Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





Shopify (SHOP)

Ça devient difficile d'ignorer l'histoire de Shopify. La société d'Ottawa fournit une solution de commerce en ligne clé en main. C'est une solution dite "white label" : les clients de Shopify peuvent monter leur propre site avec leur propre branding et bénéficier de la plateforme de Shopify en arrière plan.

La progression du titre depuis le début de l'année est assez impressionnante (+93%). C'était encore le cas aujourd'hui avec une hausse de 7.5% suite à de très bons résultats.


Par très bons résultats, on parle de croissance spectaculaire des revenus et non de la profitabilité car Shopify n'est toujours pas rentable. Le ratio de perte en pourcentage des revenus est par contre à la baisse.

Le potentiel de croissance semble tellement énorme que le marché ne s'embête pas trop avec l'absence de profits et valorise déjà la société à 10 milliards CAN. L'histoire en est une à la Amazon ou la société ne cherche pas tant à faire des profits dans les premières années qu'à devenir le leader incontournable dans son marché. Parlant d'Amazon, ils ont abandonné leur propre solution, Amazon Webstores, et décidé d'utiliser Shopify. Tout un vote de confiance !


Impossible de réconcilier l'évaluation boursière de cette compagnie avec une approche GARP. Investir dans Shopify, c'est vraiment un moonshot comme investir dans Amazon ou Facebook après leur IPO. Mais l'histoire sera sûrement fascinante à suivre dans les prochaines années !


«13456711

Réponses

  • 304 Réponses trié par Votes Date
  • Dans le fond le trading pour toi est un hobby. Ce pourrait cependant devenir un hobby qui coûte très cher. Plusieurs titres ont des valeurs intrinsèques de zéro. Le marché pourrait reconnaître cette valeur intrinsèque en une seule nuit ce qui fait que tu pourrais être pris avec des actions que tu as acheté parce que tu trouvais qu'elles bougeaient beaucoup. Exemple, tu aurais pu être pris avec des actions de STAMP à 2 reprises depuis le début de l'année ou encore des actions de HCG l'an dernier.

    Je te souhaite que ça n'arrive pas, mais si même en faisant ses devoirs on est pas immunisé, je n'imagine pas à quelle point on est pas du tout immunisé en ne faisant pas nos devoirs. Tu joues à un jeu dangereux. Une genre de loto où le taux de remise est d'environ 100%. La chance peut te permettre de faire des bons rendements alors que la malchance peut t'amener à perdre des sous. C'est ma manière d'interprété ton dernier message.
  • Pour faire 15% de profit sur l’investissement la compagnie devra valoir 160 milliards dans 5 ans. Donnons lui un généreux 30x les profits. Ça prend 5,33 milliards de profits dans 5 ans à partir de sa base de revenus de 1,6 milliards... s’il n’y a pas d’autres émissions d’actions d’ici là
  • Commentaire que je juge intéressant lu sur un forum où il n'y a habituellement rien de bon:

    (...)

    As an IT professional, here's a personal review of the Shopify platform. I'll keep it non-technical.

