Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





Knight Therapeutics ( TSX : GUD )

12345679»

Réponses

  • 9 avr modifié Vote Up1Vote Down
    Cette partie de la dernière présentation est un rappel de la vision à long terme nécessaire pour ce modèle d'affaires :

    "An 8-year term is not sufficient to make a healthy return • 8-year term only affords ~5 years to launch product, recoup investment and make a healthy return, after considering ~2 year regulatory filing and review and ~1 year to build market access and reimbursement coverage "


  • snowball a dit :
    Hey Snowball. Je ne peux pas voir la video. Y-a-t-il une autre facon?
  • pierreyves a dit :
    snowball a dit :
    Hey Snowball. Je ne peux pas voir la video. Y-a-t-il une autre facon?

    Oui faire une recherche via le site

  • Knight Therapeutics: Use of PROBUPHINE™ for Opioid Disorder Gains Momentum Across Canada; Subdermal Implant Now in Use from Coast to Coast
    PDF version  Printer Friendly  

    MONTREAL, April 12, 2019 (GLOBE NEWSWIRE) -- Knight Therapeutics Inc. (TSX: GUD) ("Knight"), a Canadian specialty pharmaceutical company, is pleased to announce that PROBUPHINE™, a new treatment in the fight against opioid addiction, is now being implanted in patients across the country.

    Approved by Health Canada in April 2018, PROBUPHINE™ is the only subdermal implant designed to deliver buprenorphine continuously for 6 months following a single treatment. The product must be inserted and removed by a healthcare professional who has successfully completed a live training program, the PROBUPHINE Education Program. 

    Knight has the exclusive right to distribute PROBUPHINE™ in Canada under a license agreement with Titan Pharmaceuticals, Inc. (NASDAQ:TTNP).

    "Probuphine provides a unique new option in the treatment of opioid abuse, one that overcomes the barriers of daily adherence and multiple pharmacy and clinic visits," said Dr. Ken Lee, London site lead and head physician at the Rapid Access Addiction Medicine (RAAM) Clinic.

    Knight CEO Jonathan Ross Goodman added: "We are pleased to see health care professionals from the Maritimes to British Columbia completing our live training program and providing access to PROBUPHINE across the country. Opioid addiction in Canada continues to be a devastating public health crisis and we are proud to be at the forefront of helping improve the lives of those in need."

    Corporate Update

    Knight welcomes growing shareholder and analyst support as it continues its engagement in advance of the 2019 Annual Meeting of Shareholders on May 7, 2019.  Most recently, it welcomes the support of National Bank of Canada Financial Markets which hosted a series of investor meetings over the past week.  Knight discussed its vision and plans to expand its portfolio of products, approach to expanding geographical reach in Canada and rest of the world, and management's intent following the AGM to explore strategies to return capital to shareholders with a preference for share buybacks versus dividends.

  • La firme de relation aux investisseurs de Knight m'a contacté y'a deux jours pour voir si j'avais reçu les documents et pour savoir si je voterais du bon bord.  C'est la première fois que je me fais contacter pour une bataille de procuration.  J'ai reçu les documents hier. Ça devient sérieux!

  • 13 avr modifié Vote Up0Vote Down
    Après avoir pris connaissance de la documentation, le scénario suivant semble probable :

    1) Goodman gagne le vote
    2) Le deuxième actionnaire devient isolé
    3) Medison continue à payer son dividende


  • Je ne veux pas être le pisse-vinaigre officiel de ce fil mais ça me semble assez bizarre d’envisager de racheter des actions après en avoir émis à la pelle pour lever du capital. Ça ressemble a une manœuvre pour amadouer les actionnaires...
  • Possible dans le contexte ou l'autre groupe offre un dividende.

    D’un point de vue allocation du capital, en quoi est-ce une mauvaise idée de vendre des actions à 10 $ dans un bought deal et d’en racheter à 7 $ si le marché est impatient moins de 3 ans plus tard ?

