Bienvenue sur le forum !

Si vous souhaitez rejoindre la communauté, cliquez sur l'un de ces boutons !



>> Forum privé (partage d'analyses)





«13456789

Réponses

  • 249 Réponses trié par Votes Date
  • Oui Jf. Je ne comprend pas l’utilité de baisser les taux directeurs en ce moment. Il faut que les gens reste chez eux. Quand même que tu leurs mets du fric dans les poches on ne veut pas qu’ils sortent.

    c’est comme laissez entrer des touristes au Québec : tout est fermé. Veux-tu bien me dire ce qu’il vont faire?


  • Je suis aussi d'avis que des crises de ce genre montrent la pertinence d'avoir des états forts et des collectivités importantes. En temps difficile, on se retourne nécessairement vers le filet social qu'offre les états, la coordination à grande échelle qui ne peut venir que de ceux-ci, les règles qui ne relèvent pas que du chacun pour soi.

    Un système de santé public, de la science durablement financée autant dans la recherche fondamentale qu'appliquée, de la diplomatie internationale, des assouplissements économiques, etc. sont autant de mesures essentielles. 

    C'est mon opinion, mais je le répète, pour moi cela renforcit l'idée d'avoir des états qui occupent une place de taille dans la société et fait ressortir la fragilité et le manque de résilience de nos sociétés et le fait que bien des aspects de nos vies ne peuvent être complètement solutionnés par la fameuse main invisible du marché.

    Et je ne suis pas là à exiger la mort du capitalisme, la créativité que cela permet est fascinante, mais je trouve honnêtement ridicule les prétentions de certains libertariens par exemple. Sans intervention des états, le capitalisme ne serait guère reluisant non plus. 
  • Le nouveau dada des journalistes couvrant les conférences de presse de Legault c’est d’avoir les scénarios de progression de la pandémie. Le dr Harruda ne veut pas publier ces scénarios car il sait qu’il doit les mettre à jour tout les jours. Personne ne sait quel est l’effet du confinement sur la progression du virus. Il devra perdre de son temps précieux à répondre à chaque jour pour expliquer pourquoi on ne suit pas le scénario publié que l’on soit en avance ou en retard. Il a dit que la chose importante à faire n’est pas de prédire ce qui arrivera mais de s’assurer que les hôpitaux ne seront pas débordés et d’évaluer ce qu’il faut changer dans les mesures de confinements. Je suis d’accord avec lui et je l’admire de réussir à tenir son bout même s’il semble que Legault estime maintenant qu’il devra satisfaire la meute.

    Pourquoi je parle de ça sur un forum d’investissement? Parce que ça me rappelle tellement les exigences de wall street d’avoir des prévisions de bénéfices trimestriels. Les dirigeants perdre un temps précieux à devoir expliquer pourquoi ils n’ont pas réussi à prédire l’imprévisible ou pire à mentir pour faire croire que leurs prévisions sont bonnes.

    Les humains ont beaucoup de difficultés à vivre dans l’incertitude et là on est en plein dedans.
    Chapeau au dr Harruda.
  • La nouvelle façon d'évaluer les entreprises ;)  J'en veux une!!!


