Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





Sears Holdings - SHLD

Je n'ai jamais été trop interessé par Sears, un magasin en déclin, mais ça reste que beaucoup d'investisseur value aime les perspectives. Je continuerai à suivre l'histoire de loin, par curiosité.

Tout ça pour dire que Berkowitz à finalement publié son étude de cas sur sa thèse d'investissement dans Sears, à voir ici :

http://www.fairholmefunds.com/sites/default/files/120815 SHLD Presentation.pdf
«13456711

Réponses

  • 322 Réponses trié par Votes Date
  • @Sergio et aux autres aussi.

    J'aime bien toute la thèse sur Sears, mais je continue à douter de Shop your way. Je comprends l'idée, elle me semble même assez bonne pour tenter de retourner le détaillant plutôt que de ne miser que sur une lente liquidation. Mais je trouve qu'on ne peut pas tout à fait séparer Shop your way de la qualité des détaillants que sont Sears et Kmart pour le moment. Le modèle dépend de la grande clientèle qui consomme encore chez ces commerçants, mais en persistant à ne mettre que le minimum dans Sears et Kmart, Lampert les a pas mal laissé décrépir et ça finit par se faire sentir partout. Ça diminue la valeur de KCD, ça diminue l'impact que Shop your way peut avoir, ça diminue la marque Sears, donc par ricochet SHOS, Sears Auto, Sears Canada, Home Services, etc. 

    J'ai l'impression que les 35-40 milliards de revenus de Sears viennent tout de même d'une clientèle soit assez pauvre, soit assez âgée, les générations précédentes à la nôtre. Et ces gens vont dans les magasins physiques, et là, comme dans tous les détaillants du monde, on insiste pour leur vendre une carte de fidélité, la carte de crédit maison, la carte de points, la carte-rabais, etc. Pour eux, c'est du pareil au même, ils finissent par dire oui. C'est ça Shop your way pour moi, plusieurs personnes, d'une génération pas trop techno, qui a dit oui une fois à s'abonner, qui est donc membre, mais pas nécessairement actif sur la portion réseau social de l'affaire, pas nécessairement à la chasse extrême au point. Je serai curieux de voir combien de clients sont actifs? Évidemment, ce n'est pas vrai pour tous, et il y a des ventes multi-channels qui sont intéressantes, mais je doute que Shop your way soit aussi fort qu'on tente de nous le faire croire. 

    Et pour attirer une nouvelle clientèle, il faut encore possiblement passer par des magasins physiques attractifs, ou à tout le moins une image de marque forte, ce dont je doute. L'image de marque Sears est terni, et ça se ressent, les marges ne s'améliorent pas, la présence physique diminue, mais est-ce que ce sera suffisamment compensé en ligne. J'aurais aimé que les marques fortes de Sears soient disponibles chez plus de commerçant pour que KCD conserve un pouvoir attractif, pour que le service à la clientèle demeure une référence, etc.

    Lampert a mis vraiment beaucoup d'argent pour transformer en quelque chose de plus moderne, mais ça m'apparaît un peu normal de suivre la tendance technologique aujourd'hui. Ne pas le faire aurait été du suicide, mais le faire en fait-il vraiment un leader, ou c'est plutôt juste se garder à niveau, avec une marque en déclin de surcroît? Tout l'argent levé dans les 2-3 dernières années payent de la dette, des investissements dans SYW, mais éponge aussi les pertes opérationnelles qui restent présentes. Garder ce cashburn trop longtemps fera qu'ils devront lever des capitaux avec l'immobilier, donc la belle marge de sécurité qu'il procure risque de fondre si le retournement se fait trop lentement. J'ai peur qu'en n'ayant pas entretenu la maison trop fort, on doive la vendre pour payer les factures d'épicerie, et que tout ce que je viens de dire ait entraîné que même l'immobilier (sauf évidemment les meilleurs emplacements) n'a plus une aussi grande valeur que prévu, et qu'on doive le vendre à rabais pour rembourser le cashburn. Bref, un danger de spirale vers le bas, car la holding présente encore des liens très forts entre ses différents morceaux, et ça m'apparait dangereux de les valoriser tous indépendamment. J'aurais bien aimé un peu de diversification dans des business rentables à certains moments pour amener une rentrée d'argent qui aurait permis de financer SYW sans craindre de devoir dilapider une partie de l'immobilier pour le faire.

    Bref, je tente de me faire l'avocat du diable, car je vois encore bien des difficultés pour Lampert.
  • Ca semble la fin: https://www.cnbc.com/2019/01/06/sears-rejects-eddie-lamperts-bid-to-save-company-will-liquidate-.html

    Je suis sur qu'il y a beaucoup a apprendre en relisant les thèses d'investissement et discussions sur Sears. Un bon "case study".
  • Le post-mortem de Sergio se fait attendre............................
  • mai 2013 modifié Vote Up1Vote Down

    Je pense que ce business est libre de poursuivre sa croissance et de se développer bien plus vite qu'avec la holding. Les actionnaires sont toujours les mêmes, donc, au pire ça change rien, au mieux, ça croit plus vite.