    Pourquoi ne pas se préparer à soulager quelques vendeurs sous la valeur comptable ou même racheter Jacobson à rabais ? 
  • Il ne faut pas perdre de vue que le rôle des marchés boursiers est de permettre à des entreprises de lever du capital pour investir dans leur projet d'affaires. Je comprend qu'il y a une création de valeur à vendre quelque chose 10$ pour le racheter ensuite à 7$. Sauf que cette création de valeur se fait sur le dos de l'acheteur à 10$.  

    C'est beaucoup plus sain (pour qqun ayant une vision à long terme) quand la création de valeur provient du succès de l'entreprise et que les investisseurs ayant participé à l'émission sont heureux. 
  • Comme dans la majorité des émissions c'est le courtier qui a le rendement le plus certain ;) 
  • Nous avons préparé une capsule vidéo afin de s’exprimer sur cet enjeu. Nous invitons les actionnaires à faire comme Medici et voter afin de maintenir le conseil d’administration et l’équipe dirigeante actuelle en place
    https://gpsmedici.ca/2019/04/18/therapeutique-knight-un-vote-crucial-a-lassemblee-generale/
  • Et n’oubliez pas de vous abstenir de voter pour Meir Jacobson.
  • Patofthepig a dit :
    Et n’oubliez pas de vous abstenir de voter pour Meir Jacobson.
    Bien sûr, merci d’avoir précisé.
  • La capsule de Medici n'adresse pas le point de plus important, l'impartialité de Goodman et la gouvernance du conseil d'administration de Knight. Goodman détient 25% de Joddes Ltd qui elle détient 100% de Pharmascience. Goodman a mis ses parts dans un blind trust il y a 2 semaines. Cependant, ses intérêts peuvent toujours être de ne pas entrer en compétition avec Pharmascience, d'autant que son frère et ses sœurs détiennent l'autre 75%.
    Est ce que le conseil en place a assez indépendance pour toujours favoriser les intérêts de Knight ou bien ont ils reculés sur des potentielles acquisitions ou partenariats qui auraient été en conflits avec la business de Pharmascience? Cette dernière investi également dans d'autres compagnies tel que Bionpharma, Pharmaceuticals International,etc. Le président du conseil, James Gale, a le nez trempé dans pas mal de compagnies aussi, certaines comme Plenex et SpePharm où Goodman est déjà directeur. 

    Très bon article du Financial Post à ce sujet: https://business.financialpost.com/investing/activist-enlists-governance-expert-in-battle-with-knight-therapeutics

    Bien que j'ai liquidé presque toutes mes actions, j'ai reçu les proxy de vote. Le plan de Jakobsohn est loin d'être idéal et je ne lui fais pas confiance. Par contre, Goodman n'est pas complètement transparent et j'ai l'impression qu'il ne veut pas faire les ajustements qui rendraient son conseil plus indépendant. Un méchant dilemme d'actionnaire. J'aurais besoin d'une troisième voie qui m'apporterait des faits pour démontrer que Knight n'avait pas d'objection à livrer compétition à Pharmascience et les compagnies s'y rattachant. Sans ces preuves, à qui devons nous faire confiance? Une seule grosse transaction apportant des bénéfices immédiat et dans un créneau de Pharmascience m'aurait convaincu que ses intérêts étaient bien alignés avec celle des actionnaires, dommage !
  • La capsule de Medici n'adresse pas le point de plus important, l'impartialité de Goodman et la gouvernance du conseil d'administration de Knight. Goodman détient 25% de Joddes Ltd qui elle détient 100% de Pharmascience. Goodman a mis ses parts dans un blind trust il y a 2 semaines. Cependant, ses intérêts peuvent toujours être de ne pas entrer en compétition avec Pharmascience, d'autant que son frère et ses sœurs détiennent l'autre 75%.
    Est ce que le conseil en place a assez indépendance pour toujours favoriser les intérêts de Knight ou bien ont ils reculés sur des potentielles acquisitions ou partenariats qui auraient été en conflits avec la business de Pharmascience? Cette dernière investi également dans d'autres compagnies tel que Bionpharma, Pharmaceuticals International,etc. Le président du conseil, James Gale, a le nez trempé dans pas mal de compagnies aussi, certaines comme Plenex et SpePharm où Goodman est déjà directeur. 