  • Je ne crois pas que ce soit nécessaire de poster les articles au complet... je crois qu’un lien est suffisant.
  • D'un autre côté, les compagnies pourraient voir une explosion de la productivité si tout le monde se met à faire du télé-travail... Imaginez toutes ces merveilleuses réunions remplacées par du travail réel sans interruption dans le calme de son foyer...  :p
  • Patrick, la plupart de ces mesures sont déjà en places, plusieurs ont été implantées en même temps qu'en Europe même si nous avions moins de cas. Aujourdhui on vient d'annoncer l'interdiction de tout rassemblement: théoriquement 2 personnes où plus ne vivant pas ensemble qui seraient à moins de 2m de distance. (sauf si c'est dans un commerce essentiel et que ce n'est pas possible de rester à plus de 2m). Nous sommes chanceux d'avoir vu ce qui se passait en Italie et que notre gouvernement provincial ait agit rapidement.
  • Moi aussi je ne crois pas que ça ait fini de descendre mais je fais quelques petits achats tout de même pour être sur de ne pas complèetement manquer le bateau si jamais je me trompe. J'achète des petites positions dans certaines compagnie qui m'intéressaient déjà. Disney, Microsoft, Berkshire, Banque Nouvelle Écosse... 
  • Coco a dit :
    Moi aussi je ne crois pas que ça ait fini de descendre mais je fais quelques petits achats tout de même pour être sur de ne pas complèetement manquer le bateau si jamais je me trompe. J'achète des petites positions dans certaines compagnie qui m'intéressaient déjà. Disney, Microsoft, Berkshire, Banque Nouvelle Écosse... 
    C'est aussi mon approche. J'ajoute à des positions que j'ai déjà en portefeuille. Donc, des titres que je connais très bien. J'y vais par petite tranche. Je gère ma marge en fonction d'une baisse potentielle de 50% (s&p à 1700).
  • Quand Trump dit des choses comme ça il me rappelle certains de mes anciens patrons : c'est pas parce que tu veux quelque chose que c'est faisable.

    La Chine a pris trois moi pour repartir timidement avec un niveau de confinement qu'on ne verra jamais aux Etats-Unis. Plus ils repartiront la machine tôt plus ils devront retourner en confinement rapidement.

  • MarioP a dit :

    Cela dit ce ne sont que des suppositions macro-économique et je ne fais aucune transaction basée sur ma vision qui a bien des chance d'être dans le champ ;0)
    Sages paroles... 

    Il y a tellement de variables et d'inconnus dans la situation, on peut échafauder des dizaines de scénarios potentiels.... 

    On peut focaliser uniquement sur le négatif mais il y a aussi bien des points positifs à mettre dans la balance:

    1. Les stimulus massifs et sans précédent des gouvernements et des banques centrales

    2. Les taux d'intérêt extrêmement bas

    3. Un monde beaucoup plus numérique qu'avant  qui permet à l'économie de fonctionner partiellement (imaginer la même crise il y a 20 ans...)

    4. Les personnes ayant perdu leur emploi vont avoir des finances personnelles plus précaire mais ceux qui l'ont conservé (quand même la majorité des gens) on beaucoup moins d'occasion de dépenser et voient probablement l'argent s'empiler

    5. Un système financier assez solide et fonctionnel (comparé à 2008)

    6. La possibilité de trouver un vaccin ou un traitement plus rapidement que prévu (c'est la priorité numéro un de tous les pays industrialisés actuellement) (et même de certains milliardaires: Bill Gates, Jack Dorsey) 

    7. Un boom de la consommation à la sortie du confinement par les gens écoeurés de ne rien faire et qui n'ont pas été affecté directement par la crise (voir point 4)


    Certains vont être tenter de répliquer à ma liste par une liste de points négatifs. Ne perdez pas votre temps (on lit tous les mêmes nouvelles...) Il y a évidemment beaucoup de négatifs aussi. Mon point est que c'est difficile de voir le résultat final de tout ça dans 6, 12 ou 18 mois. Beaucoup trop de variables et d'inconnus.

  • Les institutionnels, c'est aussi le jeu de rééquilibrage entre différentes catégories d'actifs, la portion actions ayant beaucoup baissée, c'est pas une surprise de voir une liquidation des obligations pour racheter le marché pour retourner aux seuils d'équilibre des fonds. Les fins/débuts de trimestre seraient probablement un bon timing pour ça.. 
  • Pour clarifier, je suis surprise de la rapidité et de l'ampleur de la hausse. Bien que je sois un peu sceptique, ça ne se voulait pas une recommandation de vente. Perso, j'en suis à 0 ventes et 4 achats depuis le début. Et ce, sans salaire qui rentre.
  • 1 mai modifié Vote Up2Vote Down
    moi je crois toujours que nous sommes loin du bas. Nous sommes toujours au niveau du début de 2019. Est-ce que l'économie va aussi bien?

