de ma Odyssey, j'ai un tableau excel avec toutes les dépenses, alors j'ai confiance en mes chiffres. Reste juste à valider avec le temps les coûts pour la Leaf, mais depuis fin avril, j'ai rien mis dessus à part installer les pneus d'hiver cette automne. 
  • j'attendais ce momment avec impatience, ne plus dependre des petrochimique et rouler a l'energie propre et abbordable fournis a moindre couy par notre province; sa va eviter de vendre notre surplus d'hydroelectricit/ au states.
  • " sa va eviter de vendre notre surplus d'hydroelectricit/ au states."

    Pourquoi c'est mauvais ca? Si ca remplace du charbon ou gaz naturel, c'est tres vert, et si ca baisse nos impots pcq on la vent plus cher la bas qu'ici, tant mieux aussi. On devrait exporter plus, en fait.
  • Nos exportations d'électricité sont pas mal limitées actuellement par les disponibilités de lignes et d'interconnexions. Mais ce qu'on vend est effectivement encore payant et contribue à décarboniser le Nord-Est américain. Cela dit, l'électrification de nos transports est une bonne façon d'écouler une partie de nos surplus à l'interne.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.