    Small and medium businesses (SMBs) are discovering Shopify, and it's replacing key pieces of their IT department. Such as:
    - Older web sites with custom programming and shopping carts... these are being scrapped. When you build a store on Shopify, Shopify has already done the heavy lifting. This includes security of credit cards, bank transfers, product inventory, etc. The internal IT auditors appreciate that.
    - Remember stand-alone credit card machines? These may require old telephone lines. Now if you need to manually run a credit card, do that in Shopify. This keeps all the transactions in one place. Shopify also has a "point of sale" device.
    - You don't need an IT person, or expensive consultant, to update the store, or create basic reports.
    - Extending custom applications. SMBs will always have custom internal applications. How do you integrate corporate applications with Shopify? When events occur on Shopify, like an order was created, or a customer added, Shopify can send your corporate (on premiss) server a piece of data (web-hook). You can then write custom software to do whatever you'd like: update a legacy database with customer information, update a mailing list, send an email, update a shared calendar, push something to your accounting system, notify a vendor to print more books based on inventory count, etc. There are many examples.
    - SMBs are extending/replacing key pieces of their IT systems with Shopify. It's more that just a storefront.
    - I'm a developer, and can tell you, Shopify's API (application programming interface) is first class.
  • C'est toujours délicat ce genre de décision mais dans le cas de Trump, c'est la notion "d'incitation à la violence" qui a déclenché la décision. Ce n'était pas basé sur un désaccord avec ses idées politiques.
  • La même manœuvre aurait moins fonctionné au dernier trimestre. Tu te base sur quoi pour faire ton in et out ? Analyse technique ? Gut feeling ?
  • Je suis d’accord avec Bernard. Par contre, il est peut-être temps de se partir un fil distinct sur le sujet et de revenir a Shopify sur celui-ci...
  • Sophie a dit : Aux autres actionnaires : avez-vous acheté l’action américaine ou canadienne?  Je préfère canadienne car j’ai de l’argent disponible en celi donc pas d’impot americain sur dividende américain si je prend plutot l’action canadienne. Je m’attends à ce que ce soit plus volatil en cad puisque les états financiers et revenus principaux sont en usd, donc je crois que le titre est plutôt évalué en usd, alors le prix en cad doit fluctuer avec le taux de change. Faudrait que je regarde la liquidité des 2 marchés, mais à la taille de portefeuille que j’ai, je ne pense pas que ça change quelque chose. Première fois que j’achète une cie cotée sur les 2 marchés de cette façon. J’ai loupé quelque chose? Avez-vous d’autres elements à considérer?
    Je ne me suis pas posé trop la question, j’ai acheté l’action sur le parquet torontois :)
    c’est une cie canadienne, j’avais l’impression que c’était plus simple, pas de conversion.
    Il semble y avoir 10x plus de volume sur le NYSE mais pour la taille de Shop et de mon portefeuille, ça ne change rien.
    ai-je manqué qq chose ?
  • @Olorrain C’est vrai, tu as complètement raison ! Je vais aller mettre un -1 à mon message ci-dessus !
  • En tout cas quand les gens parlent des rendements théoriques d'un Amazon ou d'un Netflix sur une longue période, en disant qu'ils auraient fait beaucoup beaucoup d'argent...pas évident de dire que bien du monde aurait conservé tout le long. C'est beau la théorie, mais en pratique, tu ne sais jamais comment tu te comportes.
  • Sophie a dit :
    Pour moi Shopify n'est pas une entreprise qui fait des pertes, c'est plutôt une entreprise qui fait exprès de faire des pertes. Le modèle est déjà rentable mais ils réinvestissent tout et un peu plus en salaires et développement de services complémentaires. 
    Puisque tu me demandes de continuer...

    Cette approche est valable. Alors es-tu capable d'estimer ce que serait les profits s'il ne ferait pas exprès? On pourrait mettre un multiple sur ce chiffre pour avoir une valeur et/ou une marge bénéficiaire sur les ventes et extrapoler une valeur future en fonction de la croissance des ventes.

    Dans cette discussion il y a beaucoup de beaux principes d'énoncer mais pas de tentative de mettre un chiffre sur la valeur de l'entreprise.

    Et je ne suis pas certains qu'il pourrait maintenir leur position concurrentiel s'il ne faisait pas ces investissements.
  • Je croyais être le seul à ne pas aimer son évaluation.
  • Patofthepig a dit :
    On peut pas dire que Carl Simard de Medici aime l'évaluation actuelle (à 8:18 de la vidéo):

    https://gpsmedici.ca/2020/05/01/la-bourse-teflon-shopify-a-un-sommet-un-bon-revenu-fixe-webemission-42/
    J'ai trouvé qu'au milieu de sa réponse, il y allait avec une analyse bien grossière, en regardant un peu trop bêtement l'entreprise. Il a nuancé par la fin. Il a absolument droit à son point de vue et la question est légitime, mais j'ai trouvé la comparaison avec la Royale (en dehors de la capitalisation boursière) un peu ridicule.
  • https://news.shopify.com/shopify-announces-first-quarter-2020-financial-results

    47% de croissance des revenus au Q1. Ils ne veulent pas encore se mouiller pour les prédictions pour le reste de 2020. 

    Un extrait intéressant

    While GMV through the point-of-sale (POS) channel declined by 71% between March 13, 2020 and April 24, 2020 relative to the comparable six-week period immediately prior to March 13, as most of Shopify’s Retail merchants suspended their in-store operations, Retail merchants managed to replace 94% of lost POS GMV with online sales over the same period. Retail merchants are adapting quickly to social-distance selling, as 26% of our brick-and-mortar merchants in our English-speaking geographies are now using some form of local in-store/curbside pickup and delivery solution, compared to 2% at the end of February.