    Il y a des protestants armés devant les parlements au Michigan, Kentuky et North carolina
    https://www.vanityfair.com/news/2020/04/trump-supporters-protest-coronavirus-orders

    Je ne crois pas que ces gens croient que tout va bien


    Plusieurs plans de traitements de la viandes aux USA ferment non pas par une décision du gouvernement mais parce que trop de leurs employé sont malades

    https://www.cnn.com/2020/04/26/business/meat-processing-plants-coronavirus/index.html

    Je ne crois pas que ces gens croient que tout va bien


    Amazon annonce des ventes records mais l'action baisse de 7% parce que Bezos dit que le bénéfice opérationnel va baisser de 4 milliards à cause des frais relié à la COVID. 

    https://www.cnet.com/news/amazon-sales-surge-but-bezos-says-coronavirus-costs-could-hit-4-billion/

    On réouvre les industries au Québec mais toutes les façon de faire doivent changer pour respecter la distanciation. Croyez-vous que cela ne coûtera rien à l'implantation et n'affectera pas les marges? Si un employé de la construction passe 10% de son temps à désinfecter ses outils cela aura un coût non négligeable. Et je soupçonne que ça sera la même chose ailleurs dans le monde.

    Est-ce qu'on envisageait cette hausse des coûts de production en 2019?

    Tous les gouvernements se rendent compte des problème de la mondialisation et veulent produire localement tous les produits jugés essentiel. cela aura un effet sur les coûts

    Lors du sondage précédent sur le niveau de la baisse par rapport au sommet je disait qu'il y avait des impacts de deuxième et troisième degré à prévoir. On commence à les voir : désordre social aux USA, hausse des coûts de productions causé par la distanciation social et les mesures d'hygiène, déficit record des gouvernements, retour à la normal très long à venir. Il n'y a pas que les impacts direct du lockdown à tenir compte.

    Toutes les entreprises qui manipulent des objets physiques seront affectés par une hausse des coûts de production pour quelques années.

    Reste à voir les entreprises qui font partie de l'économie virtuelle qui seront beaucoup moins affectées. Eux leur problème risque d'être de nature fiscale. Je crois que les gouvernement n'auront pas le choix de se tourner vers elles pour financer les déficits et une certaine restructuration des systèmes de santé. Ça fait un bout de temps qu'on cherche une manière de les taxer. là l'urgence d'y arriver va être une bonne motivation.

    Les interventions des états pour soutenir les marchés peuvent fonctionner un certains temps mais à long terme le marché sera évalué selon les bénéfices des compagnies.
  • Merci pour les liens intéressants, surtout le dernier sur la valeur intrinsèque.
  • Au-delà de la bourse, soyez prudents, protéger le système de santé en respectant la distanciation sociale et écouter la santé publique et les scientifiques.

    C’est ce qui compte.
  • Je surveille ce site depuis un bon moment, il rassemble les données mondiales. Fait par un jeune programmeur de 17 ans aux USA en décembre dernier. On voit +19% de cas pour les USA aujourd'hui et 130 nouveaux morts (+16%). Le site s'updatait chaque minute ou chaque seconde avant, mais maintenant c'est environ 1 fois par jour, donc ce sont peut-être les données d'hier.  
    https://ncov2019.live/

    Également, j'ai vu un article d'il y a 5 jours comme quoi le nombre de morts du Covid en Italie serait sous-estimé. Les maires des villes et les Services funéraires disent qu'il y a parfois 4 fois plus de morts que d'habitude dans les villages les plus touchés, mais ces morts ne sont pas toutes attribuées au Covid. 
    https://globalnews.ca/news/6706748/coronavirus-deaths-italy-bergamo/

    DrWeiss (épidémiologiste) à RDI soulignait (hier je crois) que le % de cas graves et de morts en Italie et Espagne était tellement différent que dans le reste de l'Europe, qu'il suspectait un facteur génétique.

    Je ne sais pas pour l'Espagne, mais l'Italie a la 2e plus vieille population au monde après le Japon, donc ça explique en partie le nombre de morts. 