    Martin, pour moi, le PE doit être calculé de manière normalisée par rapport à ce qu'il serait sans croissance : là, on est plus près de 11 que de 20, mais ce n'est que mon avis perso. la suggestion était simplement dans le sens où ça vaut parfois le coup de regarder des choses simples et compréhensibles par tous, pour pouvoir faire du rendement astronomique sans prendre aucun risque de se brûler (plus de fois 3 en moins d'un an, qui dit mieux ?!). Evidemment, Berkowitz peut pas acheter du SHOS en quantité importante : il a beaucoup trop de sous. Mais toi, tu peux (ou pouvais, peu importe) ! N'oublie pas de profiter de ta "petite taille" avant de gérer comme un mastodonte ! Et je suis 100% sûr que si tu avais pris un rapport de SHOS (tu peux le faire pour le fun), tu aurais tout compris : c'est ça la magie de l'investissement, on peut s'arrêter à ce qu'on comprend, même si c'est pas grand chose. Perso, je ne comprends pas plus de 80% des business que je regarde, et alors ?

    A vrai dire, si j'étais un génie, je ne ferais pas de l'investissement et je changerais de voie : mais je connais mes limites :-). C'est pour ça que je me suis arrêté à une activité où il suffit de savoir lire, additionner, soustraire, parfois multiplier et diviser, et le plus souvent ne rien faire... On peut difficilement faire plus simple non ?

  • Vous trouvez pas que la température a le dos large de c'temps là, là là?
  • Vous m'avez eux à l'usure, j'ai pris une petite position hier.
  • Les résultats du trimestre: http://searsholdings.mediaroom.com/index.php?s=16310&item=137306




    Rapidement, encore des pertes, ventes comparables en hausse chez Sears, pas chez Kmart, réduction de l'inventaire et de la dette, et toujours pas de nouveaux du côté de Sears Canada ou Sears Auto. Les ventes en lignes et via Shopyourway continue à augmenter, mais ils continuent à gaspiller beaucoup d'argent en faisant de la promo standard en parallèle. Les frais d'administration augmentent encore et la marge brute diminue, mais les frais de location diminuent bien avec la réduction du nombre de magasin. Bref, un mélange de positif et négatif à mon avis, mais j'aimerais qu'ils accélèrent un peu le rythme ou limitent le cashburn. Pas sorti du bois à mon avis. 
  • Très mauvais résultats pour SHOS: http://www.shos.com/Files/SHO_2014_Q2_Earnings_Release.pdf

    SSS en baisse de 6.3%...l'action dégringole encore plus.

    Je me demande si l'enseigne Sears n'est pas trop entachée, et ça commence à nuire à SHOS et aux produits KCD? SHOS se devait être le détaillant léger, avec de petits magasins qui ouvriraient partout pour vendre du KCD, hors les ventes diminuent sans cesse, on compte à peine 23 ouvertures de magasins en 2014.
  • OK, je ne sais pas trop comment interpréter cela, mais Lampert fait un prêt de 400M$ à Sears...En plus d'être actionnaire principal, il sera aussi un important créancier...


    A priori, un manque de liquidité à court terme, est-ce que le taux de 5% est meilleur que ce qu'ils auraient obtenu sur le marché? 

    Pas de nouvelles des ventes de Sears Canada et Auto, donc ils doivent lever des liquidités autrement..il me semble qu'il faudrait cesser le cash-burn.
    Bref, je trouve la situation particulière, est-ce que des gens plus expérimentés auraient un point de vue sur ce genre de prêt?
  • Merci Serge.


    Ouin, SHLD largue un autre 6%, à ce rythme, Land'End vaudra bientôt plus que Sears...
    :-?
  • Je trouve simplement la situation intéressante.

    Reste que la baisse de profitabilité de SHOS récemment me fait inquiéter sur la valeur du nom Sears et de KCD, comme je l'ai mentionné à quelques reprises. Pas certain que la valeur intrinsèque ne s'érode pas légèrement dans le temps.
  • Eddyc, je peux comprendre qu'on soit inquiet sur la position de liquidité de Roebuck et Kmart, mais ce qui me fait sourire, c'est qu'on oublie la protection contre le downside qu'on a ne serait-ce qu'avec Lands'End. OK, même si Sears passe en bankruptcy, on peut quand même faire des séparations d'entités, vendre les REITS, etc. Ça laisse beaucoup d'options pour ne pas perdre son capital. Dans ma thèse complète, Lands'End fait partie d'une ample marge de sécurité. J'avoue que je n'arrive toujours pas à croire qu'aujourd'hui, les spin-offs historiques qui représentent peu de choses par rapport à la holding valent plus que la maison mère...