  • Partenariat entre Pinterest et Shopify 
    https://newsroom.pinterest.com/en/post/pinterest-launches-shopify-app-for-easy-merchant-access-to-catalogs

    Quote from Jeremy King, SVP of Technology, Pinterest:

    As we make Pinterest more shoppable, Shopify is the perfect partner for bringing access to catalogs, Product Pins and shopping ads to merchants so they can get in front of the millions of Pinners looking for unique products that match their taste. With the new Pinterest app on Shopify, in just a few clicks, retailers can take the products on their virtual store shelves to the recommendations Pinners see as they shop. Merchants are adapting to new realities and looking ahead to the future of retail, which is why we're focused on making both our ads and organic features available and impactful to businesses of all sizes

  • Pour continuer dans la même veine que toi Sophie sur l'importance du capital humain, je me suis amusé à faire ce petit calcul sur la rentabilité des employés de Shopify

     
    La vaste majorité de ces employés sont basés au Canada (Ottawa, Toronto, Montréal et Waterloo) et reçoivent leur salaire en argent canadien.

  • Après Facebook, Pinterest, Instagram, Snapchat voici un autre réseau social qui fait un partenariat avec Shopify:
    Tiktok
    https://news.shopify.com/dancing-to-a-new-beat-shopify-brings-commerce-to-tiktok

    Dès maintenant, le partenariat est pour les usa mais s’étendra aux autres pays début 2021

    et dire qu’il y a quelques années, les publicitaires voulaient absolument faire du placement de produits dans des films et séries. Maintenant, tu peux avoir du placement de produit sur les réseaux sociaux et le client achète de manière beaucoup plus smooth et en plus les vendeurs ont toutes les métriques qu’ils désirent versus lorsque la publicité était sur une chaîne TV ou radio.
  • À part la croissance qui est au rendez-vous, j'ai retenu 2 points du conference call de cette semaine : 

    - L'extrait d'un appel d'une entrepreneure noire qui les remerciait pour Shopify Capital. Elle disait qu'ils n'en étaient peut être pas conscients en créant le service, mais que c'était le seul Capital disponible pour elle. Elle mentionnait qu'étant une femme noire, les demandes de prêt étaient souvent "off the table". 

    J'avais déjà mentionné ici que Shopify Capital était un bon atout ESG pour Shopify, puisque les prêts sont basés sur les statistiques de ventes entièrement et que l'accès au Venture Capital et aux prêts traditionnels est difficile pour les femmes et les minorités. Et bien j'ai vu avec ce témoignage que la situation (dans les autres institutions de prêt) est pire que ce que je pensait! Or, les femmes créent beaucoup d'entreprises, souvent faute d'être traitées/rémunérées correctement dans le marché du travail ou parce qu'elles voient des opportunités. Les femmes noires sont le groupe d'entrepreneurs ayant la plus forte croissance aux USA. Voici, ci-bas, un article pré-pandémie qui parle de création d'entreprise par des femmes noires. La situation d'accès au Capital est terrible!! On y parle de femmes à la tête d'entreprises de plusieurs millions, avec des contrats en poche ou encore de la distribution dans de grandes chaînes, qui n'arrivent même pas à avoir un prêt pour augmenter la production. Le réseautage et la mécompréhension des opportunités d'affaire par les banquiers seraient en cause. 

    https://www.google.ca/amp/s/www.cnbc.com/amp/2020/02/25/underfunded-female-demographic-is-launching-the-most-start-ups-in-us.html

    - Autre point que j'ai apprécié: l'approche prudente en matière de M&A et le focus. Ils ont mentionné ne pas être parmis les meilleurs en allocation de capitaux, mais être bons dans l'allocation d'attention. Comme intégrer une acquisition prend du temps, ils ne veulent pas en faire trop.
  • C’est ça si la personne utilise ton local pour des réunions de terroristes ou transiger de la drogue ou abuser sexuellement des enfants tu auras le goût de l’expulser.
  • Une critique des vendeurs de la marketplace est aussi le fait qu'Amazon peut utiliser sa plateforme et récupérer les données de ventes de ses vendeurs tiers et ainsi repérer les meilleurs produits ou ceux qui ont le plus de potentiel...Et ensuite, n'a alors plus qu'à lancer sa concurrence en fabriquant ou organisant la distribution mais pour son propre compte cette fois.
  • @jf Ce n'est certainement pas évident à évaluer. Le problème d'attendre un multiple raisonnable, c'est qu'on va probablement ne jamais acheter les Facebook, Amazon et cie qui sont des succès boursiers incroyables. Et ces titres ne vont pas nécessairement planter pour nous faire plaisir et nous offrir un point d'entré intéressant.