    Bref, le nb de cas en Italie est potentiellement sous estimé, mais aussi les autres pays ont une longueur d'avance, une génétique différente et une population un peu plus jeune.

    Je ne sais que trop penser des hausses de la bourse aujourd'hui et hier. À cause du plan de soutien américain pour son économie et d'une date de reprise des activités annoncée par Trump. Pourtant à ma connaissance il n'a pas fourni de soins gratuits ou davantage d'assurances pour sa population. Même s'il dit de retourner travailler rendu au 13 avril, si la situation ne le permet pas ça n'arrivera pas. Puis pour le soutien aux entreprises c'est bien, mais on sait tous qu'en temps de dépression économique ni la politique monétaire, ni la politique fiscale ou budgétaire ne sont magiques. Et en terme de politique monétaire les taux sont déjà au plus bas donc pas trop de marge de manoeuvre. 

    On fait face dans plusieurs pays à minimum 1 mois (8%) de perte de salaire pour bien des gens, des changements d'habitudes durables et aussi des modifications aux dépenses des gens pour au moins toute l'année pour rattraper les montants perdus. En plus les américains devront assumer des coûts supplémentaires en frais médicaux.

    Après la machine économique va être longue à repartir, il y aura aussi des fournisseurs et des employés à remplacer. Les secteurs d'activité en demande ne seront pas nécessairement les mêmes qu'avant.

    Est-ce que tout ça était déjà escompté par le marché?  Le nb de morts et le nb d'hospitalisé au peak des courbes, c'est une fonction exponentielle, et l'humain est pas ben bon là dedans (on va le croire juste quand on va le voir?).
  • C'est aussi mon avis. Je me demande qui sont les optimistes qui achètent. Nous sommes revenus au niveau de décembre 2018. Qui pense que les perspectives économiques sont aussi bonne présentement qu'au début de 2019?

    Pendant ce temps au Brésil nous avons la preuve que ceux qui n'ont pas à se faire élire peuvent prendre des mesures plus facilement 

    https://www.theguardian.com/world/2020/mar/25/brazil-rio-gangs-coronavirus


  • Bon je l'ai fait. J'ai vendu environ 20% de mes titres. Comme je n'ai jamais pu décider quoi vendre les autres fois j'ai vendu un peu de tout en épargnant les cas qui aurait déclencher un gain en capital important.

    En 33 ans d'investissement je crois que c'est seulement la deuxième fois que je réagi à un événement macro. L'autre fois c'est lors du référendum Parizeau. J'avais acheté fortement sur marge des compagnies qui avaient krashées par crainte de la séparation. Ça avait fonctionné mais de très peu.

    En 2000 et 2008 toutes mes actions étaient basées sur des décisions compagnies par compagnies

    Quand j'ai vu le vidéo de l'hôpital de New York ça m'a convaincu que dans 3 mois l'économie ne sera pas reparti et quand ça va repartir les gens vont être tellement endettés et craintifs que les dépenses ne reprendront pas au moment où ils retrouveront leurs emplois.

    J'ai quand même gardé 80% de mes titres. Si je me trompe et que tout repart rapidement je serai quand même en sécurité financière avec ce qui reste. Si j'ai raison et que les marchés replongent j'ai deux options : rachetés des actions ou si c'est vraiment long (plus de 12 mois) je n'aurai pas besoin de vendre plus bas et je vais utiliser cet encaisse pour mes dépenses de 2021. En janvier j'avais déjà vendu pour mes dépenses de 2020.