    Très bon article du Financial Post à ce sujet: https://business.financialpost.com/investing/activist-enlists-governance-expert-in-battle-with-knight-therapeutics

    Bien que j'ai liquidé presque toutes mes actions, j'ai reçu les proxy de vote. Le plan de Jakobsohn est loin d'être idéal et je ne lui fais pas confiance. Par contre, Goodman n'est pas complètement transparent et j'ai l'impression qu'il ne veut pas faire les ajustements qui rendraient son conseil plus indépendant. Un méchant dilemme d'actionnaire. J'aurais besoin d'une troisième voie qui m'apporterait des faits pour démontrer que Knight n'avait pas d'objection à livrer compétition à Pharmascience et les compagnies s'y rattachant. Sans ces preuves, à qui devons nous faire confiance? Une seule grosse transaction apportant des bénéfices immédiat et dans un créneau de Pharmascience m'aurait convaincu que ses intérêts étaient bien alignés avec celle des actionnaires, dommage !
    Je pense qu'à un moment donné, il faut regarder le portrait dans son ensemble. Jonathan Goodman, depuis qu'il a l'âge d'à peu près 25 ans a choisi de quitter Pharmascience et de gérer ses propres affaires de façon indépendante parce qu'il n'arrivait pas à s'entendre avec son frère et son père. Il a créé beaucoup de valeur pour ses actionnaires durant toutes ces années et a fait de super bons deals donc la thèse qu'il cherche à avantager Pharmascience ne tient pas la route tout simplement. Le gars est milliardaire self-made juste sur la vente de Paladin, est passé à deux doigts de mourir et a passé 1 mois dans le coma. Malgré tout, il a vendu Paladin Labs et partait Knight Therapeutics dès le lendemain. Je ne vois absolument pas pourquoi Goodman ferait des manigances avec Pharmascience au détriment des actionnaires. Il n'a absolument rien à prouver, il pourrait se retirer dès demain matin s'il le voulait, mais il aime le domaine pharmaceutique et ne se verrait pas faire autre chose. Qui plus est, beaucoup de ses anciens employés qui travaillaient avec lui chez Paladin l'ont rejoint chez Knight. Je ne pense pas qu'une masse d'employés accepteraient de le rejoindre à nouveau s'il avait ce genre de squelettes dans son placard. J'ajouterais à titre anecdotique que pour avoir déjà assisté à une conférence qu'il a donné avec son frère, je peux te dire que c'est vraiment pas l'amour fou entre les deux!

    Meir Jakobsohn a beau jeu d'insérer ces éléments à son argumentaire, mais je trouve que c'est de la bouillie pour les chats. D'ailleurs, c'est assez paradoxal qu'il soulève cet argument de conflit d'intérêt alors qu'il se retrouverait lui-même dans le même genre de conflit si son plan était adopté...

    Quand tu parles de plus grosses transactions, je t'invite à faire quelques recherches. Tu te rendrais compte que depuis que Knight existe, ils ont travaillé sur quelques grosses transactions qui ont toutes (pour l'instant) avorté. Le rachat de Paladin a fait la manchette mais il y en a d'autres... 


  • polangevin a dit :
    Quand tu parles de plus grosses transactions, je t'invite à faire quelques recherches. Tu te rendrais compte que depuis que Knight existe, ils ont travaillé sur quelques grosses transactions qui ont toutes (pour l'instant) avorté. Le rachat de Paladin a fait la manchette mais il y en a d'autres... 
    Je suis généralement assez bien mes titres, j'invite tout le monde à mettre les liens internet sur ce forum de tentative de Knight de faire de grosse transaction, autre que le rachat de Paladin bien sûr. Je n'ai pas accès au portefeuille complet de Pharmascience mais cela serait intéressant de voir quels créneaux étaient visés par les dirigeants de Knight. 