    De mon côté, j'explore l'idée de mettre entre 5 et 10% de mon portefeuille dans ce type de compagnies en ne dépassant pas 2% par titre. Un seul succès peut largement compenser quelques échecs.

    J'ai quelques pistes pour sélectionner un "monster stock" :

    - le bilan financier doit être impeccable (pas de montagnes de dettes à la Valeant)

    - la société doit avoir la plus grosse part du mindshare de son secteur (on pense toujours à elle en premier, genre facebook pour les médias sociaux ou Amazon pour le commerce électronique)

    - être le leader incontesté de son secteur, le numéro 2 doit être loin derrière

    - être dans un secteur qui va connaître une forte croissance pour de nombreuses années

    - bénéficier d'un effet de réseau dure à reproduire pour un concurrent 

    Dans ce type de titre, il faut aussi se méfier des high-flyers construit autour d'un produit vedette qui ne pourrait être qu'une mode ( genre Crocs, Kryspy Kreme, Canada Goose). Les sociétés construites autour d'une plateforme me semble plus susceptibles de réussir à long terme (genre facebook, amazon, shopify)



      

      
  • That's eye opening!
    Je connaissais peu Shopify mais j'aime bien l'explication de leur modèle d'affaire.
  • Perso, j'ai pas une vision blanc ou noir (ou bon/méchant) par rapport aux vendeurs à découvert. Je crois qu'il faut évaluer chaque argument à son mérite. Des fois, on peut trouver un point valable à travers une pile de vidanges (HCG est un bon exemple de ça).

    Dans ce cas ci, je trouve la thèse de l'ami citron vraiment mince... pour ne pas dire inexistante... Des affiliés commerciaux qui en beurrent trop épais sur leurs blogues dans le but de recevoir un gros 50$ de commission ??? C'est ça le scandale ? Bienvenue sur les internets mon ami...

    Pour avoir étudié un peu le cas Herbalife, je trouve la comparaison assez ridicule. Pour Herbalife, les gens se vendent des poudres et suppléments entre eux mais personne ne s'intéresse vraiment au produit, l'idée pour faire de l'argent est de recruter d'autres vendeurs.... Dans le cas de Shopify, on te vend une service clé en main pour faire du commerce en ligne à partir de 29$/mois. C'est à chacun d'inventer sa business et ses produits par la suite, Shopify n'a rien à voir là-dedans...

    Même pour Herbalife, le short de Bill Ackman n'a pas du tout fonctionné... et sa présentation était pas mal plus étoffée que le texte de Citron.  Je lui souhaite bonne chance...


          
  • https://www.fool.com/investing/2017/08/04/the-motley-fool-interviews-shopify-co-founder-and.aspx

    Vraiment intéressant comme entrevue. J'ai bien aimé les points suivant :

    - focus sur le long terme, prendre de bonnes décisions pour dans 10 ans plutôt qu'à court terme
    - Réalise l'importance de la culture d'entreprise et a bâtit une culture axée sur le changement
    - Garde en tête son objectif principal qui est d'aider des entrepreneurs
    - N'a pas peur de se sortir du quotidien et de prendre du temps pour faire des recherches et fait des lectures et apprentissages intéressants
    - Utilise des méthodes différentes pour faire avancer la compagnie, comme faire travailler tout le monde à distance un mois afin d'améliorer les pratiques de travail à distance
    - Essaie de tirer le meilleur parti des caractéristiques propres à sa compagnie, comme être loin de Silicon Valley
    - Sa raison pour avoir rendu la compagnie publique est vraiment intéressante : pas pour le financement mais plutôt pour gagner et préserver la confiance des investisseurs. C'est en quelque sorte une manière de se dépasser comme compagnie, et ce, dans la transparence.

    Je n'ai pas encore fait de recherches ou de lecture sur le titre, mais je trouve le management vraiment intéressant, suite à la lecture de cette entrevue.
  • Effectivement, tous les profits sont réinvestis.
  • février 2019 modifié Vote Up1Vote Down
    Je vais le dire autrement alors...

    Plutôt que de vouloir déclarer un profit en réduisant les investissements dans le développement et dans le marketing pour avoir seulement une grande progression ... Ils choissient d'investir tout ce qui pourraient être un profit dans le développement du produit et l'attrait de nouveaux clients et ainsi avoir une progression phénoménale et augmentation drastique de la valeur de l'entreprise.

    Avec $2 000 000 000 dans les coffres, c'est ce genre de bonnes décisions qu'une entreprise peut se permettre... et les investisseurs félicitent ces décisions en attribuant une valeur élevée à l'action.

  • février 2019 modifié Vote Up1Vote Down
    Très bonne explication claire et concise @OnTheEdge !

    Il faut faire la différence entre une société qui ne fait pas de profits parce que son modèle d'affaires n'est tout simplement pas rentable d'une autre qui ne fait pas de profits parce qu'elle fait un choix conscient de les réinvestir dans sa croissance.

    La stratégie de Shopify est la même que celle appliquée par Amazon depuis plusieurs années.

    En tant qu'actionnaire, je suis bien d'accord avec ce choix et je le trouve rationnel. Ça ne ferait pas de sens de mettre la pédale douce sur les investissements pour "se ménager un profit" alors qu'il y a un marché énorme à conquérir et un moat à creuser avec la concurrence.   

    Et quand on parle de marché pour Shopify, ça va bien au-delà de la simple boutique en ligne. Leur stratégie est d'offrir une gamme de services complets aux petites et moyennes entreprises (site e-commerce, gestion de la paie et de l'inventaire, marketing web, prêt aux entreprises, système POS, etc.). Ils envahissent aussi le marché pour les grandes entreprises avec leur offre Shopify Plus. 

    Il faut aussi comprendre l'impact des normes comptables actuelles sur une entreprise numérique et forcément très "asset-light" comme Shopify. Investir dans la croissance pour ce type d'entreprise, c'est essentiellement embaucher du personnel supplémentaire. C'est une dépense qui n'est pas en général capitalisée et amortie sur plusieurs années comme le serait d'autres types d'investissement tels que la construction d'une nouvelle usine ou l'achat d'un concurrent (dont l'écart d'acquisition ou goodwill sera amorti sur plusieurs années). Il y a donc un impact négatif direct sur le bénéfice comptable en raison de la simple nature de l'entreprise.

    En résumé, Shopify fait le choix d'apparier son niveau de dépense avec celui de ses revenus. Ces dépenses doivent être vues comme une allocation du capital dans sa croissance organique. Si cette croissance se maintient (et c'est bien parti), le bénéfice comptable et les free cash flow seront au rendez-vous un jour. Ce sera alors un signe que la société est rendue plus mature et que le capital qu'elle génère dépasse ses besoins pour financer sa croissance organique.

    Bon, je pourrais m'étendre longtemps sur Shopify... j'arrête ici cette explication probablement moins claire et certainement moins concise que celle de OnTheEdge !       
  • Pour ceux qui s’intéressent à shopify et le commerce en général, j’ai bien aimé l’entrevue avec Tobi de sept18

    https://youtu.be/PX3o_sPKyVo
    Il parle d’ailleurs de Kylie Jenner (la milliardaire mentionné par Phil dans un autre post)
    Elle utilise Shopify.... 

    Shopify sera ajouté au tsx60 le 18 mars
    https://www.spice-indices.com/idpfiles/spice-assets/resources/public/documents/887958_2019-03-08compositereview-pr.pdf?force_download=true
  • mars 2019 modifié Vote Up1Vote Down
    Olorrain a dit :
    Pour ceux qui s’intéressent à shopify et le commerce en général, j’ai bien aimé l’entrevue avec Tobi de sept18

    https://youtu.be/PX3o_sPKyVo
    Il parle d’ailleurs de Kylie Jenner (la milliardaire mentionné par Phil dans un autre post)
    Elle utilise Shopify.... 

    Shopify sera ajouté au tsx60 le 18 mars
    https://www.spice-indices.com/idpfiles/spice-assets/resources/public/documents/887958_2019-03-08compositereview-pr.pdf?force_download=true
    Le bon lien pour l’entrevue : https://youtu.be/6isvTuasA24


  • OnTheEdge a dit :

    Shopify est de loin mon titre préféré. Il représente en général environ 30% de mon portefeuille mais génère environ 60% de mes gains. Je fais beaucoup de swing avec ce titre, 67 transactions l'an passé. Je suis en amour avec ce titre haha :)


    Même si j'ai très confiance aux résultats de mardi, j'ai tout de même vendu ce qui me restait hier à $234. A son All Time High deux jours avant les résultats, et 24% d'augmentation depuis le début de l'année, je trouvais tout simplement pas que le risque en valait la peine.

     

    Un bon résultat serait déjà à tout le moins un peu (si c'est pas plus) inclus dans le prix actuel mais j'ose même pas imaginer la drop si les résultats étaient sous les attentes.


    Je serais curieux de savoir si tu as comptabilisé tes gains en faisant du in and out vs si tu étais resté investi depuis la première fois que tu as acheté une part dans Shopify.


Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.