    Je dirais que c'est même pas une question de couilles, c'est surtout une affaire de patience, comme l'investissement en général. Le problème, c'est qu'avec un marché qui ne fait que monter même quand on achète n'importe quoi, beaucoup ont oublié que l'argent se fait sur le long terme, surtout dans les marchés difficiles pleinement valorisés. Un retour de 10% en YTD paraît ridicule aujourd'hui (c'est à peu près ce qu'on a avec SHLD + LE), alors que sur le long terme, c'est un bon rendement annualisé, surtout tenant compte des taux sans risque actuels. Le retour à la réalité se fera forcément un jour, mais il faudra être patient. 
  • septembre 2014 modifié Vote Up1Vote Down
    J'avoue que j'ai de la misère à comprendre la thèse sur SHLD.  À chaque fois que le prix baisse je jette un coup d'oeil et les résultats sont tellement mauvais que je n'arrive pas à avaler la pilule.

    • Ventes comparables en baisse année après année depuis 2004
    • Revenus en baisse année après année depuis 2006
    • Déficitaire depuis 2011
    • Ratio liability/equity passé de 1.6 en 2010 à 7.3 en 2013
    • Les plus récents trimestres sont du même acabit.

    Moi je vois juste un gros vent de face et peu de lueur à l'horizon.  Alors, à part l'immobilier dont on peut penser que la valeur au livre sous-estime pas mal la valeur au marché, encore faut-il arrêter l'hémorragie pour pouvoir en profiter.  

    Que voyez-vous que je ne vois/comprends pas ?




  • Des fois je trouve que les "value" sont un peu masochistes; pourquoi faire compliqué alors que la croissance c'est si simple? J'ai l'impression que vous devez toujours repartir à zéro et changer de cheval dès que votre "affaire" atteint sa juste évaluation.
  • On peut aussi se dire que Sears préfère souscrire un prêt, et se donner plus de temps pour vendre Sears Canada, sans avoir à brader.
    Oui, sauf que l'on peut aussi se demander quelles sont les chances qu'une offre plus généreuse apparaisse comme par magie dans 6, 12 ou 18 mois.... Après tout, ce sera toujours les mêmes immeubles et les mêmes emplacements. Il faut faire attention de ne pas tomber dans le déni. 
  • En fait, il n'y a pas vraiment de problème à vendre à quelqu'un ce qu'il possède déjà, dans la mesure où l'argent qu'il paye lui reste dans le portefeuille en quelque sorte. Le problème c'est plutôt que les liquidités de cette personne se retrouve dans d'autres mains lui appartenant indirectement!

    Dites-moi si je me trompe, mais si vous n'aimiez pas Sears Canada dans le Holding, ça vous permet de céder cet entité en vendant vos nouvelles actions actions. Vous revenez au point de départ monétairement, mais avec un Sears Holding avec plus de cash (Sergio a raison en disant qu'il s'agit d'une recapitalisation) et moins de Sears Canada.



  • JF, SHLD a décider de vendre une partie de ses actions de SCC et c'est comme si elle offrait un droit de premier regard à ses actionnaires. Comme actionnaire de SHLD, on a pas l'obligation de participer. Si on ne participe pas, notre part de SHLD détiendra moins d'action de SCC mais plus de cash, on est pas perdant. Si on crois être perdant, on devrait participer à l'offre.

    J'espère en apprendre plus dans les documents de sollicitation, mais je ne serais pas surpris que SHLD ait reçu des offres supérieur à 10.60$ pour SCC mais que ces offres on été jugées insuffisantes par SHLD. Faut pas oublier que SCC s'est transiger entre 14$ et 17$ au cours des 6 derniers mois.
  • Je suis perplexe face à ces émissions de droit. Quand je prends une position dans une compagnie, j'aime pas me sentir "forcé" de mettre plus d'argent avec l'émission de droit de toutes sortes. 

    Par contre, et là je trouve ca habille de la part de Lampert, il force probablement des shorts à se couvrir parce que je pense pas que ca leur tentent de payer un intérêt de 8% annuel sur la dette qu'il vont être à découvert par surprise.

  • A la fin septembre (lorsque le cours de SHLD était à son plus bas) le nombre d'action short était à son plus haut depuis février 2014.

    Les émissions récente de droits doivent commencer à énerver pas mal les shorts qui deviennent short sur Sears Canada, les obligations et les warrants s'ils ne rachètent pas les droits sur le marché pour se couvrir. Ca explique surement une grosse part de la hausse récente du cours de l'action. J'ai hâte de voir comment les positions short ont évoluées en octobre.