  • 23 avr modifié Vote Up1Vote Down
    polangevin a dit :
    Quand tu parles de plus grosses transactions, je t'invite à faire quelques recherches. Tu te rendrais compte que depuis que Knight existe, ils ont travaillé sur quelques grosses transactions qui ont toutes (pour l'instant) avorté. Le rachat de Paladin a fait la manchette mais il y en a d'autres... 
    Je suis généralement assez bien mes titres, j'invite tout le monde à mettre les liens internet sur ce forum de tentative de Knight de faire de grosse transaction, autre que le rachat de Paladin bien sûr. Je n'ai pas accès au portefeuille complet de Pharmascience mais cela serait intéressant de voir quels créneaux étaient visés par les dirigeants de Knight. 


    Kicking_Tires, je crois que Samira Sakhia a déjà mentionné lors d'un conference call avoir eu des discussions avec deux compagnies hors Canada. 

    Par ailleurs, cet article 

    https://www.theglobeandmail.com/business/rob-magazine/article-a-brain-damaged-ceo-has-a-hot-new-ventureand-investors-are-piling-in/

    https://www.barchart.com/story/news/associated-press/195197/a-brain-damaged-ceo-has-a-hot-new-ventureand-investors-are-piling-in

    mentionnait aussi ..

    Knight currently has a team of six people in business development scouting for acquisition opportunities. Potential targets include Canadian drug industry players like BioSyent Inc., Pediapharm Inc., Nuvo Pharmaceuticals Inc. and Cipher. Goodman has said he’d also buy back Paladin at the right price and has declared publicly his interest in the Canadian assets of Bausch Health Companies Inc., the former Valeant Pharmaceuticals. Beyond that, he’s guarded about the details of his plan for Armageddon. “We will quickly deploy capital in low-risk, nice-return opportunities,” he says.


    J'ai beaucoup de difficulté à croire que le plan alternatif proposé -lequel propose le versement d'un important dividende- génèrerait 500 M$ de ventes d'ici 5 ans ET que cela serait hautement profitable. 
  • Le contestataire dévoile ses intentions ce matin :

    But we are neither typical nor activist. In light of this, I have decided that I will NOT serve on Knight's board unless we have the majority required to influence the future direction of our company or we have adequate assurances that Knight would pursue the "diamonds" strategy and remove the conflicts of interest. I also believe that most of our nominees will not serve on the board as part of a minority after Jonathan Goodman attacked their competence and their character. Short of replacing a majority of the board, the only way for shareholders to be 100% certain that the company would engage in the new "diamonds" strategy is if Jonathan Goodman were to set up structural assurances and guarantees to ensure the execution of such new strategy and remove conflicts. We believe that this is very unlikely. This Tuesday I heard Jonathan Goodman in his public address to the conference continue to support his failed strategy and continue to support Jim Gale as an “independent” chairman. Therefore, my fellow shareholders, I urge you to ensure that necessary changes are implemented at Knight, either by supporting the replacement of a majority of the board or by demanding that Jonathan Goodman give sufficient assurances that he will aggressively pursue our proposed "diamonds" strategy and eliminate the conflicts of interest. Finally, if shareholders choose to continue with Knight's current management, board and strategy, I will not forego the great opportunity of our proposed “diamonds” strategy. In this event, I will recommend to Medison's board of directors that Medison pursue this strategy in Canada independently of Knight. Of course, as a major shareholder in Knight, I continue to hope that Knight succeeds. But, if it instead continues to falter, I will continue to work to bring necessary change to the board at the very next opportunity. Knowing Knight's board, I believe I can be more effective operating from the outside as an active shareholder. Should this be the case, we will maintain an open dialogue with all Knight shareholders and continue to highlight key findings and perspectives as appropriate, including updates through our website, www.NewDayforKnight.com
  • "Excellente nouvelle pour Knight : les actionnaires de Knight votent à une écrasante majorité en faveur de la direction