    Voilà mettre ça par écrit va m'aider à reste le moins émotif possible. Cet approche est très personnelle, chaque cas est différent. Je suis content d'avoir ce groupe de discussion pour pouvoir savoir ce que d'autres pensent et ainsi prendre du recul.
  • Moi aussi, je m'inquiète d'avoir manqué le creux mais les derniers jours haussiers sur les marchés me semblent irréalistes vu le contexte mondial. Les USA vont surement devenir le prochain épicentre de la pandémie et je ne vois pas comment les activités normales vont reprendre mi-avril quand cela a pris 3 mois à la Chine avec des mesures draconiennes pour redémarrer (à petit pas). J'ai aussi gardé une bonne partie de mes actions et acheté quelques titres dans le creux mais très faiblement, par peur que la chute des marchés se poursuive. Et maintenant, j'hésite à vendre mes récents achats car je ne crois pas que cela soit possible que la reprise soit là. En fin de compte, je ne sais pas quoi faire car tout me semble trop incertain mais d'un autre côté, on ne sait jamais quand sera la reprise donc je ne veux pas passer à côté au cas où. Mon avis cependant: j'ai l'impression que plus on s'approchera de la mi-avril et que tout le monde verra (sauf Trump) que la reprise est impossible, le plongeon reprendra. Je ne suis pas devin et j'espère me tromper. On s'en reparle dans quelques semaines....
  • Floc c’est ce que je pense (le pire à la mi-avril)

    je viens de voir le gouverneur de la Louisianne à RDI. Il dit que la région de la Nouvelle-Orléans est maintenant la région où le nombre d’hospitalisation à la plus forte croissances de cas sur la planète. Le système hospitalier sera bientôt débordé. Il y a un mois c’était le mardi gras où des milliers de personnes étaient réunies. Pas de restrictions il n’y avait pas de virus là-bas.

    Deux semaines plus tard c’était le Spring Break en Floride. Donc dans deux semaines ça devrait être l’éclosion en Floride. Et là aussi le gouverneur dira qu’il est pris au dépourvu par l’augmentation exponentielle des cas.

    Vive Legault et Harruda qui ont eu le courage d’agir avant que les cadavres s’empilent.

  • Sophie a dit :
    Très courageux MarioP! Le plus difficile c'est prendre la décision, ensuite ça s'exécute bien. Moi qui était inquiète d'avoir manqué le creux, tu me rassures. 
    Je ne sais pas si tu as raison d’être rassuré. Je ne sais pas comment réagira le marché.

    La seule chose dont je suis à peu près certain c’est que la crise sanitaire aux USA ira en s’empirant parce que le virus est implanté et qu’ils n’ont pas pris de mesure pour restreindre la circulation des gens. La maladie est présente les conséquences sont maintenant inévitables. Et j’ai pris, au début de la crise, la décision de ne pas investir tant que le pire de la crise sanitaire n’est pas passé. Je suis conscient que le marché pourrait atteindre son creux avant mais je ne suis pas capable de prédire le marché.

    Je ne m’inquiète pas de manquer le creux du marché car je sais que je n’achèterai pas dans le creux. J’ai planifié mes transactions pour ne pas être dans le troubles peu importe la direction du marché. Après ces transactions je suis en position de ne pas avoir à vendre des actions avant 2022. 

    Si la bourse ne fait que monter d’ici là je vais avoir perdu du rendement mais ça ne me dérange pas. Mon but n’est pas de faire le maximum de rendement mais de protéger ma sécurité financière.
  • Le problème de la haute volatilité du marché, c'est que tous les scénarios peuvent être possibles. Certains scénarios catastrophiques peuvent être possibles, genre une dépression comme dans les années 30, mais je pense qu'ils sont peu probables. Le problème c'est que si les scénarios catastrophiques se matérialisent, certaines personnes près de la retraite (ou jeunes retraités) pourraient voir leur niveau de vie diminué pour le reste de leur vie.

    Dans le passé, un investisseur pouvait détenir des obligations pratiquement sans risque et obtenir un rendement acceptable, mais cela ne semble plus vraiment possible; quoique Medici utilise les débentures convertibles et ça peut sembler possible pour ceux qui y souhaitent faire les recherches nécessaires. Aujourd'hui, il semble que dans bien des cas, pour obtenir de bons rendements dans bien des cas il faut détenir des actions. Ça marche bien la plupart des années quand le niveau de volatilité et d'incertitude reste tolérable, mais la situation actuelle est vraiment exceptionnelle.