    Aussi, je ne suis pas un fan de Sears Canada, mais comme le volume est tellement faible, jamais je ne voudrais être short la dessus.

  • Entre le 30 septembre et le 15 octobre, le nombre d'actions "short" a encore augmenté légèrement. Les "shorts"n'ont pas passé une belle semaine et les dernières données laissent à penser que leurs souffrances ne sont pas terminées.
  • novembre 2014 modifié Vote Up1Vote Down
    J'ai reçu mes SHLDZ aujourd'hui chez mes deux courtiers. Un des courtiers a mis dans mon compte 1 SHLDZ pour 85 actions de SHLD tel que prévu, l'autre courtier a mis 1 SHLDZ pour 1 SHLD. Pas besoin de vous dire que ce compte à eu une hausse spectaculaire aujourd'hui. :-D Bon, je dépenserai pas cet argent ce weekend, je m'attends à ce qu'ils corrigent leur erreur... :)
  • Jamais facile de faire un post-mortem, surtout publiquement, mais c'est tellement utile si on veut progresser et apprendre de ses erreurs. Je félicite Serge!

    Dans mes grandes erreurs à la Bourse, j'ai toujours pensé qu'il y avait bien sûr une partie "faille de mon processus d'investissement" mais il y avait aussi une partie "erreur psychologique" tout aussi importante.

    Il ne faut pas sous-estimer la volonté de "prouver qu'on a raison" et l'escalade d'engagement (commitment bias), surtout lorsqu'on donne nos idées publiquement.


  • Merci, moi aussi Sears me serait jamais venu à l'esprit avant d'avoir entendu parler d'eux sur ce forum, je ne connaissais pas toute leur marque maison (bien connaissais les marques sans savoir que c'était des marques Sears).
  • Il faut leur donner que Kenmore et Craftsman sont encore des marques assez fortes.
  • Il me semblait avoir mentionné dans un des fils de discussion que la situation me rappelle Berkshire Hathaway au moment où Buffett a acquis la majorité, mais en mieux.
  • Effectivement Sergio. C'est vrai que c'est un parallèle intéressant, toutefois, Lampert semble avoir utilisé beaucoup d'argent avec les années pour réinvestir dans Sears plutôt que de l'affecter ailleurs. Buffett s'était empressé d'acheter entre autres une compagnie d'assurance avec les profits de Berkshire.
  • cela me semble normal. Certains business de sears, comme sears outlet sont absolument extraordinaires. D'autres sont médiocres, mais je pense qu'on peut qd même faire qqch avec le bon grain dans sears !
  • Sears est probablement l'expérience de magasinage la plus désagréable que je connaisse. Les quelques fois que je suis entré dans un magasin j'ai tout simplement détesté. Maintenant, il peut très bien y avoir une valeur caché dans ses baux mais je vois difficilement comment on peut vanter son concept de magasins comme étant «extraordinaire». Au contraire, il n'y a rien de plus «ordinaire» que Sears!
  • Pour moi le pire doit être Rossy et les Hart, Sears pour moi est pas mal et je pense que j'aime mieux Sears que Zellers, peut-être que le gros sears 3 étages du Fairview Pointe-Claire n'est peut-être pas représentatif cependant.

    Leur concept de caisse pour payer un peu partout (et appeler point de services) et pas proche des portes de sorties reste bizarre. Aussi leur rabais de 50-60% sur des articles ne fait pas sérieux, comment justifier les prix sur ce qui est pas en solde (et qui achète plein prix chez sears, y'a aussi des ventes en permanences on dirait).
  • Je ne suis pas sûr qu'on puisse comparer toutes les enseignes Sears entre elles et affirmer catégoriquement qu'aucun de leurs concepts n'est extraordinaire.

    A ma connaissance, Sears Outlet n'existe pas chez vous d'ailleurs. C'est un modèle qui s'inspire de TJX mais pour les produits de la maison. Aux US en tout cas, ça cartonne en ciblant une clientèle pauvre. Les marges sont impressionnantes (le double de celles de WMT) et la croissance du FCF en excluant les investissement de croissance me laisse vraiment rêveur... Après, on verra bien. Je me dis qu'en ayant acheté à un dixième de mon estimé de sa book value réelle, je veux bien porter le risque associé à l'opération : à ce prix, on ne peut pas demander d'avoir un business parfait d'emblée.

    Je pense que le plan de restructuration est crédible et qu'il finira par aboutir : les enseignes non profitables peuvent être converties au format mall et rapporter du loyer, le reste va pouvoir vivre de façon indépendante (et sera distribué via des spin-offs).

    On verra bien : j'ai beaucoup d'admiration pour Lampert (malgré toute la critique) et j'ai confiance sur le fait qu'il ne dilapidera pas les actifs de Sears. Il n'a pas le droit d'échouer, toute sa carrière en dépend.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter.