Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





Le marché est surévalué, ou pas?

Un blog sur le sujet avec plein de données pertinentes et de graphiques intéressants:

http://brooklyninvestor.blogspot.com/2019/09/bubble-yet.html

Réponses

  • 10 Réponses trié par Votes Date
  • Merci du partage @Patofthepig
    lorsqu’on parle du marché en général (s&p), c’est toujours opportun de prendre du recul comme il le fait sur de plus longues périodes.
  • Je ne sais pas si le marché est surévalué, mais il est...anormal.
  • @iSmile
    En quoi tu le trouves anormal?

  • Patofthepig a dit :
    @iSmile
    En quoi tu le trouves anormal?

    Un marché très haussier et très long dans un contexte de taux d'intérêt très bas depuis très longtemps, en pénurie de main d'oeuvre, avec un fort endettement des pays. J'ai de plu en plus le sentiment que tout ça est un gros ballon qui ne tient qu'à un fil (ou qu'à une aiguille).
  • Et quand je regarde cette montagne :


  • iSmile a dit :
    Patofthepig a dit :
    @iSmile
    En quoi tu le trouves anormal?

    Un marché très haussier et très long dans un contexte de taux d'intérêt très bas depuis très longtemps, en pénurie de main d'oeuvre, avec un fort endettement des pays. J'ai de plu en plus le sentiment que tout ça est un gros ballon qui ne tient qu'à un fil (ou qu'à une aiguille).
    https://www.investopedia.com/terms/w/wallofworry.asp

    Climb the Wall of Worry or Take Profits?

    Even when the financial markets are growing at a healthy rate, under financially sound circumstances, investors always find reasons to worry. Those reasons may be legitimate or not, depending on an individual's perception of the market and what their investment goals happen to be.

    However, when you get down to the root of the concept of a wall of worry, it ultimately means is that a bull market isn’t a peaceful place. When times are good, investors are constantly tense, wondering how long they will keep rolling, fretting about when a seemingly inevitable correction will finally put a stop to the market elation. As a market continues ascending, the decision can become increasingly agonizing whether to take profits in a position or let it ride.

    Market pundits do their part by issuing warnings about everything that could possibly go wrong with the economy, the markets, and most leading stocks. And, as always, economists can be counted on to give conflicting predictions that arrive at diametrically opposite conclusions from exactly the same data. However, just like anyone else, these supposedly "expert" assessments rely on an individual perspective and point-of-view, which can be skewed and look quite different to two people. How an investor chooses to regard the "wall of worry" often directly correlates to their risk tolerance.

  • iSmile a dit :
    Et quand je regarde cette montagne :

    *** image trop épeurante pour être reproduite ****
    https://www.boursetrading.info/Echelle-arithmetique-ou-semi-logarithmique_a138.html

    Il est conseillé d'utiliser une échelle arithmétique quand on souhaite étudier des historiques sur des courtes périodes allant de quelques jours à quelques années. Sur des longues périodes une échelle semi-logarithmique est préférable. Cela permettra de comparer des évolutions de marché très éloignées dans le temps et d'avoir une représentation plus juste des variations de prix dans le temps. 


  • 13 jan modifié Vote Up1Vote Down
    philrancourt a dit :
    iSmile a dit :
    Et quand je regarde cette montagne :

    *** image trop épeurante pour être reproduite ****

    J'adore ton humour !!!  Tu m'as fait rire  :D


  • Moi aussi j'ai rit fort, Phil, j'adore ton humour et ton forum. Pas mal tous les stocks de bonnes compagnies (et les marchés) ont des courbes exponentielles comme graphique de prix à long terme. La baisse de 2008 ne paraît presque même plus quand on regarde les graphiques sur 10-20 ans. Pour ce qui est de la hausse des marchés, je crois que la baisse d'impôt aux USA depuis 2017 y contribue un peu.
  • Voici une article en rapport à une supposée bulle dans le secteur des TI.


    Une bulle techno, où ça?

    Il reste de la croissance, croit Jonathan Mzengeza.

    • 14 janvier 2020
    • 05:00
    PARTAGER
    Homme daffaire sapprtant  faire clater une bulle avec une aiguille
    Photo : 123RF

    Le secteur des TI peut paraître surévalué, mais c’est sans compter le potentiel de croissance qu’il lui reste, croit Jonathan Mzengeza, gestionnaire de portefeuille en technologies à Gestion d’actifs CIBC.

    Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

    « Les chances de connaître une nouvelle bulle technologique sont très basses actuellement, pour plusieurs raisons. D’abord, beaucoup de ces entreprises en apparence surévaluées sont rentables et même profitables, contrairement à celles de la bulle des années 1999-2001. Et elles ont encore devant elles un fort potentiel de croissance si on se fie à leurs faibles parts de marché », dit Jonathan Mzengeza.

    Selon l’expert, le risque se trouve plutôt du côté des facteurs ESG (environnemental, social et de gouvernance). « Nous prêtons attention aux entreprises qui ont d’importantes parts de marché dans des secteurs que le gouvernement risque de réglementer, notamment en Europe et aux États-Unis. C’est le cas de Facebook et de Google, notamment. Amazon est perçue comme étant exposée au risque réglementaire, mais cela ne devrait pas être le cas car elle a encore une faible part de marché », analyse Jonathan Mzengeza.

    Selon lui, la réglementation risque non seulement de freiner la croissance de ces entreprises, mais aussi de peser sur leurs coûts d’exploitation. « La plus risquée est probablement Facebook étant donné sa domination dans les médias sociaux. Si elle venait à être réglementée, elle sera forcée de dépenser beaucoup d’argent dans le contrôle de sa plateforme plutôt que dans l’innovation, qui est à la base de son modèle d’affaires », dit Jonathan Mzengeza.

    Risque réglementaire mis à part, la difficulté pour un gestionnaire est d’évaluer correctement les perspectives de croissance de ces entreprises et le prix qu’il est prêt à payer pour ce potentiel.

    « Nous avons un cadre d’évaluation rigoureux qui prend en compte l’actualisation des flux de trésorerie à long terme pour obtenir la valeur intrinsèque de l’entreprise. L’analyse de scénarios nous permet d’identifier les titres qui ont plus de potentiel de hausse que de baisse. Un titre peut paraître surévalué alors qu’après analyse, il ne l’est pas autant que les gens le croient. »

    Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.

     PARTAGER CET ARTICLE ET VOS COMMENTAIRES SUR LES MÉDIAS SOCIAUX

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.