    Dans mon cas, ça m'est égal de voir la valeur de mon portefeuille continuer de diminuer, ça ne va pas avoir d'impact sur ma qualité de vie. J'aime mieux ça que de prendre le risque de rater une hausse que je ne pourrais probablement jamais revoir. Par contre, je comprends très bien la stratégie des investisseurs plus âgés de vouloir rester un peu sur les lignes de côté afin de ne pas prendre la chance de faire des pertes importantes. 

    Si ça continue d'aller mal, les marchés vont possiblement baisser encore plus, mais à quel point peut-on faire des relations de proportions entre l'aggravation de la situation et le niveau auquel les marchés devraient être ? Les meilleurs hedge funds global-macro ou quantitatifs on possiblement de la difficulté à le faire actuellement. 

  • En 2000-2002, la chute boursière s'est faite sur une période d'environ 18 mois. Avec des rebonds spectaculaires.
    En 2007-2009, le sommet ayant été atteint en 2007, la baisse s'est faite sur une période de 24 mois. Là aussi ponctuée de rebonds spectaculaires.
    Nous en sommes vers la fin du 1er mois. Nous en sommes peut-être qu'au tout début. Mais, sait-on jamais, peut-être le creux a-t-il été atteint lundi ? J'en doute fort mais je ne suis pas devin. Surtout pas avec la bourse.
  • 27 mar modifié Vote Up1Vote Down
    Pour avoir passé quelques jours à Miami fin Février et début Mars, je me souviens être parti craintif du Québec et avoir apporté avec moi des masques N95 à cause des médias québécois. Là bas à l'hotel au lobby, il y avait 2 grands écrans télés à Fox news et on parlait de la chute du Dow sans arrêt mais en fonction de l'approvisionnement chinois qui était en déroute à cause du Covid-19. Là bas on se sentait en sécurité c'était pas un sujet d'importance autre la chute boursière. De retour au Québec c'était le drame car on laissait n'importe qui entrer avec de simple question avez-vous voyagé en chine ou en Iran dans les 14 derniers jours. On parlait pas encore de l'Italie. Pour résumé je sentais pas l'existence du Virus durant mes Vacances lorsque c'était difficile de respecter le 2 mêtres de distance. Tandis que lors de mon retour  en campagne avec des voisins à 200 Mêtres de chez moi, c'est d'une ampleur X 100 comme scénario catastrophe !! J'ai également l'impression que des millions d'Américains ne voit pas le train arrivé !!!

    Moi ci je me suis préparé à une chute catastrophe (50%) et j'ai pour une première fois des liquidités. 

    Juste à voir comment on a été pro actif au québec et malgré tout nos chiffres sont moins bon que l'Ontario. Notre semaine de relâche complétée versus celle de l'Ontario qui débutait lors de l'application du confinement est la grande responsable. Le Spring break va faire mal aux Américains à leur tour d'ici 2 semaines. 

    La chine qui referme ses frontières pour se protéger des étrangers est un autre signe que ça risque de tourner en rond aussi longtemps que le vaccin ne sera pas trouvé.
  • La crise sanitaire sera longue, pas évident de traduire ce que ça veut dire pour la crise économique et pour la crise boursière.

    Je suis aussi d'avis qu'acheter par petites doses des entreprises qu'on connait bien, qu'on comprend bien qu'on trouve à juste prix sur un horizon d'au moins 5 ans représente une bonne solution pour ceux qui ont un long horizon de placement. On ne peut prédire le  ou les creux, mais on peut gérer le risque selon notre tolérance.
  • De mon côté, j’y vais par petites doses. J’ai commencé à investir il y a environ 2 semaines de ça et je continue tant que j’ai des liquidités. Mes liquidités provenaient de nouvelles épargnes qui n'étaient pas encore investies. J’ai ajouté cette semaine à une position que j’avais déjà en portefeuille. 

    Je pense aussi que la bourse pourrait corriger mais comme je ne suis pas divin à court terme et que certains prix étaient alléchant, j’y suis allé par petites doses. 

Cette discussion a été fermée.