    MONTRÉAL, 07 mai 2019 (GLOBE NEWSWIRE) -- Thérapeutique Knight inc. (TSX : GUD) (« Knight » ou « la Société »), société pharmaceutique spécialisée canadienne et chef du file, a annoncé aujourd’hui les résultats de vote de l’Assemblée annuelle des actionnaires (l’« Assemblée »), tenue à Montréal (Québec).

    Élection des administrateurs

    Les actionnaires ont voté en faveur de tous les candidats aux postes d’administrateurs recommandés par la direction sur la liste de la Circulaire d’information de la direction datée du 4 avril 2019 (la « Circulaire »), à l’exception de l’administrateur dissident Meir Jakobsohn qui figurait sur la liste de la direction en vertu d’un droit contractuel d’être désigné. Le conseil d’administration est maintenant composé de : James C. Gale, Jonathan Ross Goodman, Nancy Harrison, Robert N. Lande, Samira Sakhia, Sylvie Tendler, Michael J. Tremblay, et Kevin Cameron.

    Dans le cadre de sa campagne, et en plus de l'obligation de Knight d'inclure M. Jakobsohn sur sa liste de candidats, Medison avait proposé cinq autres candidats. Toutefois, quelques minutes avant l’assemblée, Medison a retiré le consentement de M. Jakobsohn et de quatre autres personnes pour agir à titre d'administrateurs. Il en résulte que les votes de ces personnes n'ont pas besoin d'être publics en vertu de la loi applicable. Par conséquent, seul Kevin Cameron était éligible à l'élection et occupait ainsi le huitième siège d'administrateur laissé vacant par M. Jakobsohn.

    Commentant les résultats, le chef de la direction, Jonathan Ross Goodman, a émis la déclaration suivante : « Au nom de l’ensemble du conseil d’administration, nous remercions les actionnaires de leur appui retentissant et leur clair aval à la stratégie d’investissement disciplinée de la direction d’acquisition et d’octroi sous licence d’un portefeuille diversifié de produits pharmaceutiques spécialisés pour le Canada et les marchés du reste du monde. Nous exprimons notre reconnaissance aux actionnaires pour leur soutien à reléguer cet épisode inutile — ce cauche-Meir — au passé . Nous demeurons engagés envers notre mission d’améliorer la vie des gens grâce à notre offre de produits pharmaceutiques et à notre création de valeur pour les actionnaires dans ce cadre ».

    Les actionnaires présents en personne ou représentés par procuration à l’Assemblée ont voté pour les administrateurs comme suit :

    CANDIDATS AUX POSTES D’ADMINISTRATEURS VOTES POUR
    James C. Gale 93,116,393
    Jonathan Ross Goodman 100,000,815
    Nancy Harrison 99,568,057
    Robert N. Lande 91,414,934
    Samira Sakhia 84,766,572
    Sylvie Tendler 100,814,712
    Michael J. Tremblay 101,062,013
    Kevin Cameron 16,670,301
  • Le contestataire ne s'est pas présenté à l'AGA.
  • Merci du compte rendu snowball!
  • Il est rare que l’on peut voir deux dirigeants confronter leur vision du développement d’une compagnie. Jacobshon lance Médison Canada
    avec le plan d’affaires qu’il proposait pour GUD

     https://finance.yahoo.com/news/medison-establishes-canada-only-innovative-123000721.html


  • Dans la lettre trimestrielle de Medici il y a petit commentaire sur GUD. J'en retiens : rachat action  - bouchée double pour les acquisitions - déçu mais conserve le titre